27 mai 2024

Apologie de Kant


Depuis trois siècles ses lumières
Dessillent les yeux malvoyants
Invitant à voir au dedans
De soi les vérités premières

Réprimer les idées reçues
Lier morale et liberté
Révélaient la maturité
Pour lui des âmes bien conçues

Il vit l'avenir de la Paix
Dans la concorde et le respect
De nations enfin fédérées

Il n’est pas d’autre fait marquant
En la vie du glorieux Kant
Que ses critiques éclairées…

24 mai 2024

Le Fantôme de la Liberté

De partout on voit se lever Des ombres porteuses d’orages, Dans un ciel noirci de nuages L’époque n’est plus à rêver Le vent d’Ouest clair et sauvage S’emplit de flatuosité Et l’indomptable Liberté Perd sa Victoire en plein naufrage Du souvenir de Samothrace Il ne reste qu’une carcasse Que viennent ronger des vautours Pour affronter cette tempête Des ailes, elle en a toujours Mais elle est privée de sa tête…

19 mai 2024

En lisant en écrivant

La disparition de
Bernard Pivot (1935-2024) devrait jeter un grand froid dans le monde littéraire et créer un vide terrible dans le bouillon de culture dont il fut l'agitateur infatigable.
Mais derrière les hommages en forme de rétrospective consistant à extraire des émissions passées les moments les plus croustillants, ce n’est en définitive qu’une vaguelette à laquelle nous avons assisté. Tout le reste n’est que littérature si l’on peut dire…
Derrière l’effacement du magicien des livres, beaucoup de questions se posent. Y a-t-il encore de grands écrivains aujourd’hui ? A l’ère de l’intelligence artificielle et du multimédia, y a-t-il encore une effervescence intellectuelle autour du romanesque, de la poésie, et des idées ? Y a-t-il même encore un peu de place pour le débat d’opinions et l’esprit critique ? On peut en douter…

Jamais les grands textes n’ont été aussi accessibles. Pour moins de vingt euros, vous pouvez vous offrir tout Baudelaire, Stendhal, Maupassant, Shakespeare, Tolstoï, Hugo, Bergson, Kant… Grâce à une liseuse électronique pesant quelques centaines de grammes, vous pouvez emporter cette imposante bibliothèque partout où le vent vous mène, et y ajouter tout ce qui vous chante, sans poids ni encombrement supplémentaire.
Après la musique et le cinéma, l’écrit s’est dématérialisé et donc, totalement démocratisé. Si beaucoup de gens restent encore attachés par nostalgie au papier, l’évolution est inéluctable comme en atteste celle des dictionnaires et des encyclopédies.
Quant à écrire, et publier, c'est devenu un jeu d'enfant à la portée de tout le monde, grâce au Web, aux blogs et aux réseaux sociaux.

Hélas, Bernard Pivot restera probablement comme le témoin étincelant d’un rêve en voie d'extinction. La technique dont on aurait pu attendre qu’elle contribue au foisonnement de l’esprit, semble en train de le réduire à néant dans un grand feu d’artificialité.

En guise de dernier salut, cette citation extraite de l’ouvrage de Julien Gracq qui donne son titre à ce billet : “écrire c’est la vérification de pouvoirs, par laquelle on lutte pied à pied avec le déclin physiologique…/… On écrit parce qu’on a déjà lu, et que d’autres ont écrit ; tout lecteur est un écrivain en puissance, créateur à sa manière ; tout écrivain est un lecteur en acte…

30 avril 2024

Le Mois Ozu 11

Printemps Précoce

Ce printemps précoce, apportant les premières chaleurs, s'ouvre de manière panoramique sur un Tokyo submergé par l'invasion du modernisme triomphant de l'après guerre. Trains bondés, enchevêtrement de bus et d'automobiles, tout s'agite pour alimenter la nouvelle civilisation industrielle et ses grandes entreprises. La vie de bureau, le crépitement des machines à écrire, c'est le monde auquel se confronte désormais bon gré mal gré le peuple.

Ce tohu bohu reste toutefois feutré et distancié par l'oeil du cinéaste.
Ce qui l'intéresse plus, au delà du contexte, c'est de pénétrer dans les arcanes des passions et des égarements de l'âme. La famille, son sujet de prédilection, n'est certes plus ce qu'elle était et les couples disloqués par un quotidien embesogné se fragilisent. La fidélité est soumise à rude épreuve. Même la venue d'enfants dans le foyer devient problématique. On frôle parfois le drame à force d'énervement, d'incompréhension, de mensonges ou tout simplement de lassitude.
Mais l'optimisme d'Ozu opère et lorsqu'on croyait tout perdu, force est de conclure qu'hormis la mort, aucune situation n'est jamais désespérée !

1956 Noir et Blanc avec Ryo Ikebe, Chukage Awashima, Keiko Kishi, 
Ainsi s'achève la rétrospective des 10 films proposée par Arte...

28 avril 2024

Le Mois Ozu 10

Le Goût du Riz au Thé Vert

Il y a plus qu'une once d'amertume dans cette sympathique comédie de mœurs dépeignant la complexité des relations sentimentales et la difficulté qu'ont les êtres humains, et notamment maris et femmes, à se comprendre.
Derrière la rébellion d'une jeune fille que ses parents destinent a un mariage arrangé, c'est toute la problématique du couple, et de la place qu'y occupent l'amour et la raison, qui est posée par Ozu.
On trouve ici la retenue, la pudeur, l'élégance et l'humour qui sont la marque de son œuvre. Tous les personnages sont très attachants, même lorsqu'ils se disputent ou qu'ils pratiquent de doux mensonges pour se ménager quelque jardin secret.
En définitive, comme le dit bien le titre, le mariage, avec ses délices et ses vicissitudes a bien le goût du riz au thé vert...

1952 Noir et Blanc Shin Saburi, Koji Tsuruta, Chishu Ryu, Keiko Tsushima

27 avril 2024

Le Mois Ozu 9

Eté Précoce

Dans un Japon on ne peut plus fidèle à ses traditions et à son art de vivre, perce sous l'œil aigu de la caméra d'Ozu une liberté parfois étonnante. Après le Printemps Tardif, vient cet Eté Précoce, où l'on retrouve, comme si on était devenu familier de son univers tranquille, la charmante Setsuko Hara, alias Noriko. Elle était dévouée à son vénérable père, incarné par Chishu Ryu, elle est ici sous la tutelle bienveillante mais quelque peu étouffante du même, devenu pour la circonstance, son frère.
Sous un même toit, c'est toute une famille, et trois générations, qui semblent liées par un solide ciment affectif. Des grands-parents empreints de sagesse jusqu'aux aux petits enfants quelque peu turbulents, tout ce petit monde vit en bonne intelligence.
Mais, parce que c'est dans la nature des choses, la jeune femme, encore célibataire, devra peu à peu s'affranchir de cette douce étreinte. Le parcours initiatique obéira à la calme et toujours souriante détermination de l'héroïne, devant laquelle va s'ouvrir la perspective assumée d'une famille recomposée.
Tous les ressorts classiques de l'épopée domestique, dont Ozu est devenu le chantre, sont présents, pour le plus grand bonheur du spectateur.

1951 Noir et Blanc, avec Setsuko Hara, Chishu Ryu, Chikage Awashima, Zen Murase

25 avril 2024

Le Mois Ozu 8

Crépuscule à Tokyo

Ce film dont le titre dit assez le caractère crépusculaire, s'attache à explorer en profondeur les relations intimes sur lesquelles repose la cellule familiale dans un Japon moderne, mais encore rattaché par toutes ses fibres aux traditions ancestrales.
Où l'on voit que l'émancipation des esprits et la libération des mœurs ne se font pas sans douleur. Une fois n'est pas coutume, le foyer qu'on découvre ici est en proie à des déchirures profondes. Elles pèsent lourdement sur le quotidien, et finissent même par conduire au drame, sans qu'il soit possible de rien faire pour l'éviter.
Ici, la défaillance coupable d'un des deux parents est une des sources du mal, par la sensation du manque et les incertitudes qu'elle génère.
La photographie très soignée, tirant parti de savants clairs obscurs, la lenteur et les silences quasi hiératiques de la mise en scène magnifient tout le tragique de ce récit.
Tout n'est cependant pas désespéré car à la fin, comme souvent chez Ozu, s'imposent la figure tutélaire bienveillante du père, superbement incarnée par Chishu Ryu et celle stoïque et dévouée de sa fille ainée, non moins bien représentée par Setsuko Hara. On a là sans nul doute un vrai chef d'œuvre cinématographique, subtil, poignant, intense...

1957 Noir et Blanc, avec Chishu Ryu, Setsuko Hara, Ineko Arima

24 avril 2024

Le Mois Ozu 7

Printemps Tardif

Entre l'amour filial confinant à la dévotion pour son père, veuf, et le besoin naturel d'accomplir sa propre existence en se mariant, une jeune femme balance douloureusement.
Il en est à peu près de même pour l'homme vieillissant que tous les gestes et toutes les nécessités du quotidien rattachent à sa fille.
Par la force des choses, la raison gagnera et le déchirement s'accomplira, non sans peine.
Ozu dépeint cette confusion des sentiments avec un lyrisme aussi poignant qu'épuré. Il n'y a rien de trop dans ce récit d'une grande sensibilité et lorsque la fin du film approche, les plans fixes sur les extatiques jardins japonais, sur les intérieurs vides impeccablement rangés, et sur le mouvement répétitif des vagues au bord d'une plage, font ressentir la vanité des choses et l'éternité de l'amour, tout à la fois...

1949 Noir et Blanc avec Setsuko Hara et Chishu Ryu

21 avril 2024

Le Mois Ozu 6

Le Goût du Saké

Les thématiques abordées par Ozu tournent souvent autour de la cellule familiale, de ses tiraillements affectifs et de sa confrontation avec la modernité.
On trouve ici ces ingrédients, magnifiés par une nostalgie tout en retenue et discrétion. C'est l'ultime regard du cinéaste sur ce Japon au raz du sol, qu'il affectionne mais qui semble en voie de doux anéantissement. La faute ici au vieillissement qui marque de son empreinte croissante les êtres.
L'alcool, comme dans beaucoup de films, est très présent, et l'ivresse agit comme un lénifiant, hélas illusoire, à ces poignants rites de passage. Les femmes sont toujours émouvantes, classieuses et fortes même quand les hommes qui les aiment veulent donner un coup de pouce bien intentionné mais parfois inopportun à leur destin.
Tout cela est montré sans acrimonie, mais avec un fatalisme souriant, qui entre en harmonie avec la simplicité bien ordonnée des lieux, même lorsqu'il ne s'agit que de modestes immeubles entourés d'usines et cernés de disgracieux poteaux et fils électriques. Quelques chétives enseignes lumineuses subliment ici et là cet humble mais troublant spectacle.

1962, Couleurs avec Chishu Riyu, Keiji Sada, Shima Iwashita, Mariko Okada

19 avril 2024

Le Mois Ozu 5

Fleurs d'Equinoxe

Plus on rentre dans l'œuvre de Yasujiro Ozu, plus on comprend qu'elle constitue un ensemble de variations sur un thème unique : celui de la famille japonaise.
Elle apparaît profondément unie, mais se trouve confrontée aux mutations de la société, évoluant entre tradition et modernité.
Cet opus, filmé pour la première fois en couleurs, décrit les difficultés de compréhension inter générationnelles. On y voit s'amender le schéma patriarcal classique, et l'homme contraint de s'incliner peu à peu devant la douce et parfois malicieuse mais inflexible volonté des femmes. On y perçoit également, à travers le conflit opposant un père à sa fille, puis leur réconciliation, l'irrépressible émancipation de la jeunesse, vue par une lorgnette résolument optimiste.
Comme toujours, le récit est lent et minimaliste mais à condition d'avoir la patience de rentrer dedans, on peut savourer la sérénité, l'élégance et même l'humour distancié dont il est imprégné.


1958, couleurs avec Shin Saburi, Chishu Ryu, Nobuo Nakamura, Ryuji Kita, Keiji Sada

17 avril 2024

Le Mois Ozu 4

Fin d'Automne

On trouve dans ce film, de la dernière période, en couleurs, d’Ozou, tout ce qui fait le charme de ce cinéma japonais qui sait si bien traiter avec légèreté des sujets de société les plus graves.
Au prétexte d’une banale histoire de mariages arrangés, la caméra explore avec grâce et sérénité, les tréfonds de l’esprit humain et la relativité des sentiments et notamment des bonnes intentions. Des vues intérieures cadrées avec un art savant de la géométrie, aux tenues élégantes et soignées des personnages, en passant par leur jeu tout en retenue polie et sourires affables, tout est ordonné, clair et calme, quasi intemporel. Il y a de la gravité, de la finesse dans ces petits drames du quotidien, ce qui n’exclut pas, comme à l'accoutumée, une touche subtile d’humour.

1960, couleur, avec Setsuko Hara, Yoko Tsukasa, Mariko Okada, Chishu Ryu, Keiji sada, Shin Saburi

15 avril 2024

Le Mois Ozu 3

Voyage à Tokyo

Ozu rayonne dans toute sa splendeur, avec ce long métrage en noir et blanc, filmé au raz du sol, de manière quasi hiératique, tout en plans fixes, sublimant ces visages souriants, même dans la détresse, qui semblent parfois interroger le spectateur. Lequel ne doit pas décrocher face à cette lenteur extrême car avec un peu de patience, le spectacle devient envoûtant.
Au seuil du grand âge, un couple provincial est invité par ses enfants travaillant à la capitale. Le voyage ne se déroule pas tout à fait comme prévu et se complique même d'un drame, lequel va mettre crûment en lumière la vanité du quotidien, trop accaparant, face à l'essentiel, trop souvent négligé.
Au sein du cercle familial, confronté aux turbulences de la vie moderne, l'âme humaine est ici filmée avec pudeur, humilité, mais avec une profondeur, un sens tragique et une grâce quasi indicibles.

1953 Noir et Blanc, avec Setsuko Hara, Chishu Ryu, Chieko Higashiyama

12 avril 2024

Le Mois Ozu 2

Bonjour


Introduite par ce titre un brin désinvolte, il s'agit d'une charmante compilation de saynètes familiales se déroulant dans un village japonais traditionnel.
L'époque est marquée par l'irruption du modernisme incarné par les lave-linges, sujets de convoitise, de jalousie et de malentendus, jusqu'à provoquer de vaines querelles de voisinage, et surtout la télévision, qui fascine les enfants et interroge les parents.
Filmée de manière très minimaliste, c'est une sorte d'ode à la vie simple, bornée par des repères relevant de la sagesse et du bon sens. Le récit de ces microscopiques aventures est traité avec humour, tout en explorant, plus en profondeur qu'il n'y paraît, l'âme humaine.

1959, couleurs, avec Chishu Ryu, Kuniko Miyake, Masahiko Shimazu, Koji Shigaragi

10 avril 2024

Le Mois Ozu 1

Avril, le printemps tardif rime avec le titre d’un film du cinéaste japonais Yasujiro Ozu (1903-1963).
Opportunément signalée par un ami, la rétrospective de son œuvre, donnée par ARTE, permet de s’en faire une belle idée (disponible sur arte.tv jusqu’au 29 avril).
Pour ma part, je suis tombé, de manière totalement imprévue, sous le charme de ces portraits de famille très subtils, qui dépeignent dans le même temps la société nipponne, du sortir de la terrible guerre dont Hiroshima fut le monstrueux point d’orgue, jusqu'au tout début des années soixante.

Le regard d’Ozu est très aigu et fataliste à la fois (dans l'ultime Goût du Saké, discutant avec un ami, accoudés à un bar, des conséquences qu'aurait eu la victoire japonaise, un des personnages lâche avec un soupçon de dérision : “en somme, on a bien fait de perdre...”). Mais il est également d’une grande tendresse pour cet univers élégant, impérial et pétri de tradition, qui se trouve brutalement confronté au vertige attirant mais pernicieux de la modernité et à la montée irrésistible de la technique.

A partir des dix films proposés, l’idée m’est venue de peupler ce mois printanier d’autant de commentaires critiques, aussi brefs que possible, dans l'esprit des haïkus.
L’objectif est de couper un peu avec le vacarme de l’actualité, le tumulte des polémiques, l’abrutissement des slogans et des propagandes, ne serait-ce que pour attendre le retour des beaux jours...

Dans l’ordre:

29 mars 2024

We are the Champions !

Pour celles et ceux qui avaient encore quelques illusions sur la bonne santé économique de notre pays, la publication du déficit budgétaire 2023 sonne comme un glas.
La gravité ne tient pas tant à la valeur absolue du chiffre, qui s’élève à 5,5% du PIB (plus de 173 milliards d’euros), qu’à la dynamique dans laquelle il s’inscrit, au contexte dans lequel il survient et surtout à la comparaison avec d’autres pays.
Il n’y a en effet aucune crise ni aucun impondérable majeur pouvant excuser cette dérive (le même indicateur, déjà médiocre en 2022, n’était que de 4,9%). Alors que le COVID s’éloigne, que le coût de l'énergie est revenu à des valeurs habituelles ainsi que le cours des matières premières, le déficit budgétaire s'accroît inexorablement.
Pire que tout, la France semble quasi seule à s'enfoncer dans le marasme économique.
Le déficit budgétaire de la zone euro n'étant pour 2023 que de 3,2%, notre pays, avec ses 5,5%, se situe donc en avant dernière position !
Rappelons que l'État n'a pas publié un budget en équilibre, à défaut d'être positif, depuis 1974 !
Les déficits accumulés faisant la dette, celle-ci dépasse désormais les 3100 milliards d'euros, soit plus de 110% du PIB. A cela s’ajoute un déficit de la balance commerciale de 100 milliards d’euros (exprimant la différence entre les exportations et les importations).

Le ministre de l’Economie Bruno Lemaire a tenté d’expliquer le déficit budgétaire par une insuffisance des recettes fiscales. Vaste plaisanterie. L’inflation et la hausse des carburants fut une occasion pour l’Etat d’engranger des royalties supplémentaires liées aux taxes prélevées en pourcentage des prix bruts.
Au surplus, malgré quelques baisses d’impôts en forme de leurres (taxe d’habitation, redevance audiovisuelle), les prélèvements obligatoires n’ont jamais vraiment baissé, s’établissant à 48% du PIB, soit 6,1 points au-dessus de la valeur moyenne de la zone euro ! A noter au passage que les entreprises françaises payent 60 milliards de plus que leurs concurrentes européennes et que seuls 10% des contribuables supportent 70% de l’impôt sur le revenu (IR).

La problématique des impôts, taxes et contributions forcées est devenue cruciale en France. Non contents d’être champions en matière de déficit, de dette, et de dépenses, nous pulvérisons tous les records en matière de fiscalité. La cote d’alerte est atteinte et on ne voit pas bien ce qui pourrait endiguer la montée folle des eaux, tant la notion même de contribution citoyenne a été dévoyée. Le Fisc qui devrait calculer sa ponction au plus juste, en fonction des revenus de chacun, pour l’affecter exclusivement au fonctionnement de ce qui relève du bien commun, est largement sorti en France du cadre de sa mission. Il est devenu “une vraie pompe à phynances”, une machine à redistribuer le pognon, à récompenser et à punir les contribuables en usant de critères arbitraires, à subventionner et à financer quantité de domaines qui ne devraient pas relever du Public, et à faire vivre et prospérer nombre d’institutions dont l’utilité est loin d’être démontrée.

Selon l’INSEE, les mécanismes de redistribution bénéficient à 6 Français sur 10. Plus précisément, le revenu des ménages aisés qui était en 2019, avant redistribution, 18 fois supérieur à celui des ménages modestes (127 270 € vs 6980), ne l’était plus que trois fois après le passage du rouleau égalisateur du Fisc (78 480 € vs 25 330). Cela n’empêche pas les alter-coco-gauchos de tout poil de déplorer des inégalités croissantes et d’exiger toujours plus de matraquage pour les riches…

Parallèlement, les dépenses publiques ne cessent de progresser, culminant autour de 58% du PIB en 2022 vs 44 pour l’Allemagne et 48 pour la zone euro. La raison essentielle est que “le modèle social français” coûte extrêmement cher et de plus en plus cher.
Bien que la majorité des gens imaginent que les soins soient quasi gratuits, la France est un des 4 pays les plus dépensiers en matière de santé publique (autour de 12% du PIB supporté à plus de 80% par l’Etat). Il en est de même pour l’éducation qui représente un fardeau colossal. Facteur aggravant, malgré la lourdeur croissante de leur financement, ces deux domaines essentiels, comme nombre de services publics, sont régulièrement pointés pour leur manque croissant d’efficacité.

S’agissant du chômage, en dépit de la satisfaction affichée du gouvernement, il semble décidément impossible de passer en dessous de 7% (7,3 pour la France en sept 2023 vs 3 pour l’Allemagne, 6,5% en zone euro, 3,8 aux USA). Il faut souligner qu'un des effets pervers du SMIC, évoqués dans un précédent billet, est de nuire significativement au marché du travail. Il suffit de savoir que faire sortir un smicard de sa condition en augmentant son salaire de 100€ coûte à l’employeur 483 €, pour comprendre une partie des blocages qui persistent en France (TF1) !

Le poids des retraites ne cesse quant à lui de s’alourdir et risque sous peu de devenir intolérable si la France conserve le calamiteux modèle de solidarité obligée, par répartition, pesant sur les plus jeunes. Le rapport du nombre de cotisants sur celui des bénéficiaires de pensions ne cesse de décroitre. Avec une dénatalité galopante (moins d’1,72 enfants par femme), et un nombre moyen annuel d’heures travaillées qui se situe nettement au dessous du chiffre de la zone euro (659 vs 738) on ne voit pas bien comment pérenniser un système qui s’apparente de plus en plus à une pyramide de Ponzi.

Parmi les innombrables dépenses discutables de l’Etat, on pourrait ajouter en vrac le poids des agences et succursales de l’état : on en dénombre pas moins de 1200 pour un budget de 80 milliards d’euros, faisant vivre 442000 fonctionnaires.
Le coût de l'immigration non maîtrisée est quant à lui difficile à évaluer. Il y a certes des recettes en regard des coûts, mais le solde reste très largement négatif, chiffré entre 25 et 54 milliards d’euros.
La fameuse Aide Médicale d’Etat aux étrangers (AME), créée en 2000 par le gouvernement Jospin, dont le coût ne devait pas excéder 80 millions d’euros, a désormais franchi le cap des 1,2 milliards, avec notamment une hausse de 43% du nombre de bénéficiaires depuis 2019 !
Enfin citons les très contestables subventions à la Presse qui s’élevaient à 367 millions d’euros en 2021, celles non moins critiquables destinées aux Syndicats pour 133 millions (sans compter la participation obligatoire des entreprises à hauteur de leur masse salariale), et celles finançant pour une large part nombre d’associations non gouvernementales pour 23 milliards d’euros !
Ce ne sont que quelques exemples, mais ils sont démonstratifs et ils ont fait régulièrement l’objet d’un épinglage en règle par la Cour des Comptes, jamais suivi d’effet malheureusement. Il serait certainement possible quoiqu'impopulaire de mieux gérer tous ces postes de dépenses et de trouver des sources d'économies.
Hélas après des décennies de gabegie, dont la faute incombe à tous les gouvernements confondus, il est très improbable que l'Etat puisse réduire son train de vie, s'il n'y est pas contraint par une catastrophe majeure, vers laquelle il court tout droit... L'Europe, le FMI et les agences de notation sont les derniers garde-fous pour empêcher cette issue fatale. Mais sera-ce suffisant ?

Face à ce désastre financier, le Premier Ministre, récemment interviewé sur TF1, a démontré qu’il restait en plein déni. Interrogé sur ces chiffres accablants, il n’assume aucune responsabilité, et affirme avec un culot d’acier, “vouloir désendetter le pays” et “maintenir le cap des 3% de déficit” ! L’intention est louable, bien que peu crédible, comme les bonnes résolutions des cancres. D’autant qu’il donne bien peu de pistes pour renflouer les caisses, hormis une diminution modeste de la protection garantie par l’Assurance Chômage et l’inévitable surtaxation des riches et des superprofits. En coulisse, il se murmure, malgré les dénégations officielles, que la TVA pourrait encore être alourdie, ainsi que la taxation de l’épargne…

23 mars 2024

Aya voir du Sport !

Décidément, tout fait polémique dans ces Jeux Olympiques 2024 de Paris.

La mascarade imposée aux athlètes russes, autorisés à concourir sans bannière ni nationalité, c'est à dire comme "des esprits errants et sans patrie", l’affiche kitsch évoquant plus un village Disney que celui des JO, et les mascottes doudou, en forme de phryges clitoridiennes made in China, on se dit que tout est permis après tout.
L’affaire Aya Nakamura n’est que la dernière controverse en date, mais l’initiative supposée du chef de l’Etat de faire appel à cette chanteuse en vogue pour introduire la cérémonie d’ouverture fait du bruit dans les chaumières.

Il y a naturellement les "pour" et les "contre", mais en la circonstance, l'affaire a pris une ampleur inattendue et un tour politique des plus déplaisants.
Les vieux chnoques franchouillards lui dénient le droit de représenter leur pays au motif qu’elle ne s'exprime pas en français mais en un informe charabia de banlieue pétri de vulgarité. Ils s’opposent ainsi aux vieux bobos gauchos, et autres progressistes qui exultent car ils voient au contraire, le triomphe de la “diversité” et la reconnaissance de la belle inventivité de la "jeunesse des cités".

Il y a fort à parier que peu de ces gens connaissaient vraiment l’artiste, mais chacun se dresse sur ses petits ergots idéologiques.
Il est comique de voir qu’à gauche on use de l’argument commercial, habituellement méprisé par les chantres de l'élitisme culturel. Le fait d’être “l’artiste francophone la plus téléchargée” est devenu le pont aux ânes de ces opportunistes. Au surplus, l'occasion est trop belle pour résister au réflexe pavlovien d'amalgamer la désapprobation affichée par certains, à du racisme.

Les sondages disent la réticence d’une large majorité de Français au choix de la chanteuse franco-malienne du fameux Djadja.
S’il s’avère que l’idée vient du Président de la République, on peut donc s'interroger sur ses motivations. Est-ce le souci de paraître branché voire provocateur, ou bien n'est-ce qu'un cynique calcul politique ?
Dans ce cas, il faut reconnaître qu'il a bien fonctionné notamment pour déstabiliser la droite conservatrice et souverainiste. Ces gens se sont jetés à pieds joints dans le piège en répudiant la jeune femme noire au nom de principes vieux jeu voire franchement douteux.

Après réflexion, qu'en est-il de l'art d'Aya Nakamura ?
Sur la forme, il s'inscrit certes dans l'univers superficiel, répétitif et versatile d’une variété très bling-bling, mais on peut lui reconnaître le mérite d'illustrer avec un certain panache les canons du chic occidental.
Devenue icône pour Lancôme et diva pour le magazine Vogue, il est évident qu’elle a du chien, de l'abattage et de la prestance. Loin des greluches qui minaudent de manière lascive derrière les keums à capuche et à bagouses qui peuplent les bas-fonds du rap ou du hip hop.
Sa patte musicale est aisément reconnaissable, ce qui est plutôt une qualité. Sa voix, bien qu’artificialisée par l’autotune, accroche agréablement l’oreille et elle chante juste. Quant aux paroles, elles peuvent sembler insignifiantes voire quasi inintelligibles, mais n’est-ce pas la loi du genre ? Peu importe après tout, pourvu qu’on les retienne et qu'elles donnent du rythme. Et le rythme, Aya l'a manifestement dans la peau. Difficile de résister à la pulsation sensuelle qui émane de ses prestations, dès les premières notes. Assurément, ça regorge de bonnes vibes…
Sa personne à la fois élégante et sculpturale ne laisse pas de marbre.  Manifestement, elle ne s‘en laisse conter, ni par les hommes, ni par les idéologues, ni par les religieux de tout poil. Indifférente à tout cela, elle chante, elle a son style et c'est tout.

Cela dit, vouloir qu'elle fasse du Piaf, n'est-ce pas corrompre sa nature sauvage et la ravaler à un stéréotype d'une époque révolue ? Et s'il s'agit de revisiter la Vie en Rose à la sauce Pookie, ce serait prendre le double risque de susciter l'incompréhension des jeunes autant que des plus âgés.
En définitive, le problème est de trouver la chanson parmi celles de son propre répertoire, qui soit dans le mood des Jeux.
Au fait, lui a-t-on demandé son avis sur sa participation au show et sur le choix du titre à interpréter ?

21 mars 2024

C'est le pompon !

Tout récemment, à l’occasion de la
Rencontre des Cadres Dirigeants de l’Etat, M. Macron s’est lancé dans une assez violente diatribe à l’intention des hauts fonctionnaires auxquels il s’adressait. Il a vertement critiqué la lourdeur et la complexité de la fonction publique en leur en faisant porter la responsabilité, sans vergogne aucune, affirmant notamment que lorsqu’il impulsait par ses initiatives une force de 100, il n’en arrivait, en matière d’application sur le terrain, qu’à peine 5 à 10 !
C’est vraiment le pompon comme on disait autrefois !

En matière d’ameublement comme de marine, le pompon, c’est ce qui ne sert à rien mais qu’on voit le plus. Ainsi les paroles, aussi belles soient-elles, n’ont guère d’intérêt lorsqu’elles n’ont que la fonction décorative d’un pouvoir en berne.
M. Macron se comporte en discoureur infatigable, adepte des jolies formules, mais malheur à celui qui accorde quelque crédit à ses paroles. Elles sont aussi superfétatoires quant au cours des choses que le pompon qui orne le béret du matelot.

Au pouvoir depuis 7 ans, et instigateur de lois depuis un peu plus longtemps encore, il n’a pas cessé de désorienter les volontés les mieux intentionnées à son égard, tant les textes dont il fut l’inspirateur se sont révélés alambiqués, versatiles, contradictoires, ou confus.
Dès 2015, on pouvait s’interroger sur une de ses premières initiatives, supposée favoriser« la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques », bien intentionnée au demeurant, mais tellement amphigourique qu’il fut impossible ou presque d’en trouver une application concrète. Par la suite, il continua sur la lancée et on a vu les flops auxquels menaient successivement les succédanés de réformes concernant la santé, l’éducation, la justice, les retraites et tout récemment l’immigration, dont il demanda lui-même la censure par le Conseil Constitutionnel. Au final, que reste-t-il de ce texte tellement abscons et caviardé ? Quasi rien.

Non content de ces simulacres qui ont contribué à augmenter la pléthore législative sans procurer beaucoup d’efficacité, voici le Chef de l’Etat qui se met dans la tête de réglementer la fin de vie. Comme souvent, il affirme quelque chose tout en soutenant le contraire, ce qui laisse présager d’interminables dilemmes.
Ainsi le président récuse le terme d’euthanasie car il s’agit selon lui “d’un acte réalisé sans le consentement de la victime”. Mais dans le même temps, il entend autoriser l’intervention d’un tiers pour “aider à mourir” une personne qui ne serait plus en état de “prendre le breuvage létal”. Comment affirmer dès lors qu’il y a consentement ?
En matière de consentement le Président de la République manifeste d’ailleurs son intention d’aller plus loin, en déclarant dernièrement vouloir inscrire cette notion en matière de viol, dans le droit français. Ce qui paraissait relever du bon sens, voire de l’évidence, risque donc de se perdre en insolubles conjectures et réfutations...

Si M. Macron veut vraiment simplifier la fonction publique et rendre plus aisée et directe l’application des lois, pourquoi donc se retient-il de les élaguer plutôt que de les multiplier, et pourquoi ne songe-t-il pas à supprimer quelques-uns des innombrables rouages qui peuplent l’administration, plutôt que d’en créer toujours plus ?
Lorsqu’il déplore que “c’est Bibi qui paye”, feint-il de méconnaître sa responsabilité écrasante, en tant que chef de l’Etat, dans le coût faramineux que ce dernier fait supporter à ses concitoyens ?
Il dispose pourtant avec la Cour des Comptes d’une administration épatante, qui passe son temps à “épingler” les dérives financières et les complications inutiles de la technostructure étatique.
Malheureusement, la Cour des Comptes n’est jamais écoutée et force est de conclure qu’elle aussi, fait partie de cette tuyauterie inutile qui constitue l’impressionnante autant qu’effrayante usine à gaz étatique.

13 mars 2024

Gaza, Ukraine, même impéritie

La guerre, dans toute son horreur, est à l'œuvre sur ces deux champs de bataille exposés depuis quelques mois au feu roulant des canons, mais aussi des médias. Nul ne peut contester l’atrocité des tueries qui s’y déroulent, nul ne peut s’exonérer d’un sentiment de révolte et de désolation face à ces conflits dont les victimes semblent s’accumuler sans fin. 
Mais une fois passée l’émotion, comment contribuer à l’émergence d’une solution susceptible de ramener la paix ? 

A chaque fois qu’il s’exprime sur le sujet, le Président de la République Emmanuel Macron manifeste décidément une courte vue navrante. Il est prompt à organiser des hommages a posteriori et très ronflant dans ses discours. Dans les actes, il révèle son impuissance et pire, une désespérante inconséquence. 

S’agissant de Gaza, tout en dénonçant “le plus grand massacre anti-sémite de notre siècle” et en affirmant soutenir sans équivoque Israël et son droit à l’autodéfense, il juge “intolérable” le bilan de la riposte aux atrocités du 7 octobre, et après plusieurs exhortations vaines, il exige de Benyamin Netanyahou qu’il mette fin aux opérations militaires
Mais quand a-t-il exigé la même chose du Hamas ? Quand a-t-il condamné la férocité sauvage de cette organisation qui depuis tant d’années se vante de vouloir éradiquer Israël et fait le malheur de son propre peuple, en le prenant en otage de ses desseins monstrueux ? Quelle solution propose-t-il pour briser l'acharnement démentiel des terroristes, qui retiennent encore plus d’une centaine d’otages ? Comment espère-t-il faire réellement pression, au moins verbalement, sur ces ignobles assassins pour qu’enfin ils libèrent sans condition ces malheureux et qu’ils rendent les armes, afin d’ouvrir enfin une perspective concrète à l’arrêt des combats ? 
 
S’agissant du conflit russo-ukrainien, la position du Chef de l’Etat est encore plus irrationnelle. Après s’être fait fort de régler le conflit par un vain bavardage avec Vladimir Poutine, le voici qui prend l’attitude d’un chef de guerre provoquant avec arrogance le président russe. Il n’est plus question de négocier, c’est la guerre totale dont il agite désormais le spectre. 
S’abandonne-t-il au jeu dangereux consistant à instrumentaliser la peur, ou est-ce une simple mais périlleuse provocation lorsqu’il évoque “la volonté d’agression russe contre l’Europe et la France”. Et qu’y a-t-il de concret derrière son vibrant appel à un “sursaut collectif", face au prétendu “changement de posture de la Russie”. 
Après le mini sommet de Paris, réunissant 21 chefs d’Etats, il a révélé que l’envoi de troupes occidentales était envisagé, avant d’être contredit urbi et orbi, de la Pologne aux Etats-Unis en passant par l’Allemagne. 
Quelle mouche l’a donc piqué pour faire ainsi cavalier seul, sans avoir le début des moyens de ses ambitions ? 
 
La réflexion et la cohérence, semblant décidément de plus en plus étrangères au Chef de l’Etat, quelques jours après ces vains coups d’épée dans le marigot, M. Macron réitère. 
Non seulement il n’amende pas sa position mais il affirme l’assumer pleinement en clamant “qu’on ne peut pas permettre à la Russie de gagner” et qu' il n'y a "aucune limite" ni "ligne rouge" au soutien de la Franl!ce à l’Ukraine. Il s’agit d’une folle fuite en avant puisque la France est seule, et qu’aucun but de guerre n’est même suggéré. S’agit-il de consolider les lignes de défenses actuelles, de récupérer le terrain perdu au Donbass voire en Crimée, ou bien de contraindre la Russie à une défaite totale ? 

Au Proche-Orient comme à l’est de l’Europe, certains subodorent que les foucades déconcertantes du Président de la République n’ont in fine qu’un objectif bassement politicien. Il chercherait à se concilier l’électorat musulman, bien plus nombreux que le juif, tout en rediabolisant le Rassemblement National avec de lourdes allusions sur ses supposées connivences avec Vladimir Poutine. 
Le Premier Ministre Gabriel Attal semble accréditer cette hypothèse lorsqu’il se livre à l’outrance langagière en affirmant que les troupes russes sont déjà en France, sous la bannière du RN. Pense-t-il vraiment inverser le cours des événements avec d’aussi piteux arguments ou bien cherche-t-il à cliver encore plus la nation française déjà déchirée entre factions rivales ? 
Il y a de quoi être inquiet car ce serait ajouter le cynisme à l’inconséquence, et laisserait penser que M. Macron et son premier ministre sont en train de perdre complètement les pédales…

11 mars 2024

Scellement

Après la panthéonisation, la constitutionnalisation.
On a les victoires qu’on peut…

Quand on n'a plus ni la volonté ni le courage d'agir pour tenter de sortir le pays de la très mauvaise passe dans laquelle il se trouve, il ne reste plus à offrir au bon peuple que des leurres et des ersatz. Le bétonnage constitutionnel sans risque, de lois que personne ne remet en cause, procure à peu de frais la pompe et la solennité dont les dignitaires de notre pays sont friands, à défaut d'honneur et de victoire.  Mais à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire…

Après moults hommages variés, on eut ainsi droit à la cérémonie grotesque du scellement du droit à l'interruption volontaire de grossesse (IVG). On se serait cru chez Ubu lors des consécrations officielles de l’inutile et de la vanité. Tous les satrapes gouvernementaux étaient réunis pour ce grandiose numéro de presse purée constitutionnelle, qualifié par les médias ébahis, tantôt d’émouvant, tantôt d’historique.

