25 juillet 2014

A défaut d'agir, ils pérorent

Peut-on encore vraiment s'émouvoir de cette interminable guerre qui meurtrit le Proche-Orient, comme un poignard retournant sans cesse sa lame dans une plaie jamais cicatrisée? Peut-on raisonnablement prendre encore parti pour le Hamas dans ce conflit insensé qui semble n'avoir ni début ni fin et dont les tenants et les aboutissants se perdent dans le sable et la poussière d'une terre décidément maudite ? Peut-on nourrir encore quelque sympathie pour cette Palestine où rien ne semble pouvoir pousser hormis la haine ?
Faut-il enfin s'étonner que faisant suite à une lancinante pluie de roquettes, tirées sans répit par pure et insensée provocation, Israël finisse une fois encore par lancer la grosse artillerie à l'assaut de ces têtes brûlées, définitivement enragées contre lui ?
Tout cela est si tragiquement déterminé, si fatalement et mécaniquement inscrit sur l'infernale partition de la guerre, qu'il paraît difficile d'éprouver autre chose qu'un sentiment désespérément fataliste.

A chaque fois, les grands de ce monde font semblant de redécouvrir ce conflit ou feignent de n'en voir que les apparences trompeuses. Est-ce par lâcheté ? Est-ce parce qu'ils jugent prudent de ménager la chèvre et le chou face à des opinions publiques si promptes à croire ceux qui crient le plus ?
A l'instar de François Hollande qui invite un jour Israël "à prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces", et qui le lendemain fait mine de s'apitoyer sur le sort des Palestiniens en déclarant "qu'il faut mettre un terme immédiat à la souffrance des populations à Gaza" (l'Express).
Même indécision du côté des ministres qui fustigent les violences et les actes racistes anti-juifs qui se multiplient et qui ont émaillé les manifestations paraît-il interdites de Barbès et de Sarcelles. Dans le même temps ils affirment comprendre et partager l'émotion des insurgés pro-palestiniens... 
Pour justifier les fluctuations d'une politique incertaine, le ministre de l'intérieur M. Cazeneuve va même jusqu'à sortir cette banalité en forme de tautologie : «La France n'a choisi qu'un camp, celui de la paix» (Le Figaro 21/07)
Il est vrai que dans les rangs de l'opposition, ce qu'on entend ne vaut guère mieux. M. Juppé par exemple, ancien ministre des Affaires Etrangères, “ne comprend pas” la stratégie du gouvernement israélien et s'interroge gravement sur son blog : "Que peut-il attendre de plus d’une telle opération que de celles qui l’ont précédées, sinon l’accumulation des morts, l’exaspération de la haine, la radicalisation des terroristes qui ne rêvent que de guerre ? ». Mais a-t-il vraiment pris dans ses douillets salons bordelais, la mesure de la situation à laquelle l'Etat juif est confronté ? Imagine-t-il qu'il ait tant de choix ? Que faudrait-il donc faire selon lui ? Laisser tomber les roquettes comme si de rien n'était ?

En vérité, tous ces gens bien intentionnés semblent vraiment avoir de la m.... dans les yeux. Ne voient-ils donc pas cette montée du fanatisme, cette détestation permanente d'une bonne partie du monde islamique pour Israël, et au delà pour les valeurs occidentales ? Sont-ils sourds aux vociférations haineuses qui nous vrillent les tympans à longueur d'actualité ? Sont-ils indifférents aux exactions commises par tous ces fous d'Allah ? Ignorent-ils donc l'intolérance manifestée à chaque fois que ces gens agissent ou s'expriment ?
Même Mahmoud Abbas qui a la réputation d'être modéré, rappelait encore récemment son objectif de "purifier la Palestine de toute présence juive..."
Manuel Valls a sans doute eu raison de clamer bien fort que “Ce qui s'est passé à Sarcelles est intolérable” (Le Point). Mais ce sont de vains mots, puisqu’en toute connaissance de cause, il a laissé une poignée de vandales déverser sur la voie publique des torrents de haine raciste, et saccager des quartiers entiers, piller, démolir les biens dont il est supposé garantir la sécurité.

Il faudrait un vrai prolongement dans l’action...
Les ignominies infligées aux derniers Chrétiens d’Irak par une secte d’horribles fanatiques n’est-elle pas intolérable également ? La fatwa ahurissante ordonnant l’excision de toute la population féminine soumise au diktat de ces imbéciles furieux s’érigeant en califat, n’est-elle pas pareillement intolérable ?
Jusqu’où nos pays prétendus civilisés, si prompts à juger des exactions du passé, et à distribuer à tous vents des leçons de morale, toléreront-ils l’intolérable ?

2 commentaires:

Anonyme a dit…

on peut s'étonner de l'unanimité d'une opinion et de diplomaties porteuses de compassion à sens unique
Je suis lasse d'entendre le Hamas assimilé à une valeureuse résistance contre un occupant quasi nazie, lasse de voir exploitée de manière obscène les images horribles d'enfants tués et blessés
Car si le Hamas sait construire des tunnels pour acheminer des armes et procéder à des attentats en Israel, il se garde bien d'en construire pour abriter les populations civiles dont il se sert, de paravent de moyens de propagande de bouclier et d'armure
Quelle émotion aussi de voir de jeunes juifs venus de l'étranger accourir défendre leur Patrie.
Que l'on pleure les morts soit, mais que les politiques, moulins à paroles creuses se remuent un peu et obtiennent enfin du Hamas et des autres le renoncement à la destruction d'Israel, le renoncement au terrorisme et que de vraies négociations commencent
Comment peut-on refuser à un état d'assurer sa défense et sa sécurité alors qu'on le reconnaît à un autre à qui on autorise tous les moyens

Et tout cela est bel et bon pour verser de l'huile sur les braises rougeoyantes d'un islamisme radical antisémite Il y trouve un aliment de choix pour abuser les naifs prompts à étaler une bonne conscience spectaculaire et sans risque ,aussi irresponsable qu'obligatoire pour flatter les grands cœurs

Anonyme a dit…

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/07/26/31001-20140726ARTFIG00004-alain-finkielkraut-au-nom-de-la-lutte-contre-l-islamophobie-on-sous-estime-la-haine-des-juifs-et-de-la-france.php