17 septembre 2014

Le Bal des Hypocrites

Un bal des hypocrites, pour ne pas dire plus, cette tragi-comédie à l’Assemblée Nationale, autour du vote de confiance au nouveau gouvernement Valls de ce 16 septembre.

L'affaire fut tellement mise en scène, qu'elle donna l'impression d'une grotesque manipulation.
Reste la question de savoir qui tirera les marrons du feu : Le premier ministre en quête désespérée de légitimité, qu’il sait quasi disparue 5 mois à peine après son entrée en fonction, et tentant de recoller tant bien que mal les restes de son armée mexicaine ? Ou bien les factions de pseudo-rebelles, de frondeurs, de faux-amis faux-écologistes ou communistes clamant haut et fort leur rejet de la politique du Président de la République pour lequel ils ont appelé à voter et auquel ils donnent aujourd'hui le coup de pied de l'âne, en lui opposant une courageuse abstention qui leur évite de perdre à coup sûr leur précieux siège ?


Une chose est sûre, les dés sont pipés, hélas sur le fond avant tout, c'est bien le plus grave :
Le premier ministre à la tribune n'a pas ménagé ses efforts pour donner un tour dramatique et convaincu à son intervention, mais ses belles déclarations d'intention, engluées dans les contradictions, tournaient à vide en résonnant plus que jamais comme un tambour dans un désert.
Il a refait son numéro de défenseur des entreprises, et la Droite crut bon d’applaudir, mais l’instant d’après il réaffirma qu’il entendait bien les mettre au pas. Non sans forfanterie, il exigea d’elles plus de responsabilité, et un respect des engagements, lui qui trahit régulièrement tous les siens ! En contrepartie du “cadeau fiscal” qu’il leur promet comme à un âne la carotte, il attend que soient gelés les dividendes versés aux actionnaires. D’un côté une illusoire ristourne sur l’écrasante dîme ponctionnée en toute quiétude par l'Etat fainéant, et de l’autre l’interdiction pour les gens qui prennent des risques en investissant, d'espérer tout retour…
Il a chanté l'air des réformes, mais sans rien proposer ou pire en proposant surtout de ne rien faire : pas de remise en cause notamment des 35 heures, ni de la durée du temps de travail. Rien même sur la liberté revendiquée par les commerçants d’ouvrir leurs magasins comme bon leur semble, c’est à dire au moment où les clients sont susceptibles de venir…
Il a roucoulé la chanson de l’amitié et de la collaboration avec l’Allemagne mais en affirmant que la France décide seule de ses choix, diamétralement opposés à ceux de ses partenaires, et en s’attribuant même au passage, le mérite de faire évoluer la zone euro dans le bon sens ! Nul doute que cela soit jugé outrecuidant par ceux qui s'impatientent de plus en plus de la léthargie et de l’incurie françaises qui plombent la reprise européenne....
Il a repris la ritournelle éculée de la fierté d’être français, au moment où l’on fait tout pour diluer et anéantir cette notion dans un nébuleux melting pot au sein duquel chaque culture, chaque communauté est encouragée à marquer sa différence.

Et pour finir il a annoncé de nouvelles dépenses concédées par pure démagogie : une aumône de 40€ versés à titre de prime exceptionnelle aux retraités les plus modestes, un coup de pouce condescendant (8€ par mois !) au minimum vieillesse. Pour amadouer son aile gauche, il promet dans la foulée qu’un million de foyers supplémentaires sortiront de l’impôt sur le revenu, alors qu’il venait de redire que l’effort devait être partagé par tous, et sachant qu'à ce jour, moins d’un foyer sur deux paie cette foutue contribution dont le seul but est de régler les intérêts d’une dette qui ne cesse d’enfler…

Résultat, au terme de cette mascarade, il a obtenu une majorité des plus étriquées, au service d'un programme sans objectif et sans lendemain. Disons pour faire bref, un nouveau sursis, dont on sait par avance qu'il ne fera rien...

09 septembre 2014

Summertime Blues

Tel un grand oiseau pâle aux ailes d'albatros
Il planait au dessus des choses de la vie
Prisonnier d'une chair trop souvent ennemie
Où s'affrontaient sans fin le nègre et l'albinos.

Ce blues qui fait mal, il l'avait jusqu'à l'os
Mais de cette douleur jamais bien assagie
Il sut extraire un chant débordant d'énergie
Qu'il bandait comme un arc en visant le cosmos.

So long Johnny, be good, adieu ami, vieux frère,
On retiendra c'est sûr, ton message incendiaire
Qui a déjà franchi les murailles du temps.

Les nuits bleues resteront gravées dans les mémoires
Lorsque montait au ciel contre les pensées noires
Le panache embrasé de tes riffs térébrants...

In memoriam Johnny Winter (1944-2014)

08 septembre 2014

L'homme sans qualités

Si Nicolas Sarkozy pouvait être perçu comme bourré de défauts, son successeur à l'Elysée est bien "l'homme sans qualités", à l'instar du héros équivoque de Robert Musil ...
Vierge de tout sentiment, de toute émotion, de toute conviction, cet homme défie l'entendement. Pour tout dire, la réalité lui semble totalement étrangère. Même la pluie battante ne paraît en rien l'affecter...

Parvenu au pouvoir à la faveur d'un malheureux concours de circonstance, et la faute sans doute à un peuple abruti par des décennies de démagogie, il entraîne le plus tranquillement du monde le pays dans un naufrage. C'est peu dire qu'il ne maîtrise pas la situation, car à l'évidence, elle l'indiffère. Il se moque éperdument de l'avenir de la Nation, comme il se moque des gens. Tout dans son discours n'est que paroles. Il se fiche totalement des conséquences qu’elles peuvent avoir, pourvu qu'elles portent vaille que vaille son dessein égocentré.
On a vu l'incohérence totale de sa politique, ses affirmations à la noix, ses promesses creuses, ses revirements sans lendemain, en un mot son parcours erratique.

On sait désormais de source sûre ce que vaut le bonhomme. Et ce ne sont pas ses ennemis qui le dépeignent avec le plus de férocité, mais ses propres amis et même son entourage intime.
C’est assez simple, n’ayant pas d’affect, il n'aime personne. Ses compagnes en premier lieu, vis à vis desquelles il se garde de tout engagement, et qu'il répudie sans ménagement dès qu’elles l’ennuient, à la manière d'un mufle. En somme, même après lui avoir donné quatre enfants, une femme n'est qu'un individu...
On savait de son propre et stupide aveu, qu'il n'aimait pas les riches, on apprend (tout au moins ceux qui gardaient quelque illusion) qu'il n'aime pas les pauvres non plus ! Et ce ne sont pas les pathétiques dénégations dont il se délesta laborieusement pour faire semblant d'être piqué au vif qui convaincront du contraire. Rarement un discours de politicien aura paru aussi peu sincère. De toute manière, pour nombre de ceux qui le connaissent bien, il ment tout le temps !

Un sommet a été atteint lorsqu'il prétendit à la manière de Saint-François, que la défense des sans-grades (il dit sans-dents en privé) était son unique raison d'être ! Avec cette grotesque boursouflure démagogique, qu’il parvint à articuler sans rire, monsieur "petite blague" s’est surpassé ! Sans doute faut-il comprendre qu’il aime tellement les pauvres, qu'il jubile lorsqu’il voit leur nombre grandir. Une fois n'est pas coutume, en cela les effets de sa politique corroborent ses dires.
Il lui fut probablement difficile également de garder son sérieux lorsqu’il prit un air de tragédien d’opérette pour affirmer gravement qu’à travers lui c’était à la dignité présidentielle que les critiques portaient atteinte. Il l’a tellement tirée vers le bas cette dignité, lui le soi-disant président “normal”, qu’il n’en reste rien ou quasi. Paul Deschanel tombé du train en pleine nuit, et expliquant vainement à un cheminot qu'il était le président de la république en avait assurément bien davantage.
Qu’importe. Les sondages indiquent qu’il est pour l’heure, dans l’esprit des Français, le plus mauvais président de l’histoire assez miteuse de la République. Lui n’en a cure. Faisant preuve d’une indicible opiniâtreté, il continuera
n’en doutons pas, jusqu’au bout “sa mission”...

28 août 2014

La mascarade social-démocrate

Il est toujours assez jouissif de voir les Socialistes s'enfoncer dans les contradictions, et sous la contrainte de la réalité, devoir fouler aux pieds leurs grands principes.
Comme leur politique mène invariablement au désastre et à la ruine, il faut bien que tôt ou tard, à moins de basculer dans le fanatisme communiste, ils mettent un peu d'eau "libérale" dans leur affreuse vinasse idéologique. Hélas, cela ne rend pas le breuvage meilleur.
Suite à l'esclandre créé par l'histrion Montebourg, qui l'a obligé à un replâtrage gouvernemental, monsieur Valls s'est livré à une sorte de désopilante palinodie devant un parterre de grands patrons. Il a tenté de leur faire les yeux doux après les avoir copieusement vilipendés depuis des lustres, et taxés jusqu'à la moelle ! Voilà donc qu'emboitant le pas au lénifiant président de la république qui, nous dit le trublion Montebourg, "ment tout le temps", il nous annonce sur l'air de la vie en rose,  l'avènement de la social-démocratie.

Faut il que les représentants du MEDEF soient naïfs pour l'avoir  applaudi paraît-il lors d'une longue standing ovation !
Comment croire en effet le premier ministre lorsqu'il se livre à cet inattendu plaidoyer en faveur des entreprises, agrémenté de quelques, très très très, vagues promesses ?
Le coup est classique mais la ficelle est un peu grosse...
Les journalistes, aussi ballots que les gendarmes de Brassens, reprennent en chœur les nouveaux "éléments de langage", et claironnent une vraie révolution de palais. Pensez donc, on a osé nommer un banquier au poste de ministre des finances !
En fait de banquier, M.Macron, inconnu jusqu'à la veille, est un apparatchik bon teint, passé par le moule de l'ENA, haut fonctionnaire issu de l'Inspection des Finances, et malgré son jeune âge, habitué des salons dorés de la République. Il a simplement enregistré dans son parcours de technocrate, un passage de 4 ans dans la banque Rothschild, ce qui nous vaut ce tintamarre inepte (similairement, Martine Aubry avait passé dans sa jeunesse 3 années chez Pechiney, auprès du patron des patrons Jean Gandois, ce qui comme chacun sait, l'avait convertie au libéralisme...).
M. Valls lui-même a tenu à préciser que le nouveau venu au gouvernement était bel et bien "socialiste". Certes, comme pour beaucoup de hauts dignitaires de l'Etat, il s'agit de la gauche caviar, marquée par une enfance dans la grande bourgeoisie et un beau mariage avec une riche héritière (et quelques millions d'euros engrangés à titre personnel paraît-il, pour avoir piloté une juteuse fusion d'entreprises).

En définitive il n'y a donc rien à attendre de cette tempête dans un verre d'eau. Le soir même, la publication des chiffres du chômage pour le mois de juillet résonnait comme le glas. Un demi million de demandeurs d'emploi en plus depuis l'arrivée de François Hollande au pouvoir ! 
Dans le même temps, une fuite opportune nous apprenait qu'en guise de "virage libéral", le gouvernement planchait sur une nouvelle augmentation de la TVA !
Que la fête social-démocrate continue donc ! La France reste bel et bien livrée à ces pleutres aux convictions couleur caméléon...

27 août 2014

In Memoriam St-Exupéry

Il y a soixante-dix ans, le 31 juillet 1944, disparaissait Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944), au cours d'une ultime mission, au dessus de la Méditerranée.
On connaît bien sûr la vie aventureuse, au sens le plus noble du terme, de cet héroïque pionnier de l'aviation. On connaît la grâce poétique de ses écrits et leur portée philosophique passionnante.
En ces temps de commémorations attachées aux terribles conflits qui ensanglantèrent le Monde lors du siècle dernier, en ces temps troublés où l'on voit vaciller les valeurs et disparaître nombre de repères, en ces temps où la Liberté reste bafouée ou est mise à mal dans tant d'endroits de la planète, qu'il soit permis d'évoquer sa touchante et prémonitoire Lettre à un Américain, qu'il écrivit dans la nuit du 29 mai, quelques semaines avant sa mort.
Sans doute est-ce le dernier témoignage de cet homme si clairvoyant, "avec le coeur" bien plus qu'avec les yeux. Et en peu de mots, il en dit tant sur l'esprit de liberté qui anime, plus qu'aucun autre peuple, les Etats-unis :
"Amis d’Amérique, je voudrais vous rendre pleinement justice. Un jour peut-être des litiges plus ou moins graves s’élèveront entre vous et nous. Toute nation est égoïste. Toute nation considère son égoïsme comme sacré. Il se peut que le sentiment de votre puissance matérielle vous fasse prendre aujourd’hui ou demain des avantages qui nous paraîtront nous léser injustement. Il se peut que s’élèveront un jour entre vous et nous, des discussions plus ou moins graves. Si la guerre est toujours gagnée par les croyants, les traités de paix quelquefois sont dictés par les hommes d’affaires. Eh bien si même un jour je forme dans mon cœur quelques reproches contre les décisions de ceux-là, ces reproches ne me feront jamais oublier la noblesse des buts de guerre de votre peuple. Sur la qualité de votre substance profonde je rendrai toujours le même témoignage. Ce n’est pas pour la poursuite d’intérêts matériels que les mères des Etats-Unis ont donné leurs fils. Ce n’est pas pour la poursuite d’intérêts matériels que ces garçons ont accepté le risque de mort."

17 août 2014

Où est l'Amérique ?

Certains dénient aux Etats-Unis le rôle de gendarme du Monde. Nombre d'imbéciles à la vision bornée par les principes et le sectarisme hurlent même à l'impérialisme dès que ces derniers entreprennent une action de portée internationale. En l'occurrence, le raisonnement est tellement primaire que leur anti-américanisme s'apparente à un réflexe conditionnel. Qu'ils entendent seulement parler d'Amérique et ils se mettent à aboyer...

Il est vrai que George Washington au moment où il se retira de la vie politique, avait lui-même recommandé à ses concitoyens d'éviter de se mêler des affaires étrangères au continent américain, et tout particulièrement de celles concernant l'Europe !
Ce fut sans doute une des raisons qui poussèrent ses successeurs à se tenir autant que possible à l'écart des grands conflits qui l'ensanglantèrent au XXè siècle.
Mais eu égard à la stature qu'elle avait acquise dans le concert des nations, l'Amérique ne put éviter de s'engager à maintes reprises. Et dès lors qu'elle décida de jeter ses forces dans ces batailles, le cours des évènements changea radicalement. Pour le plus grand bien des pays au secours desquels elle se porta. Et pour le plus grand bien de la Liberté qui put refleurir dans le sillage des troupes yankees...
En tout premier lieu en Europe :
En 1918, le carnage franco-allemand aurait pu continuer encore longtemps si l'Amérique n'avait pas fini par envoyer deux milions d'hommes sur le sol français pour imposer l'armistice. En 1944, que serait-il advenu de l'Europe sans la fabuleuse aventure du débarquement des Alliés ?

Ces succès éclatants changèrent la face du monde, mais ils ne doivent pas faire oublier toutefois quelques faiblesses, lourdes de conséquences. A la fin de la première guerre mondiale, les Etats-Unis bien qu'ils ne le ratifièrent pas, laissèrent se mettre en place le traité de Versailles et ses clauses humiliantes pour l'Allemagne, et porteuses des ferments d'une nouvelle guerre....
En 1945 les dirigeants américains pour être agréables à leurs pseudo alliés russes, et en dépit de l'avertissement de généraux aussi intrépides que clairvoyants, stoppèrent la progression libératrice au beau milieu de l'Allemagne, abandonnant de fait une bonne partie de l'Europe à l'effroyable dictature soviétique.

Depuis cette date, la faiblesse américaine se manifesta hélas à plusieurs reprises : en Corée où malgré d'importants sacrifices, elle se solda par la déchirure du pays en deux, au Vietnam où tous les efforts faits pour préserver ce pays du communisme furent anéantis par quelques piteuses reculades politiques, au Cambodge où un peuple fut littéralement livré en pâture aux fanatiques khmers rouges. On pourrait ajouter Cuba à laquelle l'Amérique avait procuré l'indépendance et où, non sans une certaine candeur, elle laissa s'implanter l'immonde république castriste. L'Iran enfin, où le régime du Shah fut abandonné au profit de la tyrannie bien pire des ayatollahs...

Il y eut certes des sursauts plus heureux. La politique habile de surenchère armée menée par l'administration Reagan, qui contribua grandement à faire s'effondrer l'Union Soviétique. Les interventions en Afghanistan et en Irak qui permirent d'installer de fragiles démocraties à la place de régimes sanguinaires. Ces dernières initiatives furent comme on le sait très critiquées, mais elles s'inscrivaient dans une stratégie audacieuse visant à endiguer la progression de dictatures rétrogrades et du fanatisme religieux, dans tout le Proche Orient

Depuis quelques années, force est de constater que cette stratégie est complètement abandonnée. La politique du président Obama s'avère des plus timorées au plan international. Aucune action d'envergure n'est à porter à son crédit. Il n'a guère manifesté d'opposition vis à vis du programme nucléaire iranien. Face à Vladimir Poutine il se limite à quelques exhortations verbales. S'agissant du conflit israélo-palestinien, rien de concluant n'a été entrepris. En Syrie ce fut l'inaction.
Enfin en Afghanistan et en Irak, c'est à une désespérante déconfiture à laquelle on assiste. Les foyers de terreur islamiste se multiplient, faisant craindre un retour prochain de bâton sous forme d'attentats. Il en avait été ainsi lors de la montée en puissance des Talibans et de leurs petits amis d'Al Qaïda en Afghanistan. Des années de négligence avaient fini dans les horribles attentats de 11/09/01

Faudra-t-il attendre d'aussi funestes extrémités pour agir ? Aujourd'hui le président américain se résout à autoriser quelques bombardements sur des positions jihadistes. Sera-ce suffisant ?

A l'heure où l'on voit l'ancien premier ministre pacifiste français Dominique de Villepin réclamer une intervention de la communauté internationale (Le Monde 09/08/14), et même le Pape François la juger "licite" ( Figaro 17/08) l'adage romain n'a jamais été aussi actuel : "si vis pacem, para bellum".

Seul le leadership américain, plus que jamais irremplaçable, peut permettre à ce principe tenant de l'évidence,  de reprendre vigueur. Saura-t-on s'en souvenir à temps pour la paix du monde ?

05 août 2014

Aveux et inconséquence

Pendant que le Président de la République désœuvré promène au gré de l’actualité sa molle silhouette de bourgeois ventripotent, et qu’il joue aux inaugurateurs de chrysanthèmes, en répandant de ci de là avec son air chafouin, solennités creuses et condoléances affligées, le Premier Ministre Manuel Valls s’effondre quant à lui sous le poids des réalités.

Lors d'un séminaire, le 1er août, il s'est ainsi délesté d'aveux douloureux sur l’échec de la politique entreprise par le gouvernement depuis plus de deux ans maintenant.

Elle n'a permis de ramener ni la croissance ni l'emploi comme promis, a-t-il dit en substance. "La rentrée va être difficile en matière de conjoncture économique. Il faut dire la vérité aux Français, affronter la réalité. Ne rien cacher" . ça tranche évidemment avec les discours emphatiques et intrépides du chef de l’Etat sur l’inversion de la courbe du chômage, sur la sortie imminente de crise, et autres retournements enchantés.
"La reprise" tant espérée - qu’il annonçait benoîtement, profite à nombre de pays sauf le nôtre, et force est de constater avec Manuel Valls, le niveau «insupportable» atteint par le chômage en juin, «la vie chère, le mal logement», ainsi que «l'inquiétude» des Français pour «leur avenir». (Figaro).


Hélas cet élan de lucidité n'a pas été jusqu'à reconnaître quelque erreur que ce soit au gouvernement, bien au contraire. Les mauvais élèves se corrigent rarement car ils sont bien souvent incapables de changer leur funestes habitudes et ils ont une fâcheuse tendance à imputer leurs fautes aux autres.

