26 décembre 2020

N'entre pas sans violence dans cette bonne nuit

Face à une poésie écrite dans une autre langue que la sienne, l’esprit vacille. S’il est sensible à la prosodie, voire enchanté par les sonorités suggestives, il se trouve toujours ennuyé lorsqu'il s'agit de la traduire en mots. La laisser chanter telle quelle est sans doute la meilleure solution pour conserver ce qui est intraduisible mais laisse dans les limbes quantité de nuances, voire le sens même du propos. Autant écouter de la musique…

Depuis des lustres je suis hanté par la poésie de Dylan Thomas (1914-1953), tout particulièrement par ce vers qui donne le titre à un recueil acquis il y a bien longtemps.
En cette fin d’année tourmentée, il prend un sens inattendu.
Il est possible d’y voir avant tout l’expression de l’angoisse devant la mort, particulièrement celle d’un être cher, ici le père. Mais c’est aussi l’opposition lumière obscurité, qui s'impose comme une irréfragable évidence, conditionnant l’être et imprimant son rythme et son impérative antinomie sur nos vies...
La nuit est-elle celle, transfigurée et pleine d’espérance de Noël, celle illuminée que célébrait Novalis, ou bien celle profonde du temps, dans lequel on progresse à tâtons à la lueur vacillante de nos fragiles illusions ? Est-elle cette nuit qui pèse sur nos jours et qu’on tente de conjurer à minuit par mille vœux au seuil de chaque nouvelle année ?
Dans une époque en proie au doute, plus encline que jamais aux rumeurs et aux croyances, craignant de plus en plus de s’appuyer sur ses repères ancestraux, tremblante d’une peur névrotique face à l’avenir et au progrès technique, sans foi, sans philosophie, sans élévation, ces vers sont comme une exhortation, un appel, une révolte:
Do not go gentle into that good night
Rage, rage against the dying of the light...

18 décembre 2020

Une église à sous-pape


Alors que l’islam monte en puissance un peu partout, affichant ses dogmes de manière de plus en plus impérative et que les manifestations de l’intégrisme, pour ne pas dire du radicalisme, se font chaque jour un peu plus présentes, la chrétienté, tout particulièrement semble s’enfoncer dans une crise existentielle majeure.

Menée depuis 2013 par le Pape François, premier du nom, l'Église Catholique se trouve en perte de repères, de conviction et pour tout dire de foi. Prétendre que le Saint-Père soit fautif de la désaffection croissante des fidèles serait excessif car l’affadissement de la religion chrétienne semble avoir commencé bien avant son pontificat.
Mais si on ne saurait lui faire porter un chapeau trop grand, le moins qu’on puisse dire est qu’il manque singulièrement de charisme et pire, que ses prises de positions conduisent à séculariser si ce n’est à désacraliser la mission dont il a la charge, tant elles relèvent davantage de l’idéologie partisane que de l’esprit saint…

Il avait pourtant commencé son règne sous les louanges. La plupart des observateurs ne cachaient pas leur sympathie pour ce pape qu’ils voyaient comme quelqu’un de plus ouvert et éclairé que son prédécesseur Benoit XVI, souvent considéré comme rétrograde, rigide pour ne pas dire plus…
La première encyclique de François, Lumen Fidei (la lumière de la foi) portait une magnifique espérance, selon laquelle il est possible d'élever son âme sans renier le progrès technique ni le confort matériel que la modernité a apportés. Il y était même affirmé que ces derniers, en allégeant nombre de charges pesant sur la chair, représentaient une vraie opportunité de consacrer un peu plus de temps à la spiritualité. Ce texte, faut-il le préciser, avait été largement préparé par Benoit XVI, mais on pouvait y trouver l'empreinte de François, notamment dans le discours appelant à une fraternité universelle et répétant notamment que la prospérité et l’utilité n'étaient pas des fins en soi.

Après ce premier acte, les choses prirent un tour bien différent. Tout se passa comme si le pape, du haut de son nouveau magistère, voulut donner raison à ceux qui lui reprochaient son passé militant et très engagé politiquement.
A l’occasion de l’exhortation apostolique Evangelii Gaudium, publiée dès la fin de l’année 2013, il se livra notamment à une assez violente charge contre le libéralisme, dont ce blog s’est fait l’écho.
En 2015, avec l’encyclique Laudato Si, il se fit le chantre de l’écologie, et, quittant le domaine des cieux et des mystères divins, il crut bon, avec une naïveté confondante, d’enfourcher les lieux communs les plus éculés et les lapalissades les plus ronflantes sur le climat et la protection de l'environnement. Deux cents pages pour asséner qu’il fallait absolument sauvegarder notre “Maison commune”, qui est pour nous pauvres humains, “comme une sœur, avec laquelle nous partageons l’existence, et comme une mère, belle, qui nous accueille à bras ouverts.”
A cette occasion, il se fit accusateur, affirmant que l'homme était “le principal responsable” de ce qui est présenté comme une catastrophe. Il prôna “une certaine décroissance dans quelques parties du monde pour permettre une saine croissance en d’autres parties”. Il exhorta les pays riches à “cesser de faire porter aux plus pauvres les conséquences de leur mode de vie consumériste et de leur gaspillage.” Enfin, il condamna sans appel, selon la bonne vieille et inusable dialectique anti-libérale “la soumission de la politique à la technologie et aux finances, qui se révèle dans l’échec des sommets mondiaux sur l’environnement.”

Mais ces sermons, salués par toute l'intelligentsia gaucho-alter-écolo-bobo - qui n’a pourtant rien à faire du pape en tant qu’autorité spirituelle - n’ont pas dû paraître suffisants au souverain pontife qui vient de se délester coup sur coup d’une nouvelle encyclique et d’un livre ressassant les mêmes thématiques. Dans la première, intitulée Fratelli Tutti, il s’attaque, au nom de la fraternité, aux murs, murailles et frontières séparant les nations, qu’il entreprend de détruire avec des mots remplis d’emphase séraphique quand ils ne s'apparentent pas à de viles critiques ad hominem. Selon le pape, il convient d’accueillir bras ouverts et sans condition tous les migrants quelque soit leur origine, leur ethnie, leur religion et leurs motifs.
Il y va une fois encore de sa rengaine contre l’individualisme par essence “radical”, qu’il qualifie de “virus le plus difficile à vaincre”, et contre le libéralisme déconsidéré comme “pensée pauvre et répétitive qui poursuit comme objectif principal le gain facile [et] continue à faire des ravages.”
Il manifeste enfin bien peu de charité chrétienne envers les dirigeants des “pays riches” qui, contrairement à lui, ont les mains dans le cambouis pour améliorer le quotidien de leurs concitoyens. Il déchaîne ses foudres contre le pauvre Donald Trump en citant presque nommément le président américain, alors en pleine campagne électorale, au détour d’un anathème féroce : “un homme qui ne pense qu’à construire des murs, où qu’ils soient, et non à bâtir des ponts, cet homme-là n’est pas chrétien, car il n’applique pas l’Évangile.”

Il entre en définitive de moins en moins de théologie dans les propos de François, et de moins en moins de référence à Dieu et à la défense de l’église qu’il est supposé représenter et qui est bien malmenée. 
Le discours est bien intentionné mais verbeux, et derrière les exhortations faciles à la bonté universelle, le pape ne manifeste guère de compassion pour les chrétiens qui tombent sous les coups de nouveaux barbares exécutant leurs victimes au nom de Dieu. Son silence est assourdissant devant les attaques quotidiennes dont les églises sont l’objet à travers le monde. Et le moins qu’on puisse dire est qu’il ne paraît pas très préoccupé par l’érosion dramatique du christianisme au génie duquel il ne contribue guère.
La meilleure preuve qu’il fait fausse route réside dans les éloges que fait de lui le rouge Mélenchon, indécrottable nostalgique du sang des révolutions. Lorsqu’il s’exclame « Ses mots ressemblent assez aux miens pour que j'en sois ému », on comprend hélas que la place la plus opportune pour
Jorge Mario Bergoglio dit "François" n’est sans doute pas celle qu’il occupe présentement et on se prend à penser que son chapeau est décidément trop grand pour lui.
En épousant les lubies les plus irresponsables de l’époque, en adoptant les crédos utopistes les plus niais, en pataugeant dans les contresens et les contradictions, le pape actuel illustre de manière édifiante le fameux mot de Bossuet : “Dieu se rit de ceux qui déplorent les effets de ce dont ils chérissent les causes…”

07 décembre 2020

La Magie Vermeer


On ne sait quasi rien de Johannes Vermeer (1632-1675). Tout au plus qu’il naquit, vécut et mourut à Delft, cité sans histoire ou presque, dans ces pays qu’on dit bas. Père d’au moins onze enfants, confronté à de fréquentes difficultés financières, et ravi à l'affection des siens à 43 ans  il n’eut sans doute pas grand loisir et connut peu de tranquillité. C’est peut-être un peu pour cela que ses œuvres sont si rares. On estime tout au plus à quarante cinq tableaux sa production totale, dont seuls un peu plus de trente sont parvenus jusqu’à nous. Pas un dessin, pas une esquisse en revanche pour aider à comprendre sa démarche artistique, qui reste une énigme.
Pourtant les siècles n’ont fait que donner plus de splendeur à ses peintures dont l’harmonie picturale saisissante a traversé avec une force croissante le temps.

Il émane de son univers une quiétude sereine, un équilibre quasi parfait des formes et une intense et mystérieuse vibration des couleurs qui font de chaque tableau un inépuisable trésor. Son art est marqué à la fois par un réalisme rigoureux et une idéalisation envoûtante du quotidien. Comme tous les grands artistes, Vermeer transcende ce qu’il voit et ce qu’il transpose sur sa toile. Ses fameuses scènes intérieures accrochent l'oeil et on ne s’arrache à leur magnétisme qu’à grand peine. L‘artiste y opère une extatique synthèse entre le tout et les détails. Le théâtralisme de la mise en scène s’efface complètement devant la sublimation du réel. La même impression domine dans les deux seuls paysages qu’il nous a légués: la fameuse vue de Delft depuis le Schie Canal et la Ruelle aux altières maisons crénelées, faites de briques rouges. On pourrait passer une éternité à compter sans lassitude ces dernières et, comme Bergotte dans La Recherche du Temps Perdu, se pâmer jusqu’à en mourir, à force d’avoir fixé son regard sur le moindre “petit pan de mur jaune”...

