11 novembre 2006

Regards furtifs sur l'Arabie heureuse...


Le Yémen est probablement parmi les pays de culture arabe, un des plus fascinants. Peut-être parce qu'il est lieu même de ce qu'on appelle l'Arabie heureuse. Peut-être parce qu'il fut le pays de la mythique reine de Saba.
Ou bien tout simplement en raison de ses sauvages paysages montagneux dans les flancs desquels les hommes sont parvenus à dessiner à la force des poignets, de superbes terrasses de verdure et à enchâsser de stupéfiants villages à l'a-pic des ravins. Faits de maisons hautes et étroites, serrées les unes contre les autres, ils semblent défier dans un silence hiératique, les étendues désertes qui les entourent. Rarement l'oeuvre humaine n'a fait autant corps avec la nature.
Par la magie de la télévision, on peut s'imprégner des mystères et de la beauté intemporelle de ce pays.
Le 6 novembre, France 3 diffusait un excellent reportage dans l'émission « Faut pas rêver ». On pouvait y voir notamment comment on fabrique de père en fils des vitraux dans les ateliers de la capitale, Sanaa. Comment d'habiles artisans armés de rustiques compas, de règles et de couteaux ouvragent les blocs de plâtre encore chaud, y creusant avec virtuosité les cercles, les étoiles et les moresques destinés à servir d'encadrement gracieux à des verres multicolores.
A les voir travailler paisiblement, peut-on imaginer ces ouvriers se transformant en guerriers du jihad, en brutes vindicatives assoiffées de sang ?


Je ne veux pas pour ma part m'y résoudre et je m'interroge sur l'avenir de ces pays de tradition islamique. L'esprit d'humanité sera-t-il assez fort pour les empêcher de basculer complètement dans l'obscurantisme oppressif et belliqueux qui paraît gagner du terrain ces derniers temps ?
Le Yémen du sud à vécu plusieurs décennies sous la férule marxiste. Désormais réuni avec les provinces du nord, comprendra-t-il que l'émancipation éclairée constitue la plus belle perspective de progrès, dans le respect de ce que la culture ancienne a de meilleur ?

L'émission fournit une magnifique illustration de ce principe avec l'initiative d'un homme d'affaires chassé de son pays lorsque Moscou régentait Aden. Revenu riche de ses entreprises, Mohammed Bugshan a commencé de restaurer le palais familial, quelque part dans la vallée de Wadi Dawan, pour en faire un hôtel. La belle et noble façade colorée montre comment il est possible de mettre en valeur ce pays, qui demeure hélas à ce jour un des plus pauvres du monde.
Je reprends mes notes rédigées à l'occasion de l'émission Ushuaia de Nicolas Hulot le 8/2/06 :D'étranges sentiments naissent en voyageant grâce à l'objectif de la caméra, à travers ces contrées brûlées de soleil. L'oeil suit le faîte des dunes, qui dessine d'infinies arabesques ondulant entre le bleu éclatant du ciel et le jaune onctueux du sable.
Au creux d'une vallée, bordée d'à-pics tranchants on découvre une cité éblouissante, Shibam, la « Manhattan du désert ». Des immeubles rudimentaires, étroits et allongés, détachent de la montagne leurs façades blanches, percées d'obscures meurtrières et d'énigmatiques moucharabiehs, comme un fragile empilement de formes géométriques.

On découvre ensuite Socotra, l'île enchanteresse, au large du golfe d'Aden. Sur ce massif isolé, comme égaré hors du temps, on trouve une végétation étonnante. Des sandragons, arbres aussi ancestraux que les dinosaures, qui soutiennent de leurs arborescences sèches et raides, des parasols de verdure serrée. On extrait de leurs troncs une poudre colorante, dite « sang du dragon ».
A flanc de falaise, des câpriers en forme de bouteilles, accrochés à la roche, narguent les vents et la pesanteur. De leurs troncs ventrus sort une maigre végétation ornée de fleurs délicates.
Des Botswellia enfin, dont on extrait les perles d'encens qui valaient autrefois des fortunes.
Cette île, qui selon Pline était la demeure du Phénix, recèle des grottes spectaculaires dans lesquelles croissent depuis des millénaires, des forêts de stalactites. On y trouve, comme en Périgord, les curieux excentriques ignorant des lois de la gravité qui étendent dans toutes les directions de l'espace leurs doigts pétrifiés.
Enfin ce reportage magnifique s'achève sur les « hommes fleurs » : de rudes montagnards barbus aimant être propres et parfumés. Ils cultivent des fleurs odoriférantes, pélargoniums, géraniums, dont ils se font des couronnes qu'ils portent autour du cou ou de la tête.
Mais une question hante le spectateur pendant toute la durée de l'émission : Où donc sont les femmes ? A quelques rares exceptions, on n'en voit que les silhouettes fugitives enveloppées dans de funèbres niqab. A peine si l'on aperçoit deux yeux dardant un regard énigmatique. Comment diable font-elles pour se reconnaître dans la rue ? Comment parviennent-elles à supporter cette chape sinistre qui les confine à l'anonymat, raye pour ainsi dire leur existence aux yeux du monde ?
Paradoxe étonnant, on devine derrière cette sombre prison d'étoffe, les signes intacts de la séduction féminine : un maquillage raffiné, des mains soignées et décorées, des pieds graciles parfois chaussés de jolies sandales, un sac à main élégant duquel on voit même parfois surgir le symbole éclatant de la civilisation technique : un téléphone portable !
Rien dans ce qu'on voit ne démontre l'obligation du port du voile. Certaines femmes en sont dépourvues et paraissent parler librement aux hommes. Rien dans le comportement de ces derniers n'aide à comprendre pourquoi il faille cacher à ce point leurs compagnes. Et quel Dieu pourrait être assez borné pour exiger de masquer si tristement ce qu'il a créé, sauf peut-être pour le protéger des morsures du vent de sable et des brûlures du soleil dans le désert ?
Pourquoi donc ce retour à des pratiques médiévales ?

Aucun commentaire: