17 octobre 2012

Honni soit Goldman Sachs !

Pour les habitants de notre malheureux pays, vitrifié par la pensée socialiste, et plus que jamais rétif au capitalisme et à l'initiative privée, la banque Goldman Sachs (GS) constitue une sorte de pandémonium effrayant. L'antre infernal de la Finance, sans âme ni cœur !
Songez donc ! Il s'agit d'une banque privée, américaine, de taille gigantesque, et qui parvient, même durant la crise, à engranger de somptueux bénéfices !

Un récent « documentaire » diffusé par la chaîne ARTE a permis de mieux appréhender cette espèce de colique frénétique qui s'est emparée de tout un peuple, à la seule évocation du mot « capitalisme ». Il paraît qu'il a fait un tabac en terme d'audience...
Quelqu'un qui m'est très cher, et qui fut impressionné par les révélations édifiantes qui y sont faites, m'a demandé de le visionner pour en débattre ensuite.
Il me connaît bien, donc il se doute que j'ai quelque a priori sur l'objectivité de ce genre de réalisation, dont la petite chaîne culturelle nous gratifie régulièrement. Chat échaudé craint l'eau froide...

Comment être objectif face à une telle accumulation d'accusations et d'affirmations à sens unique ? Comment seulement croire à la neutralité des auteurs, dont on connaît avant même d'avoir vu la première image, le parti pris.
Jérôme Fritel est journaliste à l'Agence CAPA. Il est difficile de parler à son propos d'impartialité lorsque l'on sait qu'elle fut créée par Hervé Chabalier qui par ailleurs compta parmi les fondateurs de la Ligue Communiste Révolutionnaire, avant de travailler pour des journaux aussi apolitiques que Le Matin de Paris ou le Nouvel Observateur...
Marc Roche, quant à lui est correspondant du Monde. Il s'est fait connaître par des ouvrages ne laissant guère de place à l’ambiguïté, tel « Le Capitalisme Hors La Loi ». Surtout, il fut le co-auteur d'une grotesque enquête sur la mort de la Princesse de Galles, accréditant notamment la thèse d'un complot, et dont le seul titre est plus explicite qu'un long discours: « Diana, une mort annoncée »...

Partant sur de telles bases, la vigilance est plus que jamais requise.
Le générique ouvrant le film donne le ton : images crépusculaires de New York façon Gotham City, sur fond de musique électronique térébrante. Première sentence, surgissant au milieu de scènes de guérilla urbaine, évoquant l'ambiance de crise : « Face aux excès des banques, les peuples manifestent leur colère »
Première contre vérité : réduire d'emblée la crise aux seules banques est une caricature. Quant aux peuples montrés, il ne s'agit que d’énergumènes extrêmement minoritaires, cassant tout sur leur passage : joli symbole !

Hélas, tout est dit ou presque : ce prétendu documentaire n'est en réalité qu'un pamphlet, exclusivement à charge. A aucun moment on n'entendra le moindre propos contradictoire avec la thèse matraquée de bout en bout : à savoir Goldman Sachs est une forteresse « au secret impénétrable », une « pieuvre » maléfique étendant ses redoutables tentacules sur le Monde. Et quiconque commet l'imprudence de lui faire confiance, se place dans la position de « l'agneau dans la gueule du loup », pire, il scelle « un pacte avec le diable. »

La méthode est désormais bien connue, qui permet d'ourdir ce qu'il faut bien appeler un procès en sorcellerie, en lui donnant l'apparence d'un reportage objectif. Elle consiste à monter soigneusement des bouts d'interviews, parfois juste une phrase, la plupart du temps extraites de leur contexte, sans jamais offrir la moindre contradiction, ni même pondération, le tout parsemé d'affirmations « choc ».
Les personnes interrogées sont à peu près toutes démissionnaires ou exclues de l'entreprise, et leur discours est univoque. Les autres sont des personnalités politiques, opposants notoires ou membres, à charge, de commissions d'enquêtes. Pour expliquer l'absence de tout contradicteur, on nous dit gravement qu'aucun n'a accepté de répondre aux questions. Mais doit-on croire ces allégations sur parole ? Quelles furent les conditions dans lesquelles les propositions ont été faites ?
Et selon le bon vieux truc de Michael Moore, on extrapole la preuve de la malfaisance de Goldman Sachs, de réactions embarrassées de personnalités officielles telles Jean-Claude Trichet ou Mario Draghi, prises au dépourvu par des questions abruptes, en forme d'accusation.

Devant tant de mauvaise foi, et d'esprit partisan, la tentation est grande de rejeter en bloc les analyses présentées. Il faut beaucoup d'effort et d'abnégation pour aller jusqu'au bout de ce réquisitoire qui ressemble fort à la fabrication d'un bouc émissaire.
Qu'on en juge par quelques exemples où des faits, publics mais complexes et hypothétiques, sont transformés en certitudes à l'emporte-pièce par les procureurs « journalistes » :
Selon eux, Goldman Sachs, en plus d'avoir une gestion opaque, se livrerait au trafic d'influence, cherchant à circonvenir si ce n'est corrompre les gouvernements et à s'infiltrer dans toutes les administrations, pour mieux les contrôler.
C'est avec une sombre délectation qu'ils rappellent les liens qu'ont eu certains éminents responsables politique. L'incontournable Henry Paulson, qui avant d'être secrétaire au trésor dans l'administration Bush, dirigea le département des investissements de GS. On lui reproche d'avoir abandonné à la faillite Lehman Brothers, concurrent de GS, et dans le même temps d'avoir engagé l'argent des contribuables pour sauver l'assureur AIG, qui avait partie liée avec la banque honnie. Mais il est fait peu de cas des résultats de la commission d'enquête qui sauf erreur ne mit pas en cause de conflit d'intérêt ni de manœuvre frauduleuse. Il est fait peu de cas surtout de l'accueil favorable quasi unanime, au plan qu'il présenta en 2008 pour enrayer les effets dévastateurs de la crise...
En définitive, pour les auteurs, toute personne ayant approché de près ou de loin Goldman Sachs devrait sans doute être considéré comme un pestiféré. Et à ce titre, écarté à vie de toute responsabilité publique. Dans le même temps, ils admettent pourtant que la banque se caractérise par une excellente et durable santé financière et qu'elle est même parfois considérée comme une sorte d'université tant elle imprègne les économistes qui passent par ses officines.
Comment d'ailleurs expliquer que même le président Obama, arrivé en chevalier blanc décidé à nettoyer les écuries d'Augias, ait cédé aux sirènes enjôleuses de GS ? Comment expliquer qu'après avoir mis en garde contre les fameux excès de la finance, il ait faibli et livré son administration à son emprise ? A-t-il de la m... dans les yeux ou bien est-il lui aussi, acheté ?

L'hydre de Goldman Sachs a donc aux dires de M. Roche et Fritel, une tête partout et des fers à tous les feux. Mais bien pire encore, dès qu'elle est dans la place, elle n'hésiterait pas à se livrer aux pires spéculations à l'encontre même de ses clients.
On nous présente ainsi le projet Abacus, dans lequel fut impliqué le trader d'origine française Fabice Tourre, comme « le casse du siècle ». GS aurait en effet parié sur la baisse de titres, pendant qu'elle les vendait à tour de bras à une clientèle naïve en lui faisant miroiter de substantiels bénéfices. Il est pourtant bien difficile de démêler le vrai du faux, et de déterminer la part des responsabilités reposant sur chacun des acteurs impliqués, tant ce genre d'opération est complexe. Elle évoque l'affaire qui toucha la Société Générale et son courtier Jérôme Kerviel, et qui vit cinq milliards d'euros s'évaporer à l'occasion de placements hasardeux. Qu'il y eut des imprudences, un excès d'optimisme, c'est un fait certain. Mais il n'était pas besoin d'être expert pour constater que cette euphorie était largement répandue, touchant les banques, les Etats, mais également les citoyens.
La bulle des subprime fut un autre exemple de cette inconscience collective. Du gouvernement qui les encouragea, aux petits propriétaires qui y crurent, en passant par les banques qui les mirent en œuvre, tout le monde s'aveugla sur ces opérations immobilières insensées. L'ennui pour M. Roche et Fritel, c'est qu'à la fin « GS s'en sort toujours ». Est-ce le signe d'une bonne gestion ou bien celui d'une diabolique malhonnêteté ?
Les auteurs n'ont à l'évidence aucun doute. Pour enfoncer leur clou ils n'hésitent pas à se livrer aux pires insinuations, en affirmant par exemple qu'en septembre 2001, au moment même des attentats, les dirigeants de GS donnaient des directives à leurs subordonnés pour « spéculer en direct ». Sans qu'on nous éclaire d'ailleurs sur la nature de ces machiavéliques tractations...
Enfin, si l'on suit M. Roche et Fritel, GS aurait par ses obscures machinations contribué largement à la faillite de la Grèce. Ici encore, il ne faut pas compter sur le film pour démêler l'écheveau dans lequel s'est perdu cet infortuné pays.
Le scénario ressemble surtout à celui tristement classique du surendettement, où, de déficit en emprunt, on s'enfonce en suivant une spirale infernale. Sans doute y a-t-il une responsabilité des organismes prêteurs, mais sans créance, il n'y aurait pas de créanciers...
Imagine-t-on que les banques soient des institutions philanthropiques ?
Qui en l'occurrence est le plus coupable : le gouvernement grec, qui profita de son adhésion à la zone euro pour vivre au dessus de ses moyens, sans mesurer les conséquences à long terme de ses actes sur la confiance de ses créanciers...? Ou bien ceux qui l'ont aidé, pour passer un cap, à présenter sous un jour favorable mais fallacieux ses comptes, en recourant aux astuces les plus secrètes de la sophistication financière ?
Et surtout, comment imaginer si GS était coupable de toutes les malversations dont on l'accuse, de tous les abus de confiance dont on l'incrimine, qu'elle parvienne encore à trouver des clients acceptant si facilement à être les dindons de la farce ?

Le film ne le dit pas évidemment...

En conclusion, ce documentaire partisan, dans lequel le fantasme occulte largement la réalité, n'apporte aucune vraie réponse. Il sème en revanche un doute mortifère sur tout un système dont le bien fondé, qu'on le veuille ou non, se mesure aisément au niveau de prospérité inégalé que nos sociétés ont atteint.
Il n'en reste pas moins certain qu'il est difficile de vouer une sympathie immodérée aux organismes bancaires, auxquels la plupart des gens sont liés, plus par obligation que par affinité. Il est vrai qu'on peut souvent avoir le désagréable sentiment que leurs courtiers cultivent davantage l'intérêt de leurs employeurs que celui de leurs clients. Il est évident enfin, lorsqu'on est dans la situation d'emprunteur, que le retour régulier des échéances, s'associe en règle, à une contrainte plutôt désagréable, voire angoissante.
Mais qui n'a jamais au moins une fois dans sa vie, été heureux de bénéficier d'un prêt bancaire pour réaliser un projet ?

On pourrait toutefois espérer des débats moins manichéens et plus constructifs. 
Il y aurait beaucoup à dire par exemple sur le gigantisme excessif de certaines entreprises notamment bancaires. Il fait craindre l'inflation de la bureaucratie, et l'installation de monopoles préjudiciables à l'émulation et à la saine concurrence. Et pire, il amène des difficultés croissantes de gestion, rendant celle-ci de plus en plus obscure, voire inintelligible, en faisant in fine, courir le risque de faillite monstrueuse, l'ensemble illustrant l'adage anglo-saxon « Too Big To Fail »; et justifiant les aides massives mais extravagantes que durent fournir in extremis aux banques, des Etats eux-mêmes au bord de la banqueroute.
Une des rares remarques de bon sens pêchées dans ce film vient d'un ancien économiste du FMI, Simon Johnson qui déclare que « ce n'est pas tant sur la banque qu'il faut s'interroger que sur son gigantisme... »

On pourrait enfin réfléchir sur les avantages et inconvéneints respectifs des régulations et des dérégulations. Il n'est pas certain en effet que ce soient ces dernières qui aient occasionné la crise comme on l'entend à tout bout de champ. Un jeu est d'autant mieux pensé que ses règles sont simples et faciles à mettre en œuvre. Un des fléaux de notre époque est l'accumulation hallucinante de textes de lois, d'incitations, d'interdictions, de niches, de dérogations, d'obligations en tous genres. Plus personne ne s'y retrouve.
Si l'anarchie n'est pas souhaitable, un peu de clarté et de bon sens s'impose. En l'occurrence, seul l'Etat a la maîtrise de cela...
Je ne me lasserai jamais de répéter le fameux adage de Tocqueville, qui définit si bien à mes yeux l'essence de l'esprit de liberté : «Le plus grand soin d'un bon gouvernement devrait être d'habituer peu à peu les peuples à se passer de lui...»

13 commentaires:

Pierre a dit…

Mais qu'attendez-vous pour partir vous installer dans ce pays lamentable qu'on nomme l'Amérique ? Si vous êtes si admiratif de cet empire (responsable d'à peu près tous les maux sur la planète depuis 1945) qu'attendez-vous ? (Ça nous ferait des vacances !)

claude a dit…


a Pierre
votre hargne antiaméricaine vous fait perdre tout sens critique et votre vindicte pollue le raisonnement
personne ne vous contraint à lire les reflexions de pierre henri a la générosité de partager avec nous

Pierre-Henri Thoreux a dit…

Bravo pour votre sens de l'objectivité et votre magnifique contribution au sujet qui était évoqué.
Vous avez besoin de vacances ? Prenez en donc un peu pour réfléchir...

Alex29 a dit…

Je constate Pierre-Henri que vous avez déjà un fan club :-)

tippel a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
tippel a dit…

Excellent article sur la désinformation des journalistes ventriloques de la gôoôche la plus ringarde du monde

Pierre a dit…

Bien sûr, bien sûr. Ma contribution est sans rapport, c'est cela... Parce que Goldman Sachs est une banque asiatique peut-être ? Quand allez-vous donc cesser d'être méprisant avec ceux qui ne sont pas de votre avis. Grandissez un peu ! Essayez d'être un peu tolérant (mais avec vos références c'est sûr que ça ne doit pas être facile)...

Ma remarque était donc parfaitement en rapport à votre inutile article. Du coup, les vacances , pensez-y plutôt pour vous. Bien qu'avec votre statut on imagine que vous ne devez pas en manquer. Ce qui ne vous empêche pas hélas d'être particulièrement irritable, cassant et agressif dans vos réponses, sauf quand il s'agit d'un de vos obligés ci-dessus (qui, comme d'habitude, n'oublie pas de se courber bien bas).

claude a dit…


pour Pierre
faisant partie du fan club, bien que non obligé,, ce sont vos commentaires que je trouve inutiles , inutilement insultants et vulgaires
La tolérance peut se concevoir pour des commentaires intelligents et non agressifs , faisant avancer le débat
Désolé de vous déplaire mais je choisis mes amis et vous n'en êtes pas assurément

Pierre a dit…

Pour l’inénarrable Claude

Il n’empêche que, voir des insultes et de la vulgarité là où n'y en a pas, en dit long sur le profond et inquiétant dérèglement mental de votre perception des choses et des gens.

Du reste, les obligés, arrêtez donc de nous bassiner ici à longueur de pages avec votre prétexte fallacieux (ce soi-disant "désir de débat" qui, à vous entendre, animerait l'auteur du blog) ! Stop à la plaisanterie ! Qui lit ce blog régulièrement, en restant un minimum objectif, se rendra compte qu'ici on assène des "vérités" de militant forcené et aveugle. Ici l'on COMBAT (à défaut de le faire physiquement) mais l'on ne débat pas...

claude a dit…

tout ce qui est excessif est dérisoire beaumarchais

Pierre-Henri Thoreux a dit…

à Pierre : J'aimerais connaitre votre définition du débat. Vous n'apportez aucune idée en dehors d'une haine primaire pour les Etats-Unis. Et vous la reportez mécaniquement sur une banque, parce qu'elle est américaine. Je suis certain que vous auriez mieux à dire. Allez, je suis bon prince, je vais vous donner des idées. Vous auriez pu évoquer par exemple, le Crédit Lyonnais, surtout lorsqu'il était nationalisé. Magnifique exemple de probité. Et occasion rêvée de tester la solidarité obligée des contribuables, pour éponger les quelques 130 milliards de francs évaporés par ses dirigeants (nommés en toute indépendance par l'Etat) . Vous pouvez également nous donner votre sentiment sur la BPI que gouvernement actuel vient de créer sur les mêmes principes flamboyants... Je n'insiste pas sur votre manière torve d'évoquer mon statut professionnel, ni sur celle dont vous agressez les gens au seul motif qu'ils émettent un jugement favorable sur mes propos...

tippel a dit…

A PIERROT, vous devez accepter de prendre une triquet puisque vous êtes uniquement dans l'anathème. Votre critique n'est pas argumentée, vous ressemblez à un gauchiste des années 68, ou qui répète des slogans appris par cœur au NPA ou au PCF dans les années 60. On attend plus de culture politique de votre part pour débattre. A plus.

extrasystole a dit…

J'aime bien cette intervention de Pierre. Entre nous, bien pensants, c'est rafraichissant. Cela m'evoque des repas de famille ou quelqu'un debarque dams une conversation sans se soucier trop du sujet mais fonce tete baissee pour dire ce qu'il a sur le coeur. C'est peut etre l'idiot du village mais pas forcement. Alors habituellement on l'ecoute par politesse. Accordons lui la ´liberte´ d'expression et Ecoutons un instant ce que Pierre a a dire.