Personne au demeurant ne trouva anti démocratique la volonté fièrement affichée de ne plus jamais permettre au peuple de pouvoir changer d’avis.
Personne ne pointa le paradoxe consistant à consacrer le droit de tuer les fœtus après avoir scellé l'abrogation de la peine de mort pour les assassins (trouvera-t-on bientôt normal de pouvoir en finir avec les malades jugés incurables ?).
Personne ne trouva absurde cette glorification du droit à l'IVG au moment où la dénatalité est devenue un problème sociétal majeur. Avec un taux de fécondité tombé à 1,72 enfants par femme, il y a pourtant du souci à se faire pour l’avenir du système de retraite par répartition, entre autres... Du temps de Simone Veil, on comptait déjà 1 IVG pour 4 accouchements. Aujourd'hui c'est 1 pour 3…
Mais le pire de tout est que personne ne trouva insane de continuer à rembourser l’IVG à 100% par l’Assurance Maladie, au moment où du plus haut de l'État on nous dit qu’il devient urgent de faire des économies !
Quand donc inscrira-t-on dans la Constitution l'interdiction pour l'Etat de dépasser des plafonds raisonnables en termes de fiscalité, de prélèvements obligatoires et de dépenses publiques ?

La cérémonie s’acheva aussi piteusement qu’elle avait commencé, par le camouflet infligé au Président par la chanteuse Catherine Ringer. Accouru pour la féliciter d’avoir massacré la Marseillaise, elle le repoussa, avec tout le dédain et la vulgarité qui la caractérisent, nullement gênée d’avoir accepté de participer à cette mascarade organisée par un Pouvoir qu’elle exècre manifestement…

04 mars 2024

Cérémoniaux républicains

A l’instar de Georges Brassens, on peut être rétif aux cérémonies et aux hommages, surtout quand ils tournent à l’habitude rituelle, et qu’ils sonnent comme une excuse pour n’avoir pu agir concrètement. Pire encore, lorsqu’ils s'inscrivent dans l'esprit de parti.

Comment ne pas éprouver de l’émotion en pensant aux victimes du pogrom du 7 octobre 2023 en Israël et aux otages retenus par les terroristes depuis cette date ? Il faudrait n’avoir pas de cœur et pas davantage d’esprit.
Le problème avec les manifestations mémorielles décrétées à cette occasion par le Président de la République est qu’elles ont consacré en quelque sorte l’impuissance des pouvoirs publics et plus généralement de la communauté internationale. Si l’attaque initiale du Hamas date déjà de quelques mois, les horreurs qui y sont liées se poursuivent en temps réel. Derrière les vibrants discours déplorant “le pire massacre antisémite de notre siècle”, que dire de l’incapacité à agir ? Il n’est plus possible de claironner comme pour les victimes du nazisme “plus jamais ça…”
L’impuissance des discoureurs est criante, et d’un tragique consternant lorsque ces derniers se révèlent incapables de donner à un moment de recueillement une portée universelle.
On peut comprendre les familles endeuillées jugeant indésirable la présence de certains, dont l’hypocrisie et les provocations ignobles furent manifestes lors de ce drame, mais il y va de la conscience de chacun. S’il y a un Dieu, lui seul peut distinguer les gens sincères des pharisiens.

Ce mois de février étant décidément propice aux célébrations, il y aurait beaucoup à redire sur celle décrétée par le Chef de l’Etat pour honorer l’ancien garde des sceaux Robert Badinter, disparu le 9.
Il est permis de s’interroger sur son principal fait d’armes qui est d’avoir aboli la peine de mort. Est-ce un vrai titre de gloire ? Qui se souviendrait vraiment de lui sans cette réforme sociétale ?
Quelle valeur revêt cette action sachant qu’elle fut réalisée sans prendre l’avis du peuple (dont on ne pouvait ignorer qu’il était majoritairement contre) ? A quel danger, à quel risque s’exposait le promoteur de cette décision, qualifiée de progrès humain fondamental par le chœur assourdissant des bien-pensants ? Toute réserve fut considérée comme réactionnaire. A plus forte raison, toute opposition fut décrétée nulle et non avenue.
Quelle responsabilité encourait le ministre de la justice de l'époque, qui ne proposa pas la moindre solution alternative à cette abrogation de principe ? Aucune évidemment. Une fois le politicien tranquillement rangé des voitures, et satisfait d’avoir gravé dans le marbre une loi à son nom, c’est toujours à d'autres de gérer les conséquences…
A force d’encenser à grand renfort de tambour médiatique les succédanés d'héroïsme, et de qualifier d’historique n’importe quoi, on dévalue le vrai courage et on insinue la confusion dans les esprits.
Mais le plus grave fut toutefois l’esprit partisan de la famille qui accepta lors de la disparition du cher homme le principe d’un hommage national tout en spécifiant qu’en soit exclue toute personne proche de ce qu’ils nomment l’extrême droite…

La panthéonisation est une vraie manie dans laquelle semble se complaire Emmanuel Macron. Faute d’avoir la volonté d’agir, faute d’avoir la capacité d’améliorer le quotidien de ses concitoyens, il se répand en discours théâtralisés et en pompeux cérémoniaux païens.
Aujourd’hui il intronise des militants communistes, en trompetant qu’ils sont “morts pour la France”. Mais qui sait pourquoi ils sont morts ?
L’idéal au nom duquel ils combattaient ne relevait-il pas d'une doctrine encore plus dévastatrice que le nazisme (bien qu’appartenant à la même nébuleuse socialiste) ?
Là encore, le Président de la République, s'épanchant dans le quotidien l’Humanité, largement subventionné par l’Etat, et qui ose encore se réclamer de nos jours du communisme, croit bon de préciser que "les forces d’extrême droite seraient inspirées de ne pas être présentes, compte tenu de la nature du combat des Manouchian". Pire encore, il enfonce le clou en soulignant que selon son opinion, ni le Rassemblement National ni Reconquête n'ont leur place dans l’arc républicain.
Plus partisan tu meurs…

28 février 2024

In Memoriam Alain Cribier

Derrière son sourire plein de bienveillance et d’humilité, le professeur
Alain Cribier (1945-2024) incarnait l’excellence française en matière médicale et scientifique.
Cardiologue émérite au Centre Hospitalier Universitaire de Rouen, il fut à l’origine d’innovations thérapeutiques majeures. Parmi celles-ci figure la technique de remplacement percutané de la valve aortique dite TAVI. Destiné aux patients, souvent âgés, souffrant de rétrécissement aortique calcifié, le TAVI a totalement bouleversé la prise en charge de cette affection fréquente.
Pour mesurer l’apport d’un tel acte, il faut savoir qu’il était nécessaire auparavant de pratiquer une opération chirurgicale à cœur ouvert, c’est-à-dire de fendre le thorax, de refroidir et d’arrêter le cœur puis d’installer une circulation extra-corporelle durant le temps de l’intervention.

L’idée du professeur Cribier fut de procéder par simple ponction de l’artère fémorale, permettant de faire progresser à contre courant un cathéter jusqu’à l’origine de l’aorte, de dilater la valve sténosée par expansion d’un ballonnet, puis de déplier in situ une bioprothèse, en écrasant en quelque sorte la valve originelle.
Il fallut beaucoup de patience, d’inventivité et d’opiniâtreté pour mettre au point cette technique extrêmement audacieuse.
Il fallut convaincre également beaucoup de partenaires potentiels pour tenter une telle aventure.
Le professeur eut à affronter beaucoup de scepticisme, de défiance, voire de sarcasmes. On qualifia même son invention “d’idée la plus stupide jamais soumise”.
Il persévéra toutefois mais il dut aller chercher en Israël et aux Etats-Unis les soutiens financiers, techniques et industriels indispensables, ce pourquoi les brevets ont échappé à notre pays. Il raconte ce parcours éprouvant dans un entretien passionnant.

Après plus de 10 années d’efforts, la première tentative mondiale de TAVI eut lieu à Rouen en 2002 et fut couronnée de succès. Réservé dans un premier temps aux patients très fragiles ou trop âgés pour être opérés, le TAVI fit rapidement la preuve de son efficacité extraordinaire. Il est désormais réalisé dans le monde entier et à ce jour près de 2 millions de personnes ont pu en bénéficier.
Malheureusement, le professeur Cribier qui tant fait pour tant de patients n’a pas eu le privilège d’avoir une longue vie. Il a toutefois montré qu’à force de volonté, on pouvait déplacer des montagnes comme dit l’adage. En plus d’être un grand médecin, il était un très bon pianiste. Il laisse donc le souvenir d’un scientifique accompli doublé d’un vrai humaniste. Il a montré enfin le potentiel fabuleux du génie français qui ne demande qu’à s’exprimer, pour peu qu’on lui facilite la tâche plutôt que de l’accabler de contraintes, de règles, de contrôles et de cadres asphyxiants…

22 février 2024

More Trump

Donald Trump
est toujours là. Sa silhouette massive de commandeur est plus que jamais omniprésente, malgré les innombrables tentatives entreprises par ses adversaires pour la faire choir dans la poussière.

En bien, mais surtout en mal, on parle de lui. C’est sans doute l’essentiel pour lui, mais ce doit être tout de même éprouvant à la longue. Cet homme n’est-il donc que maléfique ?
La liste des griefs qu’on lui reproche est si longue, si baroque, si fantaisiste qu’elle pourrait prêter à sourire si elle ne révélait une lame de fond anti-démocratique inquiétante.

Son plus grand péché, peut-être l’arme fatale pour le faire chuter, fut assurément la complaisance qu’il manifesta vis-à-vis de la mascarade du Capitole provoquée par sa défaite lors de l’élection bâclée de 2020. Son attitude fut certes fautive, doublement même, puisqu’elle ne pouvait espérer inverser le résultat et qu’elle ouvrait un boulevard à ses ennemis. Mais ses ennemis sont-ils plus vertueux ? Rien n’est moins sûr.
Les chochottes gauchies ont fait mine d’être effarouchées par “la tentative de putsch”, mais elles n’ont jamais été gênées par les tombereaux de qualificatifs orduriers dont on couvre en toute circonstance depuis des années le cher Donald. Ces gens n’ont rien vu de mal dans les manifestations vindicatives faisant suite à son élection fin 2016, lorsque des foules revanchardes firent le siège, des jours durant, de la Maison Blanche en arborant le slogan “Not My President”. Ils ne furent pas davantage troublés de voir des juridictions partisanes bloquer systématiquement tous les décrets émis par le nouveau président et entraver toutes ses actions, lesquelles figuraient pourtant dans le programme pour lequel il avait été élu…

Aujourd’hui on s’offusque dans les chaumières douillettes de la vieille Europe de son discours provocateur, affirmant que son pays ne pourrait plus garantir la sécurité de notre continent si nous n’y mettions pas du nôtre. Certains ont même fait semblant de croire qu’il nous livrait corps et biens à l’ogre russe. Quelle sottise !
Il y a déjà quelques années, Donald Trump président, avait sermonné les Européens et plus précisément les Français, qui évoquaient avec cynisme la “mort clinique” de l’OTAN, financée quasi exclusivement par les seuls Etats-Unis, tout en se complaisant dans une languide torpeur, à l’abri du parapluie de l'Oncle Sam.
Aujourd’hui, il enfonce le clou et la meilleure preuve qu’il a raison est que son discours a porté. On annonce que 17 pays membres de l’OTAN ont enfin porté leur budget à hauteur des 2% minimum qu’il réclamait (bientôt, même la France pourrait y parvenir…).

Vladimir Poutine lors d'une interview vient de révéler qu’il préférait la victoire de Joe Biden à celle Donald Trump. Précisons qu’il fit cette réponse avant d’être traité de “crazy son of a bitch” par l’actuel président américain. Peu importe, car aussitôt les commentateurs avisés se sont empressés de déclarer qu’il s’agissait à l’évidence d’une manœuvre, une sorte de “baiser qui tue”, destiné à discréditer aux yeux des électeurs Joe Biden.
Ces mêmes auraient ils eu la même réaction si Poutine avait déclaré sa préférence pour Trump. La réponse est trop évidente…

17 février 2024

Vive CNEWS !

La petite chaîne de télévision CNEWS, née dans la douleur et malgré l’intolérance partisane en 2017, sur les décombres de ITélé, s’est en quelques années, hissée au premier plan du paysage audiovisuel français (le PAF…).
Elle a su créer un ton nouveau, et attirer quelques journalistes de talent, particulièrement charismatiques. On retient évidemment les prestations de Pascal Praud qui n’a pas son pareil pour animer en semaine, matin et soir, des débats et des controverses pétillantes, avec sa désormais fameuse “Heure des Pros”. On retient également le duo Christine Kelly - Eric Zemmour qui a largement contribué à doper les audiences. A leur suite, sont entrées en scène les professionnelles chevronnées que sont Laurence Ferrari, Sonia Mabrouk, et d’autres plus jeunes mais prometteurs tels Julien Pasquet ou Eliot Deval.
Le succès croissant de la chaîne témoigne de ce dynamisme éditorial et de l’originalité de ses contenus.

C’est sans doute un peu, si ce n’est beaucoup, pour ça qu’on cherche régulièrement à restreindre cette aura médiatique grandissante, détonant dans le pseudo consensus des idées reçues chères à Flaubert.
Comment expliquer sinon le zèle opiniâtre du CSA, devenu ARCOM, ou celui de ministres de la culture vindicatifs, et bien sûr de nombre d’organisations auto-proclamées progressistes, à flétrir l’intrus qualifié de partisan, de droite, voire d’extrême droite ou de complotiste ?
L’argument est tellement éculé qu’il pourrait prêter à sourire. Il pourrait même être qualifié de grotesque lorsqu’on voit l’orientation politique quasi monolithique de tous les canaux télévisés étatiques. Ceux dont on attendrait justement l’objectivité si ce n’est la neutralité…
Si l'on suit la logique insane de ces gens qui dénoncent la pensée de droite, c'est bien la preuve qu'ils sont du bord opposé ! D'ailleurs les a-t-on vu critiquer un organe de presse pour son orientation à gauche ? Nullement...

L’initiative récente de Reporters Sans Frontière (RSF) s’inscrit de manière édifiante dans ce concert des bien pensants à sens unique. Un média d’information et d’opinions mouchardé par ceux-là même qui ont fait vocation de défendre la liberté de la presse, quel paradoxe ! La machine à inverser les valeurs tourne décidément à plein régime…
Un malheur n’arrivant pas seul, le Conseil d’Etat, saisi par ces dérisoires censeurs de la pensée, leur donne raison et ordonne à l’ARCOM de mieux encadrer les faits et gestes de CNEWS, de mieux faire respecter “le pluralisme et l’indépendance de l’information” en tenant compte “des interventions de l’ensemble des participants des chaînes de la TNT”.../… “suivant des modalités qu’il lui appartient de définir”.
En d’autres termes, on comprend qu'on en viendra à ficher de manière arbitraire les orientations politiques des journalistes, des chroniqueurs, et de tous les intervenants, météo comprise, en leur collant une étiquette définitive, comme dans les plus odieux totalitarismes.
On en était déjà arrivé, dans notre pauvre pays, à minuter à la seconde près le temps de parole des politiciens. Faudra-t-il désormais, pour tenter de faire taire CNEWS, chronométrer tous les propos de toutes les personnes s’exprimant sur les plateaux des quelques centaines de chaînes télévisées, selon leur tonalité politique supposée de droite ou de gauche ?
Ubu et Kafka réunis sont dépassés par ce projet démentiel qui constitue une nouvelle attaque contre la liberté d’expression, qui témoigne de la manie de tout contrôler, et qui démontre l’emprise plus que jamais asphyxiante de la bureaucratie.
On peut bien nous parler de simplification ! Chaque jour hélas, on voit s'accroître le poids des réglementations édictées par l’Etat, ses nombreuses succursales, et les innombrables petits potentats et groupes de pression subventionnés, sans aucune légitimité populaire.

Moralité : avec ce nouvel ukase, c’est la télé, déjà mal en point, qu’on veut tuer.
Corollaire : on attend devant un tel affront une réaction ferme et unanime, témoignant de la solidarité journalistique…

08 février 2024

John Galt à Davos ?

Dans le flot chaotique de l’actualité, le
forum économique mondial de Davos (15-19/01/2024) est passé quasi inaperçu. Son objectif principal était pourtant de “Rebâtir la confiance et d’améliorer l’état du Monde ”. Quoi de plus nécessaire par les temps qui courent ?
On eut droit à un magnifique feu d’artifices de belles propositions et à une flopée d’ambitieux plans sur la comète (ou plutôt sur la planète). De dépenses nouvelles il fut largement question. D’économies et de bon sens beaucoup moins…
Plusieurs sujets étaient à l'ordre du jour. Bien sûr le réchauffement climatique avait une place de choix. L’émissaire américain John Kerry, rappela que l’administration dont il dépend avait, par le biais de l’IRA (Inflation Reduction Act), dépensé 369 milliards de dollars visant notamment à subventionner la fabrication de véhicules électriques et d'autres technologies vertes. Non content de ces sommes astronomiques, il souligna que pour rester dans l’impératif de hausse des températures de l’accord de Paris, il faudrait “de l’argent, de l’argent, de l’argent, de l’argent, de l’argent, de l’argent, de l’argent.”
Emmanuel Macron, qui n’est plus à un déficit près, s’est fait un plaisir de renchérir. Décidément à mille lieues des préoccupations des agriculteurs, il s’est fait le champion du climat et de la biodiversité, quoi qu’il en coûte. Il a notamment encouragé l’Europe à émettre à nouveau de la dette commune pour investir dans « de grandes priorités d’avenir », notamment l’intelligence artificielle et le verdissement de l’industrie.

Mais le clou de la cérémonie fut incontestablement le discours du président Javier Milei, très peu rapporté par les médias, alors qu’il valait assurément son pesant de cacahuètes. Fraîchement porté par son peuple à la présidence de la république argentine, il entend mener sa mission au pas de charge. Indifférent aux mirages climatiques, aux sirènes des taux d’intérêt et autres licornes de l’intelligence artificielle, il préféra porter le fer contre le "socialisme" dont l’idéologie règne encore selon lui un peu partout et qui "mène à la pauvreté".
Beaucoup verront évidemment les excès dérangeants d’un discours rompant avec les canons soporifiques du consensus. Beaucoup réduiront même le propos à ces outrances et le rangeront au mieux au rang des élucubrations ultra-libérales et au pire des délires populistes ou d’extrême droite.
Des exagérations il y en a assurément car le pavé est jeté avec force dans la mare, mais des vérités factuelles, il y en a également, qu’on le veuille ou non :

"Je suis ici aujourd’hui pour vous dire que l’Occident est en danger. Il est en danger parce que ceux qui sont censés défendre les valeurs de l’Occident sont cooptés par une vision du monde qui — inexorablement — conduit au socialisme, et par conséquent à la pauvreté.../...
Ayant adopté le modèle de la liberté — en 1860 — l’Argentine est devenue en 35 ans la première puissance mondiale, et qu’après avoir embrassé le collectivisme, elle a commencé à s’appauvrir systématiquement, jusqu’à tomber de nos jours au 140e rang mondial.../...

Grâce au capitalisme de libre entreprise, le monde est aujourd’hui au mieux de sa forme. Dans toute l’histoire de l’humanité, il n’y a jamais eu de période de plus grande prospérité que celle que nous vivons aujourd’hui.
Par contraste, le socialisme s’est, toujours et partout, révélé un phénomène appauvrissant, qui a échoué dans tous les pays où il a été tenté. Ce fut un échec économique, un échec social, un échec culturel. Il a tué plus de 100 millions d’êtres humains.../...

Même dans ses versions les plus modérées, la solution proposée par les socio-démocrates n’est pas plus de liberté, mais plus de réglementation, générant une spirale descendante de réglementation jusqu’à ce que nous finissions tous plus pauvres et que la vie de chacun d’entre nous dépende d’un bureaucrate assis dans un bureau luxueux.
Les socialistes ont peu ou prou abandonné la lutte des classes, mais ils l’ont remplacée par d’autres prétendus conflits sociaux tout aussi nuisibles à la vie collective et à la croissance économique. La première de ces nouvelles batailles fut la lutte ridicule et contre nature entre les hommes et les femmes.
Un autre conflit déclenché récemment est celui de l’homme contre la nature. Ils affirment que les êtres humains endommagent la planète et qu’elle doit être protégée à tout prix, allant même jusqu’à préconiser des mécanismes de contrôle de la population ou l’agenda sanglant de l’avortement."

Après avoir martelé que "Le monde occidental est en danger" face à ces lubies idéologiques, le nouveau président argentin s’est livré à une ardente apologie des chefs d’entreprises et des hommes d’affaires :
“Ne vous laissez pas intimider par les parasites qui vivent de l’État”
"Vous êtes des bienfaiteurs sociaux. Vous êtes des héros. Vous êtes les créateurs de la période de prospérité la plus extraordinaire que nous ayons jamais connue. Que personne ne vous dise que votre ambition est immorale. Si vous gagnez de l’argent, c’est parce que vous offrez un meilleur produit à un meilleur prix, contribuant ainsi au bien-être général."

Vous imaginez l'ambiance à Davos pendant cet exposé rageur. Il paraît qu’il y eut tout de même quelques applaudissements…
Pour un amoureux de la liberté pragmatique, un discours ne fait pas tout, et il y a souvent loin des intentions aux actes. Mais il est plutôt rafraîchissant d’entendre à nouveau des intonations rappelant Reagan, Thatcher, et les grands penseurs du libéralisme tels Schumpeter, Hayek, Friedman, Sowell ou bien notre cher Tocqueville, qui inventa la notion d’Etat-Providence. On pense également à Ayn Rand et à son fabuleux roman Atlas Shrugged. Javier Milei serait-il l’incarnation du fameux John Galt ?
Quand on connaît l’état de l’Argentine, on ne peut que souhaiter ardemment qu’il réussisse, tout en pensant que son parcours sera semé d’embûches par les ennemis de la cause…