17 novembre 2018

Jour de Révolte

On ne sait trop comment qualifier le jour qui vient tant il ne ressemble à rien de ce qu’on a connu. On ne sait vers quelles perspectives il est susceptible de nous entraîner.
Le fait est que la révolte gronde, prenant quelque peu au dépourvu les Pouvoirs Publics, mais également les partis politiques, les syndicats, et tous les fameux “corps intermédiaires” en somme...
Il faut dire que cette rébellion montait pourtant doucement en puissance depuis quelque temps, à la manière d’une lame de fond. Peut-être sera-t-elle anodine, peut-être ne durera-t-elle qu’un jour. Qui sait ?
Elle révèle toutefois un malaise profond dans la genèse duquel les gouvernants portent une très lourde part de responsabilité, qui ont noyé l’action dans les promesses, la politique dans la démagogie, la bienveillance dans l’indifférence, la responsabilisation dans le laisser-aller, la gestion dans l’incurie, et qui ont fait preuve en définitive de plus de lâcheté que de courage.
Ils ont étouffé la liberté et les initiatives dans une inextricable forêt de réglementations dans laquelle plus personne ne s’y retrouve. Aujourd’hui un peu partout les gens sont en perte de repères. Toutes les institutions publiques sont en voie de perdition, rongées par une infernale et galopante bureaucratie. Quant à l’esprit civique, laissé en friche, il est en pleine déliquescence. Comme se lamentait le poète Hôlderlin, “que la vie perde ainsi tout sens, c’est une souffrance sans égale, un sentiment continuel d'anéantissement (Thalia Fragment).

C’est souvent par le biais des impôts et des taxes que surviennent les insurrections populaires. On se souvient des soulèvements causés par la gabelle sur le sel, la révolte du papier timbré qui mit la Bretagne à feu et à sang, et bien sûr le Boston Tea Party qui fut le point de départ de la révolution américaine, boutant les Anglais hors du pays et menant à l’indépendance. Enfin, tout récemment de nouveaux Bonnets Rouges se levèrent violemment contre la stupide écotaxe, qu’il fallut abroger piteusement...

Le Gouvernement actuel ferait bien de se souvenir de ces épisodes. Ses membres ont beau rejeter l’augmentation vertigineuse des prélèvements en tous genres sur le dos de leurs prédécesseurs, ça ne prend plus. Chacun voit bien que les mauvaises habitudes perdurent en dépit des beaux discours, tandis que le train de vie de l’Etat est toujours plus dispendieux.
Il est urgent d’enrayer cette folle spirale fiscale qui ne mène qu’à la désespérance et à l’appauvrissement général.
Il est non moins urgent de mettre enfin un frein à l’inflation de lois et de contraintes qui s’abattent sur nos têtes.
Nos dirigeants seraient bien inspirés de commencer par renoncer aux nouvelles augmentations des taxes sur les carburants prévues en 2019 et de revoir les dernières réglementations sur la circulation automobile. Si M. Macron veut encourager comme il le prétend le travail, il ne peut continuer à pénaliser le trafic routier qui est au pays ce que la circulation sanguine est à l’organisme humain.
Il faudrait également qu’il médite le lumineux conseil de Tocqueville demandant à l’Etat d’aider avant toute chose, les citoyens à se passer de lui...

16 novembre 2018

Itinérance douteuse

Qu'il fut pénible ce laborieux marathon entrepris par le Président de la République, pour commémorer la fin d’un conflit atroce et vanter la paix, tout en agitant le spectre de la guerre et en instrumentalisant les peurs !
Tout semblait faux et décalé dans ce douteux théâtralisme sur fond de grisaille automnale. A commencer par cette nouvelle resucée de polémique au sujet du maréchal Pétain.
C’était presque inévitable tant les mentalités sont restées crispées, confites dans un manichéisme simpliste sur ce sujet. Il serait certes excessif d’en faire porter l’entière responsabilité sur le chef de l’Etat qui s’est pris les pieds dans le tapis en tentant de justifier ce qui reste injustifiable aux yeux des grands prêtres de la bien-pensance mémorielle.

Plus graves en revanche furent les allusions lourdingues comparant notre époque aux années trente. M. Macron s’exonère en la circonstance un peu facilement de ses échecs et de son incapacité à réconcilier le peuple et ses dirigeants, comme il en fit l’aveu quelques jours plus tard. La radicalisation des esprits n’est que la conséquence de la faiblesse insigne du pouvoir, incapable d'affronter les réalités les plus triviales et de nommer les périls. Il n’échappe pas à cette incurie générale.

Mais le pire était à venir, notamment lorsque sur Europe 1 le président se fit le partisan d’une armée européenne pour "nous protéger à l'égard de la Chine, de la Russie et même des Etats-Unis". Ces propos furent logiquement jugés insultants par Donald Trump qui venait justement commémorer à Paris la fin de l'infernale boucherie européenne, obtenue grâce au débarquement de quelques deux millions de soldats américains sur le continent !
Pendant toutes les cérémonies du 11 novembre M. Macron n’eut de cesse de narguer de manière infantile le président américain, faisant chanter sous son nez une de ses plus virulentes opposantes ou bien s'amusant à vanter le  patriotisme contre le nationalisme, faisant passer peu ou prou son homologue américain pour un épigone du nazisme.
Quoiqu’on pense de M. Trump, il n’est pas étonnant qu’il ait répliqué à sa manière par tweets interposés ironiques, sur le défaut de popularité de son ancien ami et sur la médiocrité de ses résultats concrets après un an et demi au pouvoir…
Quelle tristesse de voir gâcher une relation qui avait plutôt bien commencé et qui se termine en eau de boudin, sans qu’on puisse espérer la moindre retombée favorable pour notre pays.

Quelques jours plus tard, M. Macron tentait d’atténuer les tensions qu’il avait stupidement fait naître, mais il se montrait plus arrogant que jamais et imbu de certitudes vis à vis du peuple français. Passons sur la symbolique contestable du porte-avions servant de décor à l’entretien qu’il donnait à la chaîne télévisée TF1. Alors que le pays croule sous les impôts et les taxes et qu’une grande jacquerie se prépare pour s’opposer à la voracité fiscale, il maintient “droit dans ses bottes” le programme insensé d’augmentation des taxes sur les carburants.
Non seulement l’argument de la protection de l’environnement ne porte plus, mais le chef de l’Etat prend le risque de discréditer l’écologie aux yeux des citoyens excédés d’être sans cesse punis en son nom, tandis que les Pouvoirs Publics toujours plus prodigues, semblent s’en moquer royalement. On bassine le peuple avec la fameuse transition écologique, mais de quelle transition s’agit-il ? Grâce aux efforts des constructeurs, jamais les moteurs diesels n’ont été si propres. Ils ne produisent quasi plus de particules, ils consomment moins que leurs équivalents “essence”, et rejettent donc moins de CO2 ce qui leur vaut d’ailleurs des malus moins punitifs à l’achat. On sait d’autre part que les voitures électriques posent au moins autant de problèmes que celles roulant aux carburants fossiles. Après avoir encouragé le gazole durant des décennies, dans quelle folie l'Etat continue-t-il de nous entrainer ? Envisage-t-il de nous contraindre à revenir aux chevaux ou bien à la marche à pied et au vélo ?

Pour tenter d’apaiser la colère des contribuables le Président va jusqu’à prétendre qu’il se bat à l’international pour "faire baisser le prix du baril de pétrole". Il vaut mieux rire d’une telle naïveté car sinon on pourrait être tenté de croire qu’il se moque carrément de nous.
Cerise sur le gâteau enfin, pour justifier la hausse incessante des prélèvements en tous genres, M. Macron n’a pas trouvé mieux que de dire qu’ils permettaient de financer les dépenses de l’Etat ! Qu’attend-il donc pour les diminuer enfin ?

23 octobre 2018

Le Crépuscule d'une Espérance

A l'occasion du récent remaniement ministériel, on a beaucoup glosé sur l'allocution du Président de la République, et la tonalité automnale, quasi sépulcrale, qu'elle a donné au mandat que lui ont confié les Français. Navrant paradoxe, on le dirait finissant alors qu’il devrait entrer dans son midi rayonnant.
Clarté crépusculaire, voix blanche, monocorde, pour aligner laborieusement et avec une lourde solennité, une kyrielle de platitudes ronflantes.

La dynamique, au moins verbale, à laquelle nous avait habitués le chef de l’état semble vraiment cassée. En témoigne le temps qu’il lui a fallu pour accoucher d’un nouveau gouvernement cacochyme, répondant semble-t-il à une seule problématique en forme de casse-tête, celle du respect des parités: des sexes, des tendances politiques, des statuts. Triste constat qui révèle le mal être d’une époque sans inspiration, sans dessein, sans détermination. «Donc, on agite les milieux politiques français au nom d'un remaniement qui n'a pas lieu» a déclaré sarcastique, l’ancien président Valery Giscard-d’Estaing...

Monsieur Macron a beau dire que le courant des réformes ne déviera pas d’un iota, le projet est pour le péquin moyen de plus en plus illisible et la direction dudit courant aléatoire.
Un seul exemple, la réforme de la taxe d’habitation, que personne ne demandait et dont on peine à percevoir l’intérêt, puisqu’il ne s’agit que d’un jeu de vases communicants. Pour l’heure elle ne fait que des déçus. Non seulement sa disparition reste hypothétique, mais pour les bénéficiaires d’une baisse, celle-ci s’avère inférieure aux promesses. Pour les autres, c’est la potion amère, c’est à dire un nouvel alourdissement de la charge.
Il faut dire que de nombreux maires ont sournoisement profité de l’occasion pour augmenter préventivement les taux qu’ils infligent à leurs administrés. Ils font ainsi d’une pierre deux coups: ils se servent sur l’allègement octroyé par le gouvernement, et anticipent le calcul de la dotation qui leur sera allouée un jour peut-être, lorsque l’Etat aura décidé la suppression, et qu’il lui faudra comme promis compenser pour les communes le manque à gagner.
Ainsi donc, le poids croissant de l’impôt repose sur un nombre de plus en plus restreint de contribuables qui voient dans le même temps les services s’étioler : éclairage, traitement des déchets, voirie, propreté, sécurité….

Après un début en fanfare, le quinquennat d’Emmanuel Macron s’est mis à patiner, ressemblant de plus en plus à celui de Nicolas Sarkozy. Les belles paroles et les déplacements “sur le terrain” ne suffisent plus à masquer le manque d’action. Pire, ces gesticulations s’accompagnent de grossières erreurs de communication, ruinant peu à peu le crédit d’une politique par trop indécise, et remplie de contradictions. Puisque plus rien n’a de sens pourquoi donc s’émouvoir des violences qui gangrènent la société, jusque dans les écoles, puisque le Président n’hésite pas à poser fièrement avec des délinquants arrogants qualifiés angéliquement “d’enfants de la République” ?

En revoyant les images de cette désormais fameuse autant que lugubre allocution, on peut se demander si tout n’est pas joué pour la jeune mais déjà sclérosée “République en marche” ?

13 octobre 2018

Mister Bad Blues

Il est là. Silhouette improbable de flibustier hirsute du Big Bad Blues*.
Avec sa barbe légendaire qui s'effiloche au souffle des ventilos et se confond avec les volutes évanescentes de son cigarillo, avec ses lunettes noires et son vieux galurin, il est venu pour faire du boucan. N'allez pas croire qu'il s'agisse pour autant d'un excité, il flirte tout de même avec les soixante-dix piges et sait ménager ses articulations. Tout au plus amorce-t-il de ci de là, quelques pas chaloupés en balançant les décibels.


Il faut dire qu'avec sa sono démesurée formant un vrai mur d'enceintes, quand il s'empare de sa guitare, ça remue en soute. Il ne s'agit pas de faire le mariole.
Avec sa Gibson rutilante, mécaniques chromées, table et manche éblouissants, Mr Gibbons lâche avec délectation la purée. Ça rugit comme un dragster au démarrage, appuyé par une ligne de soutien en béton.
A l’arrière, aujourd’hui* ce ne sont pas ses compères du ZZ Top mais c’est du pareil en même pour l’efficacité déménageuse: Joe Hardy à la basse, Greg Morrow à la batterie, et pour compléter le trio, James Harman à l’harmonica, Mike Flanigin aux claviers, Austin Hanks à la guitare, and co...


Il y a un petit côté image d'Epinal dans ce gros blues texan monté sur jantes inox, et qui carbure au kérosène. Tout est loin d'être génial assurément, mais quand la cavalerie s’ébranle, « ça le fait » quand même rudement bien comme on dit. Le moteur tourne rond et les oreilles ravies boivent goulûment ses vibrations au ronronnement exquis. Aussi bien sur les standards éprouvés de Muddy Waters et de Bo Diddley (Bring It To Jerome, Standing Around Cryin’, et un Rollin’ And Tumblin’ absolument démoniaque) que sur les compositions originales (toute la gomme avec Missin’ Yo Kissin’, puis un Hollywood 151 bien acidulé, les puissants et capiteux My Baby She Rocks, Let The Left Hand Know, Mo’ Slower Blues, et le suave et pulpeux Crackin’ Up pour terminer en toute sérénité…).
Billy Gibbons a de l’énergie à revendre. Ses riffs chauds et lourds se mêlent avec volupté à la mousse bien fraîche d’une Bud additionnée de jus de cactus, dans la touffeur de l’air moite, et sa voix grasse et graveleuse associe la saveur du bitume brûlant au parfum du vieux cuir délicieusement tanné. Je ne m'en lasse pas...


* Big Bad Blues. Billy F Gibbons. 2018

11 octobre 2018

Le Christ est-il libéral ?

C’est la question que pose l’abbé Robert Sirico dans un récent ouvrage* décapant.
Ce prêtre américain au parcours contrasté commença sa carrière dans la mouvance de ce qu’on appelle parfois la Théologie de la Libération, venue d’Amérique Latine et dont le pape François est également issu. Il baigna durant ses années de séminaire dans le bouillon marxiste qui infusait toute bonne pensée de l’époque, celle des sixties et des seventies. Cela lui valut de vivre la religion comme un engagement résolument ancré “à gauche”.
Il était toutefois très à cheval sur les usages et le dogme, considérant par exemple que l’homosexualité était contraire aux préceptes de l’église. La destinée étant parfois cruelle, cela lui posa un vrai cas de conscience lorsqu’il dut convenir qu’il était lui même gay…
Se trouvant en porte à faux avec l’église catholique, il se fit alors protestant, fonda la Seattle's Metropolitan Community Church, et plaida pour une plus grande tolérance, réclamant notamment activement le droit pour les prêtres de se marier (entre eux pourrait rajouter facétieusement Laurent Baffie…). Il fut le premier à célébrer un mariage entre deux personnes du même sexe en 1975 à Denver.

Redevenu par la suite catholique, Robert Sirico fut ébranlé par la lecture des oeuvres de Friedrich Hayek (La Route de la Servitude) et de Milton Friedman (Capitalisme et Liberté). Ce fut un choc, entraînant une nouvelle conversion, cette fois pour les idées libérales, c’est à dire l’inverse de la perspective dans laquelle il s’était jusqu’alors engagé de bonne foi, si l’on peut dire, menant au socialisme.
Son dernier ouvrage paru cet été s’est donné pour objectif de préciser “les raisons morales” qui le poussent désormais à se faire l’avocat d’une économie libre.
Non seulement cette option ne lui semble pas contradictoire avec le message du Christ, mais il donne quantité d’exemples montrant qu’il n’y a rien en somme de plus naturel.
Jésus n’a-t-il pas dit et répété que l’homme était libre et que c’était justement en exerçant cette liberté qu’il était susceptible de s’émanciper des contingences et de s’élever spirituellement ?
Si l’on sait qu’il est “plus difficile à un riche d’entrer au Paradis qu’à un chameau de passer par le chas d’une aiguille”, personne ici bas, et aucun pouvoir n’a pour autant la moindre légitimité pour empêcher quiconque de devenir riche. Cela relève de la responsabilité individuelle, autant d’ailleurs d’être riche que de faire usage de cette richesse. Si la pauvreté n’est pas indigne et peut être choisie en toute conscience, l’abondance de biens n’est pas immorale en soi.

S’agissant de l’organisation de la société, Sirico remarque que la Capitalisme est le modèle le plus propice à garantir la prospérité au plus grand nombre. Si le Socialisme a réussi sans peine à appauvrir les gens, il n’est jamais parvenu, ni aucun de ses innombrables avatars, à donner la richesse au peuple, hormis à la Nomenklatura.
Entre autres vertus, la société capitaliste est également la plus réactive pour se préoccuper des problèmes sociaux et environnementaux. Syndicats et lobbies écologistes y sont bien plus puissants et aptes à défendre leurs causes qu’en régime hyper réglementé collectiviste.

Le raisonnement suivi par Robert Sirico n’est en soi pas d’une originalité fracassante. Il est celui tenu par nombre de philosophes libéraux depuis des décennies, voire des siècles.
Ce qui en l’occurrence est frappant, détonnant, c’est qu’un prêtre affirme qu’il soit possible de l’inscrire sans difficulté dans le message chrétien. On croit rêver…
En cela, l’auteur se distingue du Pape François, qui affiche des conceptions par trop partisanes, pour ne pas dire bornées, et qui continue rituellement de vouer la liberté aux gémonies.
De leur côté, les penseurs libéraux ne font habituellement pas de référence à la religion, considérant que l’amour de la liberté est compatible par nature avec toute foi digne de ce nom. Pour tout dire, le libéralisme ne se définit pas par rapport au Divin. Il s’oppose catégoriquement en revanche, aux théories assujettissant l’homme à un Dieu hypothétique et à Sa Loi, surtout si celle-ci est dictée par des ignorants qui s’octroient le droit de parler en Son nom. Il s’oppose pareillement aux credos athées, pires encore, qui soumettent le peuple à un Parti sans visage et sans âme, mais si cruellement et stupidement humain...
Robert Sirico apporte fraîcheur, ouverture et espoir à ce champ de réflexion, habituellement plombé par les a priori et par un prêt-à-penser à sens unique. En définitive, il illustre bien cette citation tirée des évangiles : “Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres” (Jean 8:36)
* Catholique et libéral: les raisons morales d’une économie libre. Robert Sirico Salvator. 2018

08 octobre 2018

Une Histoire De Volonté

En plus d’avoir été un grand artiste, Charles Aznavour (1924-2018) fit preuve d’une volonté féroce, capable de déplacer des montagnes en quelque sorte.

On sait combien ses débuts dans le petit monde cruel du Music Hall furent difficiles. Découragé de toute part en raison de son physique peu avantageux, de son manque de charisme, et pire que tout de la qualité prétendument médiocre de sa voix, il s’accrocha envers et contre tout. Magnifique leçon de courage et de détermination. “On m'a pas aidé, je n'ai pas eu d’veine mais au fond de moi je suis sûr au moins que j’ai du talent” dit sa fameuse chanson, la première à lui ouvrir enfin les portes de la gloire à plus de 35 ans…
On connaît la carrière admirable qu’il fit par la suite, marquée par une inspiration très féconde et une personnalité unique, par une longévité exceptionnelle, et par une aura bientôt planétaire.
Le personnage était resté des plus simples, parcourant l’espace médiatique sans en avoir l’air, et réagissant avec patience, bon sens et humour aux questions parfois un peu niaises des journalistes qui l’interviewaient. Il eut le triomphe modeste, certain de son génie mais magnanime vis à vis des imbéciles qui le méprisèrent et ceux même qui le trainèrent dans la boue.
On se souvient de ses démêlés avec le fisc, au cours des années soixante-dix qui allèrent jusqu’à lui valoir une condamnation à la prison. Heureusement après maintes péripéties dont le pouvoir politique n’est pas sorti grandi, cet épisode se termina en non lieu. Mais il fut l’occasion de révéler au grand jour les vieilles rancunes et la névrose obsessionnelle minant les mentalités dans notre pays au sujet de la réussite et de l’argent.
Après lui avoir dénié la qualité de chanteur, on avait voulu réduire à néant sa bonne fortune. De chanteur “sans voix” il était devenu star “bling bling”. Aznavour exprimera sa colère : ”En France, on taxe les artistes et les créateurs comme si on voulait les faire crever !
Le mal était fait. Il causa son exil pour la Suisse, lui qui se disait si français...

Français, il le fut assurément par toutes ses fibres. Par ses chansons avant tout qui magnifient le génie de notre langue et porte haut ce que l’esprit français peut faire de mieux. Bien qu’il chanta dans toutes les langues, et bien qu’un de ses plus grands succès s’appelle “She”, c’est par son style à la fois populaire et très travaillé que tant de ses refrains se sont imposés. La ribambelle des titres chante dans l’âme au gré des mots et des mélodies : “Hier Encore, Non Je N’ai Rien Oublié, Je M’voyais Déjà, Il Faut Savoir, Voir Les Comédiens, La Bohème, Emmenez Moi, J’aime Paris Au Mois De Mai, Nous Nous reverrons Un Jour Ou L’autre...”
Français, il le fut enfin par sa façon d’être. Il alla jusqu’à franciser son nom et son prénom, comme pour donner raison à Eric Zemmour, mais surtout pour ancrer son personnage dans l’histoire de son pays d’adoption.
Bien que les observateurs tentent des amalgames douteux, il n’y a pas grand chose de commun entre son destin et la tragédie actuelle des migrants. S’il avait gardé de l’Arménie quelques racines, il avait totalement assimilé les us et coutumes de notre pays. On lui reprocha d’ailleurs il n’y a pas si longtemps les mots crus avec lesquels il plaida pour une immigration maîtrisée et raisonnable...

A la mort du crooner, les éloges fusent de toutes parts, tout se mélange, tout s’estompe et sous la pluie des hommages le petit homme acquiert une stature de commandeur. C’est mérité et c’est tant mieux...

30 septembre 2018

Ladies Sing The Blues

Dieu sait qu’il y eut de beaux blues chantés par des femmes.
Bessie Smith, Ella Fitzgerald, Nina Simone, Sarah Vaughan, Aretha Franklin sont là pour en témoigner, pour n’en citer que quelques unes, et naturellement la plus grande, sans doute la plus bouleversante, Billie Holiday.
Elles ont contribué à former la sève du blues, qui ne serait pas si profond, si universel sans elles.


Aujourd’hui me viennent deux noms supplémentaires.

Bettye LaVette tout d’abord que j’ai découvert un peu tard ( elle chante depuis 1962...) grâce à un disque paru en début d’année et consacré tout entier à Bob Dylan: Things have changed.
C’est une vraie révélation tant cet album dégage d’émotion et de puissance.
L’artiste n’a pas choisi parmi les titres les plus faciles ni les plus connus, mais peu importe car elle les transfigure littéralement. On entre dans un monde étrange, qui nous dit bien quelque chose (et pour cause: It Ain’t Me Babe, The Times They Are A-Changin’, Don’t Fall Apart On Me Tonight...) mais qui signifie bien plus que ça. C’est une mer de sonorités soul débordant de suavité dans laquelle on entre avec ravissement.

Bettye LaVette, par son interprétation pénétrante et inspirée, montre toute la beauté tragique contenue dans le trip dylanien. On y entend des cris écarlates de tristesse et de désespoir mais on y sent également la caresse de chaudes larmes, source d’un indicible réconfort.

ça commence par la pulsation tranquille du titre éponyme Things Have Changed qui groove élégamment sur la vanité des choses, et sur le vertige du changement, fléau d’une époque en mal de repères. ça reviendra d’ailleurs de plus belle un peu plus loin avec le fameux The Times They are A-Changin’ presque enjoué.

Soulignons que les arrangements musicaux sont particulièrement soignés, pleins de pulpe et de saveur, et assurent un soutien velouté à cette fête qui tient à la fois du jazz, de la soul et du blues. La preuve: une magnifique série de blues languides ponctue cet itinéraire: It Ain’t Me babe, Don’T Fall Apart On Me Tonight, Mama You Been On My Mind, Ain’t Talking, Emotionally Yours et Going, Going, Gone qui clôt l’album dans un quasi souffle, expirant sur des nappes de steel guitar.






Dans un tout autre genre, j’ai découvert il n’y a pas si longtemps Ann Rabson, pianiste, guitariste, chanteuse et auteur compositeur. Disparue trop tôt par la faute d'un méchant cancer en 2013 à 67 ans, elle a laissé un héritage modeste mais des plus captivants, produit qui plus est par l’excellente maison Alligator.

Comme Bettye LaVette sa carrière commença en 1962. Elle fut membre d’une formation de blues féminine durant plus de deux décennies, avant de jouer en solo.
Avec le LP Music Makin’Mama sorti en 1997 elle s’en donne à coeur joie si l’on peut dire. Passée maître dans l’art du boogie, elle nous en délivre ici gaiement quelques uns avec une pêche incroyable, tout en exprimant un feeling à fleur de peau. On croirait parfois entendre la verve inimitable du délicieux Pinetop Perkins… 

Citons notamment dès l’ouverture un Baby Every Once In A While bien chaloupé, puis le sautillant Givin’ It Away, avant de voir débouler Music Makin’ Mama, puis dans un genre plus retenu, presque languissant, Ain’t That A Shame, et enfin l’émouvant Blue Boogie au piano solo.
Il y a bien sûr du blues à tous les étages, moelleux, pulpeux: No Later On, Gonna Stop You From Giving Me The Blues, et parfois mêlé subtilement de R&B: What I Don’t See Can’t Hurt Me, I Haven’t Got A Clue...

