20 juin 2018

Et après ?

La spectaculaire rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-Un est-elle davantage qu’un acte de communication bien orchestré mais sans lendemain ?
Le Président américain est l’objet de tant de critiques et d’insultes que les commentateurs se sont trouvés un peu interloqués par cette initiative à laquelle personne ne croyait vraiment. Doit-on la porter à son crédit, ou bien n'est-ce qu’un acte d’esbroufe ? S’agit-il d’une réelle avancée vers la paix menant à un possible désarmement de ce petit potentat oriental, un des rares vestiges encore vivant du communisme le plus pur dans sa forme autochtone dite "Juche" ?

Ce régime est atroce, une vraie honte pour la Communauté internationale qui l’a laissé impunément pérenniser sa dictature depuis les années cinquante. Le jeune tyranneau ne porte pas à lui seul toutes les turpitudes de la dynastie dont il est l’héritier, mais ses faits et gestes, tels qu'ils sont relatés, ne le rendent pas des plus sympathiques. 

On ne sait pas grand chose de ce qui se passe réellement là bas et rien ou presque des intentions réelles de M. Kim. Maintenant qu’il est parvenu à doter son pays de l’arme nucléaire, il est peu probable qu’il accepte de s’en séparer avant longtemps. Il s’agit d'une sorte de viatique... Après avoir montré sa force, il a en revanche tout intérêt à se montrer plus conciliant, ne serait-ce que pour obtenir quelques aides financières, voire conclure quelques contrats avec le monde qui l’entoure.
La Corée du Nord recèle nombre de matières premières dont elle ne peut à ce jour faire commerce qu’avec son géant de voisin la Chine.

Quel rôle ont joué les dirigeants de cette dernière ? Y a-t-il eu des tractations entre Washington et Pékin, quant à l’avenir de la Corée du Nord ?
Il y a beaucoup de mystère autour des négociations qui ont sous-tendu la désormais historique poignée de main de Singapour.
M. Trump a hérité d’une situation quasi inextricable et après avoir lui aussi joué les gros bras, a choisi la voie d’une conciliation qui peut sembler hasardeuse.
Un fait est sûr, il n’y a pas grand chose à perdre à opter pour cette solution. S’il est inimaginable d’envisager ex abrupto une action militaire contre la Corée du Nord, il paraît également peu probable que celle-ci se lance dans une guerre contre son frère ennemi du sud. Le dialogue est peut-être le prélude à l'ouverture, qui sait ?

Il est bien difficile de prévoir jusqu’où peut aller ce réchauffement climatique plutôt bienvenu. Kim Jong-Un pourrait-il faire figure de Gorbatchev “du matin calme” ? C’est bien peu probable et la réunification à laquelle tout le monde pense, ne pourrait passer que par une transition démocratique, ce qui supposerait que soit ouverte une porte de sortie acceptable pour toute la Nomenklatura au pouvoir à Pyongyang. Pourraient-ils s'y résoudre ? Rien n'est moins sûr...
En attendant ce futur désirable mais plus qu’incertain, fasse le ciel que la situation des Nord-Coréens devienne un peu plus confortable. Totalement privés de liberté, ces pauvres gens assujettis à un socialisme intransigeant, ont une différence de niveau de vie avec leurs compatriotes capitalistes du Sud de 1 pour 15 si l’on est très optimiste et de 1 sur 40 si on l’est moins (LCI)...

1 commentaire:

extrasystole a dit…

Encore un texte sous l'étendard des amoureux de la liberté qui balaye ou veut ignorer les pires exactions de ce drôle et terrifiant Trump (enfants séparés de leurs parents par exemple) Il semble que rien ne pourraient vous ébranler quand il s'agit des républicains amoureux bien sûr de liberté…??. Les vrais amoureux de la liberté sont perplexes. A quand un plaidoyer pour poutine ou autre Erdogan?
Extrasystole