10 août 2018

Au feu, Trump encore !

C‘est quand même étonnant. je n’ai aucune sympathie naturelle pour le personnage incarné par l’actuel président américain. Son style à la fois clinquant et quelque peu poissard n’a rien pour me plaire et ses manières histrioniques ne sont pas de celles que j’affectionne.
Pourtant, lorsqu’il est pris à partie par les médias, ce qui est quasi quotidien, il m’arrive souvent de prendre fait et cause pour lui ( au grand dam de mon ami Extrasystole…)

Sans doute un peu parce que rien ne m’énerve plus que l’attitude consistant à chercher un bouc émissaire dès que quelque chose ne va pas et à lui faire endosser par principe tous les fléaux de la terre. Sans doute aussi par écœurement des curées au cours desquelles le chiens se repaissent avec une délectation orgiaque de leur proie.
Ce n’est pas que Donald Trump fasse pitié. Ce n’est pas non plus qu’il manque de répondant face aux hordes furieuses qui ne cessent de lui mordre les mollets.
On dirait d’ailleurs qu’il aime entendre les aboiements saluant chacune de ses sorties, et sans doute même en abuse-t-il un peu par pur esprit de provocation… Pour autant, cet homme n’a pas systématiquement tort comme on cherche à nous le faire croire.

Une nouvelle occasion m’a été donnée de vérifier ça après avoir entendu un flash d’information évoquant le gigantesque incendie qui vient de dévaster 120.000 hectares de forêt en Californie.
Le président américain à cette occasion (après avoir déclaré l’état de catastrophe naturelle et avoir débloqué une aide fédérale conséquente) s’est fendu d’un tweet critiquant la gestion de l’eau dans cet état, régulièrement la proie de tels embrasements sylvestres. Il a déploré qu’on rejette vers l’océan pacifique, au nom de principes environnementaux, des tonnes de flotte venant du nord, alors qu’elle serait si utile pour lutter contre le feu. Il a plaidé également pour l’éclaircissement des forêts afin d’empêcher la progression des incendies.

Réaction immédiate, quasi pavolvienne et un tantinet caricaturale des médias réunis (BFM, Libération, Le Parisien, Les Echos, l’Express…). Trump “a tout faux” (Paris Match). Face aux incendies, il “appelle à la déforestation” et confond les problémes s'agissant de l'eau. On n’en aurait jamais manqué d’après le sous-chef adjoint du Calfire, le service californien de lutte contre les incendies. Selon ce dernier, “C’est le changement climatique qui mène aux incendies plus intenses et destructeurs que nous voyons cette année”.
Le grand mot étant lâché, il n’y a plus qu’à fermer le ban, il n’y a plus rien à voir et on a tout dit…. Enfin presque car il faut tout de même rappeler au passage que Trump ne croit pas au changement climatique, ce qui invite à conclure que c’est en définitive lui le responsable ! CQFD...

Je ne sais pas si l’argumentation de M. Trump est solidement fondée, mais elle paraît tout de même relever de l’évidence et en tout état de cause, elle amène à réfléchir à des solutions pratiques.
L’explication qui consiste à incriminer le climat, a peut-être une part de vérité, pourquoi pas, mais elle est des plus loufoques et des plus vaines sur le plan pratique. Jamais la météo, même la plus torride, à elle seule n’a allumé le moindre incendie, c’est un fait. Sans doute peut-elle en aggraver les conséquences, lorsqu’il y a du vent et qu'il fait chaud et sec, ce qui est somme toute assez fréquent en été, notamment en Californie.
En la circonstance, accuser le changement climatique peut permettre de s’exonérer à bon compte des responsabilités, mais ce n’est pas plus efficace que de pisser dans un violon ou bien de tenter de résoudre en urgence la problématique du sexe des anges.
Il y a le feu au lac comme on dit et une chose est sûre, s’il y avait davantage d’eau il y aurait moins de feu. S’il y avait moins d’arbres et si des espaces étaient ménagés entre eux, il y en aurait moins à brûler (on sait notamment que cette catastrophe a résulté de la convergence de deux incendies). Enfin, s’il y avait moins d’irresponsables ou d’écervelés pour “allumer le feu”, ça prendrait sans doute moins facilement...

Bref, on peut être énervé par le parler direct, les manières abruptes ou les contradictions apparentes de M. Trump mais en prendre systématiquement le contre pied est au moins aussi imbécile que ce qu’il dit….

6 commentaires:

extrasystole a dit…

Mon ami ta prose devient pathétique
le réchauffement climatique est certes contesté par des "brillants" en sciences (Claude Allègre) ou en biseness (Trump). Mais cette constation serait à priori, pour ceux qui font confiance à la science dont vous faite partie, de simples débilités sans importance si le pouvoir d'influence de ces guignols ne serait si important.

Pierre-Henri Thoreux a dit…

Mon cher Extrasystole, je crois que la haine que tu nourris pour D. Trump t'aveugle. On peut lui coller tout sur le dos, c'est bien pratique, mais un peu lassant et pas très efficace.
Quant à la peur névrotique vis à vis du climat, elle rappelle furieusement celle des Gaulois qui craignaient que le ciel ne leur tombe sur la tête. ça finira peut-être par arriver après tout, mais faut-il se battre la coulpe en permanence ou s'arrêter de vivre en attendant ?
Que fait-on ? Je suis très attaché à la protection de l'environnement que j'essaie de pratiquer autant que je le peux à titre personnel, mais j'en ai assez d'être pris pour un imbécile par les pouvoirs publics pour lesquels tout se termine toujours en taxes et impôts nouveaux. Dernier exemple en date, la fiscalité du diesel est une fumisterie éhontée...
Merci de trouver encore le courage de me lire en tout cas.

Antoine Marin a dit…

Au lendemain du décès de John Mc Cain ( "notre" oncle d'Amérique préféré ) faut-il rappeler ce que Donald Trump disait de lui quant à son passé de soldat au Vietnam :"Ce n'est pas un héros de guerre. C'est un héros de guerre parce qu'il a été capturé .... J'aime les gens qui n'ont pas été capturés".
Faut-il rappeler que DT n'a pas participé à celle ci pour une épine calcanéenne !!!!!

Pierre-Henri Thoreux a dit…

Sauf le respect qu'on doit à la mémoire de sa belle et courageuse personne, le malheureux McCain ne s'illustra pas hélas très brillamment en politique (cf 2000 et 2008).
Trump n'avait guère de tendresse pour lui mais le moins qu'on puisse dire est que ce n'était que la réponse du berger à la bergère vu le mépris affiché par McCain vis à vis de Trump. Refuser que le président assiste à ses funérailles nationales n'était tout de même pas très fair play. Au surplus, cette rancune féroce fut plutôt contre productive, notamment lorsqu'il s'est agi de limiter les effets pervers de l'obamacare.
Sans être méchant, McCain me faisait parfois penser à Bayrou... Plein de bonnes intentions mais quand même vindicatif et pas très pragmatique ni efficace.

claude a dit…

Méchant pour qui ?????

extrasystole a dit…

Il ne faut pas du courage pour vous lire. Au contraire c'est un plaisir d'avoir l'honneur de battre le fer avec un brillant intellectuel qui joue quelques divisions au dessus. Internet qui ignore les classements le permet.