14 octobre 2020

Bach au Zénith


Chaque nouvelle interprétation des Variations Goldberg constitue pour moi un évènement. Certes elles sont si nombreuses qu’il devient bien difficile de trouver encore quelque originalité dans la manière d’exprimer ce que contient cette partition merveilleuse.
Cette œuvre fut transcrite de tant de manières, qu’on se demande ce qu’on peut encore proposer. On en connaît des versions pour clavecin naturellement, puisque c’est pour cet instrument qu’elles furent écrites. Pour piano, c’est non moins évident depuis que Glenn Gould s’y est aventuré avec bonheur. Mais que dire des interprétations pour guitare, pour accordéon, pour trio à cordes, ou même pour orchestre de jazz ?
Sans doute avant tout que cette œuvre a quelque chose d’unique et d’universel, et qu’elle se prête sans être dénaturée à toutes les conceptions et à toutes les extrapolations aussi fantaisistes soient-elles. Le bonheur qu'elle procure est inusable et incorruptible et fascine autant que l’éclat de l’or ou du diamant.

Comme tout pianiste digne de ce nom, Lang Lang vient de produire “sa” version. Il paraît qu’il la mûrissait depuis 20 ans dans l’intimité de son salon ! C’est dire l’importance de l’enjeu et la quantité de travail que cela suppose, même pour un virtuose tel que lui.
Quoique sceptique de prime abord, je dois dire que je fus conquis dès la première écoute.
Il n’y a rien de vraiment révolutionnaire dans la manière choisie par l’artiste pour aborder ce Graal musical. Le parcours suivi est linéaire, sage et orthodoxe. Tout au plus peut-on mentionner le tempo, sensiblement plus lent que celui adopté par la plupart de ses prédécesseurs (hormis Rosalyn Tureck), mais sans aller jusqu’à l’extrême ralentissement confinant à l’extase hiératique qu’Anton Batagov conféra aux partitas. Tout de même, les plus de 10 minutes consacrées à la 25è variation en forme d’adagio presque romantique, n’en sont pas si loin…
Cela donne une intensité particulière à ces moments durant lesquels l’interprète semble se fondre dans la musique. Ici, il n’y a plus ni fioriture, ni effet de style, c’est limpide et bouleversant (variations 13, 15, 20, 25)).

A mesure que défilent les variations, ce qui frappe, c’est la plénitude du piano. Favorisée sans doute par une prise de son quasi parfaite, avec juste ce qu’il faut de réverbération et une belle rondeur harmonique, elle doit également à la douceur maîtrisée du toucher. Son velouté n’exclut pas vigueur et précision dans les attaques conférant une musicalité indicible aux lignes mélodiques et leur donnant un caractère tantôt joyeux tantôt apaisé mais toujours très affirmé. Bref, ce parcours est un pur enchantement, et procure à l’âme autant de jouissance, d’apaisement et de “récréation de l’esprit” que Bach le souhaitait, à n’en pas douter.. A ceux à qui ces réjouissances ne suffiraient pas, Lang Lang offre une autre version, non moins belle, mais enregistrée en public, au pied même du tombeau de Bach, suivant en cela l’exemple de Zhu Xiao Mei...

08 octobre 2020

COVID: Le Retour

Le COVID-19 revient donc en force. On peut gloser à l’infini pour savoir s’il s’agit d’une deuxième vague ou bien d’une simple recrudescence de l’épidémie. Une chose apparaît clairement: l’ambiance est à la panique !
Avec le virus, les experts en prévision sont eux aussi de retour sur les plateaux et télévision et les controverses reprennent de plus belle. Dans ce qu’on entend, il y a tout et son contraire. Bien malin celui qui peut dans un tel contexte se faire une idée claire.
Le plus inquiétant est que le gouvernement semble une fois encore pris de court. Certes, nous avons désormais des masques à profusion, et loin d’être qualifiés d’inutiles pour les péquins moyens, ils sont devenus obligatoires quasi partout. Certes nous avons les tests, et loin d’être réservés aux seuls cas symptomatiques, ils sont aujourd’hui proposés à l’ensemble de la population, sans ordonnance ni justification et gratuits (ou presque gratuits, car en vertu des franchises de la Sécurité Sociale, il reste tout de même 2 € à charge de chaque assuré…). Certes les prises en charge thérapeutiques sont paraît-il beaucoup plus performantes, et foin de l’hydroxychloroquine, bonjour la bonne vieille dexaméthasone...

ll y a quand même un hic: malgré tous ces progrès, on se croirait revenu au début de l’histoire. Un peu partout, c’est le branle-bas de combat général, les alertes catastrophistes se multiplient et selon les indicateurs savants du ministère de la santé, les régions virent les unes après les autres au rouge de plus en plus foncé. Parallèlement, les contraintes pesant sur la population et les entreprises sont chaque jour un peu plus lourdes et certains parlent même d'un prochain re-confinement !
Fait étrange, la France figure une fois de plus parmi les pays les plus touchés, et les plus en difficulté. En Asie, la contagion est maîtrisée depuis belle lurette. Autour de nous, hormis l’Espagne, les choses paraissent évoluer de manière beaucoup plus simple. Même l’Italie et la Belgique parviennent à contenir la marée virale. La Suède dont on stigmatisait la légèreté, est en phase de plateau, et s’il y a une augmentation modeste du nombre quotidien de patients contaminés, le nombre de décès reste très bas et la vie continue presque normalement. Sans avoir jamais confiné, sans avoir trop entravé les libertés, les chiffres de mortalité sont à peu près équivalents à ceux de la France (588 décès par million d’habitants là bas vs 482 chez nous). A titre de comparaison, ce même indicateur est de 116 en Allemagne, de 8 en Corée du Sud, et de 0,259 à Taïwan....
En France, vu la multiplication des tests, le nombre de morts rapporté au nombre de personnes positives a heureusement beaucoup baissé. Il est passé de plus de 17% en juillet à 5,17% aujourd’hui, mais il reste plus élevé qu’aux États-Unis (2,8), qu’en Allemagne (3,15) et même qu’au Brésil (2,9).

Pourquoi donc cette ambiance de panique, alors que les chiffres mondiaux objectivent un plateau s’agissant du nombre de patients positifs et une baisse régulière en matière de mortalité depuis plus d'un mois ?
Force est d’évoquer encore et toujours les faiblesses de la stratégie française et notamment du gouvernement, qui est à la barre et dont on attend tout et sans doute bien trop. Il s’agite dans toutes les directions, mais ses injonctions s’avèrent trop souvent contradictoires ou peu intelligibles. On a vu les revirements concernant les masques et les tests. On pourrait dire qu’on est passé d’un excès à l’autre. Il est évident que le port quasi généralisé du masque n’a pas permis d’enrayer le rebond actuel. Il est clair également que l’accès sans limite ni stratégie aux tests s’est révélé contre productif, engendrant l’engorgement des laboratoires et l’allongement déraisonnable des délais pour obtenir un diagnostic. Parallèlement la faiblesse des sanctions, spécialement dans les endroits “sensibles” où les règles étaient les moins bien respectées n’a pas arrangé les choses. Tout comme le caractère lacunaire des contrôles aux frontières, dans les ports et dans les aéroports...
Et face à cette montée des périls, tout se passe comme si l’on n’avait tiré aucun enseignement de la crise initiale pour réorganiser les hôpitaux et adapter leurs capacités à un éventuel afflux de patients. On nous avait pourtant affirmé qu’ils disposaient de tous les médicaments nécessaires, de respirateurs en grand nombre et M. Véran annonçait victorieusement fin août que les services de réanimation pouvaient désormais accueillir 12000 malades simultanément et jusqu’à 29000 sur la durée d’une vague épidémique. On avait même échafaudé en un temps record le fameux "Ségur de la santé" qui devait sauver les établissements de santé. Comme tous ceux qui l'avaient précédé, il est déjà en passe d’être oublié, sans avoir produit le moindre effet, hormis quelques hausses salariales qui ne semblent pas avoir convaincu vraiment les personnels...

Tout cela semble bien vain et l’impression tenace est que les Pouvoirs Publics courent après le virus depuis son émergence, mais qu’ils ne parviennent ni à enrayer sa progression ni à anticiper les dégâts qu’il provoque. Ne sachant manifestement vers quel saint se tourner, ils promulguent à tour de bras des directives dans lesquelles personne ne se retrouve. Un jour on ferme les restaurants, un autre les salles de sports, les piscines, puis une semaine plus tard on revient en arrière mais en imposant des protocoles sanitaires dissuasifs tant ils sont complexes et fluctuants. Tout à coup on s’aperçoit de l’incroyable promiscuité qui règne dans les amphithéâtres des universités et du jour au lendemain, on "réduit la jauge à 50%", sans expliquer aux gestionnaires comment s’y prendre. Manifestement le télé-enseignement n'a guère progressé…
Le mécontentement grandit donc, pendant que le pays s’enfonce pour de bon dans une crise économique de grande ampleur, le tout sur fond de délabrement social et de lubies totalitaires de tout poil, écologistes anti-spécistes, égalitaristes... Plus que jamais la parole publique semble déconnectée des actions. Nos gouvernants passent la moitié de leur temps en cérémonies compassionnelles et l’autre à faire de vibrants discours et de beaux projets de lois affirmant la primauté de la République et la détermination de l’État à protéger les citoyens contre tous les maux de la Création, réels ou imaginaires. Ils ne convainquent plus grand monde et le citoyen moyen se demande avec une inquiétude croissante s’il y a une issue au bout du tunnel...

30 septembre 2020

Démocratie en folie 2

Dans un contexte, où l’élection présidentielle est pipée et où ni les élections européennes, ni les régionales ne constituent de réel challenge, on assiste à une vraie dévastation du paysage politique. Il restait les municipales qui avaient encore quelque intérêt pour beaucoup de gens. Mais avec le passage du Coronavirus elles ont été réduites à néant ou presque.
Par son obstination à vouloir maintenir à tout prix les échéances électorales tout en recommandant aux gens de rester chez eux, Emmanuel Macron a provoqué une double catastrophe. D’abord pour son propre parti qui fit l’objet d’un rejet massif, notamment à Paris où on assista à la déroute grotesque de Benjamin Griveaux puis de madame Buzyn (et de Cedric Villani par la même occasion). Mais aussi pour nombre de grandes villes où la très faible participation a propulsé des alliances baroques, qui furent qualifiées de manière sommaire d’écologistes, mais qui rassemblaient en réalité tout ce que la gauche et l’extrême-gauche compte encore de factions hétéroclites, et de groupuscules plus ou moins sectaires. Dans bien des endroits leur a suffi parfois d'engranger les votes de moins de 20% des inscrits pour rafler la citadelle municipale.

Le résultat ne s’est pas fait attendre. L’écologie n’est plus que le cache-misère du désastre général. L’incohérence et l’absurdité sont partout.
A Bordeaux le nouveau maire à peine élu, s’est empressé comme on pouvait s’y attendre de rappeler son but de nettoyer totalement la cité de tout véhicule automobile. Pour tendre vers cette lumineuse perspective, il révéla son intention de commencer par punir ces “salauds de riches” en taxant le stationnement en fonction des revenus. Non content de ce joli programme “décroissant” bien ancré dans le socialisme le plus ringard qui soit, il annonça tout à trac qu’il supprimerait le traditionnel sapin de Noël de l’Hôtel de Ville, au motif qu’il n’était pas question de végétaliser la ville avec des arbres morts ! Comme pour marquer les esprits qui n’auraient pas encore compris qu’ils avaient été floués, il balaya avec mépris les voix s’élevant contre cette mesure en déclarant qu’il s’asseyait sur l’avis des “fachos”!
A Lyon son co-religionnaire également fraîchement élu, puise manifestement ses idées au même tonneau insane. C’est au Tour de France cycliste qu’il s’attaque bille en tête, promettant de lui interdire le passage dans sa ville. Non pas qu’il en veuille aux vélos mais plutôt aux organisateurs de la compétition qualifiés de “machistes” (ils font remettre au gagnant de chaque étape, le maillot jaune et un bisou en prime, par de jolies jeunes filles, court-vêtues !) et à la caravane (qui se déplace en véhicules thermiques et distribue à tire larigot cadeaux et gadgets fabriqués sans aucun respect de l’environnement dans des pays sans foi ni loi)...
Dans le même temps, il se pose en garant de la laïcité en refusant d’honorer contrairement à tous ses prédécesseurs depuis 1643 la cérémonie des échevins, jugée trop marquée par le catholicisme. Cela ne l'empêche nullement de poser complaisamment la première pierre d’une nouvelle mosquée.
Et pour marquer son attachement à la nouvelle bienséance égalitaire, il innove en créant des budgets “genrés”, garantissant qu’aucune dépense communale ne favorisera un sexe plus qu’un autre….
A Rouen, même topo si l’on peut dire. Le nouveau maire socialo-écologiste, parmi les toutes premières mesures de son mandat, se fait fort de déboulonner la statue équestre de Napoléon qui orne la place de l'hôtel de Ville, pour la remplacer par une “représentation féminine”, sans savoir pour l’heure qui serait l’heureuse élue…
A Grenoble, c’est contre le développement du réseau de télécommunication sans fil 5G promu par le gouvernement, que se dresse le maire écologiste, tout juste réélu malgré un bilan catastrophique, notamment en matière de sécurité. Pour justifier sa position, il explique que l'accélération des débits permettant de naviguer sur internet n’a d’autre utilité que de permettre de regarder sur leur téléphone des vidéos pornos en haute définition dans l’ascenseur...
Ubu est en passe d’être détrôné !

Malheureusement, ce vent de folie souffle un peu partout. A Paris, madame Hidalgo et son équipe “écolo” se font fort d’endiguer la circulation sur le Périphérique en réduisant le nombre de voies de 3 à 1 et la vitesse à 50 km/h. Quant aux téméraires qui oseront encore s'aventurer dans Paris intra-muros, ils devront bientôt se trainer à moins de 30 km/h, même sur les grands boulevards et les plus larges avenues.

Au plus haut niveau de l’État, c’est une pluie de propositions plus déraisonnables les unes que les autres. Un jour on apprend qu’on songe à interdire les publicités vantant des produits jugés “néfastes pour l’environnement ou la santé”. Un autre on nous dit qu’on envisage de faire entrer au Panthéon les cendres de Verlaine et de Rimbaud, non pas tant pour leur apport à la poésie, ni naturellement pour les penchants alcooliques de l’un et l’activité de trafiquant d’armes pour l’autre, mais parce qu’ils représentent par leur homosexualité supposée, l’incarnation idyllique de la diversité sexuelle (tellement idyllique que l’un a fini par tirer au pistolet sur l’autre…).
Au moment même de terminer ce billet, les médias rendent publique la proposition totalement farfelue émanant du ministère de l’écologie d’interdire aux derniers cirques encore en activité de détenir des animaux en captivité. Dans la même veine, un autre projet voudrait supprimer “progressivement” tous les delphinariums. Sans rire, madame Pompili qui n'est pas une ânerie près s'exclame qu'il s'agit d'un
«un tournant majeur pour les animaux sauvages dans notre société».
Pas un jour en somme sans un projet de loi aussi inutile que ruineux pour les forces vives de la nation....
Alors que le ministre de l’économie tente de nous faire croire qu’il n’y aura pas d’augmentation d’impôts, on découvre que le malus automobile déjà très lourd va doubler en 2020 et augmenter encore les années suivantes, comme si l'on voulait achever l'industrie automobile, avec un acharnement qui rappelle l'épisode calamiteux de la taxe carbone, à l'origine de la révolte des Gilets Jaunes. Encore peut-on s’estimer heureux d’avoir échappé à la lumineuse idée de madame Pompili de taxer également les véhicules selon leur poids, ce qui aurait pénalisé les voitures hybrides ou électriques ! Ce projet démentiel conduisait à augmenter jusqu'à 800% le montant de certains malus.
Pendant ce temps, les propriétaires de leur logement, réputés fortunés (c’est à dire dont les revenus atteignent ou dépassent 2500€/mois...) s’interrogent. Un jour on leur promet la suppression de la taxe d’habitation, un autre le maintien, voire l'augmentation...

Et c’est dans l'ambiance de crise économique et d’inflation délirante des déficits publics que le gouvernement annonce benoitement qu’il porte à 28 jours le congé paternité, dont la gestion en matière de ressources humaines, incombera aux entreprises et dont le coût financier sera essentiellement porté par la Sécurité Sociale. Parallèlement, il va ajouter une cinquième branche à cette dernière, destinée à prendre en charge la dépendance, dont le coût à terme serait de 5 milliards d’euros par an. Rappelons que le déficit prévisionnel de la “Sécu” pour la seule année devrait tourner autour de 50 milliards d’euros...

Devant un tel déluge d’inepties, comment s’étonner de la désaffection grandissante du peuple pour le système qui les génère et pour des programmes électoraux de moins en moins convaincants ?
Ne sachant plus quelle solution trouver, le Président de la République, soumis à la pression des rebellions de plus en plus fréquentes a cru bon de créer la fameuse Convention Citoyenne. Mais en choisissant le hasard pour en nommer les membres, il torpille encore un peu plus les assemblées élues, tout en s'enfermant dans une logique associant l'irresponsabilité à l'aléatoire. Il n'a pas fini d'en payer les conséquences. Pendant ce temps, l’incurie des Pouvoirs Publics face à la gestion des finances publiques, de l’insécurité et de l'incivilité ne cessent de grandir dans notre pays, tandis que le coronavirus fait un retour en force !

Illustration: extraction de la pierre de folie par Jérôme Bosch.

29 septembre 2020

Démocratie en folie 1

Il y a déjà quelques années (1992), Jean-François Revel s’était réjoui du “Regain Démocratique” qui gagnait selon lui le monde. Il saluait à sa manière l'effondrement du communisme, mais dans le même temps, il relativisait la victoire, par défaut, du monde libre et pointait, après Tocqueville, les fragilités consubstantielles au modèle démocratique.
Que dirait-il aujourd’hui en voyant l’évolution des choses et particulièrement l’état navrant de la société française ?
Foin des supputations, force est de constater que notre république est mal en point et chaque jour qui passe semble accréditer l’idée de son déclin sur le mode du pourrissement.

Les causes sont probablement complexes et anciennes comme en atteste le cours chaotique de notre société depuis la grande révolution de 1789: pas moins de cinq républiques, trois monarchies royales, deux empires, plusieurs révolutions, et toujours une grande insatisfaction !
On croyait avoir acquis en 1958 avec la cinquième république une relative stabilité. Pourtant, depuis quelques décennies, elle paraît elle-même minée. Parmi les maux qui la rongent, il y a l’effondrement du débat politique. La fin des grandes idéologies y est sans doute pour quelque chose, mais notre pays a quelques particularités qui peuvent également fournir une part d’explication. Le socialisme y est resté omniprésent, infiltrant toutes les institutions publiques, de l’enseignement à la justice en passant par les syndicats, la sécurité sociale, et les grandes entreprises nationalisées… Face à cette armée de l’ombre, il n’y a jamais eu d’opposition structurée. La Droite est une sorte de magma oscillant entre le dirigisme centralisé et le néo-constructivisme hyper-administré sur fond de social-démocratie. Aucun homme politique n’a jamais osé assumer autrement qu’en vaines paroles et promesses non tenues un libéralisme éclairé et responsabilisant.
Résultat, les Français n’eurent droit qu’à des programmes démagogiques, sans audace, toujours étroitement encadrés par l’absolutisme étatique, et sans ambitions autres que personnelles.

C’est dans ce morne climat qu’émergea il y a quelques décennies le Front National, devenu Rassemblement National (RN). Toujours pas de libéralisme en vue, mais une parole abrupte et décomplexée pour aborder les problématiques de l’époque en privilégiant une vision nationaliste fermée plutôt qu’européiste ou mondialiste. La classe politique dans son ensemble a contribué soit par manigance, soit par lâcheté, à créer autour de ce nouveau parti un vrai casse-tête démocratique. En diabolisant toutes les idées qui en étaient issues, on a en effet radicalisé ses représentants et ostracisé la frange grandissante de l'électorat séduite par le discours, dont le principal mérite est d’être dénué de langue de bois.
En définitive, les enjeux politiques nationaux se sont réduits à une alternative inscrite dans un implacable déterminisme. Le Rassemblement National se trouvant de facto privé de toute possibilité d’alliance, s'est donc vu contraint pour gagner, dans tous les scrutins majoritaires à 2 tours, d’obtenir la majorité absolue à lui tout seul, ce qui est un challenge quasi inatteignable, sauf lors d’élections locales.
Mais, à force d’avoir tout fait pour isoler et rejeter les propositions émanant du RN, on a cristallisé autour de lui un électorat fidèle devenu suffisamment conséquent pour permettre au parti d’être au second tour de beaucoup de scrutins, dont celui conduisant à l’élection du président de la république.
Jusqu’à la rupture d’un hypothétique “plafond de verre”, il suffit par conséquent d’être opposé au candidat du RN pour avoir la quasi certitude d’être élu. On a ainsi vu Jacques Chirac vaincre sans péril Jean-Marie Le Pen en 2002, avec un score quasi soviétique. Pour Emmanuel Macron en 2017, il ne fut guère plus difficile de battre sa fille Marine avec plus de 60% des voix. Et l’objectif de nombre de candidats putatifs pour la prochaine élection présidentielle de 2022 est bien d’arriver au second tour, face à Madame Le Pen pour triompher sans peine, et sans gloire. Nombre de gens sont démotivés par ce type de confrontation sans vrai enjeu et se détournent des urnes.

A ceci s’ajoutent les faiblesses inhérentes à notre république dont les pouvoirs exécutifs législatifs sont comme cul et chemise, et dont l’autorité judiciaire, loin d’être indépendante comme aux Etats-Unis, est en pratique inféodée à l’Etat. Il faut souligner ici le fait que le parlement bi-caméral est en France boiteux vu le peu de pouvoir laissé par la Constitution au Sénat. Facteur aggravant, la réduction de 7 à 5 ans du mandat présidentiel a institué de facto la simultanéité du renouvellement du Chef de l’Etat et de l’Assemblée Nationale, supprimant pour le peuple la possibilité de s’exprimer de manière significative pendant la durée d’un quinquennat. 
(à suivre)
Illustration: La Nef des Fous par Jérôme Bosch

22 septembre 2020

Joker pour rien

On croyait avoir à peu près tout vu en matière de super-héros américains. Des bandes dessinées à la morale simpliste aux méga-productions hollywoodiennes consacrant sur écrans géants une mythologie à l’emporte pièce, tout avait été dit ou presque.
C’était sans compter sur l’imagination des scénaristes et sur leur ineffable capacité à s’imprégner puis à refléter les lubies et poncifs de leur époque.
Avec ce nouvel opus, tiré de la légende de Batman, c’est l’anti-héros qui devient le centre de l’intrigue. Et puisqu’on est dans une logique binaire, c’est donc le mal auquel on s’intéresse désormais. Rien d’étonnant dans un siècle où l’on assiste à l'inversion systématique des repères, des dogmes et des canons moraux.

L’ennui, c’est que la transgression des règles et la débauche de moyens techniques s’avèrent parfois impuissantes à produire quelque chose d’intéressant.
C’est exactement ce qui se passe avec ce glauque remake-à-rebours du mythe du justicier chauve-souris. Tout y est grotesque et répugnant. En premier lieu le personnage du Joker qui constitue l’épicentre obsédant de cette sinistre comédie.
La tâche confiée à Joaquin Phoenix contraint ce dernier à se livrer à un épuisant one-man-show où se mêlent dans une sorte de cabotinage dément, rictus effrayants, rires débiles, gesticulations insanes, maquillage outrancier et tenues vestimentaires clownesques ridicules.
On aurait pu espérer un peu de recul pour analyser la déroute des valeurs et la déconfiture du modèle démocratique auxquelles le réalisateur fait lourdement allusion. Au lieu de cela, le scénario s’enlise, au gré de longueurs inutiles et usantes, dans une monstrueuse théâtralisation de la violence urbaine dont l’absurdité est supposée faire écho aux convulsions d’une société rongée par les inégalités sociales, la corruption et la cupidité. Autrement dit, on assiste à une nouvelle resucée du procès du capitalisme libéral. Rien de bien nouveau, et hormis le numéro ébouriffant d’acteur, il n’y a strictement rien à retenir de ce film surfait aux messages simplistes ou incohérents, assénés à coups de marteau pilon.
Pour preuve de l’inanité de l’entreprise, Michael Moore a beaucoup aimé ! A l’instar du célèbre Joseph Prudhomme, ce pseudo-cinéaste “engagé”, grassouillet, conformiste et sentencieux, emblématique de la sottise auto-satisfaite, nous a habitués à enfoncer les portes grandes ouvertes de l’imbécillité bien pensante. Il n’est donc pas étonnant qu’il s’extasie devant ce sanglant racolage, célébrant de manière orgiaque la décadence d’un monde atteint d’une liquéfaction contagieuse des cervelles....

17 septembre 2020

Un été avec Baudelaire

Dans la série diffusée par France Inter “un été avec...”, après Montaigne et avant Pascal, on eut droit en 2014 à Charles Baudelaire (1821-1867).
Signées Antoine Compagnon, ces causeries radiophoniques, colligées par la suite dans un petit ouvrage papier, invitent à rentrer en toute simplicité dans la vie et l’œuvre de l’écrivain concerné.
C’est léger, souvent instructif mais parfois si superficiel qu’il n’en reste pas grand chose hélas, hormis l’envie peut-être de lire ou de relire l’auteur, ce qui n’est pas si mal après tout.
S’agissant de Baudelaire que je vénère depuis mon adolescence et dont je me récite quasi quotidiennement les vers, je suis resté sur ma faim tant l’analyse est passée à mon sens à côté du sujet.
Avant tout peut-être parce que le propos commence par un navrant contresens. M. Compagnon trouve en effet "saugrenu de passer un été avec Baudelaire", car affirme-t-il, “l’été ne fut pas la saison préférée de notre poète.”
Mais où donc a-t-il trouvé matière à pareil stéréotype ?

J’ignore pour ma part quelle fut la période de l’année que chérissait Baudelaire, mais je connais des vers, parmi les plus beaux, qui laissent entendre qu’il aimait soleil et chaleur. Qu’on songe seulement à ce quatrain enchanteur:
"Au pays parfumé que le soleil caresse
J’ai connu, sous un dais d’arbres tout empourprés
Et de palmiers d’où pleut sur les yeux la paresse,
Une dame créole aux charmes ignorés
"

Mais aussi, à ces distiques évocateurs si ce n’est explicites:
"J’ai longtemps habité sous de vastes portiques
Que les soleils marins teignaient de mille feux…
"

"Je vois se dérouler des rivages heureux
Qu’éblouissent les feux d’un soleil monotone
…"

" Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres;
Adieu vive clarté de nos étés trop courts!
"

Et pour enfoncer le clou, cette strophe inoubliable:
"Mon enfant, ma sœur
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
"
Qui peut croire que ce pays soit celui de la froidure et des frimas ?

A contrario, lorsque le poète évoque les brumes et la pluie c'est à "un linceul vaporeux" et à "un vague tombeau" qu'il les compare, et il souffre manifestement lorsque “le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle”, que "la pluie étale ses immenses trainées", et que “la Terre est changée en un cachot humide”...
S'il semble se complaire à décrire ces ténébreuses sensations, c'est pour mieux faire ressentir le spleen et l'ennui qui l’assaillent si souvent. Dans ces instants, il n'aspire plus à rien, et ce qu'il chante relève plus du désespoir que d'une morbide dilection. Le temps de chien fait naître ou s’associe naturellement au spleen. C’est alors, écrit-il, que "de longs corbillards, sans tambour ni musique défilent lentement dans mon âme, l'espoir vaincu pleure, et l'angoisse, atroce, despotique, sur mon crâne incliné plante son drapeau noir."
Tout est dit. Baudelaire est le plus souvent accablé par la vie. Il accepte résigné, la noirceur de son existence mais cela ne l'empêche pas de rêver d'horizons éblouissants, et de "champs lumineux et sereins" qu’il magnifie avec une évidente jubilation.
On comprend de facto, son attirance pour ce qu'il appela les paradis artificiels. Tout est bon pour tenter de s'évader du détestable quotidien en somme...

De tout cela, M. Compagnon ne parle guère hélas. Il préfère aborder le personnage à travers mille détails anecdotiques, souvent triviaux, tirés non de ses vers limpides qui résument si bien sa pensée, mais d’écrits fragmentaires ou d’opinions de contemporains plus ou moins bien intentionnés. L’intérêt de ce type de contribution est discutable.
On sait que Baudelaire fut largement incompris à son époque, et sa poésie plutôt méprisée. Aujourd’hui cela pourrait être pire encore eu égard au puritanisme qui censure la morale et la transforme en morne et insipide “éthique”, et à la correction politique qui vitrifie l’esprit critique.
M. Compagnon qui nous avait habitués à plus de liberté de ton et d’originalité, s’inscrit dans ce navrant courant de pensée. Il ne peut s’empêcher, à partir de brouillons que le poète n’aurait sans doute jamais publiés, de le présenter comme quelqu’un “d’hostile au progrès, à la démocratie, et à l’égalité, méprisant presque tous ses semblables et se méfiant des bons sentiments". Il en rajoute même en assénant au marteau pilon "qu'il ne pense pas beaucoup de bien ni des femmes, ni des enfants" et "qu'il est partisan de la peine de mort.” Pire que tout, il tente de l’excuser en “faisant valoir qu’il fut victime des préjugés de l’époque.”
C’est vraiment lui faire une vilaine insulte car il est clair que Baudelaire n’avait que faire des idées reçues et qu’il répugnait à toute pensée trop conforme !
Pareillement, lorsque M. Compagnon essaie d’en faire tantôt un sympathisant socialiste, tantôt un “anarchiste de droite”, il se trompe lourdement, car l’auteur des Fleurs du Mal l’affirma on ne peut plus clairement, dans l’ébauche de préface qu’il destinait à l’ouvrage: “Le poète n’est d’aucun parti. Autrement il serait un simple mortel.” Tant d’artistes pourraient s’inspirer de cette maxime…

Au total, l’ouvrage reste donc trop à distance de l’astre obscur dont il était supposé révéler les lumières, donnant de Baudelaire une image quelque peu erratique et approximative, très éloignée de l’essence poétique qui rayonne si intensément autour de son œuvre.
On pourrait déplorer entre autres le peu d’importance qu’il accorde au travail de critique de l’auteur des Fleurs du Mal. Mais on regrette pareillement que sa parenté avec d’autres artistes ne soit qu’effleurée. L’attirance pour les paradis artificiels qu'il partageait avec Edgar Poe ou Thomas de Quincey aurait pu donner lieu à de très intéressants développements. Les drogues firent naître beaucoup d’espérances et d’illusions chez quantité d’artistes mais le parcours de ces trois là fut à maints égards édifiant par sa richesse descriptive et sa sombre lucidité.
On ne peut que s'attrister que ne soit à aucun moment évoquée, l’influence qu’eut le poète sur nombre d’écrivains, de poètes ou de peintres, au premier rang desquels on trouve Odilon Redon (dont les "noirs" transcrivent à merveille le spleen baudelairien) ou Mallarmé (qui fut son digne héritier en matière d'idéal parnassien).
Enfin, s’il est indéniable que Baudelaire avait une opinion caricaturale, bien plus provocatrice que choquante, sur certains sujets “modernes” dont la démocratie et notamment sur la société américaine émergente qu’il qualifia de “barbarie éclairée au gaz”, il manifesta beaucoup de clairvoyance quant à l’évolution de l’art qu’il voyait basculer dans le mercantilisme et la médiocrité. Amoureux inconditionnel de la beauté, ce que devrait d’ailleurs être tout artiste, il se fendit de considérations abruptes qui retentissent avec force dans le désert culturel actuel: “Parce que le beau est toujours étonnant, il serait absurde de supposer que ce qui est étonnant est toujours beau.” Ou bien encore: “Si l’artiste abêtit le public, celui-ci le lui rend bien…

Fondamentalement, Baudelaire fut un incurable pessimiste, et il craignait non sans raison que ce qu’il est convenu d’appeler “le progrès”, ne fasse le lit de la décadence de l’esprit critique et de la passion du beau. Il faut bien reconnaître qu’il n’avait pas vraiment tort. Comme beaucoup de ceux qui essayèrent avec originalité et audace, d’ouvrir dans l’art de nouvelles voies, il fut vilipendé, incompris, attaqué, censuré. Il rirait en voyant aujourd’hui à l’inverse, les mêmes esprits étroits et moutonniers s’ébaudir devant des immondices et de vraies obscénités qualifiées d’œuvres d’art...
Les cris d’orfraie des ligues de vertu qui accueillirent le joyau des Fleurs du Mal lui firent sans doute très mal. Il tenta de les traiter avec cynisme et dédain, en déclarant dans un projet de préface : “Mon livre a pu faire du bien je ne m’en afflige pas. Il a pu faire du mal. Je ne m’en réjouis pas…
Il essaya de lever l’incompréhension dont il faisait l’objet en expliquant le sens de sa démarche poétique : “il m’a paru plaisant, et d’autant plus agréable que la tâche était plus difficile, d’extraire la beauté du mal..”, précisant avec humilité que son livre, “essentiellement inutile et absolument innocent, n’a pas d’autre but que de me divertir et d’exercer mon goût passionné pour l’obstacle.” En ce sens il rejoignait Malherbe pour qui un bon poète n’était "guère plus utile à l’État qu’un joueur de quilles”. Mais qu’importe après tout. Même le plus utilitariste des pragmatiques peut succomber au charme magnétique d’une poésie qui parle à l’âme...
Évidemment, cela ne calma pas vraiment son aigreur vis à vis des censeurs aux petits pieds qui portèrent l’affaire devant le Tribunal, et qui obtinrent des juges le retrait de certains poèmes. Du coup, sa rancœur ne fit que croître : “La France traverse une phase de vulgarité. Paris centre et rayonnement de bêtise universelle…
En définitive, il fut un peu tué par un monde auquel il était par nature étranger et dans lequel il ne voyait guère d'échappatoire heureuse. Après avoir beaucoup travaillé pour faire naître des créations poétiques sans égales, qui illuminent la langue française, et ayant perdu toute illusion, il se sentait épuisé, vidé, triste, mais plein d’une ineffable sérénité: “j’aspire à un repos absolu et à une nuit continue.../… Ne rien savoir, ne rien enseigner, ne rien vouloir, ne rien sentir, dormir et encore dormir, tel est aujourd’hui mon unique vœu…

08 septembre 2020

Cités assoupies

Quand on pénètre en Médoc, c'est un peu comme si on entrait dans un monde parallèle. Cette péninsule en fer de lance s’étend nonchalamment du sud au nord entre l’océan et l’estuaire de la Gironde. D’un côté, des plages et des forêts de pins à perte de vue, juste interrompues par l’immensité paisible du lac d'Hourtin-Carcans. De l’autre des berges limoneuses, sur lesquelles on trouve quelques uns des plus beaux vignobles français. En traversant ces villages aux noms enchanteurs on ressent déjà comme le parfum enivrant du vin. Margaux, Saint-Julien Beychevelle, Pauillac, Saint-Estèphe, ils sont quatre comme les mousquetaires à défendre la reine des Grands Crus Classés, si tant est qu’il y en eut... Sont-ils d’ailleurs tous encore à la hauteur du classement de 1855, c’est là la question… Si Napoléon III ou quelque distingué sommelier de sa cour revenait, il aurait peut-être à redire.
Peu importe en somme, le poids des ans et des traditions semble avoir figé pour l’éternité les vertus des nectars.
Mais derrière les éblouissantes façades des propriétés qu’il est convenu d’appeler châteaux, sises au milieu de l’océan tranquille et immuable des vignes, les villages ont des allures de fantômes. La charmante cité de Pauillac semble endormie. Dans le port, pas un bateau ne bouge sous le soleil et dans les rues, il n’y a plus des magasins d’autrefois que les portes closes et les vitrines occultées. Quelques jeunes désœuvrés ici ou là, deux ou trois chalands attablés à un bistrot, rien de plus.
Décidément ce monde est hors du temps.

Pourtant, à côté du culte ancestral du raisin, on trouve d’étonnantes traces d’un passé, sans doute trop oublié. A Pauillac, la capitainerie arbore fièrement une statue dans le genre naïf du marquis Gilbert du Motier de de La Fayette. Elle rappelle aux visiteurs que ce dernier, âgé de 19 ans, embarqua précisément de cet endroit sur la Victoire en avril 1777 pour son premier voyage vers l’Amérique, dans le but de prêter main forte aux troupes de Washington.

Lorsqu’on remonte au bout du Médoc, à Soulac, c’est à une réplique de la statue de “la Liberté éclairant le monde” à laquelle on est confronté. Erigée en 1980 pour commémorer dans le même esprit l'alliance franco-américaine, elle fait face fièrement à l’océan, flanquée de la bannière étoilée qui claque ce jour dans ciel d’un bleu immaculé. Il n’en faut pas plus pour réjouir le cœur d’un amoureux de la Liberté….




29 août 2020

Bords d'Eaux

Un terne pavillon s'effiloche au dessus de la Garonne. La chaleur du mois d'août distille une moiteur émolliente qui semble accabler un peu plus qu'à l'habitude les flots paresseux. L'ocre des eaux tire sur un gris de plomb qui contraste avec la blancheur des nobles façades de pierre bordant l'autre rive. A certains moments le fleuve devient onctueux, prenant une teinte de café au lait. On croirait évoluer tranquillement dans un rêve étrange et pénétrant...

N'étaient les visages masqués un peu partout rappelant le retour en force des miasmes virales, n'étaient le laisser aller général et la langueur indifférente qui transpirent de la ville, on pourrait croire que tout va bien en cet instant de quiétude estivale. Ce serait ignorer la détresse profonde dans laquelle s'enlise peu à peu le pays.

Je contemple le fameux miroir d'eau devant la place de la Bourse, mais ce n'est qu'un reflet. On y voit des enfants patauger gaiement dans le ciel, des familles entières y flâner au milieu de rires, des danseurs esquisser des pas légers, des drogués à l’oeil vague, empreint d’une extase molle, des rêveurs les yeux rivés aux nuages, des êtres esseulés tentant de tromper leur ennui, des chiens interrogatifs…
Tout un peuple en quête indécise d'instants dérobés au temps et pour certains peut-être d'une éphémère évasion d'un trop médiocre destin.

Un peu plus loin, au pied de l'altière colonne consacrée aux Girondins, il y a deux magnifiques fontaines. On y voit deux quadriges aquatiques surgissant impétueusement de l'eau. Les chevaux roulent des yeux effrayants et des jets de vapeur s'exhalent de leurs naseaux. Les uns tirent le char de la République. Les autres celui de la Concorde. Tout en haut de la colonne, la Liberté ailée triomphante, vient de briser ses chaînes.
Tout ceci a-t-il encore un sens dans ce monde qui tangue ? République, Concorde, Liberté, vestiges d’un passé révolu ?
 

 

19 août 2020

La République des lamentations

De nos jours, les gouvernants sont passés maîtres dans l’art de la commémoration et des grandes tirades tragiques au pied des pierres tombales et des monuments votifs.
Ils y consacrent d’ailleurs tellement de temps et d’énergie qu’on se demande parfois s’il leur en reste encore pour l’action. Ces dernières semaines furent un vrai festival en matière de représentations officielles.
En juillet, à l’occasion de l’incendie de la cathédrale de Nantes, pas moins de trois ministres se crurent obligés de faire le déplacement pour dire leur consternation et clamer la volonté de l’Etat de procéder à “une reconstruction la plus rapide possible”.
On ne s'est guère appesanti à cette occasion sur la progression inquiétante d’actes anti-chrétiens (1 à 2 par jour selon le philosophe Michel Onfray). Certains semblèrent trouver des excuses au “bénévole rwandais” qui avait mit le feu, interprétant son geste comme l’expression de désespoir d’un demandeur d’asile débouté, sans raison apparente. Et le désastre n’étant heureusement que matériel, il fut éclipsé par d’autres drames survenus en cascade.

Il y eut Dijon dont le centre fut le théâtre d’un règlement de compte à l’arme lourde entre bandes rivales, il y eut Nice où un quartier fut chamboulé par le même type de scénographie hyperviolente, il y eut Bayonne où un malheureux chauffeur de bus fut tabassé à mort par des individus à qui il avait eu l’imprudence de demander de porter un masque et de payer leur ticket… A chaque fois, ministres et personnalités officielles se succédèrent en cortèges émus.
Sur le parcours des pleurs du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, il y eut également Mérignac, puis Le Mans, où il dit toute la colère de la République vis à vis de chauffards dont le refus d’obtempérer à la force publique avait coûté la vie à deux gendarmes. Il y eut Lille, régulièrement l’objet de violence urbaine, où notre ministre s’engagea à déployer 60 policiers supplémentaires, à la demande de la maire...

Certaines tragédies ayant une résonance internationale, ce fut le Président de la République qui monta au créneau, usant et abusant de paroles contrites mais fortes et déterminées. Il s’empressa même d’accourir en “mode Chirac” (c’est à dire grandiose et inopérant) sur les décombres encore fumants de Beyrouth, pour exiger une “réponse rapide et efficace”, et pour fustiger la classe politique libanaise. Il est bien placé, à la tête d’un pays où l’idée démocratique part chaque jour un peu plus en capilotade ! Au surplus, plus d’un an après l’incendie catastrophique de Notre-Dame, on est toujours dans l’ignorance de la cause, et en matière de travaux, les ouvriers n’ont pas encore fini de démonter l’échafaudage présent lors du sinistre. Se souvient-il notre cher président, de l’explosion de l’usine AZF en septembre 2001,
qui fit 31 morts et plus de 2500 blessés et dont l’origine est toujours indécise ?
Il y eut enfin la cérémonie d’hommage aux six jeunes Français massacrés au Niger. A cette occasion le Premier Ministre jura de “ne pas laisser ce crime lâche et odieux impuni”.

Les mots hélas ne suffisent plus à masquer l’impuissance croissante de l’Etat face à ce déferlement continu de violence. M. Darmanin n’a pas tort lorsqu’il constate que "Refuser l’autorité, voilà le mal de la société". Mais on ne le croit plus lorsqu’il affirme vouloir “faire plier les délinquants” et “stopper l’ensauvagement d’une certaine partie de la société”. Si la société en est arrivée à ce niveau de délabrement, n’est-ce pas avant tout en raison de l’incapacité des Pouvoirs Publics à faire régner l’ordre ?
Alors même que le Gouvernement assure qu’une de ses priorités est de rétablir la légitimité et la crédibilité des forces de police, il ne donne aucun signe de confiance à ces mêmes forces. Il n’y eut par exemple ni hommage, ni félicitation, ni même un mot pour le gendarme (heureusement encore vivant, lui) qui à Montauban, parvint à arrêter la course folle d’un chauffard multirécidiviste, au volant d’un poids-lourd. Ce dernier fut tué dans l'opération rendue très dangereuse par son opposition irréductible à toute interpellation. Poursuivi sur plus de 11 kilomètres, il refusa par trois fois d’obtempérer, passant furieusement sur les herses posées en travers de la route et allant jusqu’à prendre pour cible une voiture de police qu’il traîna sur plusieurs dizaines de mètres. On apprit peu après qu’il avait déjà été condamné à 7 reprises, qu’il roulait avec 0 point sur son permis, et qu’il était sous l’emprise de la cocaïne. Personne ne s’est posé la question de savoir comment un tel individu pouvait encore exercer la profession de chauffeur routier. Le gendarme qui était parvenu à neutraliser ce criminel en puissance, fut quant à lui, soumis à une garde à vue prolongée, et dut recourir à l’aide d’un avocat pour se défendre, face aux enquêteurs de l’inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN). On croit rêver…

06 août 2020

Un été avec Pascal

La Philosophie n’a pas toujours l'aspect austère et peu intelligible qu’on lui prête volontiers. Remercions celles et ceux qui tentent de vulgariser les concepts les plus ardus ou, dit plus élégamment, qui cherchent à les mettre à portée d’intellect moyen, et à donner à tout un chacun l'opportunité de côtoyer les penseurs les plus inabordables.
C’est l’objectif que s’est donné France Inter en égrenant au fil de chroniques radiophoniques estivales les principales thématiques abordées par de grands philosophes des siècles passés ou contemporains. L'été 2019 fut ainsi consacré à Blaise Pascal (1623-1662) et un petit ouvrage récemment paru donne l’occasion de retrouver sous forme écrite les dites chroniques, composées par André Compagnon.

Bien sûr on objectera que l’exercice relève du survol superficiel, mais après tout cela peut suffire à l’honnête citoyen, qui selon le conseil même de Pascal, devrait s'attacher à savoir de tout un peu plutôt que tout de pas grand chose…
Cette manière de procéder convient bien en l’occurrence à la personnalité complexe et protéiforme, de cet “effrayant génie”, comme le définissait Chateaubriand, qui eut le temps durant sa courte vie d’être tout à tour libertin, mystique, mathématicien, physicien, écrivain, philosophe. Il fut tellement déroutant qu’on le qualifie tantôt de Classique, tantôt de Romantique. Par son amour du bonheur, de la liberté et du progrès, il s’apparente aux Lumières. Par sa foi intense et intransigeante, il est considéré, parfois avec méfiance et circonspection comme un théologien, apologète de la religion chrétienne.
Le fait est qu'il n'eut pas son pareil pour mettre ses pensées en formules, certes parfois absconses, mais le plus souvent fort percutantes. La preuve étant qu'elles sont pour beaucoup passées dans le langage commun. Voici donc quelques perles, issues de ce magnifique écrin pour servir une réflexion faisant écho à des préoccupations très actuelles.

“Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît pas”. Par cette expression anodine en apparence, Pascal signifie qu’il y aura toujours quelque chose dans l’être humain, qui ne relève pas de l’entendement ni du raisonnement, et qu’il ne faut jamais perdre cela de vue. Si l’Homme est un roseau pensant, doué de raison, c'est également un coeur battant et il est impossible de réduire sa nature à l'une ou l'autre de ces essences.
Derrière la boutade on peut voir préfigurée la critique de la raison pure de Kant et l’approche de ce dernier de la métaphysique face à laquelle tout raisonnement s’avère vain (tout comme les ailes du plus magnifique oiseau perdent toute utilité dans le vide). On peut y voir également énoncée en filigrane la dualité des certitudes qui s’imposent à l’homme: extérieure avec la perception du monde sensible et la voûte céleste étoilée, intérieure avec la loi morale. Toutes deux s'imposent à lui avec la même force. Reste à savoir si le coeur de Pascal est assimilable à la morale de Kant….

“L’homme n’est ni ange ni bête et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête”. Voilà bien l’adage le plus sage qu’on puisse imaginer et qui devrait ramener à l’humilité tous les diseurs de bonne aventure qui emmènent le peuple sur des voies périlleuses, tous ceux qui s’appuient sur de nébuleux principes pour faire parler Dieu, le Souverain Bien ou je ne sais quel absolu au nom duquel ils finissent tôt ou tard par justifier la plus bestiale barbarie. Il pourrait tout aussi bien à l'inverse, ramener à la raison les anti-spécistes qui prêchent que l’homme n'est qu'un animal comme les autres, ni plus, ni moins...

“La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique.” Tout cela est d’une brûlante actualité, à une époque où l’on croit utile de légiférer sur tout sans se donner les moyens de faire respecter les lois. Pascal, s’inspirant en la circonstance sans doute de Cicéron, va beaucoup plus loin même en affirmant que le droit n’est pas une fin en soi, car en le poussant trop loin, on ne fait rien d’autre qu’enfanter l’injustice. Summun jus summa injuria: l’extrême droit est une extrême injustice. On voit trop souvent de nos jours la lutte pour les droits prendre le pas sur le bon sens et sur les devoirs et s'engluer dans un égalitarisme tyrannique.
Dans un registre voisin, Pascal stipule que “tous les efforts de la violence ne peuvent affaiblir la vérité, et ne servent qu’à la relever davantage. Toutes les lumières de la vérité ne peuvent rien pour arrêter la violence, et ne font que l’irriter encore plus.” N’étant pas du même ordre, la violence s’oppose toujours à la vérité mais cette dernière finit toujours par triompher.