Mais l’acmé émotionnelle est encore ailleurs. Peut-être peut-on l’approcher au plus près au spectacle de la Jeune Fille à la Perle. Rarement la technique, aussi minutieuse qu’experte, aura mieux servi l’Art dans son indicible dessein. C’est un absolu de tendresse, d’amour et de beauté qui vous subjugue en regardant cette créature à la grâce inextinguible. L’obscurité de laquelle surgit ce visage à peine sorti de l’enfance, lui confère un relief saisissant. Mais la douceur et la fraîcheur de la carnation tempèrent ce contraste, exprimant de manière poignante la fragilité humaine, face à l'abîme qui effrayait tant Pascal. Le regard a la limpidité de ce qui fait les rêves et l’on s’y perd avec délectation, sans jamais craindre de se noyer. De la bouche à peine entrouverte sourd une sensualité exquise, porteuse de tout ce que l’espérance peut avoir de juvénile, mais aussi d’un mélange de candeur, et d’inquiétude indéfinie. La simplicité des vêtements et de la coiffe est magnifiée par le chatoiement subtil des étoffes et se voit illuminée par le bleu céleste du turban. On peut y voir une puissante évocation de la liberté. Enfin, l’éclat hypnotique de la perle concentre toute la puissance retenue de ce portrait, focalisant l’attention tout en se faisant l’écho minéral étincelant de la suave clarté de la chair et de la lumière vivante émanant des yeux et des lèvres.
Une pure merveille qu’on ne peut cesser d’admirer comme portant la quintessence du génie humain, et qui procure à l’esprit un immense bonheur en même temps qu’elle l’entraîne dans une profondeur tragique...

 

30 novembre 2020

Stabat Mater


Tout départ est un déchirement
Et dans celui sans voix d’une mère
C’est toute une immensité amère
Qui monte crûment

Aujourd’hui tout est vain, tout s’efface,
La lumière au bord des horizons
Les jours joyeux, les belles saisons
Et le temps qui passe

Une partie du monde s'éteint
Le cœur est mortellement atteint
Mais l'Espoir demeure

Car aux limites de l'infini
Ou aux confins de l'esprit, pour Lui
Ce n'est jamais l'heure

05 novembre 2020

Encore trumpé...

Ça y est, “ils” ont probablement réussi cette fois à venir à bout de "la bête". Encore quelques heures ou jours de suspense mais les jeux semblent faits. Donald Trump devra selon toute probabilité bientôt quitter la Maison Blanche, bon gré, mal gré.


“Ils”, c’est toute cette foire aux lobbies bien-pensants, politiquement corrects,
démocrates à l'américaine, libéraux à l’anglo-saxonne, black lives matter, occupy wall street, anti-spécistes, LGBT, féministes, femen, me-too, écolo-bobos, alter-mondialistes, réchauffistes, médias partisans, showbiz engagé,  gauchistes et intellos de tout poil, qui sont vent debout contre le président élu en 2016.
Durant quatre années qui leur parurent une éternité ils n’ont eu de cesse avec un a priori sous-cortical à la Pavlov de le faire chuter, faisant obstacle à toutes les mesures qu’il tentait de mettre en œuvre, ridiculisant systématiquement toutes ses interventions, essayant même d’obtenir sa destitution pour des motifs grotesques.

Peu importait les résultats qu’il obtenait en matière économique ou sur le front du chômage. Peu importait ses efforts pour préserver les intérêts de son pays face à l’ogre chinois ou à la menace iranienne. Peu importait en somme qu’il tint ses promesses. Ces gens n’avaient qu’une haine revancharde primale à la bouche et à l'esprit, qu'ils purent déverser à jet continu, en toute impunité. Il est clair qu'ils n’ont que faire de la réalité et de l’esprit pratique, seuls les principes idéologiques comptent. A l'instar des procès en sorcellerie, c’est au nom de ces derniers qu’ils avaient condamné sans appel et quoiqu'il fasse le vilain Donald.

Fort d’une base électorale solide et fidèle, il leur tint tête, n’hésitant pas à fanfaronner, et à les provoquer, se croyant à tort invincible. Il semblait presque y être parvenu en dépit de la force de frappe médiatique colossale qui le pilonnait sans cesse.
Comme en 2016, Trump s'est battu comme un lion et a fait une fois encore mentir les instituts de sondages, dont on peut douter de l’impartialité si ce n'est de la compétence. Mais il va être terrassé par le mainstream bien-pensant qui vitrifie tout sur son passage, quitte à préférer porter à la Maison Blanche un vieillard cacochyme, à la sénilité avancée et à la probité douteuse. Sans doute sera-t-il plus malléable. On a vu ça en France avec le président “normal” Hollande. Triste souvenir... Ça ne présage rien de bon, et l’Amérique apparaît plus divisée que jamais en deux moitiés de plus en plus irréconciliables.

Le COVID-19 fout le bordel même dans les élections, on l'a vu avec nos municipales complètement ratées. Contrairement à ce qu’on dit, Trump ne pouvait pas grand chose pour casser la progression du virus. Il a tout misé sur les vaccins et allégé avec efficacité les réglementations pour accélerer la recherche et les essais cliniques. L'avenir lui donnera peut-être raison... mais trop tard ! Aux USA, la responsabilité incombe autant aux autorités locales que fédérales. Toujours est-il qu'à l'occasion de l'épidémie, le système des votes par correspondance, a pris des proportions assez surréalistes. Comment ne pas avoir un doute sur la régularité d’un scrutin dans lequel plus d’un tiers des bulletins échappe à tout contrôle sérieux ?

Tout cela est révélateur hélas de la déconfiture et de l’auto-destruction du monde occidental. Il vacille sur ses fondations et des fissures annonciatrices de catastrophes se font jour un peu partout. Le coronavirus est un révélateur parmi d'autres, de ce délabrement général.
De l'autre côté l'Asie s'éveille. Elle a pris très tôt la mesure de l’épidémie, elle croit plus que jamais à son modèle et ne passe pas son temps à remettre en cause son passé, sa religion ou sa culture. Elle a l’avenir devant elle.
Nous sommes de facto entrés dans une période de grands troubles et de grandes turbulences. L’Amérique risque d’aller de plus en plus mal, ce qui est sans doute beaucoup plus dangereux pour la planète que le réchauffement climatique. L’Europe quant à elle, particulièrement dévastée par la pandémie, existe de moins en moins en tant qu’entité. Les quelques liens qui unissaient les nations se disloquent peu à peu. Il n’y a plus, si tant est qu'il y en eut, de dessein commun en dehors d’une bureaucratie qui pèse de plus en plus, et de dettes qui s’accroissent de manière vertigineuse. L’immigration non contrôlée, le terrorisme, les révoltes sociales incessantes contribuent à désagréger un édifice déjà fragile.


Aux States, si le Président et la Chambre des Représentants seront aux couleurs du Parti Démocrate, les Républicains devraient toutefois garder le Sénat et une Cour Suprême plutôt de leur côté, même si elle se doit d’être au dessus des partis. Un semblant de pluralité sera préservé dans cette démocratie fracturée. Joe Biden quant à lui n’a pas beaucoup de temps pour convaincre, dans un contexte très tendu et avec un programme erratique, débordant de bonnes intentions et de promesses angéliques mais sans ambition. Dans 2 ans, il y aura de nouvelles élections pour renouveler la Chambre des Représentants et tout peut à nouveau basculer...
En attendant, le temps va paraître long à certains car au moins avec Trump on ne s’ennuyait pas...

03 novembre 2020

Techno Parade

En France, la technocratie nous réserve sans cesse de nouvelles surprises. Pas très bonnes au demeurant.
Quand on croit apercevoir une lueur au bout de l’infernal tunnel réglementaire, l’espoir est rapidement déçu et on plonge de plus belle dans l’opacité et l’absurdité.

On craignait que l’impéritie du gouvernement face à l'épidémie de coronavirus ne nous pousse tôt ou tard au re-confinement. C’est chose faite. Nous revoilà emprisonnés pour trois nouvelles plombes.
A ceci près que nos dirigeants rantanplan  dans leur souci de vouloir bien faire, pour protéger notre santé tout en préservant l’économie, ont cru bon de ménager quelques espaces de liberté. Le retour des auto-attestations, qui auraient réjoui Père Ubu, fait ainsi la part belle aux exceptions, aux dérogations et aux cas de force majeure.
Mais cet inventaire aussi émouvant par son angélisme qu’il est horripilant par son souci du détail, se heurte à un problème majeur: celui des commerces. Étrangement cela n’avait guère créé de difficulté lors du premier confinement. Tous les magasins avaient été fermés, hormis ceux vendant des produits de première nécessité, à savoir alimentation et pharmacie. Les grandes surfaces proposant des marchandises très variées, dont beaucoup de produits alimentaires, restèrent quant à elles ouvertes, y compris leurs rayons de vêtements, livres, disques, bricolage, produits de beauté… Et personne ne trouva vraiment à redire.

Cette fois, ça ne passe pas.
La première rébellion fut
celle des libraires. Déjà en perte de vitesse depuis l'essor du commerce en ligne et des livres électroniques, ils n’acceptent pas de se voir à nouveau pénalisés tandis que d’autres non. Face à cette levée de boucliers imprévue, le gouvernement n’a pas trouvé mieux que d’intimer illico aux grandes enseignes polyvalentes l’ordre de fermer leurs rayons “culture”. Comme le claironna derrière son joli masque fleuri l'inénarrable Roselyne Bachelot, "Il fallait rétablir l'équité entre les libraires indépendants et les grandes surfaces". Et en réponse à une remarque objectant que tout ceci allait doper encore un peu plus la vente sur Internet, elle enfonça le clou en appelant carrément au boycott de ceux qu’elle ne peut contraindre : “N’achetez pas de livres sur les plateformes numériques !” Au passage, elle annonça triomphalement de sa voix stridulante de Castafiore qu'elle allait sous peu infliger de nouvelles "contributions financières" aux sites web diffusant du contenu musical ou cinématographique en streaming, dans le but prétendu de "soutenir la création française..." Après avoir flingué les petits commerces et noyé les grandes surfaces sous un écheveau de règles ineptes, elle entend bien se servir, par pur souci égalitaire, sur le dos des bêtes immondes qui osent encore faire des bénéfices... De là à interdire purement et simplement Amazon & Co de fonctionner, comme lors du premier confinement, il n'y a qu'un pas... qui sera franchi sous peu, n'en doutons pas, par les syndicats zélés !

De fil en aiguille, c’est une bronca qui se lève dans le pays. Les maires s’y mettent en exigeant que les petits commerces urbains puissent rester ouverts, et ils prennent même des arrêtés s'opposant frontalement aux directives gouvernementales. Monsieur Castex, Ministre en Chef tonne au micro de TF1, dénonçant une attitude irresponsable. Il affirme qu’il n’y aura pas de passe-droit, et pour tenter d'amadouer l’opinion publique, il déclare avec un sérieux pontifical, que les grandes surfaces devront fermer, non seulement les rayons dédiés aux livres, mais également tous ceux proposant des produits qualifiés de “non essentiels”...
Le risque est cette fois de basculer dans la révolte générale si ce n'est l'anarchie, tant les consignes deviennent complexes, changeantes voire incompréhensibles, et pour tout dire, inapplicables. Le spectre des Gilets Jaunes hante les esprits. Une pagaille indescriptible est en train de s'installer tandis que l'épidémie galope et que l’État dépense toujours plus en aides généreuses l'argent qu'il n'a pas. De Charybde en Scylla on se demande avec une anxiété croissante vers quelles extrémités le bateau ivre dans lequel nous avons embarqué nous emmène...

27 octobre 2020

Quelle Santé pour Après ?

La gestion de la crise sanitaire due au SARS-COV2 s’apparente en France de plus en plus à une Bérézina. Les chiffres attestant de la nouvelle flambée épidémique s’aggravent tous les jours et on a l’impression de revivre le cauchemar du mois de mars. Certains prétendent même qu’à terme, cela pourrait être pire…
Mince consolation, le virus fait une nouvelle poussée dans à peu près tous les pays européens. Malheureusement, notre pays s’affiche désormais comme le plus touché. Nous comptabilisons actuellement plus de nouveaux cas positifs quotidiens qu’aucun autre pays au monde !
Face à ce nouveau tsunami, les Pouvoirs Publics semblent complètement dépassés. D’après M. Véran “la situation va s'alourdir dans les jours et les semaines qui viennent quoique nous fassions.” Quel aveu d’échec ! Cela ne l’empêche pas pour autant de justifier envers et contre tout sa politique désastreuse, jusqu’à demander à l’Assemblée Nationale si quelqu’un a une meilleure solution à proposer ! Dommage que nos politiciens n’aient guère de répondant, car il suffirait de tourner les yeux vers l’Asie pour trouver des exemples de gestion quasi parfaite...
Quant au Premier Ministre M. Castex, qui fut l’artisan du déconfinement, il annonce d'un ton patelin des lendemains très difficiles et ses conseils relèvent de lapalissades : “la meilleure façon de soulager l'hôpital, c’est de ne pas tomber malade.”

Cette déroute signe la faillite de notre système de santé. Réputé un des meilleurs du monde, il a pâti des lauriers sur lesquels les gouvernements successifs se sont reposés. Ils n’ont pas vu qu’il avait amorcé depuis quelques décennies, une lente descente aux enfers. Pire, ils n’ont fait que précipiter l’évolution par des réformes incessantes, plombées par la bureaucratie, l’idéologie et l’hyper-centralisation, qui nous laissent totalement dépourvus face à un virus dont la mortalité n’excède pas 0,5%. A ce jour eu égard à la propagation incoercible du COVID, un nouveau confinement paraît inévitable. Le pays tout entier va être de nouveau conduit à la paralysie et à l’asphyxie, au seul motif d’éviter l’engorgement des hôpitaux, décidément incapables de s’adapter aux circonstances !

Parmi les maux qui rongent le système, cinq au moins paraissent pourtant évidents depuis des lustres, contre lesquels on aurait pu proposer des mesures, hélas radicalement contraires au sens des programmes mis en œuvre.
La première consisterait à décloisonner les différentes structures constituant l’invraisemblable usine à gaz de la santé en France. Il faut par exemple savoir que les Pouvoirs Publics imposent à tous les programmes architecturaux hospitaliers des quota de chambres seules d’au moins 80%, allant même jusqu’à préciser qu’elles ne doiv
ent, par souci de confort et de qualité des soins, en aucun cas pouvoir être transformables pour accueillir plusieurs lits ! J’ai été personnellement le témoin effaré de cette folie dictée par l’Agence Régionale de Santé (ARS). Dans la même optique, les services de Réanimation ont été scindés en plusieurs entités distinctes. Au lieu de prévoir l'augmentation de leur nombre de lits en cas crise, sans nécessiter beaucoup de personnel supplémentaire, on a sectorisé les lits en distinguant notamment la réanimation proprement dite d'unités de surveillance continue moins bien dotées en personnel et ne disposant pas de respirateurs.
Ces deux exemples permettent de comprendre la difficulté qu'il y a de faire face à un afflux soudain de malades.
Ajoutons à cela la réduction autoritaire du nombre de lits et une politique d'autorisation ubuesque qui interdit aux établissements ne répondant pas à des seuils quantitatifs arbitraires, de pratiquer certaines activités dont la réanimation. Ces mesures ont conduit progressivement à concentrer l’essentiel de l’activité vers les gros hôpitaux, provoquant leur engorgement quasi permanent tandis qu’on désertifiait les fameux “territoires”.
Pour masquer ce démantèlement désastreux, on a procédé à la création de Groupements Hospitaliers de territoires (GHT) qui sont des coquilles vides, n’apportant rien d’autre qu’un alourdissement considérable de la gestion administrative. Pire, mis en place sous contrainte, ils ont généré sur le terrain, désespoir, rancoeur, et lassitude...
Au surplus, cette manie du cloisonnement fait de l’hôpital public le centre de gravité du dispositif, reléguant les cliniques privées et la médecine de ville au rôle de supplétifs, et qui n’ont de libéral que le nom tant on a compliqué leur tâche par quantité de contraintes administratives et tant ils sont également soumis à la tutelle des ARS.
Il serait urgent d’assouplir tout cela, de concevoir comme beaucoup de pays l’ont fait, des services médicaux à géométrie variable, partant du principe que celui qui peut le plus peut le moins, et à créer les conditions d’une vraie coopération public-privé, dénuée enfin de tabous idéologiques absurdes.

La deuxième priorité devrait être de décentraliser les instances décisionnelles et de donner plus d’autonomie aux hôpitaux et cliniques. Les agences étatiques, dont le fonctionnement coûte “un pognon de dingue”, ont établi un véritable carcan encadrant de manière étouffante tous les projets d’établissements et décidant de la politique sanitaire de manière pyramidale, de haut en bas. La nuée de fonctionnaires qui peuplent ces bouzines sécrètent à longueur de temps des règlements coercitifs, et des injonctions souvent contradictoires ou paradoxales, comme si leur but était avant tout d’exaspérer et d’empêcher de travailler les acteurs de terrain. Tout est piloté de Paris, de la nomination des chefs de services médicaux à l’accréditation des établissements en passant par les autorisations d’acquérir le moindre équipement médical.
Il serait donc impératif d’alléger ce paquebot ingouvernable et d’élaguer les échelons administratifs inutiles. Qu’attend donc par exemple pour supprimer les ARS qui ont fait la preuve de leur nocivité, et que plusieurs rapports de la Cours des Comptes ont épinglé sévèrement ?

Les nombreuses réformes qui ont prétendu “moderniser” le système, depuis le funeste “Plan Juppé”, ont promis de manière récurrente de favoriser à chaque fois que possible les délégations de gestion et de tâches. Dans les faits, ces engagements louables sont restés au stade de voeux pieux. La création des “pôles médicaux hospitaliers” devaient donner aux médecins responsables de ces nouvelles entités un vrai pouvoir décisionnel. Il n’en fut rien et une fois encore la complexité administrative s’est accrue. Aujourd’hui le “Ségur de la Santé” promet de faire marche arrière en revenant aux services de soins, mais sans délégation précise, et sans abolir les pôles. Allez comprendre…
S’agissant des délégations de tâches, elle sont restées également lettres mortes. La pénurie ressentie en nombre de médecins en France est en partie expliquée par l’absence de ces délégations au personnel para-médical. La charge de travail pesant sur les praticiens aurait pourtant pu être considérablement allégée comme beaucoup de pays l’ont fait. Nous souffrons à la fois d’une hyper-médicalisation et d’une planification excessive. Résultat, alors que nous avons un ratio de médecins plutôt supérieur à la moyenne des pays de l’OCDE, ils croulent sous le labeur, et ne sont ni aux bons endroits ni dans les bonnes spécialités. Cherchez l’erreur...

Un axe d’amélioration essentiel à notre époque devrait passer par la télémédecine, qui apporte l’expertise médicale dans les endroits les plus isolés et permet d’éviter quantité de déplacements et d'hospitalisations inutiles. Ici aussi la France a pris un retard important, comme si ce qui parait simple est par nature, forcément suspect. A force de vouloir sécuriser à outrance les télécommunications, à force de vouloir encadrer et contrôler étroitement toutes les pratiques, l’Assurance Maladie et l’Administration Centrale ont freiné des quatre fers l'essor de ces nouvelles technologies. La récente épidémie a permis de faire sauter quelques verrous par nécessité et l’on s’est aperçu que les téléconsultations fonctionnent très bien pour beaucoup de suivis de routine. Saura-t-on tirer profit de cette expérience pour en doper les effets favorables ?

Enfin, à une époque où nombre de problèmes sont médicalisés, la responsabilisation des acteurs de santé et des patients apparaît partout comme un impératif, ne serait-ce que pour garantir la pérennité financière du système. Par une politique allant exactement à l’encontre de ce principe, les gouvernements successifs ont provoqué logiquement une vraie gabegie.
Il est communément admis dans notre pays que "la santé n’est pas une marchandise", et qu’on peut dépenser sans compter. Les patients qu’on a habitués à la gratuité des soins se montrent de plus en plus exigeants et attendent le remboursement de la moindre prestation, de la moindre boîte de médicaments. Les abus sont légions comme l’ont montré de nombreux rapports officiels, et l’ensemble du système est en faillite chronique. Comment espérer pouvoir inverser cette tendance infernale alors que le gouvernement actuel entend abroger la tarification à l’activité, seul système équitable d’allocation de ressources, qu’il promet de rembourser intégralement les lunettes correctives, les soins dentaires, la procréation médicalement assistée pour convenance personnelle (PMA), qu’il allonge la durée du congé paternité, et que dans le même temps il ne fait surtout pas mine de s’attaquer aux tabous des avantages acquis, du tiers payant, et du monopole étatisé de la sécurité sociale ?

22 octobre 2020

Désarroi

S’agissant de la tectonique des plaques, on prétend qu'elle conduit à la dérive des continents. On pourrait appliquer le raisonnement aux sociétés humaines et aux civilisations. Il arrive parfois dans leur mouvement plus ou moins indéfini, qu’elles entrent en collision. L’affrontement peut être violent, colossal, de l’ordre du séisme en quelque sorte. Après le choc, il y a parfois création de montagnes ou parfois encore fusion des plaques. Il se peut également que la confrontation se fasse 
de manière moins frontale, une entité glissant peu à peu sur une autre la faisant peu ou prou disparaître.
C’est un peu ce qui se passe avec la société démocratique occidentale. Elle semble en passe de s’engloutir peu à peu dans les abysses, faute d’avoir encore assez d’énergie et de détermination pour s’imposer face aux autres.
L'événement atroce que notre pays vient de vivre n’est qu’un signe de cette déroute. A l’occasion d’un acte abominable, on semble prendre tout à coup conscience qu’un péril nous menace directement et on constate avec effroi que ses manifestations gangrènent toutes les strates de la société. Aujourd’hui c’est l’enseignement, hier c’était le journalisme satirique, puis le monde de la culture et du spectacle, puis même le cœur de l’institution policière.
La faute évidemment incombe à une politique laxiste et couarde durant des décennies, qui se paie de mots et de discours mais qui s’avère incapable de réagir avec force à ces torrents de haine et d’intolérance qui déferlent quotidiennement, heurtant de plein fouet notre mode de vie, notre culture, notre religion, notre système démocratique, nos libertés, bref tout ce qui fait le monde doré dans lequel nous vivions insouciants, au mépris même de tous les sacrifices consentis par nos aïeux pour nous permettre de profiter de cette situation privilégiée, sans doute jamais connue dans toute l’histoire de l’humanité.
La barbarie, lorsqu’elle surgit à nos portes, provoque une sorte de sidération. L'incompréhension et le désarroi s’emparent des esprits. Pourtant, comme à chaque fois, on apprend vite que l’horreur fut précédée de signes avant-coureurs, qui auraient dû mettre en alerte mais qui furent totalement négligés. Cette fois, l’assassin était un tchétchène musulman, bénéficiant du droit d’asile depuis mars dernier, et pour 10 ans, on ne sait pas trop pour quel type de persécution subie dans son pays, la Russie. Après avoir été accueilli par la République française si généreuse, non seulement, il ne fit rien pour se conformer à ses règles sociales, mais il s'est rapidement fait connaître par des actes de violence et dégradation de biens publics ! 
Quant à la victime, on sait qu’il s'agissait d'un enseignant très apprécié, qui pour son malheur osa évoquer auprès de ses élèves la liberté d’expression, en prenant pour exemple les désormais fameuses caricatures publiées par Charlie Hebdo. On apprend également mais un peu tard qu’à la suite de cet épisode, il avait été l’objet de menaces explicites, et de doléances exprimées par certains de ses élèves musulmans, et par leurs parents, au point d’avoir jugé nécessaire de porter lui-même plainte en diffamation. Plainte hélas non suivie d’effet...

Après coup, les Pouvoirs Publics font toujours mine de réagir. Quelques actions ponctuelles mais habituellement sans lendemain. Et beaucoup de compassion, beaucoup de cérémonies. Des fleuves de larmes, des tombereaux de discours, d'hommages et de paroles…
En la circonstance, les plus horripilantes sont celles qui font référence à des entités creuses ou inappropriées. Passons sur le pitoyable “Ils ne passeront pas” que M. Macron lança après la bataille, avec la voix blanche d'un général vaincu. Passons sur les lieux communs débités avec componction par le Premier Ministre M. Castex: “Cet assassinat barbare est un acte contre la vie et la République.” Passons enfin sur le jargon incompréhensible du ministre de la justice, qui réussit à dire en une seule phrase tout et son contraire...
S’il est quelque chose d’insupportable, c’est l’emploi immodéré de ces mots valises “république”, “laïcité”, “liberté d’expression”, “diversité”...
Parlons de république. Il en existe de toutes natures et parmi les pires, soviétique, populaire, islamique… Ça veut tout et surtout rien dire. Mieux vaut évidemment une monarchie parlementaire éclairée qu'une république en loques !
Parlons de liberté d'expression. Elle est à deux vitesses. On condamne Zemmour, on censure et on insulte Trump, on s'acharne en enquêtes foireuses sur tel ou tel politicien incorrect politiquement, on parvient même à interdire, sur les réseaux sociaux devenus justiciers, "l'Origine du Monde" de Courbet, au motif que le tableau constitue un outrage aux bonnes mœurs. Mais dans le même temps, on laisse libre cours aux prêches guerriers, aux propagandes haineuses, aux anathèmes abjects...
Décidément, tout cela est profondément écœurant. Il est si désespérant de voir le monde dit libre glisser peu à peu dans les profondeurs obscures du renoncement et de l’inconsistance. Seule consolation, puisque les gouvernants sont devenus des dames patronnesses et que la justice n'est plus que l'ombre d'elle-même, il reste la police. Quand on lui laisse la possibilité de faire son travail, elle parvient à neutraliser définitivement les brutes sanguinaires qui sèment la terreur, tout en sachant trop bien qu'ils ne sont que les combattants de la première ligne d'armées plus que jamais conquérantes...

14 octobre 2020

Bach au Zénith


Chaque nouvelle interprétation des Variations Goldberg constitue pour moi un évènement. Certes elles sont si nombreuses qu’il devient bien difficile de trouver encore quelque originalité dans la manière d’exprimer ce que contient cette partition merveilleuse.
Cette œuvre fut transcrite de tant de manières, qu’on se demande ce qu’on peut encore proposer. On en connaît des versions pour clavecin naturellement, puisque c’est pour cet instrument qu’elles furent écrites. Pour piano, c’est non moins évident depuis que Glenn Gould s’y est aventuré avec bonheur. Mais que dire des interprétations pour guitare, pour accordéon, pour trio à cordes, ou même pour orchestre de jazz ?
Sans doute avant tout que cette œuvre a quelque chose d’unique et d’universel, et qu’elle se prête sans être dénaturée à toutes les conceptions et à toutes les extrapolations aussi fantaisistes soient-elles. Le bonheur qu'elle procure est inusable et incorruptible et fascine autant que l’éclat de l’or ou du diamant.

Comme tout pianiste digne de ce nom, Lang Lang vient de produire “sa” version. Il paraît qu’il la mûrissait depuis 20 ans dans l’intimité de son salon ! C’est dire l’importance de l’enjeu et la quantité de travail que cela suppose, même pour un virtuose tel que lui.
Quoique sceptique de prime abord, je dois dire que je fus conquis dès la première écoute.
Il n’y a rien de vraiment révolutionnaire dans la manière choisie par l’artiste pour aborder ce Graal musical. Le parcours suivi est linéaire, sage et orthodoxe. Tout au plus peut-on mentionner le tempo, sensiblement plus lent que celui adopté par la plupart de ses prédécesseurs (hormis Rosalyn Tureck), mais sans aller jusqu’à l’extrême ralentissement confinant à l’extase hiératique qu’Anton Batagov conféra aux partitas. Tout de même, les plus de 10 minutes consacrées à la 25è variation en forme d’adagio presque romantique, n’en sont pas si loin…
Cela donne une intensité particulière à ces moments durant lesquels l’interprète semble se fondre dans la musique. Ici, il n’y a plus ni fioriture, ni effet de style, c’est limpide et bouleversant (variations 13, 15, 20, 25)).

A mesure que défilent les variations, ce qui frappe, c’est la plénitude du piano. Favorisée sans doute par une prise de son quasi parfaite, avec juste ce qu’il faut de réverbération et une belle rondeur harmonique, elle doit également à la douceur maîtrisée du toucher. Son velouté n’exclut pas vigueur et précision dans les attaques conférant une musicalité indicible aux lignes mélodiques et leur donnant un caractère tantôt joyeux tantôt apaisé mais toujours très affirmé. Bref, ce parcours est un pur enchantement, et procure à l’âme autant de jouissance, d’apaisement et de “récréation de l’esprit” que Bach le souhaitait, à n’en pas douter.. A ceux à qui ces réjouissances ne suffiraient pas, Lang Lang offre une autre version, non moins belle, mais enregistrée en public, au pied même du tombeau de Bach, suivant en cela l’exemple de Zhu Xiao Mei...

08 octobre 2020

COVID: Le Retour

Le COVID-19 revient donc en force. On peut gloser à l’infini pour savoir s’il s’agit d’une deuxième vague ou bien d’une simple recrudescence de l’épidémie. Une chose apparaît clairement: l’ambiance est à la panique !
Avec le virus, les experts en prévision sont eux aussi de retour sur les plateaux et télévision et les controverses reprennent de plus belle. Dans ce qu’on entend, il y a tout et son contraire. Bien malin celui qui peut dans un tel contexte se faire une idée claire.
Le plus inquiétant est que le gouvernement semble une fois encore pris de court. Certes, nous avons désormais des masques à profusion, et loin d’être qualifiés d’inutiles pour les péquins moyens, ils sont devenus obligatoires quasi partout. Certes nous avons les tests, et loin d’être réservés aux seuls cas symptomatiques, ils sont aujourd’hui proposés à l’ensemble de la population, sans ordonnance ni justification et gratuits (ou presque gratuits, car en vertu des franchises de la Sécurité Sociale, il reste tout de même 2 € à charge de chaque assuré…). Certes les prises en charge thérapeutiques sont paraît-il beaucoup plus performantes, et foin de l’hydroxychloroquine, bonjour la bonne vieille dexaméthasone...

ll y a quand même un hic: malgré tous ces progrès, on se croirait revenu au début de l’histoire. Un peu partout, c’est le branle-bas de combat général, les alertes catastrophistes se multiplient et selon les indicateurs savants du ministère de la santé, les régions virent les unes après les autres au rouge de plus en plus foncé. Parallèlement, les contraintes pesant sur la population et les entreprises sont chaque jour un peu plus lourdes et certains parlent même d'un prochain re-confinement !
Fait étrange, la France figure une fois de plus parmi les pays les plus touchés, et les plus en difficulté. En Asie, la contagion est maîtrisée depuis belle lurette. Autour de nous, hormis l’Espagne, les choses paraissent évoluer de manière beaucoup plus simple. Même l’Italie et la Belgique parviennent à contenir la marée virale. La Suède dont on stigmatisait la légèreté, est en phase de plateau, et s’il y a une augmentation modeste du nombre quotidien de patients contaminés, le nombre de décès reste très bas et la vie continue presque normalement. Sans avoir jamais confiné, sans avoir trop entravé les libertés, les chiffres de mortalité sont à peu près équivalents à ceux de la France (588 décès par million d’habitants là bas vs 482 chez nous). A titre de comparaison, ce même indicateur est de 116 en Allemagne, de 8 en Corée du Sud, et de 0,259 à Taïwan....
En France, vu la multiplication des tests, le nombre de morts rapporté au nombre de personnes positives a heureusement beaucoup baissé. Il est passé de plus de 17% en juillet à 5,17% aujourd’hui, mais il reste plus élevé qu’aux États-Unis (2,8), qu’en Allemagne (3,15) et même qu’au Brésil (2,9).

Pourquoi donc cette ambiance de panique, alors que les chiffres mondiaux objectivent un plateau s’agissant du nombre de patients positifs et une baisse régulière en matière de mortalité depuis plus d'un mois ?
Force est d’évoquer encore et toujours les faiblesses de la stratégie française et notamment du gouvernement, qui est à la barre et dont on attend tout et sans doute bien trop. Il s’agite dans toutes les directions, mais ses injonctions s’avèrent trop souvent contradictoires ou peu intelligibles. On a vu les revirements concernant les masques et les tests. On pourrait dire qu’on est passé d’un excès à l’autre. Il est évident que le port quasi généralisé du masque n’a pas permis d’enrayer le rebond actuel. Il est clair également que l’accès sans limite ni stratégie aux tests s’est révélé contre productif, engendrant l’engorgement des laboratoires et l’allongement déraisonnable des délais pour obtenir un diagnostic. Parallèlement la faiblesse des sanctions, spécialement dans les endroits “sensibles” où les règles étaient les moins bien respectées n’a pas arrangé les choses. Tout comme le caractère lacunaire des contrôles aux frontières, dans les ports et dans les aéroports...
Et face à cette montée des périls, tout se passe comme si l’on n’avait tiré aucun enseignement de la crise initiale pour réorganiser les hôpitaux et adapter leurs capacités à un éventuel afflux de patients. On nous avait pourtant affirmé qu’ils disposaient de tous les médicaments nécessaires, de respirateurs en grand nombre et M. Véran annonçait victorieusement fin août que les services de réanimation pouvaient désormais accueillir 12000 malades simultanément et jusqu’à 29000 sur la durée d’une vague épidémique. On avait même échafaudé en un temps record le fameux "Ségur de la santé" qui devait sauver les établissements de santé. Comme tous ceux qui l'avaient précédé, il est déjà en passe d’être oublié, sans avoir produit le moindre effet, hormis quelques hausses salariales qui ne semblent pas avoir convaincu vraiment les personnels...

Tout cela semble bien vain et l’impression tenace est que les Pouvoirs Publics courent après le virus depuis son émergence, mais qu’ils ne parviennent ni à enrayer sa progression ni à anticiper les dégâts qu’il provoque. Ne sachant manifestement vers quel saint se tourner, ils promulguent à tour de bras des directives dans lesquelles personne ne se retrouve. Un jour on ferme les restaurants, un autre les salles de sports, les piscines, puis une semaine plus tard on revient en arrière mais en imposant des protocoles sanitaires dissuasifs tant ils sont complexes et fluctuants. Tout à coup on s’aperçoit de l’incroyable promiscuité qui règne dans les amphithéâtres des universités et du jour au lendemain, on "réduit la jauge à 50%", sans expliquer aux gestionnaires comment s’y prendre. Manifestement le télé-enseignement n'a guère progressé…
Le mécontentement grandit donc, pendant que le pays s’enfonce pour de bon dans une crise économique de grande ampleur, le tout sur fond de délabrement social et de lubies totalitaires de tout poil, écologistes anti-spécistes, égalitaristes... Plus que jamais la parole publique semble déconnectée des actions. Nos gouvernants passent la moitié de leur temps en cérémonies compassionnelles et l’autre à faire de vibrants discours et de beaux projets de lois affirmant la primauté de la République et la détermination de l’État à protéger les citoyens contre tous les maux de la Création, réels ou imaginaires. Ils ne convainquent plus grand monde et le citoyen moyen se demande avec une inquiétude croissante s’il y a une issue au bout du tunnel...

30 septembre 2020

Démocratie en folie 2

Dans un contexte, où l’élection présidentielle est pipée et où ni les élections européennes, ni les régionales ne constituent de réel challenge, on assiste à une vraie dévastation du paysage politique. Il restait les municipales qui avaient encore quelque intérêt pour beaucoup de gens. Mais avec le passage du Coronavirus elles ont été réduites à néant ou presque.
Par son obstination à vouloir maintenir à tout prix les échéances électorales tout en recommandant aux gens de rester chez eux, Emmanuel Macron a provoqué une double catastrophe. D’abord pour son propre parti qui fit l’objet d’un rejet massif, notamment à Paris où on assista à la déroute grotesque de Benjamin Griveaux puis de madame Buzyn (et de Cedric Villani par la même occasion). Mais aussi pour nombre de grandes villes où la très faible participation a propulsé des alliances baroques, qui furent qualifiées de manière sommaire d’écologistes, mais qui rassemblaient en réalité tout ce que la gauche et l’extrême-gauche compte encore de factions hétéroclites, et de groupuscules plus ou moins sectaires. Dans bien des endroits leur a suffi parfois d'engranger les votes de moins de 20% des inscrits pour rafler la citadelle municipale.

Le résultat ne s’est pas fait attendre. L’écologie n’est plus que le cache-misère du désastre général. L’incohérence et l’absurdité sont partout.
A Bordeaux le nouveau maire à peine élu, s’est empressé comme on pouvait s’y attendre de rappeler son but de nettoyer totalement la cité de tout véhicule automobile. Pour tendre vers cette lumineuse perspective, il révéla son intention de commencer par punir ces “salauds de riches” en taxant le stationnement en fonction des revenus. Non content de ce joli programme “décroissant” bien ancré dans le socialisme le plus ringard qui soit, il annonça tout à trac qu’il supprimerait le traditionnel sapin de Noël de l’Hôtel de Ville, au motif qu’il n’était pas question de végétaliser la ville avec des arbres morts ! Comme pour marquer les esprits qui n’auraient pas encore compris qu’ils avaient été floués, il balaya avec mépris les voix s’élevant contre cette mesure en déclarant qu’il s’asseyait sur l’avis des “fachos”!
A Lyon son co-religionnaire également fraîchement élu, puise manifestement ses idées au même tonneau insane. C’est au Tour de France cycliste qu’il s’attaque bille en tête, promettant de lui interdire le passage dans sa ville. Non pas qu’il en veuille aux vélos mais plutôt aux organisateurs de la compétition qualifiés de “machistes” (ils font remettre au gagnant de chaque étape, le maillot jaune et un bisou en prime, par de jolies jeunes filles, court-vêtues !) et à la caravane (qui se déplace en véhicules thermiques et distribue à tire larigot cadeaux et gadgets fabriqués sans aucun respect de l’environnement dans des pays sans foi ni loi)...
Dans le même temps, il se pose en garant de la laïcité en refusant d’honorer contrairement à tous ses prédécesseurs depuis 1643 la cérémonie des échevins, jugée trop marquée par le catholicisme. Cela ne l'empêche nullement de poser complaisamment la première pierre d’une nouvelle mosquée.
Et pour marquer son attachement à la nouvelle bienséance égalitaire, il innove en créant des budgets “genrés”, garantissant qu’aucune dépense communale ne favorisera un sexe plus qu’un autre….
A Rouen, même topo si l’on peut dire. Le nouveau maire socialo-écologiste, parmi les toutes premières mesures de son mandat, se fait fort de déboulonner la statue équestre de Napoléon qui orne la place de l'hôtel de Ville, pour la remplacer par une “représentation féminine”, sans savoir pour l’heure qui serait l’heureuse élue…
A Grenoble, c’est contre le développement du réseau de télécommunication sans fil 5G promu par le gouvernement, que se dresse le maire écologiste, tout juste réélu malgré un bilan catastrophique, notamment en matière de sécurité. Pour justifier sa position, il explique que l'accélération des débits permettant de naviguer sur internet n’a d’autre utilité que de permettre de regarder sur leur téléphone des vidéos pornos en haute définition dans l’ascenseur...
Ubu est en passe d’être détrôné !

Malheureusement, ce vent de folie souffle un peu partout. A Paris, madame Hidalgo et son équipe “écolo” se font fort d’endiguer la circulation sur le Périphérique en réduisant le nombre de voies de 3 à 1 et la vitesse à 50 km/h. Quant aux téméraires qui oseront encore s'aventurer dans Paris intra-muros, ils devront bientôt se trainer à moins de 30 km/h, même sur les grands boulevards et les plus larges avenues.

Au plus haut niveau de l’État, c’est une pluie de propositions plus déraisonnables les unes que les autres. Un jour on apprend qu’on songe à interdire les publicités vantant des produits jugés “néfastes pour l’environnement ou la santé”. Un autre on nous dit qu’on envisage de faire entrer au Panthéon les cendres de Verlaine et de Rimbaud, non pas tant pour leur apport à la poésie, ni naturellement pour les penchants alcooliques de l’un et l’activité de trafiquant d’armes pour l’autre, mais parce qu’ils représentent par leur homosexualité supposée, l’incarnation idyllique de la diversité sexuelle (tellement idyllique que l’un a fini par tirer au pistolet sur l’autre…).
Au moment même de terminer ce billet, les médias rendent publique la proposition totalement farfelue émanant du ministère de l’écologie d’interdire aux derniers cirques encore en activité de détenir des animaux en captivité. Dans la même veine, un autre projet voudrait supprimer “progressivement” tous les delphinariums. Sans rire, madame Pompili qui n'est pas une ânerie près s'exclame qu'il s'agit d'un
«un tournant majeur pour les animaux sauvages dans notre société».
Pas un jour en somme sans un projet de loi aussi inutile que ruineux pour les forces vives de la nation....
Alors que le ministre de l’économie tente de nous faire croire qu’il n’y aura pas d’augmentation d’impôts, on découvre que le malus automobile déjà très lourd va doubler en 2020 et augmenter encore les années suivantes, comme si l'on voulait achever l'industrie automobile, avec un acharnement qui rappelle l'épisode calamiteux de la taxe carbone, à l'origine de la révolte des Gilets Jaunes. Encore peut-on s’estimer heureux d’avoir échappé à la lumineuse idée de madame Pompili de taxer également les véhicules selon leur poids, ce qui aurait pénalisé les voitures hybrides ou électriques ! Ce projet démentiel conduisait à augmenter jusqu'à 800% le montant de certains malus.
Pendant ce temps, les propriétaires de leur logement, réputés fortunés (c’est à dire dont les revenus atteignent ou dépassent 2500€/mois...) s’interrogent. Un jour on leur promet la suppression de la taxe d’habitation, un autre le maintien, voire l'augmentation...

Et c’est dans l'ambiance de crise économique et d’inflation délirante des déficits publics que le gouvernement annonce benoitement qu’il porte à 28 jours le congé paternité, dont la gestion en matière de ressources humaines, incombera aux entreprises et dont le coût financier sera essentiellement porté par la Sécurité Sociale. Parallèlement, il va ajouter une cinquième branche à cette dernière, destinée à prendre en charge la dépendance, dont le coût à terme serait de 5 milliards d’euros par an. Rappelons que le déficit prévisionnel de la “Sécu” pour la seule année devrait tourner autour de 50 milliards d’euros...

Devant un tel déluge d’inepties, comment s’étonner de la désaffection grandissante du peuple pour le système qui les génère et pour des programmes électoraux de moins en moins convaincants ?
Ne sachant plus quelle solution trouver, le Président de la République, soumis à la pression des rebellions de plus en plus fréquentes a cru bon de créer la fameuse Convention Citoyenne. Mais en choisissant le hasard pour en nommer les membres, il torpille encore un peu plus les assemblées élues, tout en s'enfermant dans une logique associant l'irresponsabilité à l'aléatoire. Il n'a pas fini d'en payer les conséquences. Pendant ce temps, l’incurie des Pouvoirs Publics face à la gestion des finances publiques, de l’insécurité et de l'incivilité ne cessent de grandir dans notre pays, tandis que le coronavirus fait un retour en force !

Illustration: extraction de la pierre de folie par Jérôme Bosch.

29 septembre 2020

Démocratie en folie 1

Il y a déjà quelques années (1992), Jean-François Revel s’était réjoui du “Regain Démocratique” qui gagnait selon lui le monde. Il saluait à sa manière l'effondrement du communisme, mais dans le même temps, il relativisait la victoire, par défaut, du monde libre et pointait, après Tocqueville, les fragilités consubstantielles au modèle démocratique.
Que dirait-il aujourd’hui en voyant l’évolution des choses et particulièrement l’état navrant de la société française ?
Foin des supputations, force est de constater que notre république est mal en point et chaque jour qui passe semble accréditer l’idée de son déclin sur le mode du pourrissement.

Les causes sont probablement complexes et anciennes comme en atteste le cours chaotique de notre société depuis la grande révolution de 1789: pas moins de cinq républiques, trois monarchies royales, deux empires, plusieurs révolutions, et toujours une grande insatisfaction !
On croyait avoir acquis en 1958 avec la cinquième république une relative stabilité. Pourtant, depuis quelques décennies, elle paraît elle-même minée. Parmi les maux qui la rongent, il y a l’effondrement du débat politique. La fin des grandes idéologies y est sans doute pour quelque chose, mais notre pays a quelques particularités qui peuvent également fournir une part d’explication. Le socialisme y est resté omniprésent, infiltrant toutes les institutions publiques, de l’enseignement à la justice en passant par les syndicats, la sécurité sociale, et les grandes entreprises nationalisées… Face à cette armée de l’ombre, il n’y a jamais eu d’opposition structurée. La Droite est une sorte de magma oscillant entre le dirigisme centralisé et le néo-constructivisme hyper-administré sur fond de social-démocratie. Aucun homme politique n’a jamais osé assumer autrement qu’en vaines paroles et promesses non tenues un libéralisme éclairé et responsabilisant.
Résultat, les Français n’eurent droit qu’à des programmes démagogiques, sans audace, toujours étroitement encadrés par l’absolutisme étatique, et sans ambitions autres que personnelles.

C’est dans ce morne climat qu’émergea il y a quelques décennies le Front National, devenu Rassemblement National (RN). Toujours pas de libéralisme en vue, mais une parole abrupte et décomplexée pour aborder les problématiques de l’époque en privilégiant une vision nationaliste fermée plutôt qu’européiste ou mondialiste. La classe politique dans son ensemble a contribué soit par manigance, soit par lâcheté, à créer autour de ce nouveau parti un vrai casse-tête démocratique. En diabolisant toutes les idées qui en étaient issues, on a en effet radicalisé ses représentants et ostracisé la frange grandissante de l'électorat séduite par le discours, dont le principal mérite est d’être dénué de langue de bois.
En définitive, les enjeux politiques nationaux se sont réduits à une alternative inscrite dans un implacable déterminisme. Le Rassemblement National se trouvant de facto privé de toute possibilité d’alliance, s'est donc vu contraint pour gagner, dans tous les scrutins majoritaires à 2 tours, d’obtenir la majorité absolue à lui tout seul, ce qui est un challenge quasi inatteignable, sauf lors d’élections locales.
Mais, à force d’avoir tout fait pour isoler et rejeter les propositions émanant du RN, on a cristallisé autour de lui un électorat fidèle devenu suffisamment conséquent pour permettre au parti d’être au second tour de beaucoup de scrutins, dont celui conduisant à l’élection du président de la république.
Jusqu’à la rupture d’un hypothétique “plafond de verre”, il suffit par conséquent d’être opposé au candidat du RN pour avoir la quasi certitude d’être élu. On a ainsi vu Jacques Chirac vaincre sans péril Jean-Marie Le Pen en 2002, avec un score quasi soviétique. Pour Emmanuel Macron en 2017, il ne fut guère plus difficile de battre sa fille Marine avec plus de 60% des voix. Et l’objectif de nombre de candidats putatifs pour la prochaine élection présidentielle de 2022 est bien d’arriver au second tour, face à Madame Le Pen pour triompher sans peine, et sans gloire. Nombre de gens sont démotivés par ce type de confrontation sans vrai enjeu et se détournent des urnes.

A ceci s’ajoutent les faiblesses inhérentes à notre république dont les pouvoirs exécutifs législatifs sont comme cul et chemise, et dont l’autorité judiciaire, loin d’être indépendante comme aux Etats-Unis, est en pratique inféodée à l’Etat. Il faut souligner ici le fait que le parlement bi-caméral est en France boiteux vu le peu de pouvoir laissé par la Constitution au Sénat. Facteur aggravant, la réduction de 7 à 5 ans du mandat présidentiel a institué de facto la simultanéité du renouvellement du Chef de l’Etat et de l’Assemblée Nationale, supprimant pour le peuple la possibilité de s’exprimer de manière significative pendant la durée d’un quinquennat. 
(à suivre)
Illustration: La Nef des Fous par Jérôme Bosch

22 septembre 2020

Joker pour rien

On croyait avoir à peu près tout vu en matière de super-héros américains. Des bandes dessinées à la morale simpliste aux méga-productions hollywoodiennes consacrant sur écrans géants une mythologie à l’emporte pièce, tout avait été dit ou presque.
C’était sans compter sur l’imagination des scénaristes et sur leur ineffable capacité à s’imprégner puis à refléter les lubies et poncifs de leur époque.
Avec ce nouvel opus, tiré de la légende de Batman, c’est l’anti-héros qui devient le centre de l’intrigue. Et puisqu’on est dans une logique binaire, c’est donc le mal auquel on s’intéresse désormais. Rien d’étonnant dans un siècle où l’on assiste à l'inversion systématique des repères, des dogmes et des canons moraux.

