30 mars 2008

La madone et le libéralisme


Le magazine Le Point, après avoir lâché quelques couvertures bien senties au sujet du Président de la République (« ce qui cloche », « ce qu'il mijote », « Peut-il encore changer ? »...), présente aujourd'hui « la nouvelle Ségolène Royal » ! Et les titres cette fois sont nettement plus enjoués, pour ne pas dire complaisants (« A la tête du combat anti-Sarkozy », « qui peut l'arrêter ? »).
Sous des photos aimablement choisies, la montrant tous sourires entourée de sa garde rapprochée, elle paraîtrait presque moderne et affable... A lire les propos qu'on lui attribue, son socialisme rénové serait même « iconoclaste » : « Le monde a changé, le socialisme doit changer pour rester fidèle à sa mission ».
A peine se dit-on qu'il était temps, qu'on lit non sans stupeur, plus loin qu'elle revendique dorénavant avec vigueur le libéralisme : « Les véritables héritiers de la belle tradition du libéralisme politique, l'autre nom de la démocratie, sont à gauche ». Elle affirme être inspirée par Montaigne et Montesquieu et cite même Tocqueville, dont elle trouve la lecture stimulante !
C'est le monde à l'envers, depuis qu'on sait Sarkozy touché par la grâce de Blum et de Jaurès !
Et l'économiste et « brillant chercheur », Philippe Aghion, qui semble avoir pris auprès de la madone du peuple de gauche, la place d'Eric Besson, précise de manière concrète cette nouvelle conception destinée à « en finir avec les conformismes », proposant notamment de « relancer la concurrence dans la grande distribution », ou de donner « davantage d'autonomie aux universités ». Pour un peu on retrouverait le canevas du programme de Nicolas Sarkozy....
Pourtant derrière ces jolies décorations de façade, il n'est pas besoin de gratter beaucoup pour voir réapparaître les poncifs décrépis du socialisme le plus archaïque. Du libéralisme tout d'abord, elle fait mine de croire qu'on pourrait n'en retenir que la dimension "politique". Pour en rejeter bien entendu de manière implicite, l'horreur économique. Comme si la Liberté pouvait être disséquée, émiettée au gré des croyances ou des religions. Si on accepte Tocqueville on ne voit pas pourquoi on rejetterait Bastiat, Say, Quesnay ou Turgot.
En fait de changement, il se situe toujours à mille lieues de la vision moderne et débarrassée de préjugés idéologiques de Tony Blair. D'ailleurs en déclarant ne pas être opposée au principe de s'inspirer des autres expériences européennes, scandinaves, ou anglaise, ou bien de celle de Schröder, ou de Zapatero, Ségolène fait l'aveu de l'incroyable retard de son parti pour se rénover. Au surplus de cette inertie, en déclarant aujourd'hui vouloir « aller voir ailleurs ce qui marche et ce qui ne marche pas », elle souligne le manque d'inspiration incurable caractérisant le PS français.
En définitive le fameux projet semble toujours aussi borné par l'idéologie. Et la bonne vieille Lutte des Classes sur laquelle ont proliféré tant d'impostures intellectuelles du socialisme, n'est jamais bien loin.
Ségolène Royal campe sur des positions inchangées et tient un discours fondé sur la duplicité, imprégné de rancoeur revancharde. Selon elle, seuls « les privilégiés et les héritiers » auraient « été choyés » par l'actuel Président. « L'initiative économique est en panne » et « les inégalités n'ont jamais été aussi insolentes ». On croirait entendre Besancenot.
Non, décidément la Gauche dans ce pays a encore d'énormes progrès à faire.
Quant à la Presse, particulièrement peu en verve ces derniers temps, elle gagnerait à cesser de promouvoir aussi servilement toutes les vieilleries rances de l'arrière boutique politique, en les faisant passer pour du neuf. A propos de Ségolène, ils ont d'ailleurs la mémoire courte puisqu'ils disaient déjà quasi la même chose sur son fabuleux destin à venir, un an avant l'élection présidentielle...

2 commentaires:

cestjeffici a dit…

Pierre_Henri, your email is not accepting mail.

Jeff

santo a dit…

Après Le Point, TF1 ce soir... Et des réponses aux questions de PPDA sous le charme toujours aussi péremptoirement nulles. A l'évidence, celles du Point ont été travaillées et rédigées par une équipe bien affutée...La bataille pour la direction du PS est lancée. Se prendra t elle à gauche (Delanoë est bien placé ) ou à droite avec Ségolène ? Mais oh paradoxe, je pense Bernard plus libéral que Ségolène...