Pascal, qui considérait la science comme un divertissement et les théories comme des jeux de l’esprit n’attachait guère d’importance aux hypothèses. C'est ainsi qu'il lui est arrivé d'écrire qu'il trouvait “bon qu’on n'approfondisse pas l’opinion de Copernic”. Derrière l'apparent paradoxe, il y avait pour lui une sorte d’indifférence à la question puisqu'il imaginait un univers comme une sphère infinie dont le centre était partout et la circonférence nulle part... Il défendit toutefois vigoureusement le droit de penser, d’écrire ou de démontrer que la Terre tourne, car précisait-il, " ce n’est pas un décret de Rome qui prouvera qu'elle ne tourne pas..." Le philosophe serait sans doute bien malheureux de voir tomber sur nos têtes quantité de lois ineptes imposant de plus en plus de respecter le chemin étroit de la correction politique et de la bien-pensance.


"Le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre". Voici une citation qui ne peut que faire mouche au moment où la pandémie due au COVID-19 souligne les risques inhérents aux voyages, et où, par une cruelle ironie du sort, on en revient pour combattre un virus à ordonner le confinement de plus de la moitié de la planète ! C'est certes un peu brutal mais guère éloigné de précepte voltairien recommandant de cultiver son jardin...

Auprès de ces assertions à l'emporte pièce il y a également les moments de doute terrible et la fameuse angoisse pascalienne, le gouffre qu’il sentait constamment auprès de lui et qui fut si bien dépeint par Baudelaire. On ne saurait évacuer ces préoccupations comme le fit Voltaire qui considéra qu’elles exprimaient les contradictions d’un esprit brillant mais dérangé.
La pensée de Pascal est un tout. Sous son crâne, il n’y a aucun dérangement mais de grandes tempêtes spirituelles. Et c’est un peu cela qui fait l’élévation spirituelle du philosophe. Derrière l’humour et la légèreté, la grâce du raisonnement et l’acuité du regard, il y a l’effroi devant “le silence des espaces infinis”, tellement humain. C’est sans doute une des raisons qui le jeta avec une joie indicible dans les bras de Dieu. Et c’est ce qui le conduit à adopter une attitude empreinte d’une profonde humilité. A maintes reprises, Dieu paraît à ses yeux la seule échappatoire aux mystères et aux apories qui l’assaillent. A certain moment par exemple, Pascal s’interroge sur la nature du moi et ne trouve rien qui permette de le définir de manière rationnelle, alors qu’il s’agit d’un concept dont chacun fait constamment l’expérience. Il en conclut que “ne sachant de nous-mêmes qui nous sommes, nous ne pouvons l’apprendre que de Dieu.” S’agissant de l’amour et plus généralement des sentiments qu’on porte aux autres, il observe qu’ils relèvent le plus souvent de considérations bassement matérielles pour ne pas dire triviales (beauté, jeunesse, jovialité, humour, esprit, gentillesse...). Selon lui, “on n'aime jamais une personne, mais seulement des qualités”. L’Amour est d’une autre nature, quasi ineffable, qui là encore suppose l’existence d’une entité divine.
De preuve il n’a évidemment pas besoin. Dans sa quête de Dieu, il éprouve toutefois la nécessité de se rassurer en déclarant comme une évidence tombée des cieux: “tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais trouvé...”
De toute manière, poursuit-il, Dieu ne peut être que caché, car “si Dieu se découvrait continuellement aux hommes, il n’y aurait point de mérite à le croire. S’il ne se découvrait jamais, il y aurait peu de foi.”
Quant au fameux pari sur l’existence de Dieu, loin d’être une pirouette un peu futile, il ouvre une perspective radieuse. Celle-ci rejoint étonnamment la voie du libéralisme pragmatique et éclairé de William James, selon lequel il paraît plus avisé et constructif de tabler sur un monde ouvert, débouchant sur une espérance que sur un univers fermé, livré aux seuls caprices du hasard.

Blaise Pascal libéral ? C’est une conclusion sans doute étonnante et que ne partage sans doute pas Antoine Compagnon qui rappelle que l’habileté dialectique du philosophe plut et même inspira les marxistes, et qu’ils transposèrent son pari à la problématique du sens de l’histoire. J’avoue une certaine perplexité devant de telles contorsions.
Le fait est qu’on opposa souvent Pascal et Montaigne. Ils eurent des destins très différents mais ils se ressemblent à certains égards. Tous deux se méfiaient des réformes et ils craignaient le désordre. Tous deux étaient de fervents défenseurs de la liberté de penser. En somme ils s’inscrivent dans une sorte de conservatisme libéral éclairé….

27 juillet 2020

Black Peter


In memoriam Peter Green (1946-2020)


Il affectionnait la pénombre
Où l'acuité de son regard
N’abandonnait rien au hasard
Pour voir la beauté la plus sombre

Mais il craignait la foule en nombre
La gloire et le trop plein d’égard
Qui, le savait-il, tôt ou tard
Vous font lâcher la proie pour l’ombre

Alors, timide et vacillant
Mais l’esprit et les doigts agiles
Il s’abstint des choix trop faciles

Son génie fut un pur diamant
Mi-blues et mi-métaphysique
Toujours taillé pour la musique...

23 juillet 2020

Contes et Comptes de Ségur

Comme le Beaujolais, le projet de loi “Nouveau” pour sauver l’Hôpital est arrivé ! Et son nom qui pourrait faire croire à une belle histoire pour enfants ne doit rien à la Comtesse, mais un peu au Ministre de la Guerre de Louis XVI qui légua son patronyme à l’avenue dans laquelle se trouve le “Ministère de la Solidarité et de la Santé”. Placée sous les auspices d'un Maréchal de France, cette réforme sera-t-elle la mère des batailles ?

Depuis l’élection d'Emmanuel Macron, c’est le quatrième plan pour la santé ! A l’heure où le nouveau Premier Ministre se fait fort de ressusciter le Commissariat au Plan, ça ne manque pas sel. Le monde d’après ressemble de plus en plus à l’archaïque monde d’avant…

Résumons les faits: on a vu tour à tour depuis septembre 2018 la réforme emblématique “Ma Santé 2022”, pas très convaincante, qui dut être complétée par le “Pacte de refondation pour les Urgences” un an plus tard. Faute d’avoir davantage emporté l’adhésion des professionnels, il fallut en novembre de la même année improviser en catastrophe le “Plan d’Urgence pour l’Hôpital”. Las ! En 2020, l’épidémie de COVID-19 étant passée par là et le mécontentement étant resté toujours aussi présent, le Gouvernement se voit contraint de raconter une nouvelle romance en l’intitulant cette fois “Ségur de la Santé”.

On voudrait tant y croire ! On voudrait tant que la volonté de "modernisation" affichée devienne une réalité ! Hélas, force est de constater que les plans se suivent et se ressemblent. A chaque fois les Pouvoirs Publics se délestent de quelques, voire de quelques dizaines de milliards d’euros, pour tenter d’atténuer temporairement la vindicte populaire, mais face au problème de fond, il n’y a toujours rien de vraiment innovant, si l’on croit ce qu’en dit le Dossier de Presse.

D’après les auteurs enthousiastes de ce document idyllique, si ce nouveau projet pêche ce n’est sûrement pas par manque de concertation. On a recensé pour parvenir à un accord, pas moins de "90 parties prenantes et organisations syndicales", "100 réunions bilatérales", "200 réunions territoriales", et "118407 participants à la consultation en ligne". Tout cela rappelle furieusement le Grand Débat, dont on a vu l’inanité...


Ce n'est pas non plus par insuffisance de ressources financières, car les milliards valsent. Au moins 8,2 pour la juste et très attendue revalorisation des carrières, et 19 “d’investissement dans le système de santé pour améliorer la prise en charge des patients et le quotidien des soignants”. Vaste programme, comme dirait le Grand Charles !
Après les 750 millions pour les urgences puis les 10 milliards destinés en novembre 2019, à éponger la dette contractée par les établissements de soins, on arrive autour de 40 milliards d’euros, sachant qu’il faudrait également combler le déficit de la sécu qui va dépasser cette année les 52 milliards. Il est vrai qu’à ce niveau, cela paraît presque mesquin de compter encore… Comme le dit le Président de la République à propos du plan de relance européen, pas de souci, ce seront “les entreprises internationales du numérique” qui paieront l’addition !

S’agissant des mesures de réorganisation et de restructuration, on entrevoit tout ce qu’on pouvait craindre. Pour faire simple, on retrouve d’un côté tous les voeux pieux maintes fois émis, et renouvelés ici une fois encore, et de l’autre la lente mais irrémédiable progression - à reculons - de la machine à mille strates administratives de l’Etat-Providence !
Remarquons par exemple qu’il n’est pas fait mention de la moindre remise en ordre de l’infernal chaos dans lequel se trouve la gouvernance hospitalière. Rien ne bouge hormis le rôle des services de soins que la loi Hôpital Patients Santé Territoires (HPST dite encore Bachelot) avait fait mine d’abandonner au profit des pôles. Ils reprennent du poil de la bête, laissant présager de belles empoignades et de belles luttes de pouvoir entre médecins, cadres et directeurs. Les "délégations de gestion" concrètes, promises depuis Mathusalem, pourront quant à elles encore attendre...

S’agissant de l'allègement du carcan administratif, les hôpitaux doivent se contenter de la vague promesse de voir “simplifier les procédures et libérer du temps pour les professionnels”, mais sans aucune précision. Aucun gain d’autonomie n’est à espérer pour les établissements. Au contraire, les Agences Régionales de Santé (ARS) perdurent et tout porte à croire que leur influence néfaste va augmenter. Le ministre plaide en effet pour une implantation plus forte au niveau des départements et un “rôle accru dans l’accompagnement”.


Comme prévu et redouté, le gouvernement veut, après l'avoir promue à grands frais pendant une dizaine d'années, "accélérer la réduction de la Tarification A l’Activité (T2A)". En plus d'une incohérence manifeste, c'est un non sens absolu qui annonce un alourdissement massif des protocoles de financement et un nouvel accroissement  de la charge administrative.

Dans le même cadre économique, il sera dit-on mis fin au "mercenariat de l’intérim médical" qui palliait tant bien que mal la désaffection grandissante des praticiens pour les postes hospitaliers. Certes il coûte cher, mais c’est un pis-aller face à la désertification de certaines régions et il y a peu de chance qu’on règle ce douloureux problème "en faisant bloquer par les comptables publics les rémunérations des contrats d’intérim médical dépassant le plafond réglementaire ou ne respectant pas les conditions fixées par la réglementation, et/ou en permettant aux ARS de dénoncer devant le tribunal administratif les contrats irréguliers." On aura donc des contrôles, toujours des contrôles, et une politique qui s’apparente au calamiteux encadrement des loyers et des prix. Cela n’a jamais servi à autre chose qu’à accentuer la pénurie, mais il n’y a pas plus obstiné qu’un politicien fort de ses principes...
Parallèlement le ministre promet l’ouverture de 4000 lits “à la demande”. Est-ce à dire qu’il suffira de demander ou bien qu’on pourra toujours se brosser pour remplir les conditions que ne manquera pas d’exiger l’Administration centrale ?
Au niveau territorial, on souhaite selon le rite établi, “fédérer les acteurs de santé dans les territoires au service des usagers”. Mais pas un mot sur les calamiteux
 Groupements Hospitaliers de Territoires (GHT) ce qui signifie que là non plus rien ne sera amené à changer et surtout pas la confusion des responsabilités et la complexité monstrueuse de la gestion inter-hospitalière. Lot de consolation pour les hôpitaux locaux, ils sont promus “laboratoires en matière de coopération territoriale”... Cela leur fera sûrement une belle jambe !

Au rang des bonnes et creuses intentions, on peut citer la volonté de “concrétiser le Service d’Accès aux Soins” (SAS), celle de lutter “contre les inégalités en santé”, et de mettre en place, une fois encore, “une offre de prise en charge intégrée ville-hôpital-médico-social”. Autant de chimères ressassées depuis des lustres. Y a-t-il des gens assez naïfs pour y croire encore ?

Il y a également la promotion de la télémédecine, rengaine itérative s'il en est. On en parle depuis si longtemps ! Il a suffi d'un maudit virus et du confinement pour la voir subitement allégée des contraintes réglementaires qui l'étouffaient. Elle se trouva dopée comme par magie et on s'aperçut que c'était simple et que ça marchait ! Pourvu qu'on ne revienne pas en arrière !
Quant aux carrières, on annonce des recrutements (pas moins de 15.000, sans indiquer où ni pour quoi faire) mais aucune piste ne précise d’éventuelles délégations de tâches. On parle bien du “déploiement d’Infirmiers en Pratique Avancée”, mais que cela signifie-t-il donc hormis suggérer que les autres seraient nécessairement relégués au rang des retardés ? Enfin, il est proposé de “lancer une réflexion sur la création d’une profession médicale intermédiaire..” Comprenne qui pourra.
Bref, selon les mots emphatiques du ministre, “les conclusions du Ségur de la santé seront notre boussole pour relever les défis d’une Nation qui conjugue désormais les solidarités et la santé à ses valeurs fondamentales.” Autant dire qu’on n’est pas sortis de la tourmente !

20 juillet 2020

Dylan Is Dylan

Dylan est là, et nul doute que pour quelques uns, c’est un doux réconfort. Après une parenthèse crooning consacrée aux grands standards d’antan, on retrouve sur une dizaine de compositions originales, sa voix traînante, un peu fatiguée, un peu lasse, mais dont les écorchures laissent encore sourdre de délicates suavités: Rough And Rowdy Ways.
Le style est des plus dépouillés. Les lignes mélodiques sont réduites à leur plus simple expression, et l’accompagnement musical mi-swing mi-shuffle, se fait velours pour servir d’écrin à des textes intenses, débordant de poésie et de symboles.

Le morceau de bravoure c’est évidemment la très longue mélopée Murder Most Foul qui brode autour de la mort de John Kennedy, l’histoire de la seconde moitié du XXè siècle, et plus précisément la décade prodigieuse des sixties, exaltante, chaotique et tragique. Plus que jamais Bob Dylan apparaît comme le chantre inspiré de cette époque qu’il incarne si bien tout en la contemplant de haut, tel un oiseau au regard acéré mais quelque peu désabusé.

A côté de ce monument, on trouve une floraison de superbes ballades qui égrènent leur litanie dans un clair obscur tiède et paisible. Key West par exemple qui célèbre de façon inattendue l’éden suspendu au bout de la Floride, entre les bleuités confuses de l'océan et la clarté nébuleuse des confins célestes. “Key West est l'endroit où il faut être lorsqu’on cherche l'immortalité” dit la chanson. C'est une vanité bien sûr mais elle est envoûtante et on se prend à espérer que continue longtemps cette incantation qui love sa douce espérance sur un lit moelleux d'accordéon.

Avec I’ve made up my mind to give myself to you, Dylan chante l’amour de la manière la plus déchirante qui soit. Revenu de tout et abordant le crépuscule de son existence, le barde s'y fait très humble et résigné pour célébrer l'essentiel et oublier tout le reste. Est-ce à un être humain qu'il s’adresse et à qui il s'abandonne corps et âme, est-ce à une entité supérieure, peu importe en somme. Les mots sont là, ils touchent profondément, voilà tout.

D’autres petits trésors gravitent autour de ces splendides astres nocturnes. Deux blues à la rythmique lourde et capiteuse qui rappellent où se trouvent les racines peut-être les plus profondes de la geste dylanienne (False Prophet, Goodbye Jimmy Reed). Dans le premier, l’artiste assène une fois encore qu’il se refuse à être un faux prophète (“je ne sais que ce que je sais, et je vais là où seuls vont les solitaires…”). Dans le second, il salue bien bas l’un des ténébreux héros de la culture américaine, auprès desquels il puise souvent son inspiration. A noter d'ailleurs que le titre improbable de l’album, fait référence à une chanson de Jimmie Rodgers, l’un des pionniers de la musique country.
Il faut enfin s'imprégner de la beauté de quelques perles noires, à la scansion aussi absconse qu’ensorcelante (Crossing The Rubicon, Black Rider, I Contain Multitudes, Mother Of Muses, My Own Version Of You).

Et puisque tout compte dans cet album sombre et somptueux, un mot enfin de la pochette et du cliché qui l'illustre. Il vous plonge dans la demi-clarté d’un bouge interlope aux reflets mordorés de came et d'alcool. On y danse jusqu’au bout de la nuit dans une ambiance où la volupté des rêves amoureux le dispute à la poisse des destinées enfermées dans une implacable finitude...

13 juillet 2020

COVID en questions

Le virus circule toujours”. “Une deuxième vague dès cet été”. “La rentrée ne sera pas normale”... Autant de gros titres et d’avertissements inquiétants, alors qu’on pensait en avoir à peu près fini avec la phase aiguë de l’épidémie.
Par un paradoxe troublant, tandis qu’on nous répète que le nombre de cas progresse et que des clusters émergent un peu partout, il y a toujours moins d'hospitalisés, et les services de réanimation continuent lentement à se vider.
Où donc en sommes-nous réellement, s’agissant du COVID, alors que nous sommes privés des laborieux speeches de Jérôme Salomon et qu’ont cessé les séquences explicatives théâtrales des pontifes ministériels ?

Olivier Véran fait mine de s'agiter en insistant sur l’importance de continuer à appliquer les “gestes barrière”, mais il nous en dit trop ou pas assez. Quant à l'application StopCovid qui coûte paraît-il 200.000 € par mois aux contribuables, elle a fait un flop monumental et est déjà passée aux profits et pertes.

La comparaison des chiffres internationaux ne laisse quant à elle pas d'interroger.
Non seulement ceux affichés par la France détonnent, mais ils ne cessent, a contrario de ceux de nombre de pays, de se dégrader au fil du temps. Si l’on en juge sur le ratio nombre de décès sur nombre de cas déclarés, la France affiche une mortalité de 17,6% (30.000/170.000) ! Même les nations européennes réputées avoir le plus mal géré la crise, font désormais mieux que nous: le ratio pour le Royaume Uni s’établit à 15,5%, il est de 15% pour la Belgique, pour l’Italie de 14,3 % et pour l'Espagne de 9,4%. On a beau chercher, notre pays fait figure d'exception dans le mauvais sens du terme. Aux Etats-Unis où paraît-il l’épidémie fait rage, le nombre de cas augmente certes rapidement, mais le taux de mortalité ne cesse de baisser pour atteindre à ce jour 4 %, et au Brésil qui fait paraît-il n’importe quoi, il plafonne à 3,9 %.
Rappelons au passage qu’à Taiwan, le nombre de cas ne dépasse pas 451 et le nombre de décès s’est stabilisé à 7 (soit 1,5% de mortalité).
Que se passe-t-il chez nous ? Sommes-nous donc incapables de produire des statistiques fiables, ou bien nous trouvons-nous toujours en difficulté pour faire le diagnostic de la maladie, à moins que nous ne soyons particulièrement mauvais pour la soigner…
Partant de nos 30.000 morts, et d’une mortalité théorique de 0,5% (celle de la cohorte du Pr Raoult, dont certains affirment qu’elle n’a rien d'extraordinaire), cela supposerait 6 millions de personnes atteintes et non diagnostiquées, c’est à dire quasi la moitié des cas mondiaux.
Décidément, quelque soit le bout par lequel on prend le problème, il y a quelque chose de pourri au Royaume de France !

10 juillet 2020

Factfulness

Quoi de plus naturel que d’assujettir son opinion aux faits établis plutôt qu’aux suppositions ou aux croyances ? Ce fut en tout cas la thématique que défendit opiniâtrement le médecin suédois Hans Rosling.
Expert en santé publique, conseiller auprès de l’OMS, il parcourut le monde en essayant de propager, preuves et chiffres à l'appui, ce principe qui en apparence tombe sous le sens et qui pourtant a tant de mal à s’imposer en pratique.
Son ouvrage, hélas posthume, intitulé Factfulness, est tout entier consacré à ce sujet. Si le terme se retrouve traduit en factualité, l’éditeur précise en couverture, que derrière le concept, c’est bien de “la saine habitude de fonder son opinion sur les faits” qu’il s’agit.

“Les faits sont têtus” clamait Lénine. Il avait raison le bougre, mais combien fut cruelle cette vérité pour le peuple russe qu’il entraîna dans la barbarie en piétinant cette évidence, et pour tant d’autres qui furent sacrifiés sur l’autel de principes.
Plaute affirmait quant à lui que “les faits parlent d’eux-mêmes”. Pourtant, même à notre époque, avide d’informations et de chiffres, les faits n’ont jamais été aussi méprisés, occultés, interprétés, ou carrément ignorés.
C’est ce que démontre Hans Rosling à l’aide d’un simple questionnaire, soumis à des publics variés, des plus populaires aux plus intellectuels, réputés “sachant”. Treize questions auxquelles n’importe quel individu bien renseigné, et chacun peut l’être aujourd’hui, devrait répondre de manière adéquate. Pour en donner un aperçu, voici 5 exemples:

Ces 20 dernières années, la proportion de la population mondiale vivant dans une extrême pauvreté
A A presque doublé
B Est restée à peu près la même
C A presque diminué de moitié

Comment a évolué le nombre de morts par catastrophe naturelle ces 100 dernières années
A Il a plus que doublé
B Il est resté à peu près stable
C Il a diminué de plus de la moitié

Aujourd’hui, dans quelle proportion les enfants de 1 an sont-ils vacciné contre certaines maladies:
A 20%
B 50%
C 80%

En 1996 les tigres, les pandas géants et les rhinocéros noirs furent classés comme espèces en danger. Combien de ces 3 espèces sont plus particulièrement menacées aujourd’hui:
A Deux
B Une
C Aucune

Combien de personnes dans le monde ont-elles un minimum d’accès à l’électricité
A 20%
B 50%
C 80%

Le test fut révélateur pour la quasi totalité des publics interrogés, et particulièrement édifiant s’agissant des personnes a priori les plus éclairées, exerçant parfois des fonctions politiques de premier ordre.
A chaque fois ou presque l’option la plus dramatique fut choisie par une majorité de gens, et très rarement fut atteinte la proportion de 33% de bonnes réponses, qu’on pourrait attendre comme le fait remarquer malicieusement l’auteur, de chimpanzés répondant au hasard ! Précisons que pour chacune de ces 5 questions, la bonne réponse était la proposition C.


Le fait est que l’opinion la plus répandue actuellement est que le monde va de plus en plus mal, qu’il est rongé par la pauvreté, menacé par les catastrophes naturelles, l’extinction généralisée des espèces animales, la pollution, la déforestation et autres périls marquant manifestement les esprits.Tout cela est largement erroné et le constat n’est pas franchement nouveau. Jean-François Revel y avait consacré un ouvrage très percutant, montrant que les moyens modernes d’information étaient vains face aux idées reçues et aux rumeurs, et plus récemment Steven Pinker s’échinait quant à lui à démontrer que loin de courir à la catastrophe, le monde allait de mieux en mieux (à l’exception de l’Amérique de Trump…).

L’originalité de Rosling est de prendre sur le fait si l’on peut dire, les ignorants qui ont la faiblesse de croire aux préjugés et qui contrairement aux conseils du bon Kant, négligent de vérifier par eux-mêmes la véracité d’affirmations trop souvent sous-tendues par des parti-pris idéologiques. La méthode est assurément efficace et l'on se prend à espérer que l'immense succès de librairie de l'ouvrage soit l'annonce d'un vrai et durable changement dans les mentalités.
On en doute toutefois car les clichés ont la vie dure, et bien que les propos de l'auteur soient clairs, sages et simples , on craint qu'ils ne soient vite oubliés...
Pour conjurer le risque de se tromper trop lourdement, Rosling invite à se méfier des comparaisons et prévisions fondées sur des généralisations hâtives, des moyennes fallacieuses, ou des projections en lignes droites trop simplistes. Il recommande de ne pas chercher systématiquement un bouc émissaire à tout ce qui ne va pas bien. Il conseille ne pas céder à la peur, ou à l’urgence, très souvent mauvaises conseillères. Enfin, il préconise de combattre l’ignorance et de répandre une vision du monde basée sur les faits, ce qu’il juge “enthousiasmant et joyeux” et beaucoup plus conforme à l’évolution en profondeur des choses, qui se fait parfois sous nos yeux sans même qu’on y prête attention. Ainsi, l’Occident, trop certain de sa suprématie et de ses acquis, et quelque peu condescendant vis à vis du reste du monde, ne voit pas que d’autres régions du globe montent en puissance, risquant sous peu de le reléguer au rang des civilisations en voie de décadence...
Selon Socrate il n’est de pire ignorance que celle qui s’ignore. Sommes nous encore capables de nous en rendre compte de manière pragmatique ?

05 juillet 2020

La Grosse Commission

On n’en a pas fini avec le coronavirus. Et on n’a pas fini de parler de cette crise qui bouleversa sans qu’on ait eu le temps de crier gare, la vie du pays en ce printemps 2020. Pour faire toute la lumière sur la façon dont l’Etat traita cette épidémie, l’Assemblée Nationale a mis sur pied une commission expresse. Sage et logique initiative pour peu qu’une telle instance soit en mesure d’éclairer vraiment le Peuple et qu’elle permette de tirer des conclusions pragmatiques.
C’est tout le contraire qui se passe sous nos yeux et le moins qu’on puisse en dire pour l’heure, est que ce théâtre républicain improvisé tourne à la farce bouffonne.
On interroge des heures durant nombre d’experts, de hauts fonctionnaires, de ministres et autres satrapes impliqués plus ou moins directement dans la gestion de ce fameux COVID-19. Après avoir entendu tout ce beau monde, force est de conclure que le problème reste entier et les polémiques plus enflammées que jamais.

On a retrouvé le discours patelin du professeur Salomon, réexpliquant avec force circonlocutions et périphrases tout ce dont il nous avait abreuvé durant des semaines, occultant dans la sauce onctueuse de son discours, maintes contradictions et maints égarements…
On a retrouvé les attaques vitriolées du Professeur Raoult faisant à lui tout seul le procès impitoyable des dits égarements du Pouvoir et de la plupart de ses confrères, tout en glorifiant non sans raison les bons résultats obtenus par son équipe.
Les ministres de leur côté ont mis toute leur énergie avec un talent assez inégal, à se dédouaner de toute faute, de tout retard et de toute négligence.
On avait presque pitié pour madame Buzyn, perdue dans ses dossiers, bafouillant des arguties foireuses pour tenter de justifier son action. Entre autres énormités débitées sur un ton de chien battu, elle osa prétendre qu’elle avait toujours été en avance sur les instances internationales, et affirma sans vergogne que la France avait été la première à mettre au point les tests diagnostiques ! Aucun regret, aucun remords, aucune remise en cause.
Pas davantage de questionnement chez ses prédécesseurs, en l’occurrence Marisol Touraine et Roselyne Bachelot. La première se félicita d’avoir laissé en partant autant sinon plus de masques qu’au moment de sa prise de fonction et la seconde se permit d’ironiser à propos des médecins, négligents et infantilisés selon elle, au point de n’avoir dans leur cabinets ni masques ni blouses, attendant tout en somme de l’Agence Régionale de Santé !
Toutes les deux ont oublié les réformes calamiteuses dont elles portent la très lourde responsabilité et qui n’ont pas peu contribué à mener notre système de santé dans l’état où il se trouve, rongé par la sur-administration et la déresponsabilisation générale.

Tous ces débats n’ont donc pas amené la moindre clarification. Pire, tous les représentants des Pouvoirs Publics passés sur le gril estiment avoir parfaitement rempli leur mission. Comme le dit élégamment le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde : “On se fout de notre gueule”. Aucun progrès n’est donc à espérer et aucune leçon ne sera comme trop souvent tirée de ce navrant épisode. Les polémiques et les guerres de chapelles quant à elles sont loin d’être éteintes. L’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris menace de poursuivre Didier Raoult pour faux témoignage. L’HAS et le Conseil Scientifique dénoncent des propos infamants et calomnieux. Quant à Roselyne Bachelot, elle a hérissé une bonne partie des médecins de ville qui ont payé un lourd tribut à l’incurie gouvernementale et qui envisagent de porter l'affaire devant les tribunaux...

Et ce n'est pas fini. Trois des ministres en exercice lors de la crise font l'objet de plaintes citoyennes pour "abstention de combattre un sinistre" et devront en répondre devant la Cour de Justice de la République. Il serait exagéré et inconvenant en la circonstance d'exiger pour ces gens que soit reconnue une quelconque culpabilité, eu égard à la complexité de la situation, mais il est hélas illusoire qu'au moins soient tirées quelques conséquences pratiques pour qu'à l'avenir l’État se comporte avec un peu plus de réactivité, de pragmatisme et beaucoup moins d'auto-satisfaction...

Illustration: Les Gens de Justice. Gravure d'Honoré Daumier