En dépit du constat alarmant, il ne faut, si l’on écoute le premier ministre, surtout pas remettre en cause la stratégie gouvernementale. "Je me refuse à annoncer un effort supplémentaire", pas question de retour en arrière. "Je veux faire la démonstration [...] que la France est engagée dans un mouvement de réformes inédit. Faire demi-tour serait «pire» que tout…
Quant à la responsabilité de cette déroute, c’est bien simple, presque tous les maux qu’il décrit seraient en effet à mettre sur le dos de l'Europe. M. Valls a notamment déploré des "politiques économiques de la zone euro pas efficaces" à cause de "l'absence de politique de change", "d'un euro trop cher", ou de "l'impuissance" de la BCE face à la faible inflation. "Le risque de déflation est réel", s'est-il même inquiété.


Quelques jours plus tard, loin de s’interroger sur la manière dont il gère le pays, François Hollande s’est permis d’en rajouter une couche en faisant carrément la leçon à l’Allemagne ! Il a déclaré notamment, ce lundi 3 août, qu'il attendait d’elle «un soutien plus ferme à la croissance», ajoutant que «ses excédents commerciaux et sa situation financière lui permettent d'investir davantage».

Un peu fort de café tout de même ! Serait-ce un remake de la Cigale et la Fourmi ? En attendant, un sondage récent publié par un magazine de gauche révèle qu’aucun des deux leaders de l’exécutif ne passerait la barre du premier tour d’une élection présidentielle. Bravo à nos héros (avec la liaison svp)...

30 juillet 2014

Bienvenue en Soviétie française !

Dans la République Socialiste de France, l'Etat tentaculaire a encore frappé. Par le biais d'une de ses innombrables officines soi-disant indépendantes, il vient d'imposer un de ces ubuesques ukases dont il est si friand. Cette fois c'est le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) qui s'arroge le droit d'interdire à trois chaînes de télévision, de changer les modalités de leur propre gestion financière, au nom de la pluralité d'expression dont il est paraît-il garant !
Elles ne pourront donc pas offrir un accès gratuit à leurs téléspectateurs, et compte tenu de l'obsolescence du modèle sur lequel elles reposent, elles sont quasi condamnées à disparaître.

Ainsi vont les réglementations dans notre pays, au gré du plaisir ou des lubies de satrapes totalement irresponsables. L'échec de cette politique ubuesque guidée par les principes de la centralisation administrative et du planisme est patent, mais cela n'empêche ces gens de continuer à imposer en toute impunité leur idéologie désastreuse.
Jamais on ne juge les politiciens à l’efficacité de leur travail. Ils peuvent donc dormir sur leurs deux oreilles.
Au surplus, en France, la démocratie est tellement galvaudée qu'un seul parti peut disposer d'à peu près tous les pouvoirs, même s'il ne rassemble que 18% d’opinions favorables sous la bannière mitée de son leader, actuellement président de la république.
Il peut donc aux yeux du monde interloqué poursuivre sa politique partisane, rétrograde, de dénégation de la réalité.

Ainsi le CSA décide de l'avenir de la télévision sur des critères nébuleux. Mais on ne compte plus les immixtions de l'Etat dans le fonctionnement de la société. Sous prétexte de réguler ce dernier, ou bien de garantir la justice sociale, il peut aussi bien empêcher les gens de travailler le week end, ou bien à certaines heures de la journée. En matière économique il croit pouvoir modifier la loi de l'offre et de la demande, et s'imagine capable de décréter "le redressement productif", la croissance et l'emploi !
Il met l'ensemble de la santé sous tutelle étroite. Il planifie les soins à coup de plans quinquennaux (SROS), le nombre de médecins nécessaires, spécialité par spécialité, en imposant à l'entrée des facultés un numerus clausus absurde, et il confie le financement de l'ensemble du système à un monopole à ses ordres, auquel les citoyens sont obligés de se soumettre.

Comme le docteur Coué, ils sont persuadés qu'il suffit de croire au remède pour qu'il soit efficace. Moins les choses évoluent comme prévu, plus il renforcent donc le traitement... Bienvenue en Soviétie Française !

