09 juin 2018

Histoire d'entendement

Etienne Klein n’a pas son pareil pour raconter des histoires de science. De sa voix grave et suave, il égrène et décortique avec talent et avec des mots simples les concepts les plus ardus, les paradoxes les plus troublants dans lesquels les savants se perdent habituellement en équations et conjectures.
Parmi ses domaines de prédilection figurent le temps, la relativité, la mécanique quantique. Il aime à nous amener au-delà des apparences et il nous invite à ne pas nous fier à ce qui paraît évident, à la simple observation du monde qui nous entoure. De ce point de vue il se pose en héritier des Lumières.
Pourtant, il lui arrive de succomber parfois aux travers contre lesquels il nous met en garde...

Lors d'une de ses très nombreuses interventions, qu’on peut trouver facilement sur internet, il a repris l’aphorisme de Kant nous invitant à réfléchir par nous-mêmes : « Aie le courage d’utiliser ton propre entendement »
Le problème est qu’il appuie son propos sur un exemple éminement discutable.
Prenant la thématique on ne peut plus éculée du changement climatique, il relate un sondage auquel aurait été soumis les membres du Congrès américain, en analysant la réponse des élus à deux questions des plus triviales.
La première : « selon vous y a-t-il un changement climatique », à laquelle la majorité des personnes a répondu « oui »
La seconde : « L’homme joue-t-il un rôle dans ce changement ?» à laquelle à l’inverse, la même majorité a répondu « non ».

Etienne Klein suggère qu’il y a une incohérence manifeste entre les deux réponses.
Il se moque même de l’argumentation du sénateur interrogé sur CNN, qui explique qu’il y a un changement parce que « le climat a toujours été changeant » et qu’attribuer ces variations à l’homme serait « faire preuve de beaucoup d’arrogance ».
Il termine sa digression en prenant la défense du président Obama alors en exercice, dont certains déploraient alors l’impuissance sur le sujet de l’écologie. M. Klein lui accorde au moins des circonstances atténuantes en lâchant dépité : « il faut voir ce qu’il a en face... »

Il y a me semble-t-il dans cette démonstration, « matière à contredire » pour paraphraser le titre d’un de ses ouvrages.
Première imprécision, Etienne Klein qualifie les élus interrogés de « sénateurs » alors qu’il n’en sait rien puisqu’il nous a parlé au départ du Congrès, qui regroupe certes des sénateurs mais également des élus à la Chambre des Représentants (ceux-ci étant d’ailleurs plus nombreux que ceux-là). Il cite l’opinion du « sénateur Jim Hall », mais sauf erreur, je ne suis parvenu à le trouver ni au Sénat ni à la Chambre des Représentants…
Une personne de ce nom est certes liée aux problèmes climatiques, mais il s’agit d’un professeur à l’Université d’Oxford et ses analyses sont beaucoup plus étayées et nuancées que ce que M. Klein nous en dit...

Seconde faille, il ne fait aucune analyse critique du questionnaire, qui s’avère des plus lapidaires et très manichéen : deux questions seulement auxquelles il fallait répondre par oui ou par non !
Il ne se demande d'ailleurs pas au passage s'il est raisonnable d'espérer faire surgir  des vérités scientifiques de sondages d'opinions...

Il ne s'interroge pas enfin sur la neutralité de l’enchaînement des deux propositions, et sur la conclusion qu’on est en droit d’en attendre. Le moins qu’on puisse dire est que l’ensemble paraît quelque peu téléguidé…

Il est en effet impossible de répondre non à la première question. On connaît le caractère aléatoire des prévisions météorologiques à quelques jours, comment pourrait-on affirmer la stabilité du climat sur le long terme ?
La seconde question est dès lors cousue de fil blanc. Dans le contexte du battage médiatique qui fait rage autour du réchauffement climatique, comment répondre « non » sans risquer de passer pour un dangereux provocateur ou bien pour  quelqu’un d’inconséquent ? C’est quasi impossible d’autant que le choix est étroitement fermé. Il est interdit de facto de répondre « qu’on n’en sait rien », ou de dire « un peu » ou « peut-être » … De toute manière, qu’on réponde oui ou non, la conclusion logique serait de poser une troisième question du style « Et alors ? », ce qui n’amènerait pas à autre chose, si l’on suit le raisonnement de M. Klein, que de trier les personnes comme le bon grain de l’ivraie..
On pourrait aussi se poser d'autres questions. S'il est vrai qu'il y a un changement climatique et que l'homme en est responsable au moins en partie, peut-on vraiment inverser la tendance ? Si oui, comment, et avec quelles conséquences prévisibles ? Est-il prouvé que le bilan du "global warming" est globalement négatif pour la planète, pour parler comme feu George Marchais...

Enfin, s’agissant du président Obama, le sémillant philosophe-physicien néglige le fait qu’à côté de ses belles paroles et de vertueux décrets protégeant quelques sites touristiques, il a autorisé et encouragé l’exploitation à grande échelle du gaz de schiste, faisant en la matière des Etats-Unis le plus gros producteur mondial et lui donnant l’auto-suffisance en matière de produits pétroliers.

En fin de compte l’exemple donné par Etienne Klein pour montrer l’importance de penser par soi-même peut-être complètement retourné. On peut légitimement poser que le physicien a fait passer beaucoup de subjectivité avant l’objectivité, et constater qu’il s’est laissé emporter avec armes et bagages rhétoriques dans le mainstream du conformisme et des idées reçues.
Dommage car la confiance en son jugement est nécessairement entamée…
Cela n’empêche naturellement pas de penser qu’il a raison lorsqu’il affirme que « la Terre est ronde » et que « l’atome existe »...

2 commentaires:

claude a dit…

Cher Pierre Henri, j'adore votre humour plein de malice On en a tant besoin en ce moment

Pierre-Henri Thoreux a dit…

Heureux de constater que vous êtes toujours lectrice ce blog chère Claude ! Avec mes amitiés.