09 mars 2007

Non à la solution finale légale...

Le 7 mars, le Nouvel Observateur publiait un appel en forme de pétition, signé par 2000 soignants, déclarant « en conscience, avoir aidé médicalement des patients à mourir... » et réclamant « une révision de la loi dans les plus brefs délais, dépénalisant sous conditions les pratiques d’euthanasie ».
Ce sujet mériterait des développements qu'un billet dans un blog ne peut contenir, tant il est complexe et tant il est indissociablement lié à la tragique et indicible finitude de la destinée humaine.
Les gens qui réclament depuis quelques années à grands cris des lois pour « médicaliser » la mort sont certainement bien intentionnés. Mais leurs gesticulations, et leur zèle ont quelque chose de terriblement gênant. J'ai exercé la médecine clinique pendant plus de deux décennies et vu hélas la détresse de beaucoup de malades, jeunes ou vieux. J'ai vu sur leur visage l'empreinte atroce de la douleur et perçu dans leur regard la peur et le désespoir qui les habitaitent. Pourtant, à travers ces misères j'ai cru discerner parfois une étrange grâce, une sorte d'apaisement, de détachement devant l'infini tout proche.
Aussi, bien que fermement opposé à certains acharnements thérapeutiques insensés, bien qu'étant ardemment convaincu qu'avant de songer à guérir, le devoir des soignants est avant tout de soulager, même au risque de raccourcir l'espérance de vie, je ne peux me résoudre à imaginer la légalisation de l'euthanasie.
D'abord parce qu'aucune situation n'est généralisable. Chaque malade a son histoire. Entre un patient rongé par un cancer généralisé, un second en coma chronique, un autre tétraplégique à la suite d'un accident, un dépressif atteint d'un mal de vivre incurable et un vieillard dément, il y a des abîmes insondables. Comment diable une loi dont on connaît trop bien la nature formelle et procédurale, pourrait-elle décrire la diversité de ces situations ?
Ensuite parce qu'on conclut à mon sens un peu vite la question du libre choix de la personne concernée. Les pétitionnaires imaginent leur attitude légitimée, « parce que le malade souhaitait en finir » et vont souvent jusqu'à envisager que chacun puisse anticiper ce choix avant d'être dans la situation où il se pose vraiment.
Mais de quel choix parle-t-on ? Selon quels critères peut-on juger qu’il soit objectif, même si le malade est pleinement conscient ? Et dans ce cas, imagine-t-on l’état d’esprit d’une personne plongée dans une situation de dépendance totale mais aussi d’inutilité, d’absurdité, de vanité absolue ? Tout bien pesé, en quoi est-ce différent du désespoir d’un suicidant ? N’évoque-t-on pas d’ailleurs en pareil cas, la notion de « suicide assisté » ? Et cet anéantissement moral est-il inéluctable et irréversible ?
Tout étant relatif en ce bas monde, on peut dire par exemple, que la situation du désormais célèbre Vincent Humbert n’était guère différente de celle du non moins fameux astrophysicien anglais Stephen Hawking.
Entièrement paralysé à l’exception de quelques doigts, tributaire d’un appareil d’assistance respiratoire et dans l’incapacité de parler autrement que par l’intermédiaire d’un synthétiseur de voix, le savant manifeste pourtant, en dépit de sa souffrance, une rage de vivre et un enthousiasme stupéfiants.
Peut-être aussi dans de telles situations, sous-estime-t-on le poids réel que fait peser consciemment ou non sur l'individu concerné, l’attitude de son entourage, pour lequel la situation paraît souvent au moins aussi intolérable. A moins qu'il ne soit animé d'un amour assez intense pour continuer de voir une valeur inestimable à ce qui reste de vie et lui conférer malgré tout, un souffle d'espoir...
A bien y regarder, ne sommes-nous pas confrontés à une alternative aussi indécidable que le fameux « Choix de Sophie » ? Celui laissé par un officier nazi diaboliquement « bien intentionné », à une mère horrifiée, de désigner celui de ses deux enfants qu’elle souhaitait voir échapper à la déportation et donc à une mort quasi certaine…
Il faut ajouter que les moyens utilisés pour aider médicalement des patients à mourir ont parfois de quoi faire frémir. La fin programmée des jours de Vincent Humbert ne fut pas le résultat d’un simple arrêt des thérapeutiques ni celui de la prescription massive de médications destinées à « soulager les souffrances » mais, comme l’a rappelé le procureur de la République de Boulogne-sur-Mer, « de l'administration de Nesdonal et de chlorure de potassium, pratiquée par le médecin sous forme de deux injections successives » (il s’agit à peu de chose près, de la procédure employée pour exécuter les condamnés à mort aux USA).
On ne saurait oublier le cas de Terry Schiavo aux Etats-Unis, plongée dans un état végétatif chronique à la suite d'un accident cérébral et pour laquelle l'attitude préconisée par ceux qui voulaient « interrompre ses souffrances », consistait ni plus ni moins à « interrompre l’alimentation artificielle ». Ce qui signifiait en clair qu’on la condamnait à mourir de soif et de faim !
En définitive, le manichéisme et le monolithisme des réactions qui entourent habituellement ces faits divers dramatiques, la réclamation véhémente de lois ouvrant la porte à l’euthanasie active sont quelque peu terrifiants. Occultant largement la complexité et la diversité des situations en jeu, ce type de comportement risque de précipiter la société, déjà bien déboussolée, vers de nouvelles outrances matérialistes. La pente est hélas glissante et les excès ne sauraient tarder à se manifester. Aussi le titre de ce billet est volontairement provocateur car on sait trop bien que l'enfer est pavé de bonnes intentions.
Le jour même de l’enterrement de Vincent Humbert, le spectacle des journalistes interrogeant au sujet de l’euthanasie, d'autres patients très handicapés qui séjournaient dans le même établissement ou leurs familles, avait quelque chose d’indécent…

1 commentaire:

Sylvain a dit…

Entierement d'accord avec vous.
Je crois que la raison principale de cette derive criminelle est le fait que le l"assistant" est un medecin. Le fameux respect de la blouse blanche. Si l'executant n'etait pas medecin et que la technique utilisee n'etait travestie en "intervention medicale", il est evident que la procedure serait bien moins populaire. Sous pretexte que l'officiant est medecin, on lui permet d'empoisonner discretement la personne, ou de, comme vous l'avez si bien rapelle, l'affamer sans pitie.
Quel serait le debat si la famille de Vincent Humbert, voulant l'aider a passer le pas et abreger ses soufrances, lui avait loge une balle dans la tete?