13 octobre 2018

Mister Bad Blues

Il est là. Silhouette improbable de flibustier hirsute du Big Bad Blues*.
Avec sa barbe légendaire qui s'effiloche au souffle des ventilos et se confond avec les volutes évanescentes de son cigarillo, avec ses lunettes noires et son vieux galurin, il est venu pour faire du boucan. N'allez pas croire qu'il s'agisse pour autant d'un excité, il flirte tout de même avec les soixante-dix piges et sait ménager ses articulations. Tout au plus amorce-t-il de ci de là, quelques pas chaloupés en balançant les décibels.


Il faut dire qu'avec sa sono démesurée formant un vrai mur d'enceintes, quand il s'empare de sa guitare, ça remue en soute. Il ne s'agit pas de faire le mariole.
Avec sa Gibson rutilante, mécaniques chromées, table et manche éblouissants, Mr Gibbons lâche avec délectation la purée. Ça rugit comme un dragster au démarrage, appuyé par une ligne de soutien en béton.
A l’arrière, aujourd’hui* ce ne sont pas ses compères du ZZ Top mais c’est du pareil en même pour l’efficacité déménageuse: Joe Hardy à la basse, Greg Morrow à la batterie, et pour compléter le trio, James Harman à l’harmonica, Mike Flanigin aux claviers, Austin Hanks à la guitare, and co...


Il y a un petit côté image d'Epinal dans ce gros blues texan monté sur jantes inox, et qui carbure au kérosène. Tout est loin d'être génial assurément, mais quand la cavalerie s’ébranle, « ça le fait » quand même rudement bien comme on dit. Le moteur tourne rond et les oreilles ravies boivent goulûment ses vibrations au ronronnement exquis. Aussi bien sur les standards éprouvés de Muddy Waters et de Bo Diddley (Bring It To Jerome, Standing Around Cryin’, et un Rollin’ And Tumblin’ absolument démoniaque) que sur les compositions originales (toute la gomme avec Missin’ Yo Kissin’, puis un Hollywood 151 bien acidulé, les puissants et capiteux My Baby She Rocks, Let The Left Hand Know, Mo’ Slower Blues, et le suave et pulpeux Crackin’ Up pour terminer en toute sérénité…).
Billy Gibbons a de l’énergie à revendre. Ses riffs chauds et lourds se mêlent avec volupté à la mousse bien fraîche d’une Bud additionnée de jus de cactus, dans la touffeur de l’air moite, et sa voix grasse et graveleuse associe la saveur du bitume brûlant au parfum du vieux cuir délicieusement tanné. Je ne m'en lasse pas...


* Big Bad Blues. Billy F Gibbons. 2018

1 commentaire:

Trevor Perez a dit…

It’s laborious to search out knowledgeable people on this subject, however you sound like you recognize what you’re talking about! Thanks online casino games