17 avril 2021

Par delà le Bien et le Mal ? (2)

Dans sa démarche de destruction des valeurs morales, loin de s’arrêter aux considérations sociétales,
Nietzsche s’attaque à "un autre préjugé moral", qui est de “croire que la vérité vaut mieux que l’apparence.”
Cette attitude, qui ressemble à un retour en arrière anti-copernicien, l'amène, à force de pousser le raisonnement jusqu’à l’absurde, à poser une question existentielle fondamentale : “Pourquoi le monde qui nous concerne ne serait-il pas une fiction ?” et à se demander in fine, “pourquoi une fiction nécessiterait-elle un auteur ?”
Il profite de cette occasion pour régler de façon lapidaire la problématique du libre arbitre. Ses propos sur le sujet sont expéditifs : “Ce n’est certes pas le moindre charme d’une théorie que d’être réfutable. Je crois que la théorie cent fois réfutée du libre arbitre ne doit plus sa durée qu’à cet attrait…”
Pour Nietzsche, cette notion n’exprime tout au plus “qu’une supériorité vis-à-vis de celui qui doit obéir : Je suis libre, il doit obéir…”
Comme il n’est pas avare de contradictions, il précise que si quelqu’un s’avise de “la naïveté grossière de ce concept monstrueux, et qu’il souhaite le retrancher de son cerveau, je le prierai de faire un pas de plus et se retrancher également le concept contraire de déterminisme !”  Mais que reste-t-il, si nous ne sommes ni libres, ni déterminés ?

Le nouveau démiurge ayant décrété que le monde était une fiction dénuée de morale et même de créateur, il peut, à la manière de Prométhée, s’arroger le droit de proclamer que “Dieu est mort”.
Dès lors que le feu sacré est tombé des cieux, tout devient permis. Il n’y a plus ni bien ni mal, et la religion doit être honnie comme étant “le sacrifice de toute indépendance, de toute fierté, de toute liberté à l'esprit. Ravalée au rang de “servilité”, “d’insulte à soi-même”, de “mutilation de soi”, la foi n’a plus de raison d’être ici-bas et pas davantage évidemment ses “trois dangereuses prescriptions: la solitude, le jeûne, la chasteté..”
Curieusement Nietzsche garde toutefois une certaine indulgence pour l’Ancien Testament. Ce qu’il ne supporte pas, c’est qu’on lui ait accolé le Nouveau, “au goût si rococo”, pour en faire la Bible. C’est à ses yeux, “le plus grand péché que l’Europe littéraire ait sur la conscience !”

Les deux religions qui ont régné durant des siècles sur l’Europe seraient donc pour l’imprécateur moustachu, “une des principales causes qui ont maintenu le type “homme” à un niveau inférieur…” Elles auraient grandement contribué à “briser les forts, affadir les grandes espérances, rendre suspect le bonheur dans la beauté, abattre tout ce qui est souverain, viril, conquérant et dominateur, écraser tous les instincts qui sont propres au type “homme” le plus élevé et le mieux réussi, pour y substituer l’incertitude, la misère de la conscience, la destruction de soi…”
Le résultat d’un tel avilissement, nous l’avons sous les yeux : c’est “une espèce amoindrie, presque ridicule, une bête de troupeau, quelque chose de bonasse, de maladif et de médiocre, l’Européen d’aujourd’hui..”
De ce point de vue, les nouveaux philosophes (issus des Lumières…) sont les alliés de facto des Églises. Ce sont des niveleurs : “ce à quoi ils tendent de toutes leurs forces, c’est le bonheur général des troupeaux sur le pâturage, avec la sécurité, le bien être et l’allègement de l'existence pour tout le monde” Les deux rengaines qu’ils chantent le plus souvent, sont “égalité des droits” et “pitié pour tout ce qui souffre”, et “ils considèrent la souffrance elle-même comme quelque chose qu’il faut supprimer.”
Après avoir éliminé Dieu, il faudrait donc abandonner le mouvement démocratique qui est “une forme de décadence, c'est-à-dire de rapetissement chez l’homme, comme le nivellement de l’homme et sa diminution de valeur”; c’est en d’autre termes, “l’abêtissement de l’homme jusqu’au pygmée des droits égaux et des prétentions égalitaires.”
Pour contrecarrer cette évolution débilitante, Nietzsche prône l’avènement du fameux “surhomme”. “Quel bien-être”, s’exclame-t-il, “quelle délivrance d’un joug, insupportable malgré tout, devient, pour ces Européens, bêtes de troupeau, la venue d’un maître absolu !”
C’est à Napoléon qu’il pense en l’occurrence, lui qui vint après “l’horrible farce” de la Révolution française, et qui résume à lui seul “l’histoire du bonheur supérieur, réalisé par ce siècle tout entier, dans ses hommes et dans ses moments les plus précieux.”

On a trop souvent assimilé ce désir d’ordre et de puissance aux diktats totalitaires qui allaient faire tant de ravages au XXème siècle, et on a fait un peu trop vite de Nietzsche le mentor de Hitler. S'il en fut hélas l'un des inspirateurs, il paraît clair que le national-socialisme ne fut qu’un avatar grossièrement dénaturé de sa pensée.
Il n’est pas difficile de s’en convaincre, car il est évident que Nietzsche détestait par avance à peu près tout ce que ces idéologies désastreuses portaient aux nues.
Il avait par exemple en horreur le nationalisme, opposé à l’union des peuples, qu’il souhaitait ardemment : “Grâce aux divisions morbides que la folie des nationalités a mises et met encore entre les peuples de l’Europe.../… on méconnaît ou on déforme mensongèrement les signes qui prouvent de la manière la plus manifeste que l’Europe veut devenir une…”
S’il voyait au sein de l'Humanité, des hommes "supérieurs", le racisme lui était manifestement étranger, et s’il faisait le constat que l’Allemagne avait “largement son compte de juif”, il ne partageait nullement l’anti-sémitisme qui commençait à monter dans l’esprit de ses contemporains. Il redoutait avec beaucoup de clairvoyance “les déchaînements et les malfaisantes et honteuses manifestations que provoque ce sentiment une fois débridé…”
Dans ses écrits, il exprime d’ailleurs une sincère admiration pour les Juifs, “incontestablement la race la plus énergique, la plus tenace et la plus pure qu’il y ait dans l’Europe actuelle !” Dans le même temps, il constate qu’ils “ont soif d’avoir un endroit où ils puissent enfin se poser et jouir enfin de quelque tolérance et de considération.” Étonnante anticipation de la création d’Israël…
On ne trouve enfin aucune sympathie pour le socialisme dont il donna dans un autre ouvrage (Humain trop humain) une définition très percutante, applicable aussi bien au national-socialisme qu’aux régimes d’inspiration marxiste-léniniste : “Le socialisme est le frère cadet du despotisme mourant dont il s’apprête à recueillir l’héritage: aussi ses efforts sont, en profondeur, réactionnaires. Il est avide en effet, de porter la puissance de l’État à un degré de plénitude que le despotisme n’a jamais connu; mieux encore, il renchérit sur tous les excès du passé, en ce sens qu’il poursuit méthodiquement la destruction de l’individu qu’il considère comme un luxe injustifié de la nature et qu’il prétend corriger en en faisant un membre bien réglé de l’organisme collectif…”

11 avril 2021

Par delà le Bien et le Mal ? (1)

Après avoir tourné pendant des années, qui me semblèrent des siècles, autour de cet astre tout à la fois ténébreux et flamboyant, je me suis enfin risqué à l'approcher…
J’ai donc plongé dans l’ouvrage de Friedrich Nietzsche (1844-1900) que j’avais à portée de main, afin d’explorer le monde étrange et redouté qui se situe Par delà le Bien et Le Mal.
Et j’ai découvert un étonnant patchwork anti-philosophique, fait de maximes, d’aphorismes et de sentences disparates. Une sorte de kaléidoscope multicolore dans lequel on peut trouver de vraies pépites mais aussi un foutoir confus, sans structure autre qu’une foule d’affirmations péremptoires, jetées tous azimuts, sans transition mais non sans périphrases et contradictions.
Pourquoi cette impression ?

Nietzsche commence par envoyer en enfer la philosophie et avec elle tous les philosophes qui ont eu le malheur de le devancer. De Platon à Schopenhauer, tout le monde y passe. Le premier parce qu’il a commis l’erreur d’inventer le socratisme qui introduisit l’utilitarisme dans la morale, autrement dit le ver dans le fruit....
Le ton est donné, mais ce n’est que le début du festival dévastateur.
Plus proche de nous, le vénérable Kant est méchamment tourné en dérision. Son “impératif catégorique”, et sa découverte de “la faculté morale de l’homme”, sont qualifiés “d’amphigouri germanique”, “prolixe, solennel”, “un étalage de profondeur”...
Dans la foulée, le lecteur est invité à se méfier “des jongleries mathématiques dont Spinoza a masqué sa philosophie” et des pensées de Pascal, trop marquées par la foi, laquelle s’apparente “à un continuel suicide de la raison”...
L’école anglo-saxonne n'est pas davantage épargnée. Elle est même traitée avec le plus profond mépris. Hobbes, Locke et Hume sont condamnés sans appel pour avoir été la cause, plus d’un siècle durant, “d’un ravalement et d’un amoindrissement de l’idée même de la philosophie…” Il faudrait donc, entre autres jugements expéditifs, réfuter absolument “l’esprit superficiel de Locke en ce qui concerne l’origine des idées…” mais aussi rejeter l’enseignement de Bacon, qui constitue “une attaque contre tout esprit philosophique”. Enfin, si Darwin, John Stuart Mill, Herbert Spencer sont qualifiés “d’Anglais estimables”, leur apport se cantonne à “des vérités qui ne pénètrent nulle part mieux que dans les têtes médiocres, parce qu’elles sont faites à leur mesure”...

En somme, pour Nietzsche, le péché fondamental des philosophes est de “créer toujours le monde à leur image”. Ils ne peuvent pas faire autrement car “la philosophie est cet instinct tyrannique, cette volonté de puissance la plus intellectuelle de toutes, la volonté de créer le monde, la volonté de la cause première…”
Mais comment suivre les errements d’un tel guide, fussent-ils parfois éclairés par des trouvailles géniales, fussent-elles incandescentes comme des scories sous le marteau brûlant du forgeron ? Comment trouver une cohérence à un discours aussi destructeur, aussi bourré de contradictions ? Et qu’est-il donc, s’il n’est pas philosophique ?
Son architecture a beau paraître claire, décomposée en chapitres sobrement intitulés, et subdivisée en réflexions numérotées avec un zèle d’entomologiste, il s’avère difficile d’y trouver un chemin logique. Tout au plus peut-on rassembler sous des chapeaux idéologiques les quelques constantes d’une pensée très éparpillée.

Prenons l’exemple de la Morale qui est un des sujets récurrents de l’ouvrage, dont le titre est au demeurant explicite de ce point de vue.
On comprend vite que celui qui se targuait de pouvoir faire parler Zarathoustra se positionne ailleurs qu’à l’endroit où végète selon lui le commun des mortels, en tout cas pas dans un monde régi par des canons éthiques classiques.
On a déjà vu comme il bouscule les concepts kantiens en la matière, on verra comme il piétine avec jubilation les fondamentaux religieux.
Pour Nietzsche, c’est simple, la morale, dans le sens de la “morale d’intention”, n’est rien d’autre “qu’un préjugé , une chose hâtive et provisoire peut-être, de la nature de l'astrologie et de l’alchimie…” C’est tout dire !
On a beaucoup glosé sur la distinction qu’il fait entre “morale des esclaves” et “morale des maîtres”, mais elle est tout sauf morale, et paraît tellement ambiguë dans son esprit qu’il en vient à admettre que “parfois les deux sont accommodées au sein de la même civilisation”, voire “au sein d’une même personne à l’intérieur d’une seule âme”... Comprenne qui pourra !
On ne peut toutefois pas lui retirer une certaine prescience lorsqu’il déclare consterné, que “partout où la morale des esclaves arrive à dominer, le langage montre une tendance à rapprocher les mots “bon” et “bête”...” N’est-ce pas la préfiguration de la correction politique, de la cancel culture, et du fatras de bien-pensance, de bienveillance, de remords et de mauvaise conscience qui rongent à présent nos sociétés ? (à suivre...)

31 mars 2021

In Memoriam Bertrand Tavernier

Je ne suis pas de ceux qu'on pourrait ranger parmi les aficionados de Bertrand Tavernier (1941-2021). Son cinéma m'a souvent paru un peu lourdingue et les causes pour lesquelles il crut bon de s'engager, un peu trop conformistes.

Il y a toutefois quelques films qui valent le détour, dans lesquels il s'est laissé allé sans trop de scrupules ni de préjugés mais avec le souci tout simple de rendre une atmosphère, un climat, ou de saisir par petites touches le cours fluctuant d'existences plus ou moins contrariées, plus ou moins passionnées. Il en est ainsi des charmantes saynètes familiales d’Un Dimanche A La Campagne, des subtiles notes bleues d’Autour De Minuit, ou de la plongée poisseuse Dans La Brume Électrique du bayou de Louisiane
La télévision nous a donné l’occasion de revoir à l’occasion des hommages rendus au cinéaste récemment disparu, le caustique Quai d’Orsay, un de ses derniers films, daté de 2013.
Cette satire de la vie à la Cour Républicaine met en scène un clone survitaminé de Dominique de Villepin, en pleine crise “lousdémistanienne”, alors que lui et ses conseillers préparent fiévreusement un important discours onusien. Le parallèle avec l'affaire irakienne est clair.
Tiré d’une bande dessinée, ce long métrage peine à en transcrire les ressorts comiques. Mais on ne s’y ennuie pas et, derrière les outrances et le cabotinage jubilatoire de Thierry Lhermitte dans le rôle principal, on trouve une satire de tout ce qui fait la folie française. Lourdeurs bureaucratiques, confusion dantesque des administrations, coutumes protocolaires archaïques, fastes inutiles, et pour finir, grandiloquence et boursouflure dans le verbe à défaut d’action. Tout cela conduit à une théâtralisation grotesque de la vie politique qu'incarnait à merveille le sémillant ministre des affaires étrangères de l'époque, mais dont on retrouve bien des travers aujourd’hui encore, en pleine pandémie de COVID-19.

“Responsabilité”, “Unité”, “Efficacité” sont les 3 piliers idéologiques, plus vrais que nature, autour desquels s’articule la fameuse oraison qui fut prononcée à New York, devant l’aréopage des nations. Elle se voulut point d’orgue de la diplomatie française, et se révéla chef d’œuvre de la vacuité politique !
En cette occasion comme dans beaucoup d’autres, l’État fit le contraire de ce qu’il annonçait pompeusement à la pointe de ses grandes charges rhétoriques, aussi clinquantes que vaines. On vit, en l’occurrence, jetés dans une exaltation féroce à la face des États-Unis d’Amérique, de grands principes, non seulement lâches mais totalement irresponsables, qui contribuèrent grandement à rompre l’unité fragile de la Communauté Internationale. S’ils n’empêchèrent pas au bout du compte, le déroulement d’une intervention militaire rapidement couronnée de succès, ils la rendirent inefficace à long terme, faute d’une détermination unanime des acteurs impliqués. En même temps qu'il avait trahi ses amis, le "vieux pays" avait instillé un poison dévastateur dans les esprits et dans l'opinion publique...
Il est dommage que la critique tourne à la pantalonnade, se limitant en somme à quelques pitreries plutôt bien-pensantes. Le propos est moqueur mais il reste bien aimable, et s’il vise l’homme dans son donquichottisme, il épargne le système, dont on rit mais qui demeure indemne.
Dans ce film, comme dans d’autres, Tavernier aurait pu se faire imprécateur, mais faute d’avoir osé attaquer en profondeur, il est resté dans l’écume, brillant mais éphémère...

29 mars 2021

Romance au Botswana

Qui connaît Seretse Khama ? Qui connaît la capitale du Botswana ? Et qui connaît mieux qu’à peine ce pays, presque aussi grand que la France mais dont on ne parle quasi jamais ?
Il est situé entre la Namibie et le Zimbabwe (ex-Rhodésie), au nord de l’Afrique du Sud. Sa capitale est Gaborone, ville quasi frontalière avec cette dernière, et que 300 kilomètres à peine séparent de Pretoria.
Parfois qualifié de Suisse de l’Afrique, le Botswana fut le siège d’une aventure assez extraordinaire, alors que le monde se remettait tout juste des horreurs de la seconde guerre mondiale.

Connu à l'époque sous le nom de Bechuanaland, le Botswana était un protectorat britannique et Seretse Khama (1921-1980) était l’héritier putatif de la couronne royale de la dynastie tribale des Khama dont son père était le dernier représentant en fonction. A la mort de ce dernier en 1925, le fils était bien trop jeune pour assumer la charge, confiée à la régence de son oncle Tshekedi Khama.
Parti pour l’Angleterre en vue d’y faire ses études et parfaire sa connaissance du monde et notamment des liens qui unissaient l'empire anglo-saxon à sa nation, réduite à l'état de vassale, un évènement imprévu bouleversa le cours du destin. Il arriva que le jeune prince s’éprit d’une compatriote de Shakespeare, nommée Ruth Williams, avec laquelle il se trouva beaucoup d’affinités dont un amour immodéré pour le jazz... 
Mais ce qui allait devenir une grande histoire d’amour se heurta très vite à de nombreux obstacles. Ce fut tout d'abord la famille de Ruth, qui exprima sa réprobation, surtout lorsque Seretse manifesta l’intention d’épouser celle pour laquelle il avait une si forte inclination.
En dépit des réticences, le mariage fut toutefois célébré en 1948, mais de retour au Botswana, le prétendant au trône et son épouse furent accueillis plutôt fraîchement, notamment par l'oncle tuteur, pour lequel il paraissait impensable que la future reine fut blanche et d’origine étrangère.
Le Conseil des Anciens fut plus compréhensif et donna raison au jeune prince plutôt qu’à son oncle, lequel préféra l’abdication à ce qu’il pensait être le déshonneur. La partie était loin d'être gagnée toutefois.
Alors que Seretse était reparti en Angleterre pour y plaider sa cause, il rencontra des réticences très vives de la part des autorités. Celles-ci voyaient également cette union d’un très mauvais œil, craignant en effet qu'elle entraine la détérioration des relations avec l’Afrique du Sud dont l’or et l’uranium étaient plus que jamais nécessaires au sortir de la guerre.
Résultat, le gouvernement travailliste de l’époque s’opposa au retour de Seretse dans son pays natal et Churchill, parvenu peu après au pouvoir, fit de cet exil un bannissement définitif, en dépit semble-t-il d’engagements pré-électoraux…

Ce n’est qu’en 1956, alors qu’il avait déjà donné naissance à deux enfants, que le couple fut enfin autorisé à repartir pour le Botswana, mais en tant que simples citoyens...
Bien que contraint de renoncer au trône, Seretse Khama ne se découragea pas. Il entreprit une carrière politique et fonda le Parti Démocratique du Bechuanaland. Grâce à sa popularité et peut-être aussi à la sincérité et au courage dont il sut faire preuve, son ascension fut rapide et après avoir gagné les élections, il devint premier ministre puis président de la république en 1966 lorsque son peuple obtint l’indépendance.
Le Botswana qui était alors un des trois pays les plus pauvres d’Afrique vit peu à peu sous son autorité sa situation s’améliorer et son organisation politique prendre la forme d’une démocratie moderne. Resté tel jusqu’à nos jours, il fut nettoyé de la corruption, mal endémique en Afrique, doté d’une fiscalité incitative et d’une gestion intelligente des ressources minières. Hélas ce brillant parcours fut interrompu par la mort prématurée de Seretse, atteint d'un cancer du pancréas à l'âge de 59 ans. Son fils, Ian, fera à son tour de la politique et accédera lui aussi à la présidence de la république 28 ans après la mort de son père.

Jusqu’à la disparition de Seretse, jamais l’union des amants hors normes ne fut prise en défaut. Cette aventure méconnue et à peine croyable, a été portée au cinéma par la réalisatrice Amma Asante. C’est le mérite de cette dernière que d’avoir fait sur ce sujet délicat mais très actuel, une œuvre mariant avec efficacité et pudeur la romance avec l’Histoire, sans sombrer dans le mélo, le sermon ou la grandiloquence. Le film, United Kingdom, interprété par David Oyelowo et Rosamund Pike, reçut un accueil mitigé de la critique. Il est certes classique dans la forme et sa narration s’inscrit dans un schéma très linéaire. Inspiré de faits réels qui sont racontés sans discours inutilement moralisateur ni victimaire ou revanchard, et sans fioriture par trop mélodramatique, il n’en est pas moins édifiant et pourrait être érigé en modèle par nombre de champions de l’anti-racisme, beaucoup plus à l’aise dans les accusations et la révolte que dans la glorification de visions apaisées ou l’éloge de personnes constructives...


22 mars 2021

L'Heure des Comptes

Alors que la France semble devoir pour la troisième fois faire face à une importante poussée contagieuse liée au funeste COVID-19, il est sans doute encore un peu trop tôt pour tirer des enseignements définitifs de cette interminable épidémie.
Pourtant la sortie de crise n’est peut-être plus si lointaine lorsqu’on voit la situation s’éclaircir et l’horizon se dégager dans les pays ayant précocement misé sur la vaccination. Par comparaison, la stratégie française, quoique bienveillante, reste hélas quelque peu erratique. Depuis le début de la pandémie, il s’avère que nous sommes toujours en retard à chaque rendez-vous. Même si l’on peut faire preuve d’indulgence pour nos dirigeants qui n’ont pas une tâche aisée, on est sidéré d’entendre leur auto-satisfaction, lorsqu’ils vantent leur politique qui selon eux aurait mieux permis que dans nombre d’autres pays d’éviter les pics dramatiques de contamination. Dimanche soir encore, on pouvait entendre Thierry Breton, “monsieur vaccin pour l’Europe”, prétendre avec une intrépidité indécente, que notre continent était en tête s’agissant de la production vaccinale, et assurer que tout se passait pour le mieux en matière de logistique. Il alla jusqu’à affirmer que tant de doses allaient arriver prochainement, qu’on pouvait balayer avec dédain l’hypothèse d’un recours au vaccin Sputnik V que les Russes peinent paraît-il à fabriquer, proposant même avec un culot d’acier l’aide de nos usines de production !

Si l’heure n’est pas encore au bilan, la Cour des Comptes quant à elle en est à celle des rapports. Comme à l’accoutumé, ils ne sont guère flatteurs pour nos Pouvoirs Publics. Spectacle toujours cocasse que cette institution payée par l'État nous donne, en “épinglant” régulièrement les lacunes et erreurs de ce dernier, sans qu’aucune conséquence pratique n’en soit jamais tirée !
Récemment les censeurs de la rue Cambon s’en sont donné à cœur joie pour critiquer l’organisation du système de santé.
En octobre dernier, on avait eu droit à un réquisitoire au vitriol concernant les réformes Bachelot, Touraine, Véran & Co qui avaient institué les Groupements Hospitaliers de Territoires (GHT), plusieurs fois évoqués depuis des années avec rage et désespoir au fil de ce blog (la santé enfin soviétisée, Diplodocus and Co, l’Etat voit tout, L’Hôpital au bord du gouffre…).
Pour faire simple, ce texte concluait à l’échec sur à peu près tous les volets de cette réforme. Les GHT, véritables monstres administratifs regroupant de manière autoritaire les établissements de santé publics d’un même territoire de santé (entité géographique créée pour la circonstance...), n’ont pas permis l’amélioration promise de la qualité des soins. Ils ont en revanche provoqué un accroissement des coûts et des dépenses de santé et compliqué considérablement leur gouvernance, ajoutant des tonnes de bureaucratie, multipliant à l’infini les instances plus ou moins décisionnelles et rendant inintelligible la gestion sur le terrain. C’est donc un fiasco monumental auquel on assiste, dont l’issue était comme souvent, prévisible. Pour y remédier en revanche, rien de rien à l’horizon. Dont acte...

Plus récemment, le rapport annuel de la même Cour des Comptes pointait sévèrement l’impréparation de la machine étatique face à la crise du coronavirus. Comment faire autrement après que chacun a vu les retards à agir, l’impossibilité de produire un vaccin, l’inertie et les errements qui ont entaché la stratégie française à chaque étape de la progression du virus ?
Le fait le plus frappant, souligné par ce constat, est sans doute l’incapacité des services de réanimation à faire face à un afflux exceptionnel de patients. Sans être méchant, on pourrait dire que tout a été fait par les kyrielles de ministres qui se sont succédé rue de Ségur depuis des décennies pour en arriver là. Diminution arbitraire du nombre de lits, sectorisation et cloisonnement absurde des unités, normalisation délirante des ratios de personnels, tout s’est conjugué pour empêcher l’augmentation rapide des capacités de réanimation en cas de nécessité. C’est un vrai scandale organisé par l’État et ses succursales de tutelle, les Agences Régionales de Santé (ARS), auquel ont hélas collaboré avec candeur nombre de médecins. Ravis de jouer au Monopoly territorial institué par l’Administration, ils ont pris plaisir, au vu de critères arbitraires, à fermer des services ou contraindre l’activité de leurs confrères pour mieux la quadriller et la centraliser.
Aujourd’hui, on entend qu’on a trop fermé de lits dans les hôpitaux, qu’on a trop réduit le nombre de médecins, qu’on a cherché la rentabilité au détriment de la qualité. Il n’y a rien de plus faux. Partout dans le monde on a procédé à des ajustements similaires, rendus logiques par  l’allègement de beaucoup de prises en charge. Le problème de la France est qu’elle n’a pas su développer des alternatives, notamment mettre sur pied des services à géométrie variable, déléguer certains actes au personnel para-médical et réduire enfin les dépenses administratives.
Résultat,  notre système est asphyxié par les réglementations, et croule sous les normes. Les capacités des services de réanimation étant rendues inextensibles en cas d’afflux, on bricole en les faisant déborder vers des unités inadaptées, tant pour leurs locaux que pour leur matériel et leur personnel. Surveillance Continue, Soins Intensifs, Déchoquage, ou même Salles de Surveillance Post-Interventionnelle, et pour finir, transferts inter-hospitaliers dispendieux, tout est mis à contribution à la va comme je te pousse.
Facteur aggravant, la crise n'a pas déclenché d'actions correctives. Depuis un an, aucune mesure pratique n’a été envisagée pour revenir sur ce mécano archaïque. Malgré quatre réformes, depuis le début de l’ère Macron, aucune vraie réorganisation du système de santé n’a été proposée, aucun allègement de la technostructure n’a été pensé. On s’est borné à quelques augmentations de salaires, qui n’ont pas calmé le malaise général des soignants. La soviétisation de la santé semble arrivée à un point de non retour et plus personne ne sait ou n’ose quoi entreprendre. Beaucoup de personnels lassés continuent de déserter l’hôpital public dont les difficultés pourraient donc encore s’accroître prochainement.

Ces tout derniers jours encore, les recommandations vaccinales contradictoires, le confinement sans confinement, les attestations sans attestation, l’inaptitude à empêcher les rassemblement monstres, sources évidentes de foyers de contagion, et cerise sur le gâteau, le comportement irresponsable de la ministre de la culture, anciennement ministre de la santé, démontrent de manière désespérante l’insistance des pouvoirs publics, à préférer subir les évènements plutôt que les anticiper ...

12 mars 2021

Tristes règnes

Dans l’optique de la déconstruction du passé et des repères culturels traditionnels, qu’il me soit permis de recommander deux films récents particulièrement édifiants. Tous deux sont sortis en 2018 et tous deux concernent l’histoire du Royaume Uni et de ses reines.
Le premier porte le nom de la souveraine dont il conte la triste histoire, Marie Stuart (1542-1587), indissociablement liée par le destin à sa cousine Elisabeth Ire Tudor, et il est mis en scène par Josie Rourke. Le second, La Favorite, se situe plus d’un siècle plus tard et s’intéresse sur un ton beaucoup plus léger, à la cour d’Anne d’Angleterre (1665-1714), dernière représentante de la Maison Stuart. Il est l'œuvre du cinéaste grec Yórgos Lánthimos.
S’agissant des qualités cinématographiques, disons que le premier, de facture très classique, offre de magnifiques vues de l’Écosse et une reconstitution très soignée de la vie de l’époque. N’étaient les longueurs et le déroulement très linéaire, pour ne pas dire statique des évènements, on pourrait dire qu’il s’agit d’un beau spectacle. Ajoutons à cela que les rôles principaux sont remarquablement bien distribués et que les actrices portent de manière impressionnante les destinées dramatiques qu’elles incarnent, Saoirse Ronan en Marie Stuart et plus encore Margot Robbie en Elisabeth I.
On ne peut en dire autant de La Favorite, de conception formelle certes plus audacieuse mais tellement boursouflée qu’elle agace rapidement. Le réalisateur fait en effet assaut d’artifices supposés rendre vivant le récit qu’il propose, mais c'est en pure perte. L’abus des travelling angulaires, façon jeu vidéo, réalisés avec un objectif fish-eye, donne le tournis. En dépit du soin apporté à la confection des costumes, les prises de vue sont souvent imprécises ou bien crépusculaires à force de vouloir rendre avec réalisme l’éclairage aux chandelles. On est loin de Kubrick…
Rien à dire sur la qualité intrinsèque des acteurs, surtout des actrices en l’occurrence. Olivia Colman (la reine Anne), Rachel Weisz (l’impétueuse Sarah Churchill, duchesse de Marlborough), et Emma Stone (Abigail, l’intrigante favorite) se démènent pour s’inscrire au mieux dans le scénario bouffon que le réalisateur leur fait jouer, qui relève de l’histoire vue par le petit bout de la lorgnette.

Le vrai problème est là : on n’apprend rien de ces mises en perspectives pseudo-historiques. Rien sur les époques, ni sur les grands enjeux politiques et sociaux qui les marquèrent. Et rien de rien sur leur foisonnement culturel. Ce n’est certes pas l’objectif poursuivi lorsqu’on cherche avant tout à faire ressentir le destin dramatique de l’infortunée Marie Stuart, mais face à elle, Elisabeth I (1533-1603) paraît bien terne et timorée malgré son maquillage outrancier. On peine à imaginer qu’elle incarne l’âge d’or anglais, pendant lequel s’illustrèrent nombre d’écrivains à commencer par Shakespeare…

S’agissant de la reine Anne, c’est bien pire encore. On la fait passer pour une personne passablement évaporée, capricieuse si ce n’est idiote, totalement sous la coupe de sa première favorite Lady Sarah. Cette souveraine qui endura 17 grossesses dont aucune ne permit d’offrir à son pays un héritier adulte, aurait passé, si l’on en croit ce film, le plus clair de son temps à cajoler ses lapins qui pullulaient dans les salons du palais, à se goinfrer de pâtisseries, et à hurler de manière hystérique sur tout et n’importe quoi, tout ça pour finir rongée par la goutte et les crises d’apoplexie ! On passe totalement sous silence qu’elle fut une mécène avisée, qui apporta un soutien financier au musicien Haendel, et dont le règne fut caractérisé par l’émergence d’un style architectural novateur, et d’une belle floraison d’artistes et de littérateurs parmi lesquels on compte Daniel Defoe, Jonathan Swift, et Alexander Pope.

C’est bien là une étrangeté que de voir ces cinéastes réaliser des œuvres qui furent qualifiées de féministes par nombre de critiques enthousiastes, mais qui donnent si peu d’importance à la stature politique de leurs héroïnes. Alors qu’elles ont fait face avec courage et détermination à leurs responsabilités, on insinue qu’elles n’auraient été que les jouets d’hommes, par nature tous néfastes, cupides, lubriques, inconstants ou méchants. Pire, on les montre préoccupées avant tout de considérations domestiques dérisoires ou scabreuses. Et pour faire moderne on brode ou bien on invente des relations homosexuelles débridées dans l’entourage intime de Marie Stuart, en soulignant sa grande indulgence, très peu vraisemblable, vis à vis de comportements exhibitionnistes, voire franchement obscènes. Chez la reine Anne, encore une fois c’est pire. Les femmes sont lesbiennes et l’affichent sans vergogne et sans aucun état d'âme. La gent masculine est quant à elle grotesque, stupide et les rôles de ses représentants, quasi inexistants.
Passons enfin sur les incongruités et anachronismes qui nous donnent à voir des lords “de couleur” au XVIè siècle, des dames de compagnie aux yeux bridés, et qui donne à entendre un langage plein de trivialités et d’expressions quelques peu décalées.

Au total, en fait de reconstitution rigoureuse, on a droit à une destruction en règle de faits communément établis et on assiste à un travestissement sans grand intérêt de l’histoire puisqu’il n’a pour seul dessein que de satisfaire aux codes idéologiques et à la mode d’un temps qui ne sait pas vers quels abimes il dérive…
Au moment même où la monarchie britannique est à nouveau ébranlée par les caprices et les inconséquences de certains de ses héritiers, ces images distillent avec une délectation morbide le mortel parfum de la décadence.

07 mars 2021

Y a plus d'justice

Avec “l’affaire dite des écoutes” impliquant Nicolas Sarkozy, s’étalent une fois de plus au grand jour les vicissitudes de notre justice.
Difficile en effet de ne pas voir un esprit partisan et revanchard dans la décision du tribunal, de condamner l’ancien président de la république.
Après maintes tentatives aussi fumeuses qu’infructueuses, les magistrats ont réussi “à se faire” leur bête noire. Ils y sont parvenus en se fondant sur des présomptions nées d’écoutes téléphoniques non seulement abusives, puisque liées à une autre affaire, mais extravagantes depuis qu’on sait que cette dernière, concernant un hypothétique financement de campagne par la Libye, fut montée de toutes pièces par certains médias, et possiblement par les juges eux-mêmes...


Orchestré par le Parquet National Financier (PNF), le procès, dont l'objet est tout sauf financier, s’est achevé par une condamnation à de la prison ferme. Ce verdict restera comme une honte, tant la procédure fut à charge, montant en épingle des délits somme toute véniels si ce n’est imaginaires, et entachée de nombreux vices de forme, dans le recueil des preuves, et jusque dans l’écriture du jugement. Sur les quelques 240 pages du texte, les magistrats se sont en effet révélés incapables d'orthographier correctement le nom de l'accusé ! Lequel a bien sûr fait appel, sans savoir que pris d’une soif inextinguible de vengeance, le PNF annoncerait quelques jours plus tard son intention de faire de même afin d’obtenir une peine encore plus lourde !

Peu importe que ce jugement porte ou non atteinte à la carrière politique de Nicolas Sarkozy. Qu’il le veuille ou non, le train est passé pour lui. Il a largement raté son mandat, et en dépit de la sympathie qu’il suscite encore, peu de gens souhaitent probablement le voir revenir au sommet de l’État.
L’essentiel est ce que cela révèle, à savoir une faillite de la justice dont l’impartialité et l’efficacité paraissent sérieusement entamées.
On pourrait gloser sur d’autres décisions aussi lourdes et partisanes. On peut surtout mettre tout ça en balance avec la faiblesse des sanctions à l’encontre de la violence, des délits et des crimes qui marquent de manière désespérante l’actualité quotidienne.

On se souvient du malheureux professeur sauvagement assassiné il y a quelques mois par une brute plusieurs fois impliquée dans des actes de violence, mais à qui on avait accordé le droit d’asile dans notre pays !
Dernier fait en date, l’agression barbare d’un journaliste à Reims par un voyou multi-récidiviste, condamné paraît-il 8 fois, et toujours en liberté...
On pourrait également s’étonner de l’implacable sévérité de l’État qui vient d’obtenir la dissolution de l’association Génération Identitaire, au motif que ses manifestations et actions médiatiques porteraient atteinte à la République. Dans le même temps les militants de Greenpeace, déjà coupables de maints délits comparables mais commis au service d’une idéologie plus “progressiste”, ont pu pénétrer tranquillement sur le tarmac de Roissy et s’employer pendant plusieurs heures à dégrader consciencieusement un avion d’Air France, cloué au sol, sous les yeux complaisants des caméras, et sans la moindre intervention des forces de l’ordre !

Face à cette montée irrépressible des infractions à la loi, des violences et des délits, il y a manifestement deux poids deux mesures, en fonction de considérations idéologiques, le tout étant aggravé par l’impuissance chronique des Pouvoirs Publics. Ainsi dans un contexte d’insécurité croissante, la mesure phare de la réforme proposée par le ministre de la justice est de supprimer l’automaticité des réductions de peines ! On croit rêver en apprenant que c’était la règle, mais on pense aussitôt qu’il suffira aux procureurs d’adapter leurs réquisitions. Autant pisser dans un violon…

Dans un registre moins grave mais tout aussi révélateur de l’incurie judiciaire, on apprenait tout récemment qu’à Paris désormais, les responsables de la pollution liée aux mégots négligemment jetés sur la voie publique ne seraient pas les fumeurs mais les cigarettiers. Ils devront passer à la caisse pour financer le nettoyage !

Nul doute que ce précédent inspirera d’autres actions, dévoyant toujours plus les notions de responsabilité et de devoir civiques, détournant les sanctions des vrais coupables, et cassant in fine les ultimes repères fondant “l’esprit républicain” et le “vivre ensemble” dont on nous rebat les oreilles. Les juges quant à eux pourront continuer de juger selon leur bon plaisir et en toute impunité, puisqu’ils ne seront jamais jugés...

A l’occasion de la dernière affaire Sarkozy, le calamiteux Hollande s’est empressé de ramener sa fraise façon rantanplan, pour défendre le PNF, “sa” création.
Lui qui fut de très loin le plus mauvais des présidents de notre piteuse Vème république. Lui qui a si longtemps gravité au sein de la cour de Mitterrand où les magouilles et le copinage étaient monnaie courante. Lui qui a accéléré le désastre de la justice à la mode Taubira et des finances publiques à la sauce Cahuzac. Lui qui a tout fait pour achever de transformer le socialisme prétendument vertueux en écuries d’Augias… Lui ne manque assurément pas d’air...

26 février 2021

Monnaies de singes

Ce billet aurait tout aussi bien pu s’intituler Monkey Business, en hommage au film du même nom des Marx Brothers. L‘essentiel étant ici d’illustrer la nature insensée du cycle économique dans lequel nous nous trouvons.

La pandémie due au SARS-COV2 n’a fait qu’accélérer la glissade vertigineuse dans laquelle le monde s’est laissé aller, sous la férule paraît-il experte des financiers et grands argentiers qui régissent banques, budgets et monnaies.
Pour l’heure, la catastrophe maintes fois annoncée a été repoussée sine die mais on voit toujours plus de dépenses publiques, toujours plus de déficits, toujours plus d’argent en circulation, qui sont les trois moteurs du tourbillon enivrant dont on peut craindre, un jour ou l'autre, une évolution fracassante.

Il y a toujours une bonne raison pour justifier cette politique dispendieuse : acheter la paix sociale, lutter contre les “crises” itératives, soutenir tel ou tel secteur économique (après l'avoir étranglé par les réglementations ou la fiscalité...), ou bien encore, contrecarrer l’influence d’une épidémie…
On croyait avoir atteint les limites de ce jeu lors du krach de 2008. A l’époque, le Fonds Monétaire International (FMI) sermonnait les pays laxistes en matière budgétaire et les agences de notation sanctionnaient sévèrement tout écart à l’orthodoxie. L’heure était à l’austérité pour la Grèce, mais aussi pour le Portugal, l’Espagne, l’Irlande… Et tandis qu’on serrait la vis à ces derniers, les pays déjà les plus rigoureux augmentaient encore leurs efforts pour réduire leurs déficits, parvenant même comme l’Allemagne, à inverser la tendance en affichant des soldes budgétaires créditeurs et réduisant par la même, son endettement. La France fit mine de s’aligner sur les critères du traité de Maastricht et notamment finit par passer de justesse sous la barre des 3% du PIB en 2017, soit près de 10 ans après l’épisode des subprimes, et pas moins de 25 ans après la signature du traité sus-nommé.
Las ! Cette embellie ne dura guère…

Les banques centrales, sous l’influence du célèbre Mario Draghi, s’étaient mises en 2012 à pratiquer une politique beaucoup plus accommodante et déversèrent sur les marchés des masses colossales de monnaies, pour sauver l’Europe. Whatever It Takes devint le nouveau mot d’ordre, repris plus tard par Emmanuel Macron avec sa fameuse formule “quoi qu’il en coûte…”
Fort heureusement, l’inflation, pourtant habituelle en de telles circonstances, n’arriva pas. Ni les prix ni les salaires ne se mirent à flamber. En revanche, on assista à une fonte spectaculaire des taux d’intérêt. L’Italie qui empruntait à des taux supérieurs à 6% se voit aujourd’hui autorisée à le faire à 0,44% et la France fait partie des privilégiés qui peuvent emprunter à des taux négatifs, ce qui paraissait impensable à tout économiste normalement constitué !
L’effet immédiat des largesses de la BCE fut bénéfique, mais elles firent l’effet d’un véritable pousse-au-crime. Les dettes notamment celles contractées par les États furent littéralement dopées. Celle de la France qui était déjà importante, mais encore inférieure à 60% du PIB en 1995, a franchi allègrement les 120% en 2020 et rien ne semble plus devoir stopper sa croissance puisque par la magie de l’argent facile, on rembourse désormais moins que ce qu’on emprunte ! Si les taux négatifs atteignaient 5%, la dette s’effriterait des ⅔ en vingt ans sans que cela coûte un centime !
Certes ils n’ont pas encore atteint de tels chiffres mais la mécanique est enclenchée, à la manière d’une usure inversée, et le dindon de la farce n’est plus l’emprunteur mais le prêteur. L’épargne classique est devenue progressivement, de moins en moins rémunératrice et les quelques menus bénéfices engendrés par les livrets défiscalisés et l’Assurance Vie fondent comme neige au soleil.
Résultat, si l’inflation des prix semble jusqu’à présent contenue (mais pour combien de temps ?), c’est moyennant une érosion de l’épargne et un recours accru à toutes sortes d’expédients destinés à recueillir l‘excédent monétaire tout en alimentant la spéculation. Parmi ces derniers figurent le marché de l’immobilier, notamment dans les grandes villes, la Bourse dont certaines valeurs paraissent largement surestimées (Tesla par exemple, dont la capitalisation dépasse à elle seule celles additionnées de tous les autres constructeurs automobiles) et naturellement les cryptomonnaies, Bitcoin en tête, dont on parle beaucoup ces derniers temps et dont la valeur atteint des sommets vertigineux.
Ajoutons à tout cela que paradoxalement, durant cette crise sanitaire qui a plongé en léthargie une bonne partie des forces vives économiques, le nombre de faillites fut particulièrement bas, grâce aux mesures de soutien gouvernementales. Il s’agit évidemment dans nombre de cas d’une survie artificielle dont l’issue défavorable n’est que retardée…

Alors que l’épidémie semble enfin marquer le pas et que les beaux jours reviennent, l’avenir devient de plus en plus incertain. En France, l’endettement massif de l’État sert de plus en plus à couvrir des dépenses sociales et non d’investissement. Il y a donc peu de chances qu’on parvienne à le réduire. Face à ce trou qui ne cesse de s'approfondir, nombreux sont les économistes, très médiatisés et très politisés, qui réclament tout bonnement “l’annulation de la dette”. Cette pure folie, qui donnerait un sens effrayant au whatever it takes, ruinerait tous les créanciers de l’État, à commencer par les épargnants. Elle provoquerait sans nul doute un fort mécontentement des prêteurs étrangers et probablement de sévères représailles de leur part, en retour. Et comme il y a peu de chances qu’elle rende le gouvernement plus rigoureux en matière de gestion, de nouveaux gouffres auraient tôt fait de s’ouvrir. Mais trouverait-on des gens prêts à investir à nouveau dans la dette française, et si oui à quels taux, sans doute prohibitifs ?

Tant que la quasi totalité des banques centrales mènent à peu près la même politique, there is no alternative (TINA) comme disent les anglo-saxons et le système peut afficher une certaine stabilité apparente. Mais il suffirait que certaines parties du monde se désolidarisent de cette spirale infernale, que certaines bulles se dégonflent tout à coup, que l’inflation pointe le bout de son nez, ou bien encore que les taux d’intérêt décollent, pour que le cercle vertueux de la confiance se brise et avec elle tout le château de cartes financier dont elle constitue l’essentiel des fragiles fondations...

22 février 2021

Vous avez dit islamo-gauchisme...

Le concept fait fureur ces derniers temps. On ne peut pas dire qu’il soit inédit mais sa mise en cause récente par deux ministres pour qualifier un fléau qui, selon eux, gangrènent les universités françaises, déclenche un beau tollé.
A vrai dire, c’est peut-être le fait d’accoler les deux termes qui pourrait passer pour une nouveauté.
Car on sait depuis des décennies que le monde de l’enseignement est noyauté - le terme paraît faible - par le gauchisme. Cela remonte bien avant la petite révolution de 1968. De tout temps pourrait-on dire, l’aura des professeurs, savants, philosophes s'est mesurée à l’aune de leur engagement à gauche, d’ailleurs seul recevable politiquement parlant.

Parmi les monstruosités engendrées par cet esprit partisan, on se souvient du fameux procès opposant la clique intellectuelle de l’après-guerre, totalement inféodée au marxisme léninisme, à Viktor Kravchenko, l’homme qui révéla le premier l’horreur du communisme, à la mode soviétique.
La pénétration du gauchisme était telle qu’elle débordait largement le seul champ des sciences humaines, envahissant celles réputées objectives. Paul Langevin, Frédéric Joliot-Curie et sa femme Irène, étaient les personnalités les plus en vue d’une armada de scientifiques revendiquant haut et fort leur attachement aux idéaux socialistes, allant parfois jusqu’à vanter les mérites de Staline. Ces gens se targuaient de représenter l'humanisme et se disaient “les amis de la paix”. Comment ne pas imaginer qu’un tel assujettissement idéologique n’ait pas eu d’impact sur l’enseignement qu’ils dispensaient ?

En mai 1968, Lénine et Staline, dont il était devenu difficile de cacher les méfaits, ne faisaient plus trop recette, mais ce furent Trotski, Mao, Ho-Chi-Minh, Fidel Castro, Che Guevara qui devinrent à la mode. Les porte-étendards de ces soi-disant belles âmes progressistes prirent la place de leurs aînés dans toutes les institutions d’obédience étatique dont l’Education Nationale. Ils étaient gorgés des mêmes certitudes arrogantes et du plus profond mépris pour tout contrevenant, automatiquement qualifié de “salaud” ou de “fasciste”. Des collèges jusqu’aux bancs des universités et des grandes écoles publiques, le même message était distillé sans cesse aux jeunes gens. La monopolisation intellectuelle et l’outrance allèrent même jusqu’à affirmer qu’il était préférable "d’avoir tort avec Sartre que raison avec Aron" !
Beaucoup de ces “maitres-penseurs” révolutionnaires, biberonnés au marxisme, sont encore en vie. Ils ont fait beaucoup de mal partout où ils ont pu propager leur doctrine calamiteuse avant de s’embourgeoiser et de profiter sans vergogne des bienfaits de la société sur laquelle ils crachaient à longueur de journée.

Aujourd’hui, même s’il vaut mieux tard que jamais, on fait semblant de découvrir le fléau. Mais peut-on encore revenir sur le désastre intellectuel qui fait des ravages dans les esprits depuis tant de décennies ?
La révolution prolétarienne d’autrefois est certes en lambeaux, mais le gauchisme a la vie dure. Si nombre de “travailleurs” ont depuis longtemps compris qu’ils n’avaient pas grand chose à attendre du socialisme, du Grand Soir et de tous ses avatars plus ou moins frelatés, les tenants de cette idéologie rancie ont cependant la haine chevillée au corps et, pour masquer leur défaite, ils cherchent partout des victimes d’une oppression de plus en plus imaginaire. Leur dialectique bien rodée et leurs nombreux réseaux d’influence leur permettent encore de faire prendre des vessies pour des lanternes aux gens assez crédules pour les croire sur parole. Ils font feu de tout bois pour continuer à exister. Le féminisme, l’anti-racisme, l’écologie, l’alter-mondialisme, et jusqu’à l’anti-spécisme, tout est bon à prendre pour tenter de coller sur le dos du capitalisme et de la société ouverte et libérale tous les maux de la terre. Et, comme le fait remarquer très justement le philosophe Pierre-Henri Tavoillot, l’islamisme est une bonne nouvelle pour ceux qui gardent l’espoir de porter le feu et le sang au nom de la révolution ! Peu importe en l’occurrence que l’idéalisme religieux soit l’opposé du matérialisme athée, rappelant l’alliance de la carpe et du lapin. On a vu d’autres convergences de circonstance et d’autres marchés de dupes. On sait par exemple comment la cause palestinienne et l’image de son leader charismatique Yasser Arafat ont été exploitées par la Gauche pour faire passer le frisson insurrectionnel passablement émoussé après les fiascos asiatiques et cubains. On pouvait ainsi sans la moindre gêne vouer aux gémonies le fascisme et l’antisémitisme tout en soutenant ceux qui ne voulaient rien moins que la disparition du peuple juif d'Israël…
Aujourd’hui, c’est une triste réalité mais sous couvert de lutte contre l’islamophobie, le racolage électoral est de plus en plus évident de la part de la Gauche, partout où les communautés musulmanes montent en puissance. Il n’y a donc rien d’étonnant à voir cette collusion se manifester également dans le monde de l'enseignement.
La meilleure preuve s’il en fallait une, est la récente lettre signée par 600 universitaires demandant “avec force “ la démission de la ministre chargée de l’enseignement supérieur, au simple motif qu’elle souhaite enquêter sur la question. On peut voir parmi les signataires, la fine fleur de la Gauche anti-capitaliste, Thomas Piketty en tête. C’est aussi la preuve que le problème des universités réside avant tout et surtout dans ce foutu gauchisme qui continue de parader en retrouvant sa bonne vieille manie pétitionnaire, à défaut de vraie révolution...

09 février 2021

Cancel Culture

Après la contre-culture des années soixante, voici l’avènement d’une nouvelle contestation, bien plus radicale: la Cancel Culture.
La première s'était targuée de casser les codes classiques et bourgeois, et de faire naître un Nouveau Monde fondé sur le partage, la solidarité, et la paix. Les racines de ce mouvement plongeaient dans le vaste terreau des révolutions, presque aussi vieux que la condition humaine. Il s’agissait d’opérer un retour aux sources, supposé s’opposer à la technique, à la mécanisation et à l’industrialisation, qui manquaient certes de poésie et de romantisme, bien qu'ils aient apporté la prospérité et le confort matériel.
La révolution n’étant en somme rien d’autre que l’art de tourner en rond, cette belle et louable ambition tourna largement au fiasco, charriant au passage des montagnes de naïveté idéologique, et faisant le lit de monstrueux totalitarismes fondés sur l’illusion socialiste.
Les stupides crédos marxistes-léninistes, néo-constructivistes, voire nihilistes de l’époque, ne doivent pas conduire à occulter la nature libertaire du mouvement ni l’impressionnante floraison de courants artistiques, notamment musicaux qu’il engendra. Dans ce magma fumant, on pouvait trouver des perles et surtout un vrai amour de la liberté.

C’est tout autre chose avec la nouvelle rébellion, qui non contente de mépriser le passé, voudrait purement et simplement l’effacer des mémoires. L’objectif est désormais d’éradiquer au nom du progressisme, toute culture ne répondant pas strictement aux oukases de plus en plus extravagants des gourous de la pensée correcte. Il ne s’agit même plus de lutter contre les idées jugées malfaisantes, il faut les annuler ! Au nom de l'égalitarisme, on en vient à nier les différences sensibles (sexes, genres, races, espèces, religions, talents, handicaps...) et en vertu du principe de précaution à rendre suspect tout progrès technique susceptible d'agir sur les écosystèmes, le climat ou la nature en général.
Il n’y a plus rien de festif hélas dans cette démarche, et la liberté fait le plus souvent figure d'obstacle à la folle quête d’absolu qu’elle incarne.
On voit à l'œuvre hélas depuis déjà quelques années ces nouveaux puritains, dont le fanatisme destructeur ne fait que s’exacerber à mesure que grandit l’intérêt qu’on porte à leurs théories.
C'est ainsi qu'après bien des excès en tous genres, on apprend ces derniers jours, que pas moins d'un tiers des écoles publiques de San Francisco sont en passe d’être débaptisées pour cause d'inconvenance par rapport aux nouveaux dogmes éthiques. Une commission créée spécialement par le School Board de la cité californienne s’est fait un devoir d’éplucher la biographie des personnages illustres dont le patronyme orne le frontispice de ces établissements. Le moindre écart est impitoyablement repéré et sanctionné. Et c’est une effroyable épuration à laquelle on assiste, qui n’épargne pas même les Pères Fondateurs de la République Américaine.
Finis les collèges Washington, Jefferson ou Madison, car ces gens sont jugés coupables d’avoir exploité des esclaves. Lincoln lui-même fait partie des proscrits. Il avait certes aboli l’esclavage mais il a commis le crime irréparable de ne pas s’opposer à l’exécution d’une trentaine de chefs indiens ! Dans cette liste noire, on trouve également Edison qui lors de ses nombreuses expériences s’est laissé aller à faire électrocuter des animaux...
Alors que la pandémie au COVID-19 fait rage, notamment en Californie, et que les écoles sont pour la plupart fermées depuis un an, les nouveaux censeurs ne trouvent donc rien de mieux à proposer que de dépenser au bas mot 8 à 10.000 dollars par école, pour les purifier de ce qu’ils considèrent comme une intolérable souillure. 
Mais comment pourront-ils renommer ce qu’ils anéantissent ? Ils ne veulent plus de personnages historiques, suspects par nature selon eux. Certains proposent des noms d’animaux, d’autres préconisent de simples numéros. Mais au bout du raisonnement, faut-il encore des écoles ?

Et comment ne pas évoquer devant ce désastre culturel les islamistes les plus fous, détruisant pour complaire à l’idée qu’ils se font de Dieu, le patrimoine architectural et artistique des pays où ils sévissent ? Comment ne pas penser aux staliniens, maoïstes, castristes et autres polpotiens qui tentèrent au nom de l’idéal communiste d’éliminer de la cervelle de leurs victimes toute trace du monde ancien ?
On frémit à la lecture de l’article publié en 1999 par une certaine Tema Okun, qui a paraît-il servi de base de travail à la commission. Intitulé "White Supremacy Culture", on y trouve notamment prônée, la nécessité de lutter contre le "culte de l'écrit", considéré comme un aspect de la suprématie blanche, à l'instar du "perfectionnisme", du “sens de l'urgence”, de “l'individualisme” et de “l'objectivité”...
Il ne semble plus y avoir de limite à la logique psychotique dans laquelle les nouveaux singes de la bonne intention veulent plonger leurs semblables en voulant faire table rase du passé et de tout ce qui pourrait être jugé impur ou imparfait dans le présent, refusant ipso facto le futur. La démocratie semble en voie d'enfanter un monstre et Blaise Pascal doit se retourner dans sa tombe, lui qui affirmait qu’à trop vouloir faire l’ange, on fait la bête...

02 février 2021

Winter Blues

Le temps est comme suspendu.
On ne parle que du virus mais celui-ci ne fait jamais comme on prévoit qu’il fera. Au moment où on annonçait une nouvelle déferlante, il paraît vouloir soudain s’assagir. Alors que les variants se multiplient, les contaminations à travers le monde marquent le pas. Le vaccin est arrivé, fondé sur une technique immunisante innovante dont l’efficacité s’annonce redoutable. Et sans nul doute, bientôt les beaux jours reviendront…

Dans cet espace quelque peu confiné, aux contours fuyants, et à l’empreinte imprécise, s’insinue le blues. Baudelaire aurait parlé de spleen et aurait décrit cette sensation de manière jubilatoire. Tout paraît vain dans ce vague à l’âme, hormis l’étrange et pénétrante euphorie triste qu’on pourrait en somme appeler quiétude.
Il y a du chagrin, de l'angoisse et du tragique, mais tout cela peine à s’accrocher sur des choses déterminées, et le mélange contient une joie indéfinissable qui dit qu’il y a quelque chose au bout du chemin. C’est dans ces instants, que la musique n’a pas d’égal pour exprimer ce qui passe à travers l’esprit.

Récemment découverts par la magie d’Internet et de Youtube, trois blues m’ont bouleversé suffisamment pour me conduire à écrire ces lignes. Ils s’inscrivent à merveille dans ces détours pris par ma pensée au cœur des frimas et de la froidure.
Mists of Time, ça commence par les brumes du temps, léguées avec tendresse par John Mayall. Ce vétéran du blues, qui du haut de ses 87 ans, incarne largement  le renouveau du genre à partir de l'Angleterre, a mis toute sa puissance émotionnelle dans cette mélopée suggestive. Il est au chant et il est servi par ses Bluesbreakers, notamment par le jeu fluide du pianiste Tom Canning et par celui, hypersensible, du guitariste Buddy Whittington.
Guitare et piano, l’association fait mouche également dans Sometimes I’m Right chanté par Hubert Sumlin (1931-2011) et ponctué de riffs acides, juste adoucis par le ressac langoureux du clavier, le tempo clair de la section rythmique et les sonorités veloutées de la basse.
Floyd Lee (1933-2020), dont j’ignorais jusqu’au nom, avec sa voix rauque mais chaude, profonde et puissante se déleste quant à lui d’un Mean Blues, aussi pesant que la solitude, obsédant comme l’incommunicabilité des êtres et la douleur accompagnant la perte de ceux qui sont chers, mais transcendant l’obscurité comme une lueur au bout du tunnel... 

Je croyais assez bien connaître les quatuors de Beethoven. Je les ai tant écoutés qu’ils habitent mon for intérieur et participent de mes sensations comme une décoration et un mobilier donnent vie à une demeure. Pourtant j’ai eu un choc en écoutant l’adagio du 15ème, en La mineur, interprété par le Danish String Quartet. Incroyable exercice d’équilibre et de subtilité, duquel émane un sustain extatique de près de vingt minutes. C’est absolument poignant, sublime et magnifique, déchirant tout ce qui avait pu advenir auparavant. Quelle indicible douceur dans la vibration de ces cordes ! Quelle insoutenable légèreté de ces archers vibrionnant, comme s’ils étaient en apesanteur, et comme si toutes les peines depuis la nuit des temps s’effaçaient par magie. Sitôt achevée, on voudrait que cette mélodie recommence sans délai, car elle fait tant de bien... 
Et pour finir, Bach bien sûr. Tout simplement la transcription pour piano de la sonate pour orgue en Mi mineur BWV 528, exécutée par Vikingur Olafsson. Il est islandais, et il importe des sonorités vaporeuses de banquise dans ce tranquille lamento, dont on s’imprègne de la fraîcheur idéale, comme on se laisse envelopper par l’air trouble et réfrigérant de l’hiver...

 Illustration: Paysage. Nicolas de Staël

27 janvier 2021

Hiver viral

Le coronavirus réserve décidément beaucoup de mauvaises surprises. Voici bientôt un an que nous sommes plongés dans cette étrange pandémie et celle-ci semble ne jamais vouloir finir. Qu’il est loin le temps ou madame Buzyn nous assurait benoîtement que ce nouvel agent infectieux n’avait quasi aucune chance d’essaimer chez nous…

Pour ma part j’espérais vraiment en juin, lors du grand déconfinement, que nous étions en passe d’être tirés d'affaires.
Hélas, toutes les prévisions, tous les pronostics ont été déjoués. La bestiole est toujours là, plus virulente que jamais et le monde est durablement sous chape. Des variants, plus méchants les uns que les autres, émergent un peu partout et pour l’heure, les vaccins semblent impuissants pour enrayer la machine infernale.
Ils cristallisent toutefois tous les espoirs car on ne compte plus les fiascos successifs des essais thérapeutiques dûment randomisés et d’à peu près tous les traitements plus ou moins scientifiquement proposés: hydroxychloroquine, azithromycine, remdesivir, ver marin, ivermectine, tocilizumab, monulpiravir, vitamine D, anticorps naturels ou de synthèse, regeneron, zinc, colchicine, plitidepsine...

Ce chaos chronique déstructure et désorganise en douceur mais en profondeur nos sociétés molletonnées. On finit par s’habituer à ce lent désastre et nul ne sait trop quand ni comment on sortira. En France, comme à son habitude, l’État dépense tant et plus pour amortir les conséquences économique immédiates de la crise mais personne ne sait combien de temps peut durer cette perpétuelle fuite en avant et chacun subodore que plus dure sera la chute.
Le gouvernement est content de sa politique et voilà bien l’essentiel. Au moins ces gens paraissent sereins dans la tempête ! Et tant pis pour les gros mensonges, pas toujours pieux, assénés au bon peuple à longueur de journées.
Sur l’air de “Tout va bien madame la Marquise”, le ministre de la santé claironne que, hormis le Royaume Uni, la France est "le pays qui vaccine le plus en ce moment", que nous sommes en tête également en nombre de tests, réalisés “gratuitement” à qui veut…
Le bougre occulte la triste 17ème position en nombre de personnes primo-vaccinées que la France occupait hier encore au seul palmarès de l’Union Européenne. Il oublie les centres sitôt ouverts, sitôt fermés, les annulations de rendez-vous en pagaille un peu partout. Il passe pudiquement sur l’abandon piteux de l’Institut Pasteur et les retards inquiétants de Sanofi qui font qu’à ce jour, la France est le seul pays “membre du Conseil de Sécurité de l’ONU”, incapable de produire un vaccin contre le COVID.
Il pointe en revanche régulièrement d’un doigt accusateur, la situation catastrophique de nos voisins, du Brésil, des Etats-Unis, comme si notre pays ne figurait pas en bonne place dans le peloton de ceux qui sont les plus touchés et les plus désemparés. Le monde occidental, pour faire simple... Quant aux pays asiatiques, il les ignore superbement.

Là bas on teste beaucoup moins qu’en France mais on a beaucoup moins de cas et surtout beaucoup moins de morts. Le seul exemple de Taiwan, qu’on ne cite quasi jamais, est édifiant. Cette grande île qui compte près de 24 millions d’habitants et qui entretient des relations commerciales intenses avec le reste du monde, ne compte à ce jour que 893 cas avérés de COVID-19 et déplore seulement sept morts en tout et pour tout ! Le ratio des décès par million d’habitants y est de 0,3 tandis qu’il s’élève pour nous à 1134 ! Le nombre de tests effectués par million d’habitants est là bas de 6233 quand il est ici de 649.959. Il est vrai qu'ils ne sont pas comme chez nous gratuits pour tous, mais qu'ils obéissent sans doute à une stratégie plus raisonnée.
Remarquons cependant qu’en Espagne, au Royaume Uni ou aux Etats-Unis, les tests sont paraît-il facturés aux patients fort cher, ce qui n’empêche pas d’en faire plus qu’en France.
Comme quoi les mauvaises raisons n'ont guère de chances de faire une bonne politique...

20 janvier 2021

La Chèvre

Surréaliste passation de pouvoir aux Etats-Unis ce 20 janvier. A quelques heures, de l'évènement, on peut imaginer qu'on assistera à un étrange ballet mettant en scène un Capitole transformé en camp retranché, sous protection militaire, confronté à la double menace du coronavirus et de partisans frénétiques du président sortant. Ce dernier brillera par son absence, parti tranquillement vers sa résidence privée de Floride, et l’on verra l’impétrant, bien seul, masqué, chancelant, prêter serment dans ce décor crépusculaire. Au lieu d’une fête, ce sera un huis clos sinistre. Il n'y aura guère que les drapeaux pour faire foule...
On se souvient que l’intronisation de Donald Trump, il y a quatre ans, s’était également déroulée dans un contexte inhabituel, et avait été l’objet d’assez désagréables manifestations. Le camp démocrate ne digérait pas sa défaite et les caméras médiatiques s’attardèrent longuement sur les banderoles exhibées jour et nuit pendant plusieurs semaines par des enragés campant devant la Maison Blanche. Personne ou presque à l’époque ne trouva choquant le beau slogan anti-démocratique “Not My President” !

L’Amérique est divisée et cela ne date pas d’hier.
Joe Biden aura-t-il la force, la volonté et le temps d’apaiser ces tensions comme tant de belles âmes en font le vœu pieu et touchant ? Ce vieillard est un roué politicard, qui fut, il y a presque 50 ans, le plus jeune sénateur. Il est désormais le plus vieux président à entrer dans le Bureau Ovale.
Il fut un terne et gaffeur vice-président durant 8 ans. Il parvient enfin au pouvoir au terme d'un processus électoral contestable, sans avoir fait campagne, et sans avoir de programme, hormis le souci maladif d’effacer l’ère Trump au plus vite. Il se trouve de facto prisonnier des anti-Trump primaires, assoiffés de revanche. Cette folie auquelle l’intéressé a lui-même participé par jeu et par provocation, avait atteint de tels sommets qu’elle aurait sans doute permis à une chèvre d’être élue, pour reprendre le mot d’un commentateur facétieux lors de l’élection de François Hollande contre Nicolas Sarkozy en 2012.

Anticipant les exégèses partisanes, Donald Trump a fait lui-même le bilan de son action. Avec sans doute un peu de lyrisme et d’emphase, mais non sans quelques vérités objectives que l’Histoire retiendra peut-être, une fois les passions assagies…
S’il a raté indéniablement sa sortie, il n’a pas à rougir de sa prestation dans un contexte international tendu et intérieur très hostile. Il a plus fait pour le pouvoir d’achat et la prospérité des Américains et notamment des Noirs et des Latinos qu’Obama. Il a œuvré avec un certain succès pour la paix au Proche-Orient. Il a contenu autant que possible l’expansionnisme chinois et la menace iranienne. Il a garanti une prospérité économique à son pays, et maintenu le chômage à un de ses plus bas niveaux historiques. On a dit qu’il n’avait pas su juguler la pandémie COVID-19, mais l’honnêteté oblige à reconnaître qu’il fut, en élaguant la jungle administrative et en sponsorisant les laboratoires, le principal artisan du développement rapide des vaccins sur lesquels tant d’espoir reposent désormais.

En définitive, il y a peu de mauvais présidents aux Etats-Unis, sans doute grâce au système démocratique performant mis en place en 1789 et à un équilibre savamment dosé des pouvoirs. Pourvu que cela dure, et à l’instar du président sortant, prions pour la réussite de l'administration Biden...

07 janvier 2021

L'Amérique Fracturée

Le consternant spectacle que les Etats-Unis ont donné au monde ce mercredi 6 janvier est un nouveau révélateur explosif de la grave crise que traversent depuis quelques années nombre de démocraties.
L’Amérique, première d'entre elles et la plus ancienne, la plus stable, branle dangereusement sur ses fondations.
Le nom du nouveau Président de la République n’a pas pu être proclamé et certifié par le Congrès. Ce dernier, a été contraint de reporter sa séance suite à l’irruption violente dans l'enceinte du Capitole, de manifestants pro-Trump, n’acceptant pas l’annonce plus que probable de la défaite de leur champion.
Evidemment, celui-ci n’est pas pour rien dans ce brutal déchaînement populaire. Il porte même une lourde responsabilité dans la survenue des troubles en raison notamment du discours vindicatif tenu ce jour même, refusant obstinément de reconnaître le verdict des urnes, et exhortant le peuple à manifester à Washington.
Triste fin de mandat pour un élu décidément pas comme les autres et attitude évoquant fort la politique de la terre brûlée. Il est évident que ce jusqu’au-boutisme ne peut mener à rien de bon et sûrement pas à son maintien au pouvoir. Pire même, il a sans doute contribué à ruiner les derniers espoirs du
 Grand Old Party de conserver la majorité au Sénat, puisque les deux postes encore en lice en Georgie sont en passe d'être perdus alors qu’ils étaient à portée de main, l’un des deux candidats républicains étant même passé à un cheveu de l’élection au premier tour.

Inutile de revenir sur le déroulement calamiteux des élections générales du 3 novembre dernier. Elles resteront entachées d’un fort doute quant à la régularité des procédures, la faute en premier lieu au COVID-19 qui contraignit à recourir massivement au vote par correspondance, sujet de tant de controverses. Mais tous les recours intentés ayant fait long feu, les résultats paraissent irréversibles.
Ce foutu virus avait auparavant enrayé la campagne électorale et quelque peu perturbé la dernière année du mandat présidentiel de Donald Trump. Ses adversaires s'étaient donné à cœur joie évidemment, de stigmatiser sa gestion déplorable de l'épidémie.
Alors que sa réélection paraissait jusqu'alors probable, son crédit fut sérieusement entamé par la crise durant laquelle il se montra très maladroit, affichant une arrogance imbécile et abusant jusqu'à l'outrance de ses habituelles provocations. S'il fut en quelque sorte l'artisan de son infortune, il faut dire qu'il eut maille à partir avec une opposition aussi stupide que délirante, cherchant toutes les occasions pour tenter de le faire chuter. Sa légitimité ne fut jamais acceptée par près de la moitié du pays et dès son arrivée au pouvoir en 2016 on avait assisté à une véritable bronca médiatique. Un formidable torrent de haine se déversa à jet continu durant 4 ans sur sa personne, ses paroles et ses actions, lesquelles ne furent pourtant pas toutes mauvaises, loin de là.
Trump ne fit rien certes, pour apaiser les passions mais à sa décharge, il y a de quoi perdre son calme et sa sérénité quand jour après jour on est l'objet de toutes les insultes imaginables et qu'on doit faire face à une épuisante remise en cause, par principe, de tous ses actes.
 
Force est de faire le constat que l’Amérique, et une bonne partie du monde avec elle, semblent sombrer dans l’irrationalité, conduisant à l’exacerbation des opinions et à la radicalisation croissante des esprits. Cause ou conséquence, les processus électoraux sont de plus en plus souvent remis en cause un peu partout, semblant donner raison au vieux slogan soixante-huitard "élections piège à c..." Un nombre grandissant de gens s'estiment régulièrement floués par les résultats des scrutins, et leur insatisfaction grandit, se traduisant tantôt par l'indifférence, tantôt par le mépris pour les élus et les institutions, et tantôt par la révolte.

Les États-Unis apparaissent aujourd’hui sévèrement traumatisés, divisés, victimes de fractures multiples et en perte de direction.
Il est peu probable que le malheureux Joe Biden, insipide et incertain, mal élu de surcroît, parvienne à inverser le cours des choses. Il est porté par des gens qui ne sont pas moins intolérants que les supporters de Trump, et le Parti Démocrate fait l’objet de tiraillements idéologiques qui fragilisent par avance toute politique, si tant est qu’il y en ait une...
Quant au Parti Républicain, il risque fort de se voir affecté par les dérapages de Donald Trump, désormais sans limites, et source probable de futures dissensions internes.

L’avenir est donc sombre. Et quand l’avenir de l’Amérique s’obscurcit, celui du monde tend à devenir chaotique. L’Europe ne va guère mieux par les temps qui courent, et à l’Est, le soleil qui se lève, suscite beaucoup d’inquiétudes. En Chine on réduit au silence les entrepreneurs manquant d'égards pour le Parti, tel le fameux Jack Ma, fondateur d'Ali Baba, et aujourd’hui même on apprenait la rafle massive à Hong-Kong organisée par le Pouvoir Central à l'encontre des opposants pro-démocratie.
La planète se serait-elle mise à tourner à l’envers ?

04 janvier 2021

Démarrage à plat

L’année nouvelle ne démarre pas sur les chapeaux de roues en France. C’est le moins qu’on puisse dire. Le sinistre COVID y règne plus que jamais en maître. Pas forcément plus durement qu’ailleurs pourrait-on dire, mais pas moins non plus.
Le fait est que le pays est atteint de dépérissement chronique, couvre-feu oblige. Quantité d’activités sont en état d’hibernation. Pour combien de temps ? Nul ne sait…
Le vaccin dont on nous rebat les oreilles depuis des semaines, arrive. Sa mise au point, qui relève d’un vrai tour de force, révèle une fois encore le dynamisme des pays anglo-saxons et le génie du capitalisme. Ce n’est pas très politiquement correct à dire, mais c’est un constat. Deux des laboratoires pharmaceutiques à l’origine de cette innovation sont dirigés par des Français : Stéphane Bancel pour Moderna et Pascal Soriot pour Astra-Zeneca. Hélas ces compatriotes sont bien loin de leur pays d’origine, comme tant d’autres qui n’ont pu réaliser leurs projets et donner toute la mesure de leur talent qu’à l’étranger.

La France qui n'a de force qu'en paroles, a laissé mourir son industrie pharmaceutique et les quelques survivants au désastre n’investissent plus guère le champ de la création et de l’invention. On connaît les déboires de Servier avec le Mediator et l’acharnement que nombre de gens bien intentionnés, mettent à discréditer définitivement l’entreprise. Sanofi qui n’a plus grand chose de français était de son côté englué dans le scandale de la Dépakine. Voilà que son vaccin contre le coronavirus prend un retard catastrophique par rapport à ses concurrents. Quant à l’Institut Pasteur, il y a belle lurette qu’il ne fabrique plus rien, hormis des conseils et des recommandations…

Est-ce pour ces raisons que la France a raté le départ de sa campagne de vaccination ? Non, sans doute.
Les raisons sont à trouver comme toujours dans cette ineffable technostructure étatique et centralisée, qui nous a déjà lourdement pénalisés lorsqu'il fallait des tests et des masques. Le retard à l'allumage est désormais un fait aussi prévisible que le tonnerre après l’éclair.
Face à cette lenteur d’escargot, notre cher Président Emmanuel Macron “s'irrite contre une bureaucratie tatillonne”. Il fustige “un rythme de promenade en famille, qui n’est pas à la hauteur ni du moment, ni des Français”. Il exige que cela change “vite et fort”. Et il se distingue des incapables en s’attribuant, non sans un brin de fatuité, le beau rôle : “Moi je fais la guerre le matin, le midi, le soir et la nuit.”

En réalité, sauf les affidés très crédules, il ne saurait convaincre que lui-même. Car il n’a véritablement rien fait pour alléger cette fameuse bureaucratie que tout le monde constate mais contre laquelle toutes les bonnes volontés semblent impuissantes. Pire, on pourrait prétendre qu’il n’a fait qu'aggraver les choses avec son fameux “en même temps” qui le pousse en chaque circonstance, à simultanément affirmer une chose et son contraire, et à dire l'opposé de ce qu'il est supposé penser, pour “faire plaisir” à son interlocuteur.
Présidant le "Conseil de Défense" qui décide de tout, et notamment de la politique vaccinale face au COVID, n’est-ce pas lui qui nomma un “monsieur vaccin”, lequel ne trouva pas mieux à dire le jour de son investiture, qu’il était dubitatif sur les bienfaits dudit vaccin, et qui aujourd’hui prétend qu’il n’est pas un expert en logistique. A quoi sert-il donc, à part ruiner un peu plus le crédit de l’Etat ?
N’est-ce pas M. Macron, qui prit la décision de mettre sur pied, en plus de toutes les instances existantes, un «comité scientifique chargé du suivi de la vaccination» et d’y ajouter un “collectif de citoyens” composé de 35 personnes tirées au sort, dont la mission sera "d'émettre des observations et de formuler des recommandations sur la politique vaccinale” ?
Après le fiasco d’une initiative similaire en 2016 par l'administration Hollande, après le cafouillage de la concertation citoyenne sur le climat, M. Macron persiste donc dans l’erreur et prend le risque d’alourdir encore un peu plus les circuits déjà empesés du char étatique au nom de la démagogie.
Comment ne pas être affligé lorsqu’on apprend que la première réunion du collectif de citoyens n'aura lieu que le 16 janvier, et que les résultats de son travail sont attendus au mieux pour l’été… Comment ne pas être saisi par le désespoir lorsqu’on entend que le vaccin Astra-Zeneca, conçu plus classiquement que ses concurrents mais désormais parfaitement au point, facile à conserver dans un simple réfrigérateur, et qui coûte une bouchée de pain, ne sera pas autorisé par les kyrielles d’autorités “compétentes” avant le mois de février, en étant optimiste ?

Pendant ces temps d'interminable confinement, les Anglais quittent l'Europe en fanfare. Pendant ce temps les teufeurs, qui se moquent des virus et des lois comme d'une guigne, se défoncent à donf 36 heures durant, sous les yeux médusés des médias et des forces de l'ordre impuissantes. Pendant ce temps Bordeaux "l'assoupie" devenue l'écolo-bobo, sombre dans la voyoucratie meurtrière. Et pendant ce temps d'autres pays vaccinent à tour de bras...

Illustration: le char de l'État par C.J. Traviès, 1833.