L’ennui, c’est que la transgression des règles et la débauche de moyens techniques s’avèrent parfois impuissantes à produire quelque chose d’intéressant.
C’est exactement ce qui se passe avec ce glauque remake-à-rebours du mythe du justicier chauve-souris. Tout y est grotesque et répugnant. En premier lieu le personnage du Joker qui constitue l’épicentre obsédant de cette sinistre comédie.
La tâche confiée à Joaquin Phoenix contraint ce dernier à se livrer à un épuisant one-man-show où se mêlent dans une sorte de cabotinage dément, rictus effrayants, rires débiles, gesticulations insanes, maquillage outrancier et tenues vestimentaires clownesques ridicules.
On aurait pu espérer un peu de recul pour analyser la déroute des valeurs et la déconfiture du modèle démocratique auxquelles le réalisateur fait lourdement allusion. Au lieu de cela, le scénario s’enlise, au gré de longueurs inutiles et usantes, dans une monstrueuse théâtralisation de la violence urbaine dont l’absurdité est supposée faire écho aux convulsions d’une société rongée par les inégalités sociales, la corruption et la cupidité. Autrement dit, on assiste à une nouvelle resucée du procès du capitalisme libéral. Rien de bien nouveau, et hormis le numéro ébouriffant d’acteur, il n’y a strictement rien à retenir de ce film surfait aux messages simplistes ou incohérents, assénés à coups de marteau pilon.
Pour preuve de l’inanité de l’entreprise, Michael Moore a beaucoup aimé ! A l’instar du célèbre Joseph Prudhomme, ce pseudo-cinéaste “engagé”, grassouillet, conformiste et sentencieux, emblématique de la sottise auto-satisfaite, nous a habitués à enfoncer les portes grandes ouvertes de l’imbécillité bien pensante. Il n’est donc pas étonnant qu’il s’extasie devant ce sanglant racolage, célébrant de manière orgiaque la décadence d’un monde atteint d’une liquéfaction contagieuse des cervelles....

17 septembre 2020

Un été avec Baudelaire

Dans la série diffusée par France Inter “un été avec...”, après Montaigne et avant Pascal, on eut droit en 2014 à Charles Baudelaire (1821-1867).
Signées Antoine Compagnon, ces causeries radiophoniques, colligées par la suite dans un petit ouvrage papier, invitent à rentrer en toute simplicité dans la vie et l’œuvre de l’écrivain concerné.
C’est léger, souvent instructif mais parfois si superficiel qu’il n’en reste pas grand chose hélas, hormis l’envie peut-être de lire ou de relire l’auteur, ce qui n’est pas si mal après tout.
S’agissant de Baudelaire que je vénère depuis mon adolescence et dont je me récite quasi quotidiennement les vers, je suis resté sur ma faim tant l’analyse est passée à mon sens à côté du sujet.
Avant tout peut-être parce que le propos commence par un navrant contresens. M. Compagnon trouve en effet "saugrenu de passer un été avec Baudelaire", car affirme-t-il, “l’été ne fut pas la saison préférée de notre poète.”
Mais où donc a-t-il trouvé matière à pareil stéréotype ?

J’ignore pour ma part quelle fut la période de l’année que chérissait Baudelaire, mais je connais des vers, parmi les plus beaux, qui laissent entendre qu’il aimait soleil et chaleur. Qu’on songe seulement à ce quatrain enchanteur:
"Au pays parfumé que le soleil caresse
J’ai connu, sous un dais d’arbres tout empourprés
Et de palmiers d’où pleut sur les yeux la paresse,
Une dame créole aux charmes ignorés
"

Mais aussi, à ces distiques évocateurs si ce n’est explicites:
"J’ai longtemps habité sous de vastes portiques
Que les soleils marins teignaient de mille feux…
"

"Je vois se dérouler des rivages heureux
Qu’éblouissent les feux d’un soleil monotone
…"

" Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres;
Adieu vive clarté de nos étés trop courts!
"

Et pour enfoncer le clou, cette strophe inoubliable:
"Mon enfant, ma sœur
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
"
Qui peut croire que ce pays soit celui de la froidure et des frimas ?

A contrario, lorsque le poète évoque les brumes et la pluie c'est à "un linceul vaporeux" et à "un vague tombeau" qu'il les compare, et il souffre manifestement lorsque “le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle”, que "la pluie étale ses immenses trainées", et que “la Terre est changée en un cachot humide”...
S'il semble se complaire à décrire ces ténébreuses sensations, c'est pour mieux faire ressentir le spleen et l'ennui qui l’assaillent si souvent. Dans ces instants, il n'aspire plus à rien, et ce qu'il chante relève plus du désespoir que d'une morbide dilection. Le temps de chien fait naître ou s’associe naturellement au spleen. C’est alors, écrit-il, que "de longs corbillards, sans tambour ni musique défilent lentement dans mon âme, l'espoir vaincu pleure, et l'angoisse, atroce, despotique, sur mon crâne incliné plante son drapeau noir."
Tout est dit. Baudelaire est le plus souvent accablé par la vie. Il accepte résigné, la noirceur de son existence mais cela ne l'empêche pas de rêver d'horizons éblouissants, et de "champs lumineux et sereins" qu’il magnifie avec une évidente jubilation.
On comprend de facto, son attirance pour ce qu'il appela les paradis artificiels. Tout est bon pour tenter de s'évader du détestable quotidien en somme...

De tout cela, M. Compagnon ne parle guère hélas. Il préfère aborder le personnage à travers mille détails anecdotiques, souvent triviaux, tirés non de ses vers limpides qui résument si bien sa pensée, mais d’écrits fragmentaires ou d’opinions de contemporains plus ou moins bien intentionnés. L’intérêt de ce type de contribution est discutable.
On sait que Baudelaire fut largement incompris à son époque, et sa poésie plutôt méprisée. Aujourd’hui cela pourrait être pire encore eu égard au puritanisme qui censure la morale et la transforme en morne et insipide “éthique”, et à la correction politique qui vitrifie l’esprit critique.
M. Compagnon qui nous avait habitués à plus de liberté de ton et d’originalité, s’inscrit dans ce navrant courant de pensée. Il ne peut s’empêcher, à partir de brouillons que le poète n’aurait sans doute jamais publiés, de le présenter comme quelqu’un “d’hostile au progrès, à la démocratie, et à l’égalité, méprisant presque tous ses semblables et se méfiant des bons sentiments". Il en rajoute même en assénant au marteau pilon "qu'il ne pense pas beaucoup de bien ni des femmes, ni des enfants" et "qu'il est partisan de la peine de mort.” Pire que tout, il tente de l’excuser en “faisant valoir qu’il fut victime des préjugés de l’époque.”
C’est vraiment lui faire une vilaine insulte car il est clair que Baudelaire n’avait que faire des idées reçues et qu’il répugnait à toute pensée trop conforme !
Pareillement, lorsque M. Compagnon essaie d’en faire tantôt un sympathisant socialiste, tantôt un “anarchiste de droite”, il se trompe lourdement, car l’auteur des Fleurs du Mal l’affirma on ne peut plus clairement, dans l’ébauche de préface qu’il destinait à l’ouvrage: “Le poète n’est d’aucun parti. Autrement il serait un simple mortel.” Tant d’artistes pourraient s’inspirer de cette maxime…

Au total, l’ouvrage reste donc trop à distance de l’astre obscur dont il était supposé révéler les lumières, donnant de Baudelaire une image quelque peu erratique et approximative, très éloignée de l’essence poétique qui rayonne si intensément autour de son œuvre.
On pourrait déplorer entre autres le peu d’importance qu’il accorde au travail de critique de l’auteur des Fleurs du Mal. Mais on regrette pareillement que sa parenté avec d’autres artistes ne soit qu’effleurée. L’attirance pour les paradis artificiels qu'il partageait avec Edgar Poe ou Thomas de Quincey aurait pu donner lieu à de très intéressants développements. Les drogues firent naître beaucoup d’espérances et d’illusions chez quantité d’artistes mais le parcours de ces trois là fut à maints égards édifiant par sa richesse descriptive et sa sombre lucidité.
On ne peut que s'attrister que ne soit à aucun moment évoquée, l’influence qu’eut le poète sur nombre d’écrivains, de poètes ou de peintres, au premier rang desquels on trouve Odilon Redon (dont les "noirs" transcrivent à merveille le spleen baudelairien) ou Mallarmé (qui fut son digne héritier en matière d'idéal parnassien).
Enfin, s’il est indéniable que Baudelaire avait une opinion caricaturale, bien plus provocatrice que choquante, sur certains sujets “modernes” dont la démocratie et notamment sur la société américaine émergente qu’il qualifia de “barbarie éclairée au gaz”, il manifesta beaucoup de clairvoyance quant à l’évolution de l’art qu’il voyait basculer dans le mercantilisme et la médiocrité. Amoureux inconditionnel de la beauté, ce que devrait d’ailleurs être tout artiste, il se fendit de considérations abruptes qui retentissent avec force dans le désert culturel actuel: “Parce que le beau est toujours étonnant, il serait absurde de supposer que ce qui est étonnant est toujours beau.” Ou bien encore: “Si l’artiste abêtit le public, celui-ci le lui rend bien…

Fondamentalement, Baudelaire fut un incurable pessimiste, et il craignait non sans raison que ce qu’il est convenu d’appeler “le progrès”, ne fasse le lit de la décadence de l’esprit critique et de la passion du beau. Il faut bien reconnaître qu’il n’avait pas vraiment tort. Comme beaucoup de ceux qui essayèrent avec originalité et audace, d’ouvrir dans l’art de nouvelles voies, il fut vilipendé, incompris, attaqué, censuré. Il rirait en voyant aujourd’hui à l’inverse, les mêmes esprits étroits et moutonniers s’ébaudir devant des immondices et de vraies obscénités qualifiées d’œuvres d’art...
Les cris d’orfraie des ligues de vertu qui accueillirent le joyau des Fleurs du Mal lui firent sans doute très mal. Il tenta de les traiter avec cynisme et dédain, en déclarant dans un projet de préface : “Mon livre a pu faire du bien je ne m’en afflige pas. Il a pu faire du mal. Je ne m’en réjouis pas…
Il essaya de lever l’incompréhension dont il faisait l’objet en expliquant le sens de sa démarche poétique : “il m’a paru plaisant, et d’autant plus agréable que la tâche était plus difficile, d’extraire la beauté du mal..”, précisant avec humilité que son livre, “essentiellement inutile et absolument innocent, n’a pas d’autre but que de me divertir et d’exercer mon goût passionné pour l’obstacle.” En ce sens il rejoignait Malherbe pour qui un bon poète n’était "guère plus utile à l’État qu’un joueur de quilles”. Mais qu’importe après tout. Même le plus utilitariste des pragmatiques peut succomber au charme magnétique d’une poésie qui parle à l’âme...
Évidemment, cela ne calma pas vraiment son aigreur vis à vis des censeurs aux petits pieds qui portèrent l’affaire devant le Tribunal, et qui obtinrent des juges le retrait de certains poèmes. Du coup, sa rancœur ne fit que croître : “La France traverse une phase de vulgarité. Paris centre et rayonnement de bêtise universelle…
En définitive, il fut un peu tué par un monde auquel il était par nature étranger et dans lequel il ne voyait guère d'échappatoire heureuse. Après avoir beaucoup travaillé pour faire naître des créations poétiques sans égales, qui illuminent la langue française, et ayant perdu toute illusion, il se sentait épuisé, vidé, triste, mais plein d’une ineffable sérénité: “j’aspire à un repos absolu et à une nuit continue.../… Ne rien savoir, ne rien enseigner, ne rien vouloir, ne rien sentir, dormir et encore dormir, tel est aujourd’hui mon unique vœu…

08 septembre 2020

Cités assoupies

Quand on pénètre en Médoc, c'est un peu comme si on entrait dans un monde parallèle. Cette péninsule en fer de lance s’étend nonchalamment du sud au nord entre l’océan et l’estuaire de la Gironde. D’un côté, des plages et des forêts de pins à perte de vue, juste interrompues par l’immensité paisible du lac d'Hourtin-Carcans. De l’autre des berges limoneuses, sur lesquelles on trouve quelques uns des plus beaux vignobles français. En traversant ces villages aux noms enchanteurs on ressent déjà comme le parfum enivrant du vin. Margaux, Saint-Julien Beychevelle, Pauillac, Saint-Estèphe, ils sont quatre comme les mousquetaires à défendre la reine des Grands Crus Classés, si tant est qu’il y en eut... Sont-ils d’ailleurs tous encore à la hauteur du classement de 1855, c’est là la question… Si Napoléon III ou quelque distingué sommelier de sa cour revenait, il aurait peut-être à redire.
Peu importe en somme, le poids des ans et des traditions semble avoir figé pour l’éternité les vertus des nectars.
Mais derrière les éblouissantes façades des propriétés qu’il est convenu d’appeler châteaux, sises au milieu de l’océan tranquille et immuable des vignes, les villages ont des allures de fantômes. La charmante cité de Pauillac semble endormie. Dans le port, pas un bateau ne bouge sous le soleil et dans les rues, il n’y a plus des magasins d’autrefois que les portes closes et les vitrines occultées. Quelques jeunes désœuvrés ici ou là, deux ou trois chalands attablés à un bistrot, rien de plus.
Décidément ce monde est hors du temps.

Pourtant, à côté du culte ancestral du raisin, on trouve d’étonnantes traces d’un passé, sans doute trop oublié. A Pauillac, la capitainerie arbore fièrement une statue dans le genre naïf du marquis Gilbert du Motier de de La Fayette. Elle rappelle aux visiteurs que ce dernier, âgé de 19 ans, embarqua précisément de cet endroit sur la Victoire en avril 1777 pour son premier voyage vers l’Amérique, dans le but de prêter main forte aux troupes de Washington.

Lorsqu’on remonte au bout du Médoc, à Soulac, c’est à une réplique de la statue de “la Liberté éclairant le monde” à laquelle on est confronté. Erigée en 1980 pour commémorer dans le même esprit l'alliance franco-américaine, elle fait face fièrement à l’océan, flanquée de la bannière étoilée qui claque ce jour dans ciel d’un bleu immaculé. Il n’en faut pas plus pour réjouir le cœur d’un amoureux de la Liberté….




29 août 2020

Bords d'Eaux

Un terne pavillon s'effiloche au dessus de la Garonne. La chaleur du mois d'août distille une moiteur émolliente qui semble accabler un peu plus qu'à l'habitude les flots paresseux. L'ocre des eaux tire sur un gris de plomb qui contraste avec la blancheur des nobles façades de pierre bordant l'autre rive. A certains moments le fleuve devient onctueux, prenant une teinte de café au lait. On croirait évoluer tranquillement dans un rêve étrange et pénétrant...

N'étaient les visages masqués un peu partout rappelant le retour en force des miasmes virales, n'étaient le laisser aller général et la langueur indifférente qui transpirent de la ville, on pourrait croire que tout va bien en cet instant de quiétude estivale. Ce serait ignorer la détresse profonde dans laquelle s'enlise peu à peu le pays.

Je contemple le fameux miroir d'eau devant la place de la Bourse, mais ce n'est qu'un reflet. On y voit des enfants patauger gaiement dans le ciel, des familles entières y flâner au milieu de rires, des danseurs esquisser des pas légers, des drogués à l’oeil vague, empreint d’une extase molle, des rêveurs les yeux rivés aux nuages, des êtres esseulés tentant de tromper leur ennui, des chiens interrogatifs…
Tout un peuple en quête indécise d'instants dérobés au temps et pour certains peut-être d'une éphémère évasion d'un trop médiocre destin.

Un peu plus loin, au pied de l'altière colonne consacrée aux Girondins, il y a deux magnifiques fontaines. On y voit deux quadriges surgissant impétueusement de l'eau. Les chevaux roulent des yeux effrayants et des jets de vapeur s'exhalent de leurs naseaux. Les uns tirent le char de la République. Les autres celui de la Concorde. Tout en haut de la colonne, la Liberté ailée triomphante, vient de briser ses chaînes.
Tout ceci a-t-il encore un sens dans ce monde qui tangue ? République, Concorde, Liberté, vestiges d’un passé révolu ?
 

 

19 août 2020

La République des lamentations

De nos jours, les gouvernants sont passés maîtres dans l’art de la commémoration et des grandes tirades tragiques au pied des pierres tombales et des monuments votifs.
Ils y consacrent d’ailleurs tellement de temps et d’énergie qu’on se demande parfois s’il leur en reste encore pour l’action. Ces dernières semaines furent un vrai festival en matière de représentations officielles.
En juillet, à l’occasion de l’incendie de la cathédrale de Nantes, pas moins de trois ministres se crurent obligés de faire le déplacement pour dire leur consternation et clamer la volonté de l’Etat de procéder à “une reconstruction la plus rapide possible”.
On ne s'est guère appesanti à cette occasion sur la progression inquiétante d’actes anti-chrétiens (1 à 2 par jour selon le philosophe Michel Onfray). Certains semblèrent trouver des excuses au “bénévole rwandais” qui avait mit le feu, interprétant son geste comme l’expression de désespoir d’un demandeur d’asile débouté, sans raison apparente. Et le désastre n’étant heureusement que matériel, il fut éclipsé par d’autres drames survenus en cascade.

Il y eut Dijon dont le centre fut le théâtre d’un règlement de compte à l’arme lourde entre bandes rivales, il y eut Nice où un quartier fut chamboulé par le même type de scénographie hyperviolente, il y eut Bayonne où un malheureux chauffeur de bus fut tabassé à mort par des individus à qui il avait eu l’imprudence de demander de porter un masque et de payer leur ticket… A chaque fois, ministres et personnalités officielles se succédèrent en cortèges émus.
Sur le parcours des pleurs du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, il y eut également Mérignac, puis Le Mans, où il dit toute la colère de la République vis à vis de chauffards dont le refus d’obtempérer à la force publique avait coûté la vie à deux gendarmes. Il y eut Lille, régulièrement l’objet de violence urbaine, où notre ministre s’engagea à déployer 60 policiers supplémentaires, à la demande de la maire...

Certaines tragédies ayant une résonance internationale, ce fut le Président de la République qui monta au créneau, usant et abusant de paroles contrites mais fortes et déterminées. Il s’empressa même d’accourir en “mode Chirac” (c’est à dire grandiose et inopérant) sur les décombres encore fumants de Beyrouth, pour exiger une “réponse rapide et efficace”, et pour fustiger la classe politique libanaise. Il est bien placé, à la tête d’un pays où l’idée démocratique part chaque jour un peu plus en capilotade ! Au surplus, plus d’un an après l’incendie catastrophique de Notre-Dame, on est toujours dans l’ignorance de la cause, et en matière de travaux, les ouvriers n’ont pas encore fini de démonter l’échafaudage présent lors du sinistre. Se souvient-il notre cher président, de l’explosion de l’usine AZF en septembre 2001,
qui fit 31 morts et plus de 2500 blessés et dont l’origine est toujours indécise ?
Il y eut enfin la cérémonie d’hommage aux six jeunes Français massacrés au Niger. A cette occasion le Premier Ministre jura de “ne pas laisser ce crime lâche et odieux impuni”.

Les mots hélas ne suffisent plus à masquer l’impuissance croissante de l’Etat face à ce déferlement continu de violence. M. Darmanin n’a pas tort lorsqu’il constate que "Refuser l’autorité, voilà le mal de la société". Mais on ne le croit plus lorsqu’il affirme vouloir “faire plier les délinquants” et “stopper l’ensauvagement d’une certaine partie de la société”. Si la société en est arrivée à ce niveau de délabrement, n’est-ce pas avant tout en raison de l’incapacité des Pouvoirs Publics à faire régner l’ordre ?
Alors même que le Gouvernement assure qu’une de ses priorités est de rétablir la légitimité et la crédibilité des forces de police, il ne donne aucun signe de confiance à ces mêmes forces. Il n’y eut par exemple ni hommage, ni félicitation, ni même un mot pour le gendarme (heureusement encore vivant, lui) qui à Montauban, parvint à arrêter la course folle d’un chauffard multirécidiviste, au volant d’un poids-lourd. Ce dernier fut tué dans l'opération rendue très dangereuse par son opposition irréductible à toute interpellation. Poursuivi sur plus de 11 kilomètres, il refusa par trois fois d’obtempérer, passant furieusement sur les herses posées en travers de la route et allant jusqu’à prendre pour cible une voiture de police qu’il traîna sur plusieurs dizaines de mètres. On apprit peu après qu’il avait déjà été condamné à 7 reprises, qu’il roulait avec 0 point sur son permis, et qu’il était sous l’emprise de la cocaïne. Personne ne s’est posé la question de savoir comment un tel individu pouvait encore exercer la profession de chauffeur routier. Le gendarme qui était parvenu à neutraliser ce criminel en puissance, fut quant à lui, soumis à une garde à vue prolongée, et dut recourir à l’aide d’un avocat pour se défendre, face aux enquêteurs de l’inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN). On croit rêver…