La voix claire d’Ann Rabson, quoiqu’un tantinet nasonnée communique beaucoup de fraîcheur et d’entrain à sa musique, dont les accents bluesy se teintent de quelques sonorités folk, voire bluegrass bienvenues (Snatching And Grabbing, He’s Got Me Goin’, Skin And Bones)
.
L’excellente section rythmique qui l’entoure (Jeff Sarli bass, Big Joe Maher drums), permet au piano de s’ébrouer en toute liberté, mais également au violon (Mimi Rabson), au ténor sax (Greg Piccolo) à l’harmonica (Phil Wiggins) et bien sûr aux guitares (Ann, John Cephas, Bob Margolin).

L’automne se prête au blues, même lorsque le temps est radieux et le soleil éclatant. Il y a dans l’air comme un sentiment d’abandon qui plane et qui résonne avec la musique; un parfum de solitude et d’ineffable affliction. Merci Bettye, merci Ann d’accompagner doucement en soi ces sensations et de les transformer en pure joie et en sérénité…

25 septembre 2018

La Santé en Plan

Ainsi donc un nouveau plan est annoncé pour réformer le système de santé français !
Il ne déroge pas à la règle: chaque nouveau gouvernement se doit d’apporter sa pierre à ce perpétuel chantier.
Présenté en grande pompe par le Président de la République en personne et baptisé “Ma Santé 2022”, il aurait vocation à tracer les perspectives en la matière pour les cinquante années à venir !

Alors qu'il était censé répondre au profond malaise des professions de santé, le chef de l’Etat a réaffirmé qu’il ne s’agissait pas d’un problème de sous-financement mais d’organisation. Tous les gens qui espéraient des moyens supplémentaires en seront pour leurs frais. Quant à l’organisation, on chamboule semble-t-il une fois encore la forme, mais il faut bien chercher ce qui change sur le fond.

Certaines mesures étaient déjà pressenties. Par exemple, la suppression de l’inénarrable numerus clausus qui rejette pour d’obscurs motifs planificateurs près de 90% des étudiants en fin de première année.
Ce système était devenu une véritable monstruosité organisationnelle, rassemblant dans les mêmes amphithéâtres bondés, non seulement les étudiants en médecine, mais également ceux en pharmacie, et qui plus est, les futurs dentistes, sages femmes et masseurs-kinésithérapeutes !
Un véritable chef d’œuvre de planisme comme la France est sans doute un des rares pays à savoir les porter à cet indicible degré d’absurdité. Tout le monde ou presque s’accordait sur l’inanité de cette sélection aride qui faisait perdre un an ou deux, à la majorité des étudiants inscrits dans cette Première Année Commune aux Etudes de Santé (PACES). Car force était de recruter un peu partout des médecins à diplômes étrangers pour faire face à la pénurie ressentie sur le terrain, et tout ça pour constater au bout du compte que la France ne manque pas de médecins par rapport aux autres pays de l’OCDE, mais qu’ils ne sont pas aux bons endroits et pas dans les bonnes spécialités….
On ne reprochera donc pas au gouvernement actuel de mettre fin à cette sinistre comédie, mais on peut s’interroger sur les solutions alternatives envisagées. Le Plan est en effet plus qu’évasif sur le sujet et peut laisser craindre pour le coup qu'on passe du manque à l'excès. Au surplus, il fait une nouvelle fois l’impasse sur les professions para-médicales auxquelles nombre de tâches dévolues aux médecins pourraient être confiées. Mise en pratique dans beaucoup d'autres pays, une telle délégation permettrait pourtant de générer de substantielles économies en diminuant le besoin en médecins, tout en revalorisant et en modernisant les profils de nombre de métiers de la santé.

Parallèlement, le gouvernement a pris acte du poids croissant des charges administratives pesant sur les médecins dits “de ville”. Mais curieusement, plutôt que de proposer enfin un vrai “choc de simplification”, il promet une armée de 4000 "assistants médicaux" destinée à alléger leur fardeau et leur permettre de soigner plus de patients. Hélas rien ne dit d’où il compte sortir ces gens ni de quelle formation il devront attester. Ni infirmiers, ni secrétaires, ni aides-soignants, on comprend mal leur positionnement mais on suppute qu’ils imposeront un coût supplémentaire non négligeable à l’Assurance Maladie. Au surplus, comme toute assistance étatique cette aide sera attribuée aux praticiens sous conditions, en l’occurrence de se rassembler pour former des “communautés professionnelles territoriales de santé”.
L’idée d’exercer en groupe pluridisciplinaire n’est ni mauvaise, ni très nouvelle, mais mise en œuvre sous contrainte, elle risque de se transformer en expédient et pourrait se traduire par le retour des dispensaires d’autrefois, guère efficaces ni innovants…

Supposées enrayer la désertification de nos campagnes, ces maisons de santé polyvalentes seraient susceptibles de se voir renforcées par l’arrivée de 400 praticiens dépêchés tout exprès pour la cause. Là encore, rien ne dit d’où viendront ces recrues providentielles ni ce qui pourrait les attirer dans les trous perdus que la République a purement et simplement abandonnés à leur triste sort, à force de prôner depuis des décennies l’hypermédicalisation centralisée dans les grandes métropoles, et la planification à outrance sur le modèle néo-soviétique. Pour lutter contre les déserts médicaux, M. Macron se refuse encore à envisager la suppression de la liberté d’installation des médecins, mais on subodore qu’il n’y a plus qu’un pas pour arriver à cette funeste extrémité.

Les Pouvoirs Publics n’en sont certes pas à une contradiction près. Aujourd’hui, ils veulent revitaliser les petits hôpitaux en les réorganisant et en les renommant, tout en laissant entrevoir la fermeture de leurs maternités, de leurs blocs opératoires au seul motif qu’ils ne pratiquent pas assez d’actes. Enfin, la tarification à l’activité (T2A) qui était un facteur d’émulation, et un système de répartition des ressources équitable, sous réserve qu’elle reste simple, raisonnable, et neutre, est en passe d’être en partie au moins abrogée après à peine quinze ans d'existence. Au moment précis où l’Etat cherche désespérément à la mettre en œuvre dans le champ des soins de suite et de réadaptation (SSR), il la rabote consciencieusement dans celui du court séjour, en proposant de la remplacer par l’usine à gaz du “financement aux parcours de soins” et “à la qualité”. Comprenne qui pourra...
Comment diable motiver les troupes avec une telle politique à la fois erratique et couarde, qui dit blanc un jour et noir le lendemain, et qui refuse obstinément de s’attaquer aux racines du mal ?

Devant ce plan étique, on ne peut s’empêcher, lorsqu’on a la fibre un peu libérale, de penser qu’on est en train une fois encore de passer à côté de la mère des réformes. Dans sa déclaration d’intention, M. Macron affirme haut et fort qu’il entend rester dans le prêt à penser idéologique suranné dont le pays crève à petit feu: “je veux que ce qu'on appelle le système de santé soit l'un des piliers de l'Etat providence du XXIe siècle qui prévient et protège et puisse accompagner les parcours de vie.” Belles paroles, mais guère pragmatiques...
Au point où nous sommes rendus, on aurait pu rêver à la suppression de toutes les instances administratives inefficaces, au premier rang desquelles figurent naturellement les Agences Régionales de Santé (ARS). Le Canada qui en était également doté l’a fait, pourquoi pas la France ?
On aurait pu de cette façon, imaginer redonner aux hôpitaux l’autonomie de fonctionnement qu’ils ont perdu au fil des décennies. Dans un tel contexte la délégation d’une partie de la gestion au corps médical aurait sans doute été en mesure d’apporter plus de responsabilité et permis à certains de comprendre que la pérennité d’un établissement ne dépend que de deux conditions: être en équilibre financier et réaliser des prestations conformes à l’état de l’art.
On aurait également pu rêver à l’ouverture à la concurrence du monopole usé de l’Assurance Maladie.
On aurait pu enfin songer à décloisonner les soins en favorisant les délégations de tâches au personnel non médical, et comme les instances européennes nous y invitent, à déréglementer nombre de professions de santé.
Mais force est de conclure que tout cela est hélas inimaginable dans notre pays...
Illustration: Le Petit Prince. Saint-Exupéry.

24 septembre 2018

Le Grand Dé-Management

Beaucoup de facteurs concourent sans doute au désenchantement du monde.
Selon l’économiste Nicolas Bouzou et la philosophe Julia de Funès, les méthodes de management usitées dans les entreprises y sont pour quelque chose. Tout particulièrement celles qui s’adressent à ce qu’on appelle horriblement les Ressources Humaines.

Les deux analystes font dans un petit livre décapant*, un constat glaçant des dérives bien intentionnées mais délétères qui pervertissent désormais l’organisation des entreprises, qu’elles soient privées ou publiques (ces dernières ayant importé les dérives managériales des premières “parce qu’il s’est trouvé une époque où cela faisait moderne et sérieux”).
L’ouvrage fourmille d’observations dont la pertinence semble évidente lorsqu’on les confronte à ce qu’on peut voir ici ou là dans sa propre entreprise ou dans les reportages édifiants que les médias se plaisent régulièrement à diffuser sur le sujet.

Alors qu’on ne parle plus que de Qualité de Vie au Travail (QVT), de bien-traitance, de “care”, le ressenti des salariés ne cesse paradoxalement de se détériorer. Et comme on passe une bonne partie de sa vie au travail, il n’est pas étonnant que cela finisse par retentir sur la santé. De fait, une pléiade de nouvelles maladies professionnelles sont apparues ces dernières années : au déjà tristement célèbre “burn-out”, témoignant de l’excès de charge et de stress, sont venus s’ajouter le “bore-out” qualifiant l’ennui au travail, et le “brown-out” exprimant la perte du sens de son métier.
On a beau recruter des Chief Happiness Officers (CHO), mettre en place des chartes éthiques destinées à (re)placer l’humain au centre de tout, rien n’y fait. Les experts en management rivalisent d’imagination pour trouver sans cesse de nouveaux gadgets, ludiques ou consensuels, se gargariser de “démocratie participative”, il ne s’agit pour l’essentiel que de mots creux, vains ou redondants faisant autant d’effet que cataplasmes sur jambes de bois...

D’une manière générale, force est de constater “l’incapacité du management à freiner la complexité bureaucratique qui paralyse l’entreprise”, aussi bien à l’intérieur (par la multiplication des process et l’avalanche des reportings) qu’à l’extérieur (par la pléthore de réglementations, et de normes de plus en plus contraignantes, confinant parfois à l’absurde).
A cela s’ajoute une crise de confiance qui se manifeste par “la profusion des indicateurs de performance, chaque geste du personnel étant scruté, compté, évalué, standardisé...”
Selon N. Bouzou et J. de Funès, le management des entreprises ne fonctionne pas car "il est dominé par la peur et la non prise de risque, et nourri d'injonctions contradictoires", tout en restant attaché aux préceptes paternalistes selon lesquels les individus préfèreraient ne pas travailler, présupposant “une flemmardise consubstantielle à l’homme.”
Au lieu de miser sur la capacité d’initiative et sur l’émulation inter-individuelle, “le collectif est devenu un impératif catégorique”. Cela se traduit par un consensualisme stérile, qui “consiste à chercher l’accord des autres pour ne pas se démarquer ou pour se couvrir.”
De ce point de vue, le fameux et quasi incontournable “brain-storming” est catastrophique : “fantasmant l’horizontalité et l’égalité, c’est la raison pour laquelle il ne donne jamais rien.”

Dans ce désastre chronique, on confond les concepts (autorité/pouvoir, compétence/promotion, prudence/précaution, écoute/consensus…), et on perd beaucoup de temps à distraire les salariés de leurs tâches essentielles. Les gouvernants et ceux qui aspirent à le devenir, aggravent de leur côté les choses en désignant de manière rituelle des boucs émissaires faciles mais illusoires (capitalisme, libéralisme, mondialisation…) ou en forgeant
au fil d'incessantes réformes, un droit du travail de plus en plus absurde, qui "croyant protéger les travailleurs, les enferme dans un univers carcéral."

Parmi les solutions proposées par les auteurs, figurent un certain nombre de mesures simples destinées à restaurer la confiance et à favoriser l’autonomie des personnes. Ils condamnent notamment la multiplication des open spaces dans lesquels les gens se gênent plus qu’ils n’échangent, ils prônent à l’inverse le développement du télétravail.
Ils insistent sur la nécessité pour les entreprises d’élaborer des projets et des objectifs clairs et intelligibles par tous. Partant du principe que la connaissance, "sans nous affranchir de toute contrainte, nous libère en nous permettant de devenir autonome", il ressort que le personnel doit connaître le projet de l’entreprise et y adhérer. "Chacun doit avoir une vision globale de l’entreprise dont l’organisation doit être simple et compréhensible". Ces objectifs doivent être le plus largement partagés afin d’éviter le travail en silo, qui conduit chacun à fonctionner à l’échelle de son service de manière cloisonnée et corporatiste.

On pourrait certes reprocher à cet ouvrage en forme de réquisitoire d’être quelque peu lapidaire, ou superficiel, voire de produire des lapalissades, notamment lorsqu’il recommande de “réduire les powerpoints”, de “prohiber les emails inutiles”, de “diminuer de moitié réunions et brainstorming”, de “supprimer les tours de tables”, de “jeter les pointeuses”. N’empêche, il a le mérite de poser quelques vraies questions derrière lesquelles on peut facilement retrouver l’aspiration légitime à plus de liberté et de responsabilité, sources d’épanouissement et d’émancipation. En d’autres termes, il faudrait enfin considérer les êtres humains comme capable d’atteindre la "majorité" à laquelle faisait référence le bon Kant lorsqu’il invitait chacun à oser penser par soi-même: “Saper Aude !” telle était la maxime des Lumières. Il conviendrait en somme de la remettre au goût du jour...
Nicolas Bouzou, Julia de Funès. La comédie (in)humaine. Editions de l'Observatoire 2018.

11 septembre 2018

Une Epoque Désenchantée

Objectivement, l’époque dans laquelle nous vivons peut être considérée comme une des plus belles que l’Humanité ait connu.
La prospérité n’a jamais atteint de tels niveaux, le confort matériel est meilleur que celui dont tous nos ancêtres ont pu jouir. Il n’y a quasi plus d’épidémies, plus de grandes guerres, plus de famines. Ni la pauvreté, ni la mort n'ont été abolies, mais les retombées pratiques du progrès technique et de l’industrie nous procurent un bien être inégalé. Une simple pression sur un bouton nous apporte la lumière, nos maisons sont dotées d’un agrément jamais atteint. Le moindre péquenot peut circuler dans une automobile plus confortable et rapide que le plus beaux des carrosses dans lesquels se pavanaient les monarques d’autrefois. L’information et la connaissance circulent à la vitesse de la lumière et chacun ou presque peut en profiter via la télévision ou l’accès au réseau internet. En France nous bénéficions d’un système de protection sociale offrant des avantages inouïs.

Pourtant, la morosité règne…
Tous les bienfaits dont nous sommes les bénéficiaires, au prix de siècles d’efforts, de sang, de sueur et de douleur, se teintent paradoxalement d’une âcre saveur, d’un parfum rance.
Affalés dans le bonheur matériel, nous ne savons plus apprécier les belles et bonnes choses, partagés que nous sommes entre une peur névrotique du moindre risque et un ennui abyssal d’enfants gâtés.
Pire, nous semblons ne plus croire au modèle de société qui nous a apporté ce bien-être. L'esprit de liberté et de responsabilité qui l'inspire est sans cesse remis en cause.
Tout est triste et désenchanté.


Passons sur les couplets larmoyants ou vindicatifs que certains politiciens démagogues ne cessent de nous seriner pour tenter de nous faire croire que nous sommes malheureux et qu’avec eux, nous serions si heureux ! Leur politique est trop souvent celle de gribouille. Incohérente, lénifiante et inefficace. Quant à ceux qui prônent le Grand Soir, la Révolution et les "lendemains qui chantent", ce sont des assassins en puissance...
Les gouvernants n’osent plus vanter le progrès technique qui est de plus en plus mal vu. Le principe de précaution a remplacé le goût de l’entreprise et de l’innovation. La croissance, signe de prospérité est considérée comme un péché. A l'inverse, l'endettement est banalisé, voire encouragé. La défense de l’environnement, qu’on nomme avec emphase écologie, qui devrait être joyeuse et l’affaire de chaque citoyen, est devenue un vrai pensum. Tout est fait pour culpabiliser la société dans son ensemble, mais sans jamais invoquer la responsabilité individuelle. La faute est toujours celle de l’autre qu’il faut sanctionner ou punir. Nicolas Hulot quittant à regret son ministère, pleure comme un gamin parce qu’il n’a pas réussi à imposer assez de contraintes pour mener à bien son projet fou de refaire le monde. Le Lendemain, il se baigne sur la plage huppée de Saint-Lunaire au pied de sa splendide villa où dorment sept véhicules parmi les plus polluants…
L’écologie, une fois passés les couplets ratiocineurs, est plus que jamais inefficace. Elle ne sait que sécréter des taxes, des règlements et de la désespérance. Il est bien loin ou le même Nicolas Hulot nous faisait rêver avec les images somptueuses de ses voyages, nous donnant alors vraiment envie d’aimer et de protéger notre Alma Mater…

Mais de nos jours, les grandes transhumances humaines sont devenues tragiques. Si l’on peut se réjouir du fait que les guerres et les conquêtes semblent faire partie du passé, elles ont été remplacées par les voyages touristiques qui illustrent la superficialité de notre époque. Les déplacements pour affaires ne valent pas mieux tant ils ne font que survoler les continents pour des motifs souvent dérisoires. Quand au rêve magique d’un monde meilleur que les émigrants nourrissaient en partant vers l’Amérique, ou quelque eldorado, il est évanoui. De nos jours l’immigration est une désolation. Rares sont les “migrants” qui manifestent le désir ardent d’adopter les us et coutumes des pays vers lesquels ils convergent. Ils s’y échouent, désabusés, plus qu’ils ne cherchent à y trouver un nouvel espoir. En retour, les hôtes subissent cette marée humaine plus qu’ils ne l’accueillent. Le Pape a beau rappeler les principes de générosité et de solidarité, sa parole peine à franchir les murailles dorées du Vatican.

De facto, la religion est en passe de perdre toute transcendance. Elle se confond de plus en plus avec les trivialités du quotidien et maints faits divers sordides la ramènent au niveau de la fange. D’un côté les fanatismes ressurgissent d’un passé satanique qu’on croyait révolu, de l’autre c’est l’hédonisme et les trompeuses théories sociales qui rongent le concept même de Dieu. Il n’y a plus d’illumination ni de foi capable de déplacer des montagnes, mais seulement d’obscures idéologies porteuses de sinistres et froids desseins.

La société toute entière, qui se prétend libérée, s’abîme dans de nouveaux carcans prétendument consensuels, mais qui asservissent l’être et la volonté humaine à une bureaucratie pavée de bonnes intentions, à la manière de l’enfer.
Soumise à ce nouveau pouvoir invisible, mais omniprésent, notre vie perd de plus en plus son sens. Alors que le bien-être matériel devrait permettre de s’élever au dessus des contingences, il semble contribuer au contraire à appauvrir la spiritualité, et avec elle toute source de joie et d’épanouissement.
Même l’expression artistique s’asphyxie dans cette voie marastique. L’inspiration a déserté les vaines installations pleines de boursouflures qui peuplent les palais clinquants où elles sont exposées, et où elles ne reflètent au mieux que les dérives mercantiles du marché artistique et la vacuité du monde contemporain.

Dans ce monde, tout n’est que complainte, souffrance et ennui…


"...C'est un univers morne à l'horizon plombé,
Où nagent dans la nuit l'horreur et le blasphème
Un soleil sans chaleur plane au-dessus six mois
Et les six autres mois la nuit couvre la terre;
C'est un pays plus nu que la terre polaire;
Ni bêtes, ni ruisseaux, ni verdure, ni bois !
Or il n'est pas d'horreur au monde qui surpasse
La froide cruauté de ce soleil de glace [...].
"

Charles Baudelaire
De profundis Clamavi
Les Fleurs du Mal 


Illustration : Odilon Redon, l'ange déchu

30 août 2018

Mauvaise Passe

Il y a manifestement quelque chose de grippé dans la belle mécanique macronienne.
Pas plus que l’épisode Benalla, la démission de Nicolas Hulot, n’est pour grand chose dans ce déraillement, sauf aux yeux des médias dont ce dernier était le chouchou. 
Comme pour beaucoup de personnalités prétendues “préférées des Français”, ce genre de popularité est des plus volatiles. En réalité la défection de l’ex-présentateur d'Ushuaia était attendue depuis sa nomination tant le personnage paraît incongru dans un gouvernement.
La preuve, à part l’inscription de beaux principes dans la Constitution, et une pâle contribution au calamiteux dossier Notre Dame des Landes, il n’a quasi rien à son actif. Quand on connaît le sectarisme du gars, on ne peut que s'en réjouir...
A sa décharge, aucun ministre de l’écologie n’a jamais fait mieux. On se souvient de Dominique Voynet, championne toute catégorie, dont la mauvaise foi alla jusqu’à nier les dégâts de la marée noire de l’Erika qui étalait son voile gluant sous ses yeux… Quant à Ségolène Royal qui tente opportunément de ramener sa fraise, on n'a pas oublié qu'elle s’illustra, entre autres rodomontades, par la funeste et stupide écotaxe...

N’empêche, le mandat d’Emmanuel Macron ressemble de plus en plus à une impasse.
C’est peu dire qu’il a perdu le mojo. Rien ne se passe comme prévu, ni comme on aurait pu l’espérer en écoutant ses discours enflammés.
Étiqueté “ultra-libéral” et “président des riches”, il endosse, à l’instar de Nicolas Sarkozy, aussi fougueux mais inconstant que lui, l’impopularité de réformes annoncées mais non ou à moitié réalisées. Aujourd’hui encore, il prend le risque de mécontenter l’intelligentsia en évoquant “les Gaulois qui ne veulent rien changer” alors qu’il recule lui-même sur tous les sujets qui fâchent. Comme un cheval pusillanime, sa détermination fléchit devant l’obstacle. Même sur le prélèvement de l’impôt à la source, qui semblait enfin acté, il semble hésiter.

Résultat, après l'illusion d'une esquisse d'embellie, l’état du pays continue de se dégrader irrémédiablement, surtout si on le compare à ses voisins.
Un récent éditorial de Jean Nouailhac paru dans le magazine Le Point fait un état des lieux assez consternant. La France traîne comme un boulet le chômage. Face à nos 9,2% , le Royaume Uni, qu’on dit emberlificoté dans le Brexit, affiche royalement 4%. En Allemagne, avec à peine 3,4%, c’est le plein emploi ! Même l'Irlande et le Portugal, pourtant étrillés par la crise de 2008 font bien mieux que nous (respectivement 5,3 et 7,3%)... Quant à l'Amérique, elle n'a pas connu situation plus floride depuis 50 ans !

Parallèlement, la France n’en finit pas d’alourdir sa dette. Lorsque nous nous félicitons de passer sous la barre des 3% du PIB en termes de déficit budgétaire, nos voisins germaniques peuvent se targuer d’un solde positif de 3%. Résultat, le PIB de l’Allemagne est supérieur au nôtre de près de 1000 milliards d’euros soit plus de 42% (3260 milliards € vs 2290). La France dégringole lentement mais sûrement dans le palmarès international. Après l’Angleterre, c’est l’Inde qui vient de nous passer devant...
Faute de parvenir à diminuer les dépenses publiques, faute de pouvoir simplifier l’incroyable arsenal bureaucratique hexagonal, et faute d’alléger les prélèvements obligatoires, la France continue de s’asphyxier doucement. Contrairement à tous les pays un peu plus dynamiques et audacieux, la croissance reste atone et la morosité sévit à tous les étages. Même l'inflation qu'on croyait jugulée, pointe à nouveau son nez, c'est dire...

Le moins qu'on puisse dire hélas en cette rentrée, est que les perspectives ne sont pas réjouissantes.
Pendant que le gouvernement promulgue à tour de bras des réformes ineptes, illisibles ou inapplicables, l’imagination inépuisable des technocrates continue de produire toujours plus de réglementations, de contraintes et de taxes. Après celles supposées rendre vertueux les citoyens sur les produits pétroliers, le tabac, l’alcool, les sodas et les produits trop sucrés, on évoque un alourdissement de la fiscalité sur les aliments excessivement salés. Serait-ce le retour de la gabelle ?

14 août 2018

Le Règne Du Langage

Par delà ses talents de romancier, le fantasque et regretté Tom Wolfe (1931-2018) s’essaya au journalisme dit d’investigation. Non sans enthousiasme (l’Étoffe des héros), fantaisie (Acid Test), humour (Le Gauchisme de Park Avenue) ou encore verve caustique comme dans son tout dernier ouvrage intitulé “le Règne du langage”.
Parue en 2016*, cette ultime enquête ne manque pas d’ambition en s’attaquant à la théorie de l'évolution incarnée par le célèbre Charles Darwin (1809-1882), et aux thèses savantes sur la nature du langage, véhiculées par le très vénéré Noam Chomsky.
Dans les deux cas Wolfe s’amuse à mettre en parallèle la vision des pontes sus cités avec celles d’épigones certes moins connus mais tout aussi solides scientifiquement, et qui furent conduits à remettre en cause certains dogmes.

Par exemple, Alfred Russel Wallace (1823-1913) qui faillit être le tout premier à publier une théorie aboutie sur l'évolution des espèces, rejoignant sur beaucoup de points les constats faits par Darwin lors de son odyssée à bord du fameux Beagle.
Ce dernier avait en effet tardé à les relater, par crainte des réactions notamment religieuses, et fut contraint de le faire après avoir été destinataire du manuscrit de Wallace, qui lui demandait naïvement conseil sur ses propres travaux ! 
Sur le point d'être doublé, Darwin, toute affaire cessante, coucha sur le papier sa théorie et les deux textes furent publiés simultanément. Seul Darwin en tira la gloire eu égard à son entregent dans la haute société anglaise et dans le monde scientifique, et grâce à quelques artifices de présentation lui donnant préséance aux yeux des lecteurs.
L’affaire aurait pu en rester à ce déroulé anecdotique puisque jamais Wallace ne chercha noise à celui qu’il admirait sans limite.
A la différence de Darwin qui fit de l’Homme un descendant direct des grands singes et qui présenta son travail comme une théorie universelle en passe d’expliquer tout par le simple principe de la sélection naturelle, Wallace ne put s’y résoudre. Il croyait aux forces de l’esprit. Refusant de faire de l’homme un animal comme les autres, et bien qu’athée, il tenta d’expliquer le génie de la pensée humaine par quelque mystérieux dessein de la nature. Pire, ses observations contredisent certains principes darwinistes. Par exemple le fait que le volume de la boîte crânienne des Néandertaliens soit bien supérieur à celui de n’importe quel singe, attestait pour lui que l’intelligence fut donnée à l’homme bien avant qu’il soit en mesure de l’utiliser, et non par adaptation progressive. Au surplus, l’apparence chétive et glabre de l’être humain, contredit le principe selon lequel l’évolution sélectionne toujours des caractéristiques favorables à l’espèce.
Sacrilège que cela pour Darwin qui fut très contrarié par ces prises de position et adjura Wallace de se ranger à son explication, dénuée de toute interprétation téléologique ou anthropomorphique, craignant sinon “qu’il n’assassine totalement leur enfant.”

Il arriva pareille mésaventure à Noam Chomsky, que les études sur le langage, avaient amené à affirmer qu’il s’agissait d’une fonction innée de l’être humain et que derrière la multiplicité et la diversité des idiomes, il existait une grammaire universelle.
Il alla jusqu’à poser qu’une des caractéristiques essentielles de tout langage humain était la récursivité, c’est à dire la capacité à imbriquer plusieurs idées au sein d’une même phrase.
C’était sans compter sur un de ses disciples, Daniel Everett, qui alla durant de nombreuses années étudier les modes de vie et d’expression de peuplades reculées, tels les Pirahãs en Amazonie. Il constata que ces derniers utilisent un langage étrange, mi sifflé, mi chanté, plutôt rudimentaire mais précis et dans lequel il semble vain de trouver la moindre parenté grammaticale avec quelque langue que ce soit, et totalement dénué de toute récursivité et mème de temporalité. Ces gens ne connaissent que l'instant présent, méprisant aussi bien le passé que l'avenir.
Loin d’être une caractéristique innée, né de l’évolution, le langage ne serait donc, selon Everett qu’un outil, tel l’arc et la flèche, mis au point par l’intelligence des êtres humains pour répondre aux problématiques pratiques de l’existence.

Tom Wolfe s’appuie sur ces deux duos contradictoires pour souligner les lacunes de la théorie de l’évolution, laquelle explique sans doute certains phénomènes adaptatifs au cours du temps, mais ne répond aucunement à la plupart des questions fondamentales que pose le Monde dans lequel nous vivons, notamment celles relatives à son origine.
A vrai dire, l’écrivain révèle que son questionnement naquit lors la lecture d’un article de la revue Frontiers in Psychology signé en 2014 par une belle brochette de ténors de la théorie évolutionniste, dont Noam Chomsky. Dans ce texte ils avouent en choeur que “les interrogations les plus fondamentales sur les origines et l’évolution de nos capacités linguistiques restent plus insolubles que jamais.”
Cet aveu d’impuissance redonne au langage toute son aura magique qui fait de l’être humain une créature à part. Selon Tom Wolfe, “C’est le langage qui a conféré à l’animal humain la force de conquérir chaque pouce de terre ferme sur cette planète, de gouverner chaque créature discernable à l’oeil, et de se goinfrer de plus de la moitié des ressources comestibles de l’océan. Et pourtant, cette mise en coupe réglée du globe terrestre n’est qu’un résultat mineur de la puissance de la parole: son principal exploit, c’est d’avoir créé l’ego, la conscience de soi !”
C‘est aussi l’occasion de reprendre l’argumentation du linguiste et orientaliste Max Müller (1823-1900), contemporain de Darwin, qui affirmait contre ce dernier que “la science du langage permettra de repousser les théories extrêmes des évolutionnistes, et de tracer une ligne ferme et indiscutable entre l’humain et le bestial” et qui pouvait s’exclamer sans avoir été pris en défaut à ce jour : “le langage est notre Rubicon et aucun animal n’osera le franchir.”
De son côté, Tom Wolfe, assez satisfait de son exégèse mi sérieuse mi humoristique, mais toujours excitante et remarquablement bien documentée, peut conclure sur une figure de style en forme de pirouette : “Dire que les animaux ont évolué jusqu’à devenir des êtres humains revient à soutenir que le marbre de Carrare a évolué jusqu’à être le David de Michel-Ange.”

* Le Règne Du Langage Tom Wolfe Robert Laffont Pavillons 2016

10 août 2018

Au feu, Trump encore !

C‘est quand même étonnant. je n’ai aucune sympathie naturelle pour le personnage incarné par l’actuel président américain. Son style à la fois clinquant et quelque peu poissard n’a rien pour me plaire et ses manières histrioniques ne sont pas de celles que j’affectionne.
Pourtant, lorsqu’il est pris à partie par les médias, ce qui est quasi quotidien, il m’arrive souvent de prendre fait et cause pour lui ( au grand dam de mon ami Extrasystole…)

Sans doute un peu parce que rien ne m’énerve plus que l’attitude consistant à chercher un bouc émissaire dès que quelque chose ne va pas et à lui faire endosser par principe tous les fléaux de la terre. Sans doute aussi par écœurement des curées au cours desquelles le chiens se repaissent avec une délectation orgiaque de leur proie.
Ce n’est pas que Donald Trump fasse pitié. Ce n’est pas non plus qu’il manque de répondant face aux hordes furieuses qui ne cessent de lui mordre les mollets.
On dirait d’ailleurs qu’il aime entendre les aboiements saluant chacune de ses sorties, et sans doute même en abuse-t-il un peu par pur esprit de provocation… Pour autant, cet homme n’a pas systématiquement tort comme on cherche à nous le faire croire.

Une nouvelle occasion m’a été donnée de vérifier ça après avoir entendu un flash d’information évoquant le gigantesque incendie qui vient de dévaster 120.000 hectares de forêt en Californie.
Le président américain à cette occasion (après avoir déclaré l’état de catastrophe naturelle et avoir débloqué une aide fédérale conséquente) s’est fendu d’un tweet critiquant la gestion de l’eau dans cet état, régulièrement la proie de tels embrasements sylvestres. Il a déploré qu’on rejette vers l’océan pacifique, au nom de principes environnementaux, des tonnes de flotte venant du nord, alors qu’elle serait si utile pour lutter contre le feu. Il a plaidé également pour l’éclaircissement des forêts afin d’empêcher la progression des incendies.

Réaction immédiate, quasi pavolvienne et un tantinet caricaturale des médias réunis (BFM, Libération, Le Parisien, Les Echos, l’Express…). Trump “a tout faux” (Paris Match). Face aux incendies, il “appelle à la déforestation” et confond les problémes s'agissant de l'eau. On n’en aurait jamais manqué d’après le sous-chef adjoint du Calfire, le service californien de lutte contre les incendies. Selon ce dernier, “C’est le changement climatique qui mène aux incendies plus intenses et destructeurs que nous voyons cette année”.
Le grand mot étant lâché, il n’y a plus qu’à fermer le ban, il n’y a plus rien à voir et on a tout dit…. Enfin presque car il faut tout de même rappeler au passage que Trump ne croit pas au changement climatique, ce qui invite à conclure que c’est en définitive lui le responsable ! CQFD...

Je ne sais pas si l’argumentation de M. Trump est solidement fondée, mais elle paraît tout de même relever de l’évidence et en tout état de cause, elle amène à réfléchir à des solutions pratiques.
L’explication qui consiste à incriminer le climat, a peut-être une part de vérité, pourquoi pas, mais elle est des plus loufoques et des plus vaines sur le plan pratique. Jamais la météo, même la plus torride, à elle seule n’a allumé le moindre incendie, c’est un fait. Sans doute peut-elle en aggraver les conséquences, lorsqu’il y a du vent et qu'il fait chaud et sec, ce qui est somme toute assez fréquent en été, notamment en Californie.
En la circonstance, accuser le changement climatique peut permettre de s’exonérer à bon compte des responsabilités, mais ce n’est pas plus efficace que de pisser dans un violon ou bien de tenter de résoudre en urgence la problématique du sexe des anges.
Il y a le feu au lac comme on dit et une chose est sûre, s’il y avait davantage d’eau il y aurait moins de feu. S’il y avait moins d’arbres et si des espaces étaient ménagés entre eux, il y en aurait moins à brûler (on sait notamment que cette catastrophe a résulté de la convergence de deux incendies). Enfin, s’il y avait moins d’irresponsables ou d’écervelés pour “allumer le feu”, ça prendrait sans doute moins facilement...

Bref, on peut être énervé par le parler direct, les manières abruptes ou les contradictions apparentes de M. Trump mais en prendre systématiquement le contre pied est au moins aussi imbécile que ce qu’il dit….

08 août 2018

Benalla par-ci Benalla par-là

Le retentissement donné à l’affaire Benalla peut paraître extravagant.
Quoi, la France qui a une si longue tradition de polices parallèles et de barbouzes s’offusquerait tout à coup qu’un supplétif affecté à la protection du chef de l’Etat prête main forte au très officiel Groupe de Sécurité de la Présidence de la République (GSPR) voire aux CRS ?

Tempête dans un verre d’eau, l’affaire a pourtant occupé le champ médiatique durant tout le début de l’été. Benalla par-ci Benalla par-là, il fut impossible d’échapper à ce nouveau micro scandale monté en épingle. Rien de mieux en tout cas pour souder les oppositions au pouvoir en place, en mal d’inspiration (en l’occurrence le pouvoir comme l’opposition d’ailleurs….). On vit ainsi toute la classe politique se lever comme un seul homme pour déposer solennellement une grotesque et vaine motion de censure à l'Assemblée. Echec garanti...

Pendant ce temps, c'est à peine si on parla des incendies meurtriers en Grèce, d'origine humaine comme toujours, faisant plusieurs dizaines de victimes. On parla encore moins des plus de 130 disparus, emportés par les eaux d'un barrage rompu au Laos.
On évoqua comme un fait divers anodin l'attentat revendiqué par les Islamistes faisant 2 morts dont une enfant de 10 ans et 13 blessés à Toronto. Il est vrai qu'il ne s'agissait parait-il que d'un acte commis par un déséquilibré...
Une fois encore, les ravages du terrorisme obéissent au trop classique "2 poids, 2 mesures”, notamment s'ils ont lieu loin de chez nous. Qui fit vraiment attention aux quelques 250 morts en Syrie causés fin juillet par les enragés du Prophète ? Qui remarqua la série d'attentats survenus en Afghanistan et au Pakistan dont le plus sanglant tua pas moins de 149 personnes le 14 juillet à Mastung au Balouchistan ?
Tout ça est bien peu de chose face à la petite vidéo de quelques dizaines de secondes passée en boucle des jours durant, où l’on voit le fameux Alexandre Benalla, conseiller spécial affecté à la sécurité du président, rudoyer deux manifestants, alors que ces derniers exprimaient paisiblement leur “haine du système” en jetant des bouteilles sur les gendarmes.
Derrière les mines surprises, contrites ou plus ou moins embarrassées des membres du gouvernement, il est possible également qu’on se frotte les mains. Pendant qu’on glose sur cette dérisoire histoire, on occulte les vrais problèmes et les mauvais indicateurs qui continuent de tomber comme vache qui pisse : croissance en berne, chômage en hausse, prisons passoires, déroute chronique des chemins de fer …
Cela dit, Benalla n’aura qu’un temps. Sitôt loin des caméras sitôt oublié...
Heureusement est venue la canicule estivale, annonciatrice à n’en pas douter, d'après les journalistes, de l'emballement climatique qui va peut-être nous tuer presque tous d’ici 2100…

25 juillet 2018

Hard Blues

Forte impression en découvrant le chanteur Jacob Banks lors du festival Cognac Blues Passion début juillet. 
Ce jeune anglais de 27 ans, originaire du Nigeria délivre un message musical d’une intensité et d’une puissance rares. S'il fallait qualifier son style, on pourrait dire qu’il mixe de manière très convaincante pas mal de sources d’inspirations : soul, blues, hip hop.
Cet heureux cocktail, à la fois riche et très épuré est littéralement envoûtant. A certains moments, il va même jusqu’à vous coller des frissons... Le public massé dans l’amphithéâtre herbeux était manifestement sous le charme . Ce soir là, la scène baptisée Blues Paradise par les organisateurs portait diablement bien son nom...
Accompagné d’une section rythmique hyper musclée, et d’un guitariste/pianiste aussi discret qu’efficace, le chant vous prend instantanément par les tripes avec ses inflexions magnétiques, brutales et déchirantes à la fois. Cette chaude voix de stentor s’impose avec une évidence quasi extatique (Unknown), elle peut asséner une mélopée subtile au son du marteau pilon qui vous laisse abasourdi (Chainsmoking, Mercy), et revenir vous chercher l’instant d’après avec des accents d’une suavité désarmante (Part Time Love, Photograph).
Pourvu que ce garçon continue sur cette voie. Pourvu qu’il ne se brûle pas les ailes au feu de la passion. Il paraît bien maîtriser son affaire. A suivre donc… Ses craintes se révéleront dès lors infondées : « I believe in what I say, why does everyone hear me wrong ? » 


A côté de cette superbe découverte « live », les chercheurs de fonds de tiroirs nous donnent à réentendre dans des enregistrements inédits, deux illustres aînés.
Jimi Hendrix tout d’abord via l’album intitulé Both Sides Of The Sky. Treize titres dont 10 totalement neufs permettent de se remettre dans l’oreille les riffs ébouriffants d’un des plus brillants météores de la pop music.
Exhumés des années 1968 et 69, ces sessions ont une fraîcheur intacte. Tout est bon, mais on retient particulièrement les divagations aériennes qui côtoient l’âme et les esprits : Power Of Soul, Jungle, Sweet Angels, Send My Love To Linda…
On retient également une prise au cours de laquelle Jimi mêle ses incantations sauvages aux slides acidulés de Johnny Winter (Things I used to do), un Georgia Blues très root avec Lonnie Youngblood au chant et au sax. Enfin, les scansions hypnotiques de Cherokee Mist qui rappellent que Jimi avait des origines indiennes.

Signalons enfin la resucée hard bop retrouvée dans les archives de John Coltrane, intitulée Both Directions At Once. C’est peu dire qu’on retrouve ici toute l’essence prolifique du génie coltranien tourbillonnant au bord du précipice.
Pour les amoureux du saxophoniste c’est un peu inespéré. Pour les autres ce sera peut-être un peu plus difficile. On connut en effet des enregistrements de meilleure qualité et plus construits (par exemple l’album inédit sorti en début d’année, qui donne à entendre des extraits de la tournée qu’il fit avec Miles Davis en Europe en 1960).
Ici, dans des sessions datées de 1963 (4 ans avant la disparition de l’artiste), Coltrane est au bord des convulsions qui allaient parfois le rendre difficile à suivre (avec Eric Dolphy notamment). Il y a quelques redondances dans les titres proposés. Par exemple, on entend 3 fois l’inédit « untitled 11386 », 4 fois le fameux mais déjà connu « Impressions », 2 fois Vilia, 2 fois One Up, One Down…
Restent quand même ces inimitables envolées, aussi libres qu’inspirées, soutenues par le beat merveilleux de trois associés de rêve : McCoy Tyner, Jimmy Garrison, Elvin Jones. Je me suis particulièrement régalé de l’Untitled 11383 qui ouvre de manière très tonique et pimpante l’album, ainsi que du Slow Blues qui offre plus de onze minutes de bonheur pur...