28 mai 2007

American Black Box


Il fallait bien qu'un jour ou l'autre, je tombe sur un livre de cet Ostrogoth de la littérature qu'est Maurice G. Dantec.
Et bien c'est fait. Je viens d'ingurgiter les quelques 700 pages d'American Black Box, le dernier volume de son journal en forme de trilogie, intitulé « Le théâtre des opérations ».
Par une coïncidence étrange j'ai sur ma table au même moment « L'homme révolté » D'Albert Camus, dont le titre aurait tout aussi bien pu convenir à l'ouvrage de Dantec, tant le sujet en est proche et tant il contient d'imprécations contre les inconséquences et les absurdités du Monde contemporain.
A ceci près que Camus situait sa réflexion dans le champ de la philosophie, tandis que Dantec lui, accouche d'un pamphlet énorme, massif, impétueux, et vindicatif.
Et si la forme est différente, le fond l'est également à bien des égards. A l'agnosticisme religieux, et à la désillusion politique de Camus, Dantec oppose en effet « le corps glorieux du Christ », et le retour aux sources des valeurs occidentales traditionnelles.
N'empêche, les constats contiennent des similitudes. Notamment au sujet de l'inanité des idéologies et de la démission de l'opinion publique face à leurs diktats mortifères.
Dantec annonce d'emblée la couleur : « ce livre est l'enfant du chaos », « Le chaos laissé par la dévolution de la pensée, par la peur, la haine de soi, le ressentiment, la culpabilité, et les divers étrons idéologiques qui font de la France ce pays qui est sorti définitivement de l'Histoire pour entrer dans l'âge des postures culturelles et des impostures politiques à grande échelle. » Tel un nouveau Saint-Georges, il entreprend donc de terrasser les dragons de notre époque, au premier rang desquels figurent pour lui, l'islamisme radical, l'antiaméricanisme primaire et le nihilisme « zéropéen ».
Primum movens des périls qui menacent aujourd'hui le monde, l'islam est selon lui une religion fondamentalement perverse : « Il n'y a pas d'islam militant et d'islam modéré. Il n'y a que des variations d'intensité. Les lois coraniques ne peuvent être adoucies que très provisoirement. » Et le danger est gravement sous-estimé : « L'aveuglement des nihilistes occidentaux au sujet de l'islam semble un condensé de tous les aveuglements successifs de l'Occident depuis deux siècles. Sur le danger jacobin, sur le danger marxiste, positiviste, bolchevik, puis nazi, tiers-mondiste, maoïste, post-moderniste... »
L'Humanité à n'en pas douter, est entrée dans une nouvelle guerre de religions. Et Dantec ne voit rien d'autre à opposer à ce qu'il considère comme l'impérialisme destructeur des fous d'Allah, qu'une sorte de christianisme régénéré mais plutôt abscons : « Le prochain Christ sera à la fois celui du jugement et celui de la transcendance actualisée de l'amour, transvaluée au sens de devenir de l'être humain totalement assumé comme risque ontologique. »
Ce mystique retour aux sources de la spiritualité conduit l'imprécateur aux lunettes noires à n'envisager l'avenir qu'en regardant vers l'Ouest : « le futur de l'humanité s'élabore en Amérique. » D'ailleurs il a décidé de quitter l'Europe qu'il juge surannée et déconfite : « Je suis parti de France pour aller vers les Amériques qu'elle a perdues. Je viens en Amérique avec en moi toute la France qui s'est perdue en route » (étonnement à ce sujet : il a posé ses valises au Québec, qu'il qualifie pourtant de « petite colonie chic-et-choc des nihilismes zéropéens... »).
Il ne pouvait plus endurer « le lavage de cerveau anti-américain quotidien ». Il ne pouvait plus supporter ce qu'il qualifie d'arrogance et d'ingratitude « franchouilles » : « Plus de trois cent mille soldats américains sont morts en terre de France lors des deux conflits mondiaux du XXè siècle. Villepin et Chirak (sic), à l'unisson avec leur « peuple » et ses « représentants », ont d'un seul geste déboutonné leur braguette et allègrement pissé sur cette colossale pyramide de cadavres. »
Il ne pouvait plus accepter cet incroyable panurgisme haineux qui conduit à inverser les données du problème : « Ce ne sont pas les islamistes qui font peur, grâce à un décervelage idéologique total pour ne pas dire totalitaire, c'est l'Amérique qui représente le danger... »
Il en avait assez de ces intellectuels et journalistes français, hypocrites, qui disent aimer l'Amérique mais qui n'aiment « rien d'autre que l'Amérique qui déteste l'Amérique. Cette cucurbitacée du néo-trotskisme de Michael Moore par exemple, ou le juif anti-sémite Noam Chomsky...»
Sur la France, Dantec ne se fait donc plus guère d'illusions : « y-a-t-il une sortie vers le haut pour cette nation qui s'efforce par tous les moyens à sa disposition de rejoindre la bonde d'éjection des eaux usées de l'Histoire ? »
Sur l'Europe même, son jugement n'est guère plus indulgent : « L'Europe aura donc été une magnifique possibilité, morte avant que d'avoir vécu, ange avorté pour lequel il m'est difficile de ne pas ressentir le poids d'une chagrin lesté de toutes ces civilisation épuisées en vain. » Dans l'élan, Dantec fustige sans nuance l'Europe de Maastricht et dit son opposition catégorique au projet de constitution qu'il appelle « l'immonde papelard ». De ce point de vue la victoire du NON au réferendum de 2005 lui a procuré quelque satisfaction...
En définitive, la vision de ce « maudit Français » est sombre : « je vis la fin d'un monde, je vis le Crépuscule des Hommes, je vis la terminaison de toute l'histoire. » Ses diatribes ne sont pas exemptes de boursouflures, d'excès, de redondances. Le discours est quelque peu plombé par des notions abstruses (matrices, vortex, méta-codes, syncrétismes, ontologies), par des formules à l'emporte pièce et par de curieux poèmes hermétiques. Mais il y a du vrai dans ses constats, il y a de la clairvoyance dans ses opinions et il y a du courage dans ses prises de positions.
En tout cas sa théorie du déclin de l'Occident, n'a rien à voir avec la manie des bobos gauchisants qui ressassent avec délectation la faillite inéluctable du modèle capitaliste incarné par l'Amérique. Elle est l'expression de convictions sincères et d'une réelle angoisse. Il n'a rien d'un extrémiste, ni d'un fanatique. Son apocalypse est aussi une supplique, un appel désespéré, le cri du naufragé sur le radeau de la Méduse. Il faut savoir l'entendre...

1 commentaire:

Perception a dit…

j'ai bien aimé votre commentaire chez PAssouline....