25 juillet 2014

A défaut d'agir, ils pérorent

Peut-on encore vraiment s'émouvoir de cette interminable guerre qui meurtrit le Proche-Orient, comme un poignard retournant sans cesse sa lame dans une plaie jamais cicatrisée? Peut-on raisonnablement prendre encore parti pour le Hamas dans ce conflit insensé qui semble n'avoir ni début ni fin et dont les tenants et les aboutissants se perdent dans le sable et la poussière d'une terre décidément maudite ? Peut-on nourrir encore quelque sympathie pour cette Palestine où rien ne semble pouvoir pousser hormis la haine ?
Faut-il enfin s'étonner que faisant suite à une lancinante pluie de roquettes, tirées sans répit par pure et insensée provocation, Israël finisse une fois encore par lancer la grosse artillerie à l'assaut de ces têtes brûlées, définitivement enragées contre lui ?
Tout cela est si tragiquement déterminé, si fatalement et mécaniquement inscrit sur l'infernale partition de la guerre, qu'il paraît difficile d'éprouver autre chose qu'un sentiment désespérément fataliste.

A chaque fois, les grands de ce monde font semblant de redécouvrir ce conflit ou feignent de n'en voir que les apparences trompeuses. Est-ce par lâcheté ? Est-ce parce qu'ils jugent prudent de ménager la chèvre et le chou face à des opinions publiques si promptes à croire ceux qui crient le plus ?
A l'instar de François Hollande qui invite un jour Israël "à prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces", et qui le lendemain fait mine de s'apitoyer sur le sort des Palestiniens en déclarant "qu'il faut mettre un terme immédiat à la souffrance des populations à Gaza" (l'Express).
Même indécision du côté des ministres qui fustigent les violences et les actes racistes anti-juifs qui se multiplient et qui ont émaillé les manifestations paraît-il interdites de Barbès et de Sarcelles. Dans le même temps ils affirment comprendre et partager l'émotion des insurgés pro-palestiniens... 
Pour justifier les fluctuations d'une politique incertaine, le ministre de l'intérieur M. Cazeneuve va même jusqu'à sortir cette banalité en forme de tautologie : «La France n'a choisi qu'un camp, celui de la paix» (Le Figaro 21/07)
Il est vrai que dans les rangs de l'opposition, ce qu'on entend ne vaut guère mieux. M. Juppé par exemple, ancien ministre des Affaires Etrangères, “ne comprend pas” la stratégie du gouvernement israélien et s'interroge gravement sur son blog : "Que peut-il attendre de plus d’une telle opération que de celles qui l’ont précédées, sinon l’accumulation des morts, l’exaspération de la haine, la radicalisation des terroristes qui ne rêvent que de guerre ? ». Mais a-t-il vraiment pris dans ses douillets salons bordelais, la mesure de la situation à laquelle l'Etat juif est confronté ? Imagine-t-il qu'il ait tant de choix ? Que faudrait-il donc faire selon lui ? Laisser tomber les roquettes comme si de rien n'était ?

En vérité, tous ces gens bien intentionnés semblent vraiment avoir de la m.... dans les yeux. Ne voient-ils donc pas cette montée du fanatisme, cette détestation permanente d'une bonne partie du monde islamique pour Israël, et au delà pour les valeurs occidentales ? Sont-ils sourds aux vociférations haineuses qui nous vrillent les tympans à longueur d'actualité ? Sont-ils indifférents aux exactions commises par tous ces fous d'Allah ? Ignorent-ils donc l'intolérance manifestée à chaque fois que ces gens agissent ou s'expriment ?
Même Mahmoud Abbas qui a la réputation d'être modéré, rappelait encore récemment son objectif de "purifier la Palestine de toute présence juive..."
Manuel Valls a sans doute eu raison de clamer bien fort que “Ce qui s'est passé à Sarcelles est intolérable” (Le Point). Mais ce sont de vains mots, puisqu’en toute connaissance de cause, il a laissé une poignée de vandales déverser sur la voie publique des torrents de haine raciste, et saccager des quartiers entiers, piller, démolir les biens dont il est supposé garantir la sécurité.

Il faudrait un vrai prolongement dans l’action...
Les ignominies infligées aux derniers Chrétiens d’Irak par une secte d’horribles fanatiques n’est-elle pas intolérable également ? La fatwa ahurissante ordonnant l’excision de toute la population féminine soumise au diktat de ces imbéciles furieux s’érigeant en califat, n’est-elle pas pareillement intolérable ?
Jusqu’où nos pays prétendus civilisés, si prompts à juger des exactions du passé, et à distribuer à tous vents des leçons de morale, toléreront-ils l’intolérable ?

17 juillet 2014

Up and down

Cette fois, l’évidence n’est que trop évidente et la coupe du monde de football en fut le révélateur éclatant : tout semble réussir à l’Allemagne ! 
Bien qu’il ne s’agisse que d’un jeu, comment ne pas voir derrière le succès de cette équipe à la fois robuste, élégante et déterminée, celui du pays qu’elle a représenté pendant ce tournoi mémorable ?
Comment ne pas faire le parallèle entre l'entraînement acharné de ces joueurs des années durant, et les efforts opiniâtres de tout un peuple depuis des décennies pour vaincre l’adversité et parvenir à l’excellence ? Comment ne pas ressentir un brin d’admiration pour cette nation, qui sans tapage ni forfanterie, a su relever le défi prodigieux de sa réunification, qui a si bien pansé ses plaies et ses déchirures, et qui réussit malgré tout à surmonter si efficacement la crise actuelle, dont elle est victime comme tant d’autres ?

Aujourd’hui, c’est clair, l’Allemagne domine l’Europe de la tête et des épaules, et son triomphe est d’autant plus impressionnant qu’il détone avec celui d’autres pays dont le parcours fut pourtant moins semé d’embûches et d’épreuves. La France n’a qu’à bien se tenir, elle qui avait tant d’atouts, et qui en toute logique aurait pu occuper cette place de leader… Hélas, pendant que les uns s’élèvent, les autres dégringolent !

La comparaison de quelques indicateurs suffit à se faire une idée de la situation. 

L'Allemagne affiche un bilan financier des plus sains, et se trouve plus que jamais en position de pouvoir donner des leçons (contrairement à certains...) Elle affiche par exemple un excédent budgétaire depuis 2012, et au moins jusqu'en 2018, tandis que notre pays flirte durablement avec les déficits, et pas qu’un peu : plus de 4% du PIB en 2014 (en dépit d'une pression fiscale record) !
Alors que la dette publique diminue régulièrement chez nos voisins germaniques, elle continue de flamber chez nous : elle sera inférieure à 75% du PIB outre-Rhin en 2015, alors qu'elle aura franchi les 100% ici (soit plus de 2000 milliards d’euros).

Ce n’est pas tout. L’Allemagne s'enrichit pendant que que nous nous appauvrissons. Avec bientôt 2% d'augmentation de son PIB, elle a renoué avec la croissance, au moment où nous plafonnons victorieusement à zéro. Elle a quasi retrouvé le plein emploi avec un taux de chômage à peine supérieur à 5%, pendant que le nombre de demandeurs d’emploi poursuit en France sa désespérante progression (10,4% à ce jour). Enfin, reflet de la vitalité des entreprises, la balance commerciale affiche un excédent de 200 milliards d’euros en Allemagne et un déficit de 60 en France…

On pourrait égrener longtemps la litanie des statistiques. Elles ne parlent qu’à ceux qui acceptent de voir la réalité en face. Ce n’est pas le cas manifestement de nos dirigeants et notamment de notre Président qui se complaît dans une molle auto-satisfaction. Non seulement il est insensible aux chiffres, mais il semble se moquer comme de l’an quarante du désastre social qui ne cesse de s’étendre autour de lui. Sans doute, son indécision, son absence de conviction, sa paresse démagogique et sa morgue revancharde sont-elles pour beaucoup dans le pourrissement de l’état d’esprit et de l’opinion dans notre pays, dans l’incohérence de la politique gouvernementale, et dans la multiplication d’affaires irrésolues, si ce n’est laissées en jachère : SNCF, SNCM, Intermittents du spectacle, dérives judiciaires, délinquance, communautarismes, famille…

Même les sifflets et huées qui accompagnent la moindre de ses sorties publiques paraissent l’indifférer. La Presse semble d’ailleurs à l’unisson de cette indolence et de ce néant dans lequel s'enfonce doucement le pays. C’est bien simple, les journaux ont tellement peu de choses à dire ou à commenter, que la nouvelle paire de lunettes du chef de l’état devient un évènement ! On a les changements qu'on peut...