27 novembre 2007

Les Variations Goldberg



Trente variations derrière un doux prélude
S'élèvent en chantant dans le coeur de la nuit.
L'esprit soudainement délivré de l'ennui
Se laisse gagner par une étrange quiétude.

Car il n'est rien de beau que la musique élude
En cette mélodie au sens universel,
Et des tréfonds de soi jusqu'aux confins du ciel
Elle agit comme un baume empreint de certitude.

L'infini se contracte et devient transparent.
Il se mêle à la vie, formant une rivière
Et son cours indicible est calme et rassurant.

Chaque note dans l'âme allume une lumière
Et c'est l'éternité dans cette fantasia,
Qui s'éloigne portée par une ultime aria...

Aucun commentaire: