28 août 2008

Comediante ! tragediante !


Je ne sais plus quel commentateur a récemment ironisé sur le président de la république, en évoquant notamment le contraste entre ses discours toniques et ses actions plutôt timorées, et en le comparant à un « Chirac avec des piles neuves ». Je commence pour ma part à craindre que cela soit vrai.

Au fil des mois la fameuse rupture avec le passé semble s'estomper pour laisser place à un théâtralisme dont le classicisme est hélas trop connu. Les vieux démons qu'on pouvait croire en passe d'être enterrés reviennent de plus belle.
Qu'on en juge sur trois exemples tirés de l'actualité :

On se souvient que Nicolas Sarkozy, durant la campagne présidentielle avait clamé sa "détestation de la repentance", que son prédécesseur avait fini par ériger en véritable culte. Et bien voilà qu'il se croit obligé à son tour, de se répandre en larmes tardives et inefficaces, à l'occasion d'une visite lundi dernier à Maillé, village martyr de la dernière guerre mondiale, où périrent en un jour sous les balles nazies, 124 des quelques 500 habitants. Certes il est difficile de reprocher la commémoration d'un drame du passé, mais on peut s'interroger sur la nécessité de se culpabiliser à nouveau, plus de soixante ans après : « En ignorant si longtemps le drame de Maillé, en restant indifférente à la douleur des survivants, en laissant s'effacer de sa mémoire le souvenir des victimes, la France a commis une faute morale".

En politique étrangère, dans un contexte de plus en plus tendu, ce n'est guère mieux. Après avoir tenté au nom de l'Europe, de négocier un accord entre les belligérants, le voici qui se livre à une dangereuse et probablement inconséquente escalade verbale au sujet de l'attitude des Russes en Georgie. Devant les ambassadeurs réunis expressément pour la circonstance à l'Elysée, il s'insurge : « C'est tout simplement inacceptable ». Il se fait même comminatoire : «Les forces militaires (russes) qui ne se sont pas encore retirées sur les lignes antérieures au déclenchement des hostilités doivent faire mouvement sans délai». Mais que pourra-t-il donc proposer si ces dernières n'obtempèrent pas, ce qui pour l'heure semble être le cas ? Espère-t-il vraiment impressionner les dirigeants moscovites au moment même où les maigres forces françaises essuient un tragique revers en Afghanistan?

En matière économique enfin, c'est le pompon. Sauf retournement de dernière minute, il s'apprête en effet à annoncer la mise en oeuvre prochaine de l'emblématique « Revenu de Solidarité Active », en le finançant au moyen d'une nouvelle taxe sur les revenus de l'épargne , jusques et y compris ceux de l'Assurance Vie ! Cette dernière, sur laquelle beaucoup comptent pour améliorer leur retraite, et qui est déjà grevée à hauteur de 11% par les multiples "prélèvements sociaux", rapportera donc probablement moins qu'un livret A et peut-être même moins que le coût de l'inflation ! Comme le fait remarquer narquoisement l'ancien ministre délégué au budget, Alain Lambert : "Augmenter les impôts sur le capital alors qu'on a baissé il y a un an les droits de succession, j'ai besoin de quelques minutes pour comprendre..." A voir la mine réjouie des Hollande, Ayrault et compagnie qui se félicitent par avance, on mesure avec dépit l'absurdité de la situation.

Décidément, il y a du mouron à se faire, face à ces gesticulations pour le moins désordonnées. Un an après l'arrivée au pouvoir de Sarkozy, le magazine The Economist trouvait ce mandat globalement décevant et qualifiait le président de "showman who talks the talk but seldom walks the walk". Aurait-il raison ?

Aucun commentaire: