09 juillet 2019

L'automobiliste, voilà l'ennemi...

J’habite dans une ville comme il en existe beaucoup en France. De taille moyenne elle compte autour de 50.000 habitants et un peu plus du double si l’on étend le calcul à la communauté d'agglomération.
Mais la caractéristique qu’elle partage avec beaucoup d’autres, c’est d’être quasi constamment ravagée par les travaux !
A peine un chantier se termine-t-il (en général avec un retard sur les prévisions et un alourdissement sensible des taxes locales) qu’un autre s’ouvre à côté, voire sur les lieux mêmes du précédent. Faire et défaire, c’est toujours travailler disait ma grand-mère…
L’impression est en effet souvent qu’on détruit pour reconstruire, de manière pas toujours cohérente. J’en veux pour preuve l’exemple suivant: Il se trouve que cette ville est centrée par un grand rond point où convergent quatre axes majeurs de circulation. Il y a une quarantaine d’année, un pont piétonnier avait été élevé à grands frais au dessus de cet important carrefour. Pour cela, il fallut creuser et enlever des milliers de tonnes de terre. Le résultat ne fut pas des plus esthétiques. Le nouvel édifice, en raison de la forme de son arche, fut baptisé poétiquement “chapeau de gendarme” quoiqu’il fut dans l’ensemble lourdingue, gris et triste. N’empêche, il était bien pratique. N’étaient les vagabonds, punks, et autres dealers qui y siégeaient des heures durant avec leurs chiens et leurs packs de bières, l’endroit aurait pu être sympathique si on en avait quelque peu amélioré l’apparence. Mais le "progrès social" et le laxisme des pouvoirs publics laissèrent libre cours à la mendicité, à la saleté et aux graffitis, qui en se conjuguant rendirent l’endroit de plus en plus répugnant.

Tout cela n’est plus car la Mairie animée d’un zèle soudain de bâtisseur, décida un beau matin de “redessiner la ville” !
En attendant que soient concrétisées les images d'artiste préfigurant une nouvelle cité radieuse, ce programme ambitieux fait vivre depuis plus de 2 ans un enfer aux citadins, aux commerçants et plus géneralement aux automobilistes qui sont contraints de s’engager à travers ce chantier permanent.

Une des premières actions consista à faire tomber la passerelle enjambant le carrefour et à combler l’excavation qui se trouvait en dessous.
L’idée était de rendre à ce quartier l’aspect qu’il avait jadis, sans souci des menus changements intervenus dans les moeurs, dans les habitudes de vie et notamment dans les manières de circuler.
Ou plutôt, justement si. A l’instar de nombreuses communes, le projet plus ou moins avoué était de redistribuer la circulation de manière à dissuader les autos de venir polluer le centre ville.
Déjà lourdement taxées lorsqu’elles stationnaient ou lorsqu’elles avaient le malheur de contrevenir à des règles de plus en plus exigeantes, elles s’agglutinent désormais, formant des bouchons quasi incessants. De trois voies on est passé à une tandis qu’une vraie autoroute est en train d’être aménagée pour les bus qui pourront traverser la ville d'Est en Ouest à toute allure. Parallèlement, une gigantesque place bétonnée est en train de voir le jour devant un centre commercial moribond, à cause de la désertion croissante des enseignes, découragées par le manque de clients et des taxes et loyers exorbitants.
Sans doute certaines communes ont elles réussi à freiner le trafic sans nuire au commerce, en mettant en place une organisation efficace associant de grands parkings gratuits en périphérie à des métros ou des trams desservant le centre ville. Mais chez nous la solution s’avère pour l’heure plutôt calamiteuse. Il n’y a pas de parking et les bus parfois à double corps circulent quasi à vide la plupart du temps, répandant généreusement les effluents du bon vieux diesel qui pue…

Pendant ce temps, coincés dans leurs voitures, les gens contraints de venir en ville tentent de prendre leur mal en patience. Les professionnels sont sans doute les plus à plaindre. Ils perdent un temps fou, donc pas mal d’argent et lorsqu’ils arrivent enfin à destination, ils ont toutes les peines du monde à trouver une place où garer leur véhicule, ce qui leur coûte également “un pognon de dingue…” à cause de la généralisation du stationnement payant.
Pour l’heure, on est donc parvenu à transformer une circulation généralement fluide, en embouteillage permanent. On peut encore espérer que la situation s’améliore une fois les travaux achevés, mais il est permis d’en douter au vu de l'exiguïté des voies réservées aux voitures...

Le cas de ma cité est loin d’être unique. Les lobbies écologistes sont un peu partout à l’oeuvre pour imposer leurs lubies dispendieuses et dévastatrices. Comme les doctrinaires, ils n’ont que faire de la réalité. Ils vivent dans le fantasme. M. Yannick Jadot, leader actuel des “Verts”, tout boursouflé par le score inespéré autant qu’éphémère obtenu aux Européennes se prend pour un prophète annonçant, si l’on ne fait rien, “le chaos climatique”. A force de répéter à tous vents ces slogans aussi caricaturaux qu’ineptes on finit par ébranler l’opinion publique et on chamboule tout dans la panique, en dépit du bon sens le plus évident.
A Paris avec la vignette crit’air, on interdit tout simplement l’accès désormais aux véhicules ne répondant pas aux dernières ukases normatives. Après avoir encouragé durant des décennies les gens à acheter des voitures diesel, on les culpabilise tout à coup. Devant moi-même changer d’auto, j’ai cédé aux leitmotivs du moment et fait l’acquisition d’un modèle “essence”. Résultat, il consomme près de 2 litres de plus aux 100, produit peut-être moins “particules indétectables” mais plus de CO2 et j’ai paradoxalement dû m’acquitter d’un malus punitif. Merci M. Hulot dont ce fut à peu près la seule contribution à l’écologie que d’augmenter cette taxe déguisée.
Chaque jour amène son lot de paradoxes et de contradictions. Aujourd’hui même on apprend que la ligne de train acheminant les primeurs de Perpignan à Rungis allait être prochainement supprimée, ce qui risque de se traduire par un afflux supplémentaire de quelques 20.000 camions sur les routes !
Évoquant la multiplication insensée des règles de circulation toujours plus contraignantes ou absurdes, et leur disparité d’un pays ou même d’une ville à l’autre, le magazine Le Point décrivait “le casse-tête pour l’automobiliste européen” et le Figaro se demandait: “qui peut encore rouler et où ?” A Bègles c’est entendu : limitation à 30km/h pour tous. A quand la généralisation de cette mesure sur l'ensemble du pays, ce qui selon la logique d’Edouard Philippe sauverait des centaines voire des milliers de vies...
Deux questions me viennent à l’esprit pour clore ce billet de mauvaise humeur:
Combien de ministres écologistes se sont-ils succédés, vantant le ferroutage comme solution d’avenir ?
Quand donc exigera-t-on enfin des politiciens qu’ils fassent preuve d’un peu de pragmatisme, de réalisme et d’efficacité ?

2 commentaires:

claude a dit…

Ah cher Ami comme votre description de notre enfer local et des nuisances qu'on nous impose sonne juste a mes oreilles
sous prétexte d’écologie on dépeuple et nous aurons très bientôt une ville morte
Déjà nous nous contraignons a de longs détours pour parvenir a destination afin d 'éviter le cauchemar du centre défiguré où les voies de circulations de voitures sont réduites a portion congrue
Suivons les déclinistes et revenons carrément a la calèche et a la diligence , mangeons de l'herbe et lavons nous avec de la cendre
Amitiés

Pierre-Henri Thoreux a dit…

Tout porte à croire hélas que nous sommes effectivement passés en marche arrière chère Claude. Symptôme sans doute d'une société qui ne croit plus en son modèle et qui voit l'avenir comme une défaite. Triste époque.
Je viens d'apprendre que la mairie, consciente du désastre que va probablement causer son programme, envisageait comme mesure de sauvetage, la gratuité des bus. Les impots et taxes n'ont pas fini de croître...
Bien amicalement.