15 décembre 2006

Pour Jean-François Revel, et Direct 8...


Moment culturel très agréable ce soir autour de l'excellent François Busnel, sur Direct 8, la petite chaîne qui grimpe, de la TNT (Les livres de la 8).
En direct, le plateau réunissait quatre auteurs venus d'horizons très divers : André Asséo, qui témoignait de son affection pour Louis Nucéra auquel il vient de consacrer une biographie, André Comte-Sponville qui disserta sur l'esprit de l'athéisme, Jean-Pierre Luminet qui fit de même sur le destin de l'Univers et sur la nature des trous noirs et de la matière invisible (qui représenterait plus de 99% de la masse de l'univers !). Enfin, last but not least Pierre Boncenne, heureux lauréat du prix Renaudot, venu présenter son ouvrage « Pour Jean-François Revel ».
Ah Jean-François Revel ! Drôle de type tout de même. Il écrivit abondamment sur la philosophie mais les philosophes le dédaignent, il fut un remarquable journaliste mais n'est quasi jamais cité par ses pairs, il se disait de gauche mais fut opiniâtrement méprisé par le gratin autoproclamé de ce clan sectaire.
Boncenne nous apprend que son livre est le premier au monde sur le sujet ! Qu'il fut refusé par un premier éditeur au motif que Revel « était de droite ». On croit rêver... Faut-il en déduire que l'esprit critique ait définitivement déserté la France ?
Incontestablement l'homme fut un esprit libre. Pour autant, ses prises de positions peu orthodoxes étaient manifestement dictées par le souci de rationalité, bien plus que par celui de provoquer. Car c'était un être éminement raisonnable et pondéré, quoique d'une insatiable curiosité. Sans doute pas à la manière de Descartes qu'il avait défini comme un des derniers penseurs médiévaux, mais plutôt comme un sceptique optimiste dans le sillage des philosophes anglo-saxons. Un vrai libéral quoi.
Je reste pour ma part profondément imprégné par quelques uns de ses ouvrages que je juge particulièrement efficaces et décapants : « Descartes inutile et incertain », « Pourquoi des philosophes », « La connaissance inutile », « L'obsession anti-américaine ».
Le style est alerte, concis, précis et l'argumentation fait souvent mouche pour quiconque n'a pas trop de parti pris. Un régal intellectuel.
Certes, le personnage recèle également des aspects moins flatteurs. Une certaine suffisance, dont sa personne, joufflue, massive, était en quelque sorte le reflet. Au rang de ses ouvrages les moins réussis figure à mon avis son autobiographie « le voleur dans la maison vide ». On y trouve précisément cette tendance égocentrique, cette tranquille certitude d'avoir raison, cette préoccupation permanente de se montrer à chaque instant sous le meilleur jour.
Dans le même ordre d'idées, la volupté apparente avec laquelle il enfila le costume d'académicien au soir de sa vie, fut touchante tant elle révélait l'intense satisfaction dans laquelle se pâmait son ego.
Il me reste à l'esprit cette anecdote : au moment où je cherchais désespérément des conseils et un éditeur pour mon premier livre, j'écrivis à Jean-François Revel pour lui demander s'il accepterait de lire mon manuscrit. Je ne me faisais guère d'illusions mais quelle ne fut pas ma surprise lorsque je reçus en guise de réponse, quelques mois après ma sollicitation, un faire-part enluminé signé Bernard Pivot, me proposant de participer à l'achat de l'épée d'académicien du grand homme !
Cela ne m'empêchera toutefois pas de prendre connaissance de la plaidoirie de Boncenne, avec naturellement un oeil critique...

Aucun commentaire: