27 septembre 2019

Sans la Liberté

La publication toute récente d’un petit essai au titre provocateur*, que je reprends en tête de ce billet, vient d’attirer mon attention.
Signé par l’avocat François Sureau, il s’attache à démontrer tout en le déplorant, que notre époque est en train de perdre le goût et pire encore, le désir de liberté.
N’étant pas loin de penser la même chose, je ne pouvais qu’aborder avec intérêt un tel ouvrage, rapide à lire puisqu’il ne compte qu’une soixantaine de pages, venant d’un fin connaisseur du monde législatif, et qui au surplus serait lié d’amitié avec le Président de la République. Le moins que l’on puisse dire est qu’il n’épargne guère la gestion du gouvernement actuel, même si ses reproches concernent au moins deux décennies...

Selon l’auteur, la situation est grave, car “nous nous sommes déjà habitués à vivre sans la liberté”, ce qui nous amène de facto à “remplacer le blanc de notre drapeau par le gris préfectoral...”
En cause, les lois promulguées depuis quelques années, bien intentionnées sans nul doute, mais liberticides en diable.

Par exemple, la “loi anti-casseurs” d’avril 2019, qui revient selon lui à confier au Parquet la faculté de trier les bons et les mauvais manifestants, et donc in fine d'interdire à certains d’exprimer leur opposition à la politique de l’Etat.
Dans la même veine, il évoque également le récent texte réprimant les fake news en période électorale, qui risque en plus d’être inefficace, de se révéler nuisible. Qu’est-ce qu’une fake news ? Voilà la question à laquelle devra répondre le juge des référés à la place des citoyens, considérés comme trop bêtes pour le faire eux-mêmes. Il est probable qu’il lui sera souvent difficile de démêler le vrai du faux,  ce qui pourra conduire, avec le sceau de l'Etat, à faire prendre pour vraie une fausse nouvelle, à moins que cela ne soit l’inverse...
Enfin, la petite dernière, datant de 2 mois à peine, s'attachant à réprimer les discours de haine sur internet. Pour M. Sureau la notion sera là aussi sujette à controverse, la république elle-même ne fonde-t-elle pas ses origines sur "la haine des tyrans”? Pire, en faisant planer la menace de sanctions sur les gestionnaires des fameux “réseaux sociaux”, elle risque de devenir “un puissant encouragement à la censure.”

Parallèlement, force est de constater que les mesures visant à garantir la sécurité et la quiétude des citoyens relèvent de plus en plus d'une logique militaire. Ainsi, on peut selon l’auteur s’effrayer de voir que pour encadrer une manifestation d’à peine quelque centaines de personnes, il faille des effectifs de police aussi nombreux si ce n’est plus, armés et harnachés comme des soldats engagés au Kosovo, en Afghanistan ou en Irak.
Très justement, l’auteur souligne qu’une telle démonstration de force est “aussi insultante qu’absurde, surtout pour qui se souvient de l’incapacité, faute d’ordres donnés en ce sens, pour les forces en question, de répliquer de manière appropriée…”

La liberté est donc menacée, grignotée, étouffée, par le législateur c’est certain. Quant aux mesures sécuritaires, légitimes face au terrorisme bien réel, elles sont trop souvent dévoyées, aboutissant au même résultat. Il n’est que de voir la législation de l’état d’urgence, supposée combattre le terrorisme, qui “a servi pour assigner à résidence des écologistes...”


Même s’il sonne juste, on peut juger le constat fait par M. Sureau un tantinet excessif. Les entorses à la liberté restent pour l’heure vénielles par rapport à ce qu’on a pu connaître en France par le passé, pas forcément très lointain, ou présentement dans certains pays. Le plus grave est sans doute ce qu’elles révèlent de la santé de notre société démocratique “avancée”, pour reprendre la terminologie utilisée jadis par Valéry Giscard d’Estaing.
Sur le sujet, M. Sureau n’est guère optimiste puisqu’il estime que “Nous avons réussi le prodige d’asservir le citoyen en diminuant dans le même temps l’efficacité de l’État.” En cause selon lui, la multitude de bonnes raisons que nous nous donnons pour méconnaître les droits de l’homme, et la prolifération d’une administration bienveillante mais omniprésente, à la manière de ce pouvoir “absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux” qu’avait prédit Tocqueville.

Malheureusement, faute de place peut-être vu le format de l’ouvrage, M. Sureau ne s’étend pas trop sur cette thématique. On peut le regretter car l’érosion de la liberté n’est qu’un symptôme auquel il semble vain de s’opposer si l’on ne s’attaque pas aux racines du mal.
Or ce mal est profond et insidieux.
Comment redonner du sens à notre modèle de société afin qu’il ne sombre pas dans le désastre moelleux de l’Etat-Providence, dont la tutelle croissante et indéfinie transforme peu à peu l’âme citoyenne en ersatz sans substance ?
Cette interrogation sous-tend d’autres questions qu’il sera bien difficile d’affronter collectivement vu l’état actuel des mentalités, corrompu par des décennies de démagogie et de chimères:
Il s’agit de savoir avant tout si nous sommes encore prêts à payer le prix de la liberté, ce qui suppose d’accepter d’être responsable de ses actes et en partie de son destin, et qui peut aller en certaines circonstances jusqu’au sacrifice de la vie.
Il s’agit d’accepter la primauté de la liberté sur toute autre valeur, y compris l’illusoire égalité, notamment des conditions.
Il s’agit d’être capable de distinguer la liberté de ses trompeurs avatars dont la permissivité, source de laisser-aller et d’avilissement.
Il en découle l’impérieuse nécessité pour une société libre de savoir sanctionner à bon escient et de manière efficace les crimes et délits plutôt que de se perdre en réglementations et législations préventives. Comme le souligne M. Sureau, “Une chose est de sanctionner a posteriori un exercice incivil de la liberté; autre chose est de remettre à un tiers public, la définition a priori des formes acceptables qu’elle peut prendre.”

Au total, pour reprendre les termes de l’auteur de cette intéressante réflexion sur une des problématiques majeures de notre monde, la liberté est avant tout “une manière d’être”. Il faut espérer qu’il soit encore possible de lui redonner vigueur. “Il n’y faut après tout que du souffle et de la patience. Les inconvénients de la liberté, même chèrement payés, ne l’emporteront jamais sur ses avantages, puisque c’est elle et elle seule qui soutient la vocation de l’homme.”


* Sans la liberté, de François Sureau, « Tracts », Gallimard n° 8

24 septembre 2019

Patrimoine et Passion de la Liberté

Les journées du patrimoine permettent de s'offrir à peu de frais de sympathiques surprises. Un récent passage à Bordeaux fut ainsi l’occasion d'une visite au musée des Beaux-Arts.
En dépit de la noblesse des deux ailes cernant un joli jardin, il n’est certes pas immense. On peut également regretter le manque d’éclairage sur certains tableaux, notamment une intéressante collection de Hollandais du XVIIè siècle. Quelques beaux paysages signés Ruysdael pâtissent ainsi du clair obscur dans lequel ils sont plongés.
J’ai apprécié en revanche particulièrement le mur consacré à Odilon Redon, natif de la cité girondine. Une vue du Pont de Pierre et une autre d’une rue de Saint-Georges de Didonne traitées avec la grâce aérienne qui caractérise le peintre ont retenu mon attention. Une apparition céleste du char d'Apollon, mélange de pastel et d’huile, témoigne du symbolisme ardent qui fit son originalité et sa renommée.
Albert Marquet dont j’aime la technique épurée et la sûreté du trait et des couleurs est également à l’honneur, avec une bonne demi-douzaine de paysages.

On peut remarquer egalement la présence de quelques vues maritimes intéressantes d'Eugène Boudin.
Enfin j’ai découvert Alfred Smith (1854-1936), artiste bordelais au style impressionniste très maîtrisé, proche de Monet. Une splendide perspective des quais sous la pluie, attire l’attention, avec l’antique tram et les majestueuses colonnes rostrales de la place des Quinconces, tout en dégradés et ombres chinoises.
A quelques enjambées du musée proprement dit, se trouve la Galerie des Beaux Arts où se déroule jusqu’au 13 octobre une exposition intitulée La Passion de la Liberté: des Lumières au romantisme.
Impossible bien évidemment de louper ça.
Organisée en lien avec le Louvre, elle propose une intéressante rétrospective, peuplée de tableaux, de sculptures, de porcelaines, de tapisseries et d’objets divers. La Grèce sur les ruines de Missolonghi par Delacroix rappelle la lutte désespérée pour recouvrer en 1826 l’indépendance de la nation hellène soumise à l’empire ottoman. C’est aussi l’occasion de se souvenir de l’engagement de Lord Byron à cette cause, qu’il paya de sa vie après avoir contracté une mauvaise fièvre dans la ville martyre.
L’expo rappelle le rôle majeur des Intellectuels français dans l’essor des idées de liberté, c'est à dire du libéralisme. On trouve ainsi un volume de la fameuse encyclopédie de Diderot et l’édition originale de l’Esprit des Lois par Montesquieu. Un portrait de Germaine de Staël souligne l’importance de cette dernière dans le combat pour la liberté et notamment pour l’émancipation des femmes.
On perçoit un peu moins ce que signifie ici la composition sinistre de David, représentant Marat, gisant assassiné dans sa baignoire, avec la légende troublante: “N’ayant pu me corrompre, ils m’ont assassiné”. On veut comprendre que le destin funeste de ce tyran en puissance ouvrait l’espoir de recouvrer la Liberté, après les excès la Terreur dont il fut un des plus zélés artisans, dût-ce être payé du sacrifice de Charlotte Corday.

L’exposition invite par ailleurs le spectateur à la réflexion sur plusieurs thématiques. La liberté est déclinée sous tous ses aspects: aussi léger que le libertinage, qualifié de liberté des sens, aussi illusoire que l’utopie, en tant que liberté d’imaginer, ou plus sérieux lorsqu’il s’agit de voir dans la liberté, l’irremplaçable moteur de la création en matière de commerce, d’art, de science, et plus généralement la source de la raison, du progrès et de la responsabilité...

Pour accompagner le cheminement de l’esprit, quelques pièces symboliques à valeur artistique sont proposées, parmi lesquelles on remarque une collection d’amusantes assiettes révolutionnaires, la reproduction du Génie de la Liberté qui orne la colonne de Juillet, place de la Bastille, et qu'on doit au sculpteur Auguste Dumont, et quelques belles tapisseries des Gobelins ou de Beauvais.
Une heureuse initiative en somme à une époque où le terme même de liberté apparaît de plus en plus galvaudé, et où nombre de nos contemporains peinent à mesurer sa valeur. L’occasion également de rappeler qu’elle figure en tête des valeurs cardinales de la République et qu’il y aurait grand péril à cesser de la chérir comme telle...

17 septembre 2019

A Song For Europe

L’été qui semble ne pas vouloir finir porte toujours pour moi dans ses sublimes journées dorées une joie étrange, mélange de quiétude et de nostalgie. Sans doute le temps qui s’écoule malgré tout, dans la torpeur languide des dernières chaleurs estivales, y est-il pour beaucoup.
Sans temporalité, pas de sentiment, pas de sensation, ni regret, ni remords.

Au diable les miasmes, les turpitudes et autres innombrables infortunes qui le peuplent, je vois le monde qui fuit doucement comme un vaisseau fantôme, irrémédiablement entraîné par le courant des jours qui passent. Je vois ma vie, indissociablement liée à ce monde fluctuant, errer sans retour vers je ne sais quelle extrémité… Déchirant mais il faut s’y faire en somme.

Par un curieux hasard une chanson me revient dans les oreilles.
A Song For Europe, interprétée par le groupe Roxy Music et son charismatique et classieux leader Bryan Ferry, m’enchanta lorsque j’étais plus jeune, c’est à dire il y a plus de 45 ans déjà ! Ses accents tragiques étaient empreints d’une puissante déréliction. Que signifie-t-elle, je m’interroge. Histoire d’amour détruite dans la douleur peut-être, térébrante solitude, chagrin d’avoir irrémédiablement perdu quelque chose ou quelqu’un d’important, qui sait ?
Adressée à une femme aussi bien qu’à l’Europe, elle entre en résonance avec les interminables atermoiements, les récurrents sursis et la mortelle indécision dans lesquels le destin de notre continent ne cesse de se perdre. La tragi-comédie à l’anglaise qu’on nous joue sur l’air du Brexit donne évidemment le ton. Mais à bien y regarder, ce n’est que la rémanence de la lente décrépitude d’une belle idée, un signe de plus de l’effondrement des desseins communs, si tant est qu’il y en eut. Il est bien loin le Discours à la Nation Européenne incarné de manière vibrante par Julien Benda en 1933. Depuis cette date, et nombre de fois par le passé, l’Europe s’est suicidée par le feu des guerres. Aujourd’hui elle s’étiole sans énergie, sans conviction, sans espérance. Certains doutent même qu'il faille encore protéger le mode de vie européen, tandis que d'autres paraissent n'avoir qu'une seule ambition : organiser le grand soir fiscal contre les GAFA !
Puisque Bryan Ferry termine son élégiaque scansion en français, je ne saurais faire mieux que transcrire ici ses paroles chargées de sens, et de prémonitions…

"Tous ces moments
Perdus dans l’enchantement
Qui ne reviendront
Jamais
Pas d’aujourd’hui pour nous
Pour nous il n’y a rien
A partager
Sauf le passé..."

04 septembre 2019

Hong Kong entre deux feux

Que se passe-t-il à Hong Kong ? On voit depuis des semaines des manifestants “pro-démocratie” arborant des parapluies, se confronter de plus en plus violemment aux forces de l’ordre.
Jusqu’à présent, pas d’effusion de sang. Mais que penser de ces troubles ? Où cela va-t-il mener ?
Pour essayer de répondre à ces questions, encore faut-il se remémorer l’histoire de ce bastion démocratique “à l'occidentale”, enclavé dans la forteresse communiste chinoise. Il faut tenter de comprendre ce que sous-tend vraiment ce statut de “région administrative spéciale”, obtenu lors du traité de rétrocession de Hong Kong par le Royaume Uni à la République Populaire de Chine en 1997. Le fait est que cette province avait la garantie grâce à cela de conserver une relative autonomie durant cinquante ans, c’est dire jusqu’en 2047.
Il est hélas évident que Pékin se fait chaque jour plus présente et pressante dans les affaires de cet étrange condominium, souhaitant probablement homogénéiser les règles et les institutions avant l’échéance fatidique.

On appelait autrefois Hong Kong le Port aux Parfums, mais pour l’heure c’est une odeur de roussi qui flotte dans l’air et voilà plusieurs années que les habitants inquiets manifestent pour le maintien de la démocratie dans leur cité. Un obscur projet de loi proposant l’extradition de délinquants qui s’y seraient réfugiés, vers le lieu de leur crime, à savoir la Chine continentale mais également Taiwan, ou Macao, a mis cette année le feu aux poudres.
Il n’y avait pourtant rien d’extraordinaire dans une telle mesure judiciaire mais aux yeux de certains elle faisait courir le risque que les citoyens de Hong Kong ne puissent bientôt plus bénéficier de leur propre justice.
Le mouvement pacifique dit “des parapluies” s'est tout à coup transformé en véritable insurrection. Plus d’un million de personnes (un huitième de la population !) défilèrent début juin et les manifestations se succédèrent ensuite quasi quotidiennement, devenant de plus en plus violentes. Le 1er juillet le Parlement fut mis à sac et les images de ce désordre se mirent à ressembler aux turbulences que nous avons connues avec les Gilets Jaunes !
La réponse policière monta en puissance. Gaz lacrymogènes, canons à eau entrèrent en action, faisant craindre une escalade de plus de plus dangereuse. On entendit dire que l’armée populaire de la Chine massait ses troupes à proximité, prêtes à intervenir.

On ne peut rester insensible à ces évènements lorsqu’on est épris de liberté. Hong Kong constitue une illustration brillante de la supériorité du modèle de la démocratie capitaliste sur celui où prévaut le socialisme. C’est la troisième place financière au monde, la qualité de vie y est incomparablement meilleure qu’en Chine populaire, même après que celle-ci se soit entrouverte à la propriété privée, au commerce et au capitalisme grâce à Deng Xiao Ping. La rébellion actuelle de ses ressortissants montre clairement dans quel type de société ils veulent vivre. A l’instar de l’Allemagne et de la Corée, cette région du monde a connu expérimentalement les deux systèmes: capitalisme démocratique et socialisme totalitaire. En termes de résultat, il n’y a pas photo comme disent les commentateurs sportifs. Ce qui est ahurissant, c’est qu’on puisse encore se poser la question…
Hong Kong rayonne sur toute l’Asie et son dynamisme a même profité aux régions proches, encore sous tutelle communiste. Ainsi le développement rapide de Shenzhen lui doit probablement beaucoup et fait espérer que la Chine dite populaire, prenant exemple de cette réussite locale, se laisse peu à peu gagner par l’esprit de liberté. Les progrès réalisés depuis la disparition de l’infâme Mao et la mort de son régime abject qui fit tant régresser cette nation, si riche d’histoire et de culture, laissent entrevoir un espoir. Il y a certainement encore beaucoup à faire, mais on ne gouverne pas un pays d’un milliard quatre-cent-millions d’habitants comme celui qui n’en compte que quelques dizaines de millions. Il ne faudrait donc pas que la sévérité avec laquelle on juge le régime actuel égale ou dépasse en intensité l’indulgence si ce n’est la complaisance coupable avec laquelle on considéra dans nos démocraties dorées l’immonde "timonier" ainsi que tous ses coreligionnaires...
La question qui vient aux lèvres à l'occasion du soulèvement actuel est la suivante: est-il encore permis de penser que Hong Kong demeure l'avant poste de la liberté en Chine, et que cette belle aventure fasse tache d'huile sur le continent ?