19 décembre 2014

Hypnose (Kôdé)

Sans coup férir elle s’avance
Au gré d’un léger trémolo
Comme une barque allant à l’eau
Saoule mais non sans vigilance

Elle est ravie et se balance
Emprisonnée dans un halo
Tiède surgi ex-nihilo
Qui l’enlace dans sa mouvance

A Dieu ne plaise le retour
Trop brutal de ce doux voyage
Si loin et si près du rivage

Pour qu’en un délicieux détour
Utopique, le temps s’allonge
A l’instant même où seul, je plonge...

13 décembre 2014

Dylan, brut de décoffrage

A l'instar des rescapés du Pink Floyd qui étoffent et redorent d'anciennes ébauches délaissées dans des placards, pour tenter d'en faire du neuf, Bob Dylan ressort de ses vieilles malles ses légendaires Basement Tapes, captées dans l'intimité en 1967, alors qu'il se remettait à la campagne, d'un accident de moto.

Mais à l'inverse des premiers, il les propose dans leur jus, sans fioriture ni artifice. Ça dégage un petit parfum boisé et acide dans lequel remonte, un peu confite mais très prégnante, l'ambiance rebelle des sixties.

Et c'est une nouvelle occasion de se confronter au mystère Dylan. Notamment cette scansion nasillarde que certains trouvent insupportable, et qui derrière son apparente monotonie, surprendra toujours en même temps qu'elle les ravit, les aficionados. Elle touche parfois au sublime dans ces sessions débridées où son lamento stridulant fait merveille. Parmi les nombreuses mélopées soutenues efficacement par le quintette si attachant du bien regretté The Band, on retiendra des standards éprouvés, telle cette version déchirante du fameux I Shall Be Released, des perles jamais entendues (Sign On The Cross) ou restées à l'état de géniales improvisations (I'm Not There).

Un livret instructif et richement illustré complète ce double album très root qui apporte un éclairage intéressant sur ce baladin lunatique, aux messages aussi envoûtants qu'énigmatiques...



Bob Dylan and The Band. The Basement Tapes, raw. 2014 
On apprend au passage qu'un nouvel album se prépare pour 2015 :Shadows In The Night. Wait And See...

12 décembre 2014

Pink Fade...

Ce jeu de mot oiseux qui m’a été inspiré par un bon ami après l’écoute de l'ultime opus du Floyd est à double détente.

Bien sûr il est possible de trouver très pâles ces fragments épars, ressortis des vieux cartons de 94, rehaussés d’un peu de rimmel instrumental ici où là, et même de quelques paroles, faisant émerger une vague chanson de ce magma liquoreux. Tout ça n’a bien sûr ni queue ni tête et ne peut apparaître dans ces conditions, autrement qu’un ersatz.

Pris dans son acception anglo-saxonne, c’est aussi la manière d’exprimer le doux anéantissement vers lequel tout est condamné à filer dans ce monde sublunaire. Syd Barrett oublié, Roger Waters enfui, Rick Wright disparu, que reste-t-il donc ? Ces réminiscences au parfum quelque peu évaporé, qui vous plongent dans la nostalgie en même temps qu’elles vous font parfois frissonner au souvenir des heures extatiques évanouies.

Alors, tant pis, montons de bonne grâce dans cette frêle et illusoire embarcation, et abandonnons nous à l’ineffable tangage, né de cet océan de nuages, indéfini...

Pink Floyd The Endless River 2014

03 décembre 2014

Chaconne



Ce chant si beau demain peut-être
Aura vaincu les pesanteurs
Dont il émane avec des pleurs
Sans oser vraiment tout promettre

Il traverse tendrement l'être
Comme le silence des fleurs
Leurs parfums ou bien les douceurs
Du jour au  moment d'apparaître

Il dit plus que les infinis
Qui sont au dessus de nos têtes
Et dans ses accents inouïs

Résonnent d'indicibles fêtes
Au cœur d'un grand jardin radieux
Peuplé d'archanges et de dieux...


****************************
Inspiré par l'écoute de la Chaconne de la Partita no2 en ré mineur de J.S. Bach, magistralement interprétée à la guitare par John Feeley (à voir et à entendre derrière ce lien)

23 novembre 2014

Edmond About, un libéral inattendu

En flânant dans une librairie, il y a quelques jours, je tombai sur une étonnante petite collection d’ouvrages dans laquelle un titre attira particulièrement mon attention. Intitulé “La Liberté”, il portait la signature d’un illustre inconnu : Edmond About.
Mais peu importait en fin de compte la notoriété de l’auteur. Le titre alléchant, le prix des plus raisonnables, la dimension modeste de l’opuscule (à peine une cinquantaine de pages), et quelques passages plutôt plaisants lus à la va-vite me décidèrent à en faire l’acquisition.
C’est ainsi que j’appris qu’Edmond About (1828-1885) fut un écrivain jouissant d’une belle renommée à son époque. Journaliste et critique d’art très apprécié, il fut également l’auteur de quelques romans à succès, ce qui lui valut même d’entrer à l’Académie Française ! Il ne put y siéger malheureusement, car la mort le saisit juste après son élection, alors qu’il n’avait que 56 ans…

C’est tout à l’honneur des Editions Berg International, sous le patronage avisé de Damien Theillier, d’avoir ressorti un extrait de son ABC du travailleur. Ce texte fut écrit en 1868, à la demande d’un syndicat d’ouvriers parisiens navrés d’en connaître si peu en matière économique, et désireux de pouvoir disposer d’une sorte de traité d’économie pour les nuls, avant l’heure.
Pour ce faire, l’auteur eut l’idée de reprendre le sillon gorgé de bon sens qu’avaient ouvert avant lui Turgot et Jean-Baptiste Say, et livra quelques savoureuses réflexions personnelles dont certaines ont gardé toute leur fraîcheur dans le monde d’aujourd’hui.

Ça commence par une salve de questions dont la forme interrogative ne fait que souligner la nature évidente des bases sur lesquelles repose le capitalisme :
“Pourquoi le capital et le travail, deux alliés inséparables par nature, sont-ils éternellement en défiance pour ne pas dire en guerre ? Pourquoi les plus honnêtes gens du monde s’accusent-ils réciproquement de crimes épouvantables, les uns criant qu’on veut leur prendre ce qu’ils ont, les autres protestant qu’on leur a volé ce qu’ils n’ont pas ? Pourquoi les riches, ou du moins certains riches, méprisent-ils stupidement ceux qui travaillent ? Mais, malheureux ! Votre fortune n’est-elle pas autre chose que du travail mis en tas ? Pourquoi les pauvres haïssent-ils généralement les riches ? Vous ne savez donc pas que vous seriez cent fois plus pauvres, c’est à dire travaillant plus pour gagner moins, s’il n’y avait que des pauvres autour de vous ?”

Avec pertinence, Edmond About tente de tordre le cou au vieux préjugé, qui déjà de son temps faisait du libéralisme quelque chose d’amoral, voire d’immoral. En réalité, écrit-il, “la saine économie donne la main à la morale, et contre-signe, après elle, la loi de solidarité. “Hier elle vous disait : Tous les hommes sont frères. Elle vient nous dire aujourd’hui : Tous les hommes sont libres.” “Libres de travailler quand et comme il leur plaît, de produire, de consommer, d’échanger, à prix débattu, les biens et les services de tout genre.”
About détaille avec méticulosité toutes les entraves mises en travers de cette voie, à chaque époque de l’Histoire, par l’Etat, et par ses lois soi-disant protectrices.
Lorsque ce dernier était représenté par un souverain de droit divin, l’immaturité du peuple étant un fait établi, le roi faisait figure de père omnipotent, et omniscient. Son pouvoir absolu n’était “qu’un instrument dont il usait au profit de quelques millions d’hommes, ou pour mieux dire, d’enfants; car tous les Français étaient mineurs relativement à lui.”
“De fait, la royauté croyait bien faire en touchant à tout; elle imitait, dans la mesure de ses pauvres moyens, cette Providence d’en haut, qui surveille jusqu’aux infiniment petits du monde.” En dépit des injustices et des privilèges consubstantiels à l’ancien régime, “le bon vouloir des rois n’était pas douteux ; ils avaient un intérêt direct à faire la fortune de leurs peuples. C’est dans ce but qu’ils réglaient tout : le travail, le repos, la culture, l’industrie, les semailles, les récoltes, la production et le commerce, substituant leur prétendue sagesse à la prétendue incapacité des citoyens.”

Bien qu’elle ait aboli un système néfaste à bien des égards, la révolution n’apporta pas pour autant l’émancipation du peuple, déplore About, car elle “ne fit qu’en rétablir les excès sous une autre forme, sans amener davantage de prospérité.../… Il semble que le soleil ne soit apparu un instant que pour s’éclipser aussitôt” et en définitive, “le bilan de ces dix années que l’Europe nous envie à bon droit peut s’établir ainsi : dévouement, patriotisme, courage civil et militaire à discrétion; libertés politiques et économiques, néant.” Et pour finir, “le peuple est toujours dans le même embarras quand il fait une révolution, car les révolutions ramènent inévitablement la disette, et l’on a beau chercher, on ne met jamais la main sur les vrais accapareurs…”

En plus de s’attaquer aux systèmes qui, sous couvert de bonnes intentions, ne font qu’assujettir les citoyens, Edmond About flétrit la tendance naturelle des pouvoirs publics à protéger les privilèges, prérogatives, et autres sinécures.
Il montre entre autres les effets néfastes du protectionnisme, objectivant notamment le fait que loin d’être bienfaiteur, il mène le plus souvent à pérenniser des rentes de situation : “Le protectionnisme et les droits de douane ne sont que des moyens de protéger certains contre d’autres en tout égoïsme. Chacun en effet voudrait protéger son entreprise de la concurrence, mais dans le même temps, pouvoir acheter ce qu’il ne produit pas au meilleur prix. Au total, l’Etat sollicité de toute part, finit par décréter des droits sur tout, et par rétorsion les états voisins font de même.../… Au bout du compte ce sont les citoyens qui paient la facture et les plus pauvres qui en souffrent le plus."
Sur cette question comme sur tant d’autres, c’est le bon sens qui devrait s’imposer : “Le vrai système protecteur est celui qui permet au consommateur de s’approvisionner au meilleur prix possible, soit dans le pays, soit à l’étranger….”

Edmond About, au nom du principe de liberté, condamne donc toutes les formes d’étatisme, et notamment l’absolutisme monarchique autant que le socialisme, qu’il soit révolutionnaire ou bureaucratique.
A l’époque où il écrit, Edmond About, imagine toutefois de manière un peu trop optimiste, que beaucoup de leçons ont été tirées de l’histoire. A ses yeux, la monarchie semble définitivement abolie, et les Socialistes sont discrédités, apparaissant pour ce qu’ils sont : “des charlatans de l’économie politique”, “des vendeurs de pierre philosophale”, qui promettent le paradis sur terre...
Mieux même, il estime que “le socialisme, qu’on peut discuter aujourd’hui sans passion, a livré son dernier combat, sous nos yeux, en Juin 1848. Il est non seulement vaincu, mais désarmé par le progrès des lumières et le redressement des esprits.”

Hélas, après la révolution de 1848, cette idéologie ne fit que se développer à travers le monde, sous l’influence du marxisme naissant : le Manifeste du Parti Communiste est daté précisément de 1848, et Le Capital fut publié en 1867 ! Malgré les horreurs que cette doctrine engendra dans toutes ses applications, force est de reconnaître qu'elle a survécu, et que nombre de politiciens s’en réclament toujours, même s’ils sont heureusement bien obligés de la diluer dans la démocratie !

Si Edmond About s’est quelque peu trompé en matière de prévision, on retiendra malgré tout la pertinence des concepts qu’il expose avec beaucoup de clarté. Et parmi les réflexions qui gardent tout leur sel aujourd’hui encore, qu’il soit permis d’en évoquer encore deux qu’on croirait tirées du débat actuel franco-français.
En bon libéral, About renvoie dos à dos les conservateurs et les socialistes : “Les premiers sont protectionnistes, les seconds sont utopistes, mais tous sont des ennemis de la concurrence et de la liberté économique.”
“L’Etat doit se charger des services indispensables à la sécurité. Il doit protéger les citoyens. Mais il ne doit pas se faire l’administrateur du travail et des échanges.”

A bon entendeur, salut et fraternité….

16 novembre 2014

Les dessous de l'affaire...

Pendant que le peuple souffre et qu’il lui est demandé sans cesse de nouveaux efforts, les grands commis de l’Etat se gobergent chez Ledoyen ! Et complotent peut-être à ce qu'il paraît....
On ne saura sans doute pas de sitôt ce qui s'est dit lors de cet étrange déjeuner du 24 juin 2014, réunissant dans un luxueux restaurant étoilé, messieurs Fillon, Jouyet et Gosset-Grainville, mais on connaîtra peut-être bientôt ce qu'en a dit M. Jouyet secrétaire général de l'Elysée, lors d'une interview donnée à deux journalistes du journal Le Monde en septembre dernier. Ces derniers se sont tellement vantés de tenir à la disposition de la justice l'enregistrement intégral de l'entretien, qu'il faudra bien qu'ils s'exécutent un jour ou l'autre. Ce d'autant que selon leur propre aveu, ils en ont déjà fait profiter quelques confrères...

Il est vrai que ces gens si tatillons sur le secret de l'instruction, la protection des sources, la présomption d'innocence et le toutim, n'ont pas lésiné sur les entorses à ces principes pour juger sans appel et sans preuve, l'ancien président de la république Nicolas Sarkozy. Faisant feu de tout bois, mélangeant des affaires sans suite et d’autres hypothétiques, ils ont joué à discréditer l’ancien chef de l’Etat et distillé le froid parfum de vengeance. On nous apprendrait que ces deux là sont en service commandé, pour tenter de ruiner les chances de retour de l’ancien président qu'on ne serait pas surpris. En tout état de cause, le titre racoleur de leur ouvrage placardé de manière agressive sur la couverture, dit à lui seul que nous sommes à mille lieues du journalisme d'investigation qu'ils prétendent incarner. Il paraît qu’ils fréquentent assidûment l’Elysée depuis la prise de fonction de celui que ses amis appellent affectueusement la Fraise des Bois. Il paraît qu’ils avaient la louable intention de faire en toute objectivité le journal du quinquennat ! Faut-il croire que les Français soient assez niais pour gober de telles balivernes ?

Dans cette nouvelle affaire éclaboussant un peu plus le calamiteux mandat de François Hollande, tout est ténébreux, tout sent la magouille et la machination. Déterminer qui manipule qui, apparaît dans ce contexte presque secondaire, l’essentiel étant de savoir qui rira le dernier...
Pour F. Fillon, le seul fait d’avoir accepté de se rendre à une telle rencontre pose problème. Soit il est tombé dans un traquenard, ce qui ferait douter de sa perspicacité, soit il est partie prenante d’un complot. Dans les deux cas il se disqualifie pour de futurs challenges électoraux.
Quant à JP Jouyet, la preuve est déjà faite qu’il ment, puisqu’il est capable à deux jours d’intervalle de soutenir deux versions diamétralement opposées. La première est démentie par ceux qui ont eu le privilège d’entendre la fameuse interview. La seconde accuse lourdement M. Fillon, mais ne dédouane pas pour autant le secrétaire général de l’Elysée qui ferait dès lors figure de complice.

En l’occurrence, tous les protagonistes impliqués dans cette affaire risquent bien d'en sortir salis, que la justice parvienne ou pas à en démêler l’écheveau. Cela reste en effet très incertain car chacun pour l’heure semble prêt à se rétracter. François Fillon poursuivra-t-il en diffamation Jean-Pierre Jouyet, rien n’est moins sûr. Il y a fort à parier dès lors que ce dernier ne demandera pas son reste (il nie déjà avoir été informé qu'il était enregistré). Quant aux journaleux, ils seront trop heureux qu’on s’en tienne aux supputations…

Morale de l’histoire, et peut-être vraie justice en somme, ces manoeuvres aident paradoxalement Nicolas Sarkozy à se remettre en selle. Après son retour qualifié un peu rapidement de raté par la Presse, il bénéficie d’un début de rédemption face à cette infâme mêlée liguée contre lui, et il peut désormais prétendre rassembler tous ceux qui sont lassés de ces combines politiciennes. Il ne lui manque plus qu’un projet et des idées fortes pour relancer une espérance...

15 novembre 2014

Philaé



Si tant est qu'une comète
Fusant dans l'espace noir
Soit chargée du même espoir
Qu'un vibrionnant gamète

Si tant est que cette miette
De l’Univers puisse avoir
Un secret bon à savoir
Par l’Homme en sa pauvre tête

Alors, qu’en son parcours fou
La machinerie futile
Accrochée à son caillou

S’engloutisse comme une île
Et livre en forme d’adieux
Quelque signe merveilleux...

03 novembre 2014

Picasso embaumé par l'Etat


Confronté à une déconfiture généralisée, et plombé par une incapacité quasi totale à résoudre de manière pragmatique le moindre problème, certains ministres et leur piteux chef en tête, ont tenté de récupérer quelques miettes de la période faste que vient de traverser la culture made in France.
Las, ce fut une succession de gaffes et de pantalonnades !
Il n’y a pas à dire, comme le chantait Brassens, quand on l’est, on l’est bien…

Cela commençait de la meilleure façon pourtant avec les deux prix Nobel attribués à des Français. On ne voit pas ça tous les ans tout de même !
Mais premier raté, Jean Tirole, économiste distingué par le jury suédois quoique peu prisé du gratin médiatique, préconise des recettes exactement opposées à celles mises en oeuvre (si l'on peut dire...) par le gouvernement ! Les hommages surjoués des ministres apparurent dans ce contexte quelque peu déplacés.
Le pire fut toutefois de découvrir à l’occasion de l'attribution du prix de littérature à Patrick Modiano, que madame "la" ministre de la culture, n’avait jamais ouvert un livre de lui, avec qui elle avait pourtant déjeuné et “bien rigolé”, pour fêter ça. Ahurissant, mais seulement pour ceux qui imaginaient encore que ce ministère avait une quelconque utilité…

Nos dirigeants n’étant pas à un paradoxe près, ils offrirent au peuple un vrai festival, ne manquant aucune occasion de s’illustrer dans la catégorie ridicule.
On vit par exemple François Hollande, plastronner en compagnie du capitaine de la finance internationale et du luxe qu’est Bernard Arnault, pour inaugurer en fanfare la fondation Louis Vuitton à Boulogne. Elles sont bien loin les imprécations hargneuses du candidat socialiste néo-marxisant à la présidentielle de 2012 !
On vit sa même silhouette joviale et bedonnante parcourir avec une belle satisfaction bourgeoise, les stands délirants de la FIAC. On le vit s’enthousiasmer à la vue de ces installations insensées et défendre au nom de l’art n’importe quelle fadaise ou godemiché géant érigé triomphalement place Vendôme. Avec une verve touchant au sublime, il se lança même dans un vibrant plaidoyer du prétendu artiste gonflé-dégonflé : «La France sera toujours aux côtés des artistes comme je le suis aux côtés de Paul McCarthy, qui a été finalement souillé dans son oeuvre». On peut dire qu’en la circonstance, le Chef de l’Etat fit preuve, sans doute involontairement et c’est là le plus drôle, d’un délicieux sens de l’à propos : sait-il seulement qu’en plus de ses désormais fameux plugs anaux, l’artiste en question a exploré d’autres possibilités de sculptures similaires, en forme par exemple de monumentales piles d’excréments ?

Pour clore cette parenthèse enchantée, détonant sur une réalité si médiocre, M. Hollande, tel un moderne et infatigable Don Quichotte défiant le bon sens et la réalité, inaugura en grande pompe l’exposition permanente Picasso, sise dans les vénérables murs de l’Hôtel Salé, superbe immeuble baroque situé dans le quartier du Marais.
Cinq ans de travaux et plus de quarante millions d’euros pris aux contribuables, ont été nécessaires pour faire de ce bâtiment bien nommé, un écrin à la hauteur de la collection de l’artiste encensé par l’Etat.
François Hollande enivré par ses propres paroles, a qualifié ce musée d’un des plus beaux" et "des plus émouvants" du monde en inaugurant l'établissement nouvellement réouvert au public. Aussi généreux dans l’éloge gratuit qu’il peut l’être en distribuant l’argent qu’il ponctionne, il a qualifié l’auteur des “Demoiselles d’Avignon” de “peintre de la liberté”, qui "aimait la France, et avait choisi la France", en soulignant lourdement que "s'il n'en a jamais eu le passeport, Pablo Picasso, le républicain, le communiste, est la fierté de la France".

Il est vrai que comparé à Paul McCarthy et ses exhibitions porno-scato, Picasso ferait presque figure de peintre académique ! Il est d’ailleurs bien difficile de contester à ce dernier une originalité et un talent peu communs. Hélas, l’excessive profusion de ses oeuvres (près de 50.000 recensées) et le caractère répétitif des thèmes, tendraient à faire de lui une sorte de stakhanoviste de l’art bien plus qu’un démiurge inspiré, du genre de Michel-Ange.
On se plait généralement à louer les grandes capacités de dessinateur de Picasso, et à vanter son talent à nul autre pareil, pour créer des formes. Pourtant le moins qu’on puisse dire est que ces dernières ne flattent pas toutes l’oeil, et que même si l’on peut leur trouver parfois des qualités décoratives, elles sont en général assez loin de susciter ce sentiment indicible, ce trouble indéfinissable, qui nous envahit au spectacle de la beauté.

On pourrait même suggérer que ce qui le distingue de Michel-Ange, ou de Velasquez qui fut une de ses sources d’inspiration, c'est sans doute la propension à enlaidir tout ce qu’il touchait. On peut ne pas admettre ce point de vue puisque selon les philosophes, la beauté ne se prouve pas, elle s’éprouve. On pourrait tout aussi bien gloser sur les raisons qui poussèrent l’Andalou à déformer et à torturer ainsi la réalité en la transcrivant sur sa toile.
Ne serait-ce pas une sorte d’aveu d’impuissance face aux grands maîtres qui le précédèrent ? Ceux-ci ne reculaient certes pas devant la laideur - le fameux tableaux des Ménines en témoigne - mais ils mettaient tout leur art à la transcender, à en révéler la beauté cachée en quelque sorte. Pourquoi n’est-on pas choqué de voir traité par Rembrandt un boeuf écorché, pendu à l’étal d’un boucher, et pas davantage par une vulgaire chaise paillée ou même une paire de godillots peints par Van Gogh ?

Une des problématiques de l’art contemporain réside dans sa tendance à délaisser la quête du beau pour privilégier l’apparence formelle, avec le souci croissant de s’originaliser à tout prix, et d’imprimer sa marque de fabrique par n’importe quel moyen. Rançon de cette dérive, l’art devient une marchandise de pacotille que les badauds viennent certes voir en foule, mais mus par une curiosité relevant hélas souvent de l'attrait pour le morbide.
Il est étonnant que tant d’intellectuels éthérés, méprisant les triviales valeurs marchandes, et en froid avec l’argent et le profit, s’extasient de manière béate devant des artistes tel Picasso, préoccupés semble-t-il avant tout de faire commerce et gloriole de leur talent, quitte à le galvauder sans vergogne.

Le comble de cette perversion fut le fameux urinoir de Duchamp, daté de 1917, qui réduisit d’un coup l’entreprise artistique au pur néant.
Bien des années plus tard, en 1993, on se souvient qu’un certain Pierre Pinoncelli fit scandale au Carré d’Art de Nîmes, en urinant dans l’oeuvre exposée et en lui donnant un violent coup de marteau. Il fut condamné à un mois de prison avec sursis et 286 000 francs de dommages-intérêts ! Il justifia son geste en disant qu’il avait voulu rendre hommage à l'esprit dada, qui est l’irrespect. Juste retour de bâton en somme…

Depuis cet épisode, tout ce qui s’inscrit dans la démarche déconstructive de l’art, n’est que navrant rabâchage.
Il serait excessif de réduire Picasso à ces “foutages de gueules” pour parler trivialement, mais il est possible de voir en lui un précurseur, et on peut légitimement se demander si son oeuvre restera inscrite au firmament de l’Art. Il est permis d’avoir des doutes... Fallait-il en tout cas, que l’Etat consacre tant d’argent à la gloire d’un seul artiste, déjà si connu, si muséifié, et dont la fortune gigantesque, pourrait suffire à assurer la renommée, en même temps qu’elle garantira la prospérité de ses héritiers durant encore plusieurs générations. C’est là une vraie question...

20 octobre 2014

Baudruches

Qu’elle est plaisante cette histoire de gonflage-dégonflage express d’oeuvre d’art sur la Place Vendôme !
Tout commence jeudi 16 octobre avec l’érection d’un gigantesque machin ogival de 24 mètres de haut, en plastique vert-pomme, dans le cadre de la Foire Internationale de l’Art Contemporain (FIAC).
 Allez savoir pourquoi, sa forme suggestive, poétique et délicate de sex-toy genre “plug anal” ne parut pas enthousiasmer tout le monde.
La polémique partit même plus vite qu’un pet sur une toile cirée et les esprits s’enflammèrent tant et tant, que dès la nuit suivant l’installation, des trublions facétieux mais sans doute incultes s’en prirent méchamment à l’engin (ils croyaient paraît-il qu'il s'agissait d'un sapin de Noël !). Ils débranchèrent la pompe qui le gonflait et sectionnèrent quelques sangles le maintenant debout. Patatras, la belle oeuvre d’art du dénommé Paul Mc Carthy se retrouva raplapla sur le pavé en moins de temps qu’il ne faut pour le dire !
Dès le lendemain les gardiens du temple de l’art, mairesse de Paris et ministresse de la culture en tête, firent part de leur effroi, criant au scandale, et comparant peu ou prou l’acte de vandalisme à la brutalité nazie face à l’art dégénéré. Et voilà comment, à défaut de point G, on peut atteindre le point Godwin à partir de n’importe quoi par les temps qui courent !

Cette guéguerre cul-turelle est bien dommage en somme car ce truc avait une symbolique puissante. Gigantesque baudruche, il n’était pas sans évoquer le vide sidéral de la pensée contemporaine, et tout particulièrement la politique boursouflée de mots creux du gouvernement. Laissant voir ses grosses ficelles, il ne tenait pas davantage debout qu’elle. Au surplus la finalité de la chose représentée s’accordait plutôt bien avec la manière dont on prend le peuple en ce moment...
Finalement, à défaut de marquer l’Histoire de l’Art, le prétendu artiste n’est pas loin d’avoir atteint son but : cet épisode restera dans les annales...

17 octobre 2014

Le Capitalisme selon Arte... et Jean Tirole

Franche partie de rigolade ce mardi soir 14 octobre sur Arte !
Sous la direction de l’obscur réalisateur Ilan Zil, les téléspectateurs ont eu droit au premier volet d’une édifiante série prétendant expliquer la naissance et l’histoire du capitalisme.
On a beau être habitué aux falsifications dont cette chaîne est coutumière, on ne se lasse pas d’admirer toute la kolossale finesse des fourberies intellectuelles, qu'elle distille avec opiniâtreté aux frais du contribuable.

Certains ont sans doute encore en mémoire la diffusion il y a quelques années d’une fiction documentaire tendant à faire croire que la fabuleuse aventure des missions Apollo sur la Lune n’était qu’une mise en scène réalisée dans les studios d'Hollywood ! On révélait quand même à la fin qu’il s’agissait d’une farce, mais le procédé était là, dans toute sa trompeuse splendeur dialectique.

Il serait trop long de reprendre ici toutes les erreurs, les mensonges et les honteux amalgames qui peuplent ces premiers épisodes, consacrés aux origines du capitalisme et à l’un de ses pères fondateurs, Adam Smith.
La plus grosse supercherie consiste sans doute à faire naître le concept avec la colonisation de l’Amérique par Christophe Colomb, Cortez et autres conquistadores. Ce rapprochement incongru permet de comparer ces derniers à des entrepreneurs, en feignant de leur trouver des ressemblances : même goût du risque, même propension à l’endettement, même cupidité, même mépris pour le genre humain et même soif d’asservir ses semblables !
Quand on commence avec des poncifs de ce niveau, on craint le pire. Évidemment, il arrive vite. Aux yeux des professeurs Nimbus de l’économie dont Arte nous offre généreusement les leçons, c’est clair comme de l’eau de roche, capitalisme et esclavagisme ne font qu’un, l’un se nourrissant de l’autre sans vergogne !

Peu importe que l’histoire démente formellement ce genre d’affirmation, puisqu’il n’est vraiment pas nécessaire d’être expert pour savoir que l’esclavage date des débuts même de l’humanité, et qu’il est loin d’être l’apanage de l’Occident inventeur paraît-il du capitalisme. Il n’est pas non plus besoin d’avoir des lunettes spéciales pour voir combien le socialisme, frère ennemi du capitalisme, a conduit lui, à l’asservissement plus ou moins complet des citoyens au Parti, partout où il a sévi et où il sévit encore hélas…

L’évidence, c’est que le capitalisme est une libération. Il n’a certes pas permis d'abolir la pauvreté, ni d'ailleurs la maladie, ni la mort, mais associé à la démocratie qui est sa sœur jumelle, il a apporté une prospérité inégalée dans l’histoire du monde, et a offert la possibilité à tout un chacun de s’enrichir, de se cultiver et de s’adonner aussi bien aux plaisirs de la chair qu’à ceux de l’esprit.
Passons... De toute manière, le montage cinématographique ne laisse guère au spectateur crédule le temps de réfléchir à cette évidence pourtant criante.

Inspiré des techniques captieuses de Michael Moore, il alterne habilement les séquences. Un petit bout d’interview tronqué par ci, un saut à l’autre bout du monde par là, le tout ponctué de flashbacks pseudo-historiques sentencieux, et assorti d’une musique pompeuse, tout est fait pour noyer le poisson, et empêcher le bon sens de se faire jour.

L’enseignement d’Adam Smith est pareillement caricaturé. Les experts en désinformation s’échinent à déconstruire tout le brillant raisonnement de l’économiste écossais, en affirmant tout simplement qu’il faut comprendre le contraire de ce qu’il a écrit ! La fameuse main invisible n’est qu’un détail sans importance, et ce sont les anti-capitalistes notoires Noam Chomsky et Robert Boyer qui sont convoqués pour réinterpréter la pensée du maître, si mal compris selon eux, alors que son discours fut si limpide...

Rien n’apporte la contradiction à ces glandeurs professionnels, nostalgiques de “l’immense Karl Marx”. Au contraire...
La pensée libérale est montrée au travers d’Ayn Rand dont on extrait quelques fragments de citations tendant à accréditer l’idée qu’elle fit de l’égoïsme une religion. Milton Friedman est présenté quant à lui, comme un clown hilare dont la pensée se résume à quelques bons mots sarcastiques ou démonstrations à l’emporte-pièce.


Bref, ce tissu d’âneries aurait peu de chances de convaincre quiconque, si dans notre malheureux pays les esprits n’étaient pas déjà endoctrinés par des décennies de propagande. Comme prévu, toute la presse de la gauche bien pensante vante comme un seul homme les qualités de ces émissions : de l’inévitable Mediapart aux Inrocks, en passant par Telerama, Slate, le Nouvel Observateur… Dans ce concert de louanges serviles, seul le magazine Challenges détonne en comparant la série à un naufrage...
Signalons tout de même l’humour involontaire de la Production, à moins que cela ne soit la manifestation de son cynisme : Sur le site de la chaine, la vidéo de l’émission est introduite par une magnifique publicité pour... Total ! Et en anglais s’il vous plait !

Ajoutons enfin le savoureux paradoxe qui a fait se télescoper cette semaine la diffusion de cette émission avec l’attribution du prix Nobel d’économie à Jean Tirole.
Tout le gratin gouvernemental, et même au delà, s’est empressé d’honorer le lauréat à coup de déclarations ou de tweets emphatiques. Citons simplement celui de Manuel Valls : “Après Patrick Modiano, un autre Français au firmament : félicitations à Jean Tirole ! Quel pied de nez au French bashing !”

J’avoue ne pas bien connaître Jean Tirole, mais je retiens tout de même quelques savoureuses réflexions des quelques interviews et articles vus ici ou là à l’occasion de sa distinction. Elles sont marquées au coin du bon sens mais le moins qu’on puisse en dire, est qu’elle ne s’inscrivent ni dans le sens de la politique gouvernementale, ni dans la ligne éditoriale d’Arte !
Par exemple, lorsqu’il s’exclame que “la finance est un élément indispensable de l’économie” (Les Echos 2012), où bien à propos de l’Europe, “qu’Il faut aller plus loin dans les abandons de souveraineté” (La Tribune 2012). Ou encore cette magnifique tirade extraite des "Echos”, sur les crises récentes :”la crise financière de 2008 et la crise de l’euro ont toutes deux pour origine des institutions de régulation défaillantes. Ces crises ne sont pas techniquement des crises du marché - où les acteurs réagissent aux incitations auxquelles ils sont confrontés et, pour les moins scrupuleux, s’engouffrent dans les brèches de la régulation pour bénéficier du filet de sécurité public – mais plutôt les symptômes d’une défaillance des institutions étatiques nationales et supranationales.”
Citons encore en vrac : “à force de trop protéger les salariés, on ne les protège plus du tout”, “Les comportements nationalistes des années trente ont apporté une démonstration éclatante des méfaits du protectionnisme et on peut espérer que la leçon aura été apprise.”
Et enfin, “l’économie de marché a été et restera le moteur de croissance et de bien-être des nations.”

Il paraît que le professeur d’économie récompensé a proposé ses leçons à François Hollande…A bon entendeur, Salut et Fraternité !