27 avril 2007

Stratégie insulaire ?


Etonnante stratégie que celle de François Bayrou.
Alors qu'il ne cesse de parler de rassembler, et qu'il se présente comme le fédérateur tant attendu, il ne parvient qu'à vider inexorablement de sa substance son vivier d'origine l'UDF... au profit de celui de Nicolas Sarkozy ! (et c'est ce dernier que certains accusent de "diviser" et de "faire peur"...) Depuis quelques mois jusqu'à ce jour, on ne compte plus les ralliements et pas des moindres : Christian Blanc, André Santini, Simone Veil, Valéry Giscard d'Estaing, Pierre Méhaignerie, Gilles de Robien, Pierre Albertini...
Il est difficile pour autant d'évoquer une redistribution politique car de la Droite traditionnelle vers le Centre, les mouvements sont plutôt rarissimes. Facteur aggravant pour lui, le « leader orange » ne peut se targuer d'aucun ralliement significatif à partir de la Gauche ou du Centre Gauche en dépit de quelques timides propositions faites par Michel Rocard et Bernard Kouchner avant le premier tour.
Et c'est ce moment précis, alors qu'il vient de rater son pari de figurer au second tour de l'élection présidentielle, que François Bayrou choisit pour annoncer la création d'un grand « Parti Démocrate ». Quelle mouche l'a donc piqué ? Avec qui diable peut-il sérieusement envisager de constituer une telle force de novo ? Et pourquoi prend-t-il un tel risque de saborder ce qui reste d'UDF si près du scrutin législatif ?
On a beau dire que les électeurs se moquent des mouvements au sein des appareils des partis, il paraît illusoire d'imaginer l'émergence aussi rapide d'une réelle alternative politique, basée sur la simple ferveur populaire. Le score de Bayrou au premier tour paraît témoigner davantage d'un effet de conjoncture que d'un réel enthousiasme pour un projet solide et novateur. Et tout cela peut très vite fondre comme neige au soleil en laissant le Béarnais gros jean comme devant.
Eu égard à l'incapacité du Parti Socialiste à se régénérer, il était sans doute envisageable de propulser sur l'échiquier politique une formation social-démocrate comme en possèdent de nombreux pays. Il eut fallu pour cela y songer depuis plusieurs années, et tenter d'arracher dans les deux camps traditionnels un certain nombre de bonnes volontés (et sans doute avoir des convictions un peu plus précises).
Au lieu de cela, François Bayrou a cultivé avec opiniâtreté une indépendance hautaine qui le mène aujourd'hui au faîte de sa popularité mais aussi à une sorte de splendide isolement. Curieusement il semble avoir un penchant pour le chant d'une Ségolène subitement tout miel pour lui.
Pourtant, on serait enclin à penser que son intérêt passe par l'échec de cette dernière. Que peut-il espérer de sa victoire : un ou deux strapontins bancals dans une coalition hétéroclite dans laquelle il perdra son âme en même temps que son prétendu non-alignement ?
S'il veut avoir une chance de mettre en oeuvre
derrière son panache blanc, cette fameuse recomposition, qu'il appelle de ses voeux, il lui faut avant tout mordre par lui-même sur l'électorat de gauche. Or la défaite du PS pourrait lui offrir cette occasion en portant le coup de grâce à un parti bien mal en point depuis quelques années en raison de l'absence d'idées nouvelles et d'incessantes guerres entre petits chefs. Il lui serait alors loisible de séduire de ce côté (encore faudrait-il qu'il parvienne à conserver avec lui au moins une partie du Centre Droit...).
Quant à l'idée d'un débat médiatisé avec Ségolène, voilà une bien extravagante idée ! Comment imaginer qu'il s'agisse d'autre chose qu'une manoeuvre grossière (et peu démocratique) pour tenter de faire oublier que le second tour se jouera sans lui. Qu'elle soit jugée opportune par des socialistes vindicatifs qui sentent l'Histoire se dérober sous leurs pieds, rien d'étonnant. Tout ce qui peut éclipser le rival qui leur donne de si douloureuses coliques est bon à prendre.
Mais que fera Bayrou lorsque ce soufflet sera retombé et qu'il se retrouvera tout seul avec la gueule de bois, sur son île déserte ?

1 commentaire:

Eric a dit…

Tout à fait d´accord. Bayrou joue les mauvais perdants et cherche apparement à diviser le P.S. Il a tout à gagner de la victoire de N. Sarkozy, cela lui ferai une belle place d´opposant pendant 5 années, qu´il passera à critiquer sans agir.

La meilleure chose qui pourrrai lui arriver est certainement la prise en main du PS par l´aile gauche du parti, ce qui lui libererai un espace politique sur le centre-gauche. En attentant, Bayrou joue les troubles-fetes à gauche et tape sur Sarkozy, un bon moyen de préparer son futur role d´opposant.

Reste a voir la suite au prochain épisode, le